AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791021028470
320 pages
Tallandier (15/03/2018)
5/5   4 notes
Résumé :
« Septembre 2012. Dans ma voiture pour me rendre à la polyclinique de Nancy où j'exerce, je tourne le bouton de l'autoradio et je n'imagine pas que ce geste va changer ma vie. Sur France Culture, un médecin franco-syrien raconte avec émotion les bombardements, les combats de rue, la guérilla entre les différentes factions et les tortures exercées par le régime de Bachar el-Assad sur les civils syriens et les professionnels de santé. Je ressens au fond de ma chair ch... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique

Ce livre m'a été offert par une amie, qui se reconnaîtra, laquelle amie a eu la chance de travailler à l'hôpital des armées Legouest installé à Metz, avec le médecin général des armées, aujourd'hui à la retraite, le médecin anesthésiste-réanimateur, pionnier de la médecine de guerre et celle dite de catastrophe, Raphaël Pitti.

Je connaissais cet homme de nom, à travers ses engagements humanitaires, en particulier celui en faveur des Syriens massacrés et lâchement abandonnés par les pays occidentaux.

Je connaissais moins l'infatigable défenseur des migrants, dont le bâton de pèlerin n'hésite jamais à se porter au secours des plus fragiles, des plus démunis... au point de rendre son insigne d'officier de la légion d'honneur au Président de la République, écoeuré qu'il est par les promesses non tenues, les trahisons, les désertions, les mensonges, les renoncements, les lâchetés commis par des pouvoirs publics mus par de bas et méprisables intérêts.

La première partie du livre est consacrée au drame syrien et l'appel au secours lancé à Raphaël Pitti par un ami médecin franco-syrien.

Nous sommes en 2011.

Raphaël Pitti va alors faire connaissance avec ce pays qu'il ne connaît pas, traverser clandestinement, au péril de sa vie, la frontière qui sépare la Turquie de la Syrie.

Le constat pour ce spécialiste de l'humanitaire, de la médecine de guerre et de catastrophe, est sans appel : un peuple est massacré par un tyran sanguinaire, et ce peuple qui a peu de moyens pour se défendre, est dépourvu de tout ce qu'il faut pour soigner : structures et matériel, formation et savoir-faire face à une médecine qui ne s'improvise pas : la médecine de guerre et de catastrophe, laquelle ne ressemble en rien à la médecine que nous appellerons de paix ou traditionnelle.

Lorsque vingt ou trente blessés urgents arrivent dans un hôpital de fortune, les soignants doivent apprendre à prioriser, c'est-à-dire à "trier"... au risque de se tromper, et impérativement avoir les bons gestes...

Débutent alors les premiers séjours en Syrie de Raphaël Pitti.

Il en a fait à ce jour plus de trente... il a 71 ans !!!

Il va former des soignants qui à leur tour formeront.

Pour cela il va créer le centre de formation de Bab-El-Hawa.

Il va enseigner, superviser, soigner... au milieu des bombes, des snipers... privé de l'essentiel, mais animé par une volonté inébranlable, une formation solide d'anesthésiste-réanimateur agrégé de médecine d'urgence, un amour de l'humain et une foi... qui a ébranlé l'agnostique que je suis.

Plus de 3000 soignants seront ainsi formés...

Cette première partie, outre le fait de témoigner ( j'espère que beaucoup apprendront ) sur le conflit syrien, éclaire à partir du terrain ce que furent les défections politiques : je parle de la fameuse ligne rouge de Barak Obama, ligne rouge plusieurs fois franchie - Raphaël Pitty a vécu la transgression cynique et sanguinaire d'Assad qui n'a pas hésité à faire usage du gaz hexamino-sarin... il a fait sur place des prélèvements rapatriés en France... utilisation des armes chimiques par le régime de Damas, dont le ministère des Affaires étrangères français a eu connaissance, preuves et confirmation à l'appui en temps et en heure...

On connaît hélas la suite, Obama piégé par son Prix Nobel de la Paix et par son manque de courage lâchera Hollande et abandonnera les Syriens... !!!

La seconde partie du livre est l'autobiographie de l'auteur.

Né en 1950 à Oran de parents italiens, le petit Raphaël va vivre une enfance modeste mais heureuse dans cette cité qu'on appelle " L'Andalouse", rencontrer Dieu et la foi très jeune, vivre la guerre d'Algérie et ses exactions.

Il va découvrir, quelques mois, l'exil à Marseille puis à Paris, avant de retourner à Oran, la guerre achevée.

Il quitte l'Algérie pour Nice en 1968... sa vocation de médecin ayant éclos entre-temps.

Ce seront des rencontres, le choix de l'armée et des commandons parachutistes.

Des missions sur des théâtres de guerre.

L'apprentissage de la médecine de guerre.

Parmi ces rencontres, il en est une qui l'a marqué et à laquelle je suis resté très sensible, touché devrais-je dire : celle avec soeur Marthe, une missionnaire qui a consacré sa vie aux autres.

Il faut dire qu'entre ces-deux-là, il ne pouvait pas ne pas y avoir ce vers quoi la foi profonde qui les habite pousse deux êtres d'exception à se reconnaître.

Il y a bien d'autres rencontres, bien d'autres "anecdotes" dans ce livre de Raphaël Pitti.

La Syrie au premier chef, mais son itinéraire professionnel et personnel, ses réalisations en France et à l'étranger.

En France on peut citer l'hôpital des armées Legouest devenu un des fers-de-lance de la médecine d'urgence, de guerre et de catastrophe.

L'ouverture de centres pour l'accueil des migrants... Raphaël Pitti a oeuvré sur place à Lampedusa... Bouleversant !!!

Pour terminer cette présentation "survolée" de " Va où l'humanité te porte", je voudrais, à l'heure de la pandémie, des hôpitaux en souffrance, des déserts médicaux, du délitement des rapports entre soignants soignés, mentionner ce passage du livre très édifiant sur l'homme et le médecin :

-"Je veux faire comprendre à l'ensemble de l'équipe soignante que le malade est au centre. Il faut humaniser la prise en charge pour le mettre dans le meilleur confort psychologique possible et lui donner envie de se battre et de s'en sortir. Il faut qu'il sente que nous sommes là pour le soigner et pour l'aider. Pour ce faire, je place des surveillants devant chaque porte avec un chronomètre et leur demande de noter qui parle aux patients et combien de temps. La réponse arrive très vite : ce sont de loin les femmes de ménage qui bavardent avec eux et leur consacrent du temps. Par ailleurs, je m'aperçois qu'elles sont les plus stressées car elles sont affectivement très impliquées dans la vie du malade sans être toutefois compétentes pour les aider. Je décide de les intégrer à notre équipe de soins."

..... !!!

J'aurais l'impression d'être passé à côté de ce livre si je ne rapportais pas ce passage sur les migrants :

-"Je découvre dans un bar le poème d'un anonyme, déposé près de la caisse :

-" Pauvre peuple,

Partagé entre peur et peine,

À travers la perdition et le songe

D'une vie heureuse,

Pauvre peuple."

Ce poème me touche énormément. Il se finit ainsi :

-"Pauvre peuple,

La honte de l'Europe,

La fierté de Lampedusa,

Pauvre peuple,

Le coeur, le coeur, le coeur."

Quelques mots encore... ce livre est si riche que je pourrais en parler des heures ...

pour vous conter une de ces petites anecdotes auxquelles j'ai fait référence.

Raphaël Pitti, qui ne me connat pas, à la demande de l'amie qui m'a offert son livre, a voté pour un de mes poèmes en finale sur Short au mois de septembre. Ce que mes contacts Facebook rechignent à faire comme si on leur arrachait un membre ou que sais-je d'autre... cet homme exceptionnel, fraternellement, généreusement, inconditionnellement l'a fait.

J'en ai été ému aux larmes.

Que dire de plus sur cet être rare qui se dit "inspiré" par le père Charles de Foucauld pour "l'accueil" et par l'abbé Pierre pour l'action, sinon qu'il est un modèle inspirant, une référence, une conscience dont l'humanité et chacun de nous avons un besoin essentiel.

Lisez son livre.

C'est le livre d'un homme pour les hommes.

Merci à toi, Pat.

Merci à LUI... j'espère que tu le lui diras.

*Depuis la parution de ce livre, j'ai vu quelques interventions de Raphaël Pitti sur les plateaux de télévision pour parler de la Syrie. Selon lui, lorsqu'on parle d'un peu plus de 500 000 morts causées par ce conflit, on est en deçà de la réalité. Pour ce médecin, il y aurait un million à un million et demi de morts secondaires... c'est-à-dire toutes les morts dues à des maladies comme le cancer, les pathologies cardio-vasculaires, les diabètes non soignés, bref toutes les maladies chroniques qui n'ont pas pu être prises en charge.

D'autre part, ce pays martyr souffre aujourd'hui du Covid et de la famine.

Enfin, il demande aux dirigeants et aux institutions de ce monde que les quatre corridors humanitaires soient ouverts dans une Syrie devenue, selon ses mots, un camp de concentration...

Commenter  J’apprécie          303

Bon, j'avoue à ma grande honte que je ne connaissais pas Raphaël Pitti. Oui, à ma grande honte car j'ai découvert là un homme qui présente une haute stature morale.

Médecin urgentiste militaire, il se sent comme appelé à s'engager auprès de ses confrères dans le conflit syrien. C'est comme une vocation pour lui. Son expérience font effectivement de lui une recrue de choix et c'est une manière pour lui de dire non à l'indifférence, à l'inertie de nos consciences de nantis.

Nous découvrons que ses engagements d'enracinent dans une vie de foi qui n'a rien de celle du charbonnier, mais qui est réfléchie et lui donne la force de l'engagement et de la dénonciation de situation inacceptable.

Un livre magnifique, un témoignage qui donne à réfléchir.

Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation

A qui sommes-nous étrangers, si ce n'est à l'autre que l'on ne veut pas rencontrer? Il y a tellement plus de joie à aller à la rencontre de l'autre et à lui faire découvrir des choses qu'il ne peut pas voir.

Détaché de tout, en ayant la foi, l'amour, en vivant le présent sans me préoccuper de demain, je suis dans la confiance. Que m'importe ma vie, je me suis débarrassé de la mort, je n'ai plus peur de rien. Je suis partout chez moi. Je suis libre.

Commenter  J’apprécie          50

Quand on tue un médecin, un infirmier ou n'importe quelle personne qui soigne, c'est l'esprit même de l'humanité que l'on veut détruire.

Commenter  J’apprécie          70

Dénoncer la violence est aussi une forme d'urgence. Comment se taire devant l'horreur ? Comment lutter contre la banalisation du mal ? Comment éviter de s'habi-

tuer à la multiplicité des conflits et des troubles dans le

monde, et au Moyen-Orient en particulier ? Force est

de constater que ces guerres sont de plus en plus vite

oubliées. L'homme s'habitue à l'atrocité ou du moins il

s'est habitué à ne pas la voir. Je témoignerai parce que

je ne suis pas aveugle.

Commenter  J’apprécie          00

Je prie depuis l’enfance et, dans ces moments de prière, de relation avec Dieu, s’installent en moi la confiance, la sérénité, la paix et la joie ; s’éloignent les mauvaises pensées. Il m’arrive alors de répéter comme un mantra : « tu aimeras Dieu, de toute ton âme, de tout ton cœur, de toutes tes forces. » Rien ne peut me détourner de ces instants... Cette discipline m’aide à rester debout, à aller de l’avant.

Commenter  J’apprécie          00

Mais l’urgence ne concerne que les pays occidentaux développés (...). En cela aussi, la vie n’a pas le même prix selon où l’on se trouve.

Commenter  J’apprécie          00

Videos de Raphaël Pitti (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Pitti
C à vous https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite
— Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa —
Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5  | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/
Au programme : Invité : Raphaël Pitti, médecin humanitaire • Comment s'organise l'accueil des réfugiés ukrainiens en France? • 2 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays • Guerre en Ukraine : les enjeux de la crise humanitaire • Les couloirs humanitaires détournés comme arme de guerre • Guerre en Ukraine : la colère de Zelinsky • le goût amer des 11 ans de la révolution syrienne
+ Lire la suite
autres livres classés : Aide humanitaireVoir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2762 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre