AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicolas Pitz (Illustrateur)
ISBN : 2369815469
Éditeur : Rue de Sèvres (21/03/2018)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Paris 1964. C'est l'enchaînement d'une gifle idiote, d'une caille rôtie et d'une assiette de pommes de terre qui conduit Harry Bonnet, 16 ans, fils de cuisinier, au coeur des studios de cinéma hollywoodiens. Une nuit, il s'introduit en catimini sur le plateau 17 et... tombe nez à nez avec Alfred Hitchcock qui démarre un tournage dans le plus grand secret. Mais pourquoi Harry a-t-il désobéi au maître du suspense ? Pourquoi diable a-t-il regardé les premières minutes ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  18 avril 2018
Nous sommes en 1964, à Hollywood. Dans le plus grand secret, Alfred Hitchcock tourne un film inspiré de la pièce Mary-Rose de James Barrie, l'auteur de Peter Pan.
Après le tournage de Marnie (1964), Hitch rêvait de mettre en scène cette histoire de fantôme qui n'était pas sans rappeler L'Aventure de Madame Muir, de Mankiewicz mais on a sait désormais t que ce projet fut l'une des obsessions du maître qui ne parvint jamais à l'imposer à ses producteurs.
Si projet demeura sans suite, Malika Ferdjoukh dans un roman jeunesse paru à l'école des loisirs il Ya quelques années a imaginé toute une fiction autour de ce fantasme total pour une toute une génération de cinéphiles
Une histoire remise au gout du jour en BD en ce début 2018 par Malika Ferdjoukh elle-même aidé de Nicolas Pitz aux illustrations en imaginant un cuisinier d'une ancienne star du cinéma muet, Gustave Bonnet, cinéphile absolu chargé de préparer les sandwichs du grand Hitch et dont le fils Harry, seize ans et des rêves plein la tête,. Va jouer un rôle important dans la destinée de ce film maudit
Brodant son intrigue autour du tournage de Mary Rose, cette intrigue rocambolesque en diable enthousiasmera forcément tous les fous de cinéma et évoquer aussi un monde révolu le Hollywood des années soixante qui n'en finit pas de faire rêver des générations de cinéphile
Une ambiance hollywoodienne que les dessins de Nicolas Pitz instillent parfaitement pour un hommage au cinéma hitchcockien, avec pas mal de clins d'oeil aux scènes emblématiques du grand Hitch pour une histoire pleine d'action, et de passion du cinéma ! Un excellent album à recommander aux cinéphiles et même aux autres !!

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LoupAlunettes
  02 avril 2018
: Une nouvelle adaptation d'un roman jeunesse de Malika Ferdjoukh sous le label Rue de Sèvres, depuis les "Quatre Soeurs".
Je ne connaissais pas ce roman ci sous l'Ecole des Loisirs.
Une bonne occasion de m'y intéresser, une passerelle possible par ailleurs.

Il est question ici d'Alfred Hitchock, le vrai, l'unique.
Le cinéaste américain qui nous fit dresser les cheveux sur la tête avec "Psychose", encore aujourd'hui c'est incontournable, il nous donna la chair de poule avec "Les oiseaux".

Le film biopic éponyme de Sacha Gervasi est très intéressant sur les origines de ce film qui fit passer le réalisateur du policier au film d'épouvante, à voir absolument.

Il était pas facile de caractère, l'Alfred.
Qu'a à nous révéler l'adaptation BD ici présente?

La rencontre est vue à hauteur d'ado âgé de 16 ans.
Nous sommes en 1967 et le jeune Harry suit à Hollywood son père promu cuisinier personnel d'une star de ciné, par un concours de circonstance.
Tout est plus grand à Hollywood, les maisons, les jardins, les salles de bain, les rêves et les caprices.
Harry est, malheureusement pour lui et son père, un éléphant dans un jeu de quille, dans ce monde d'adultes où les frontières avec la comédie ne semblent pas toujours perceptibles. Il y a de la composition.

Le père de Harry est "prêté" pour le dernier tournage du cinéaste Alfred Hitchock et il prend garde de ne pas faire d'impair pour ne pas perdre son emploi, se montrer à la hauteur des exigences de l'estomac et des jeux de scène de la vie de tous les jours.
Harry,tout naturel qu'il est, manque de repères.

L'un des comédiens est victime d'une allergie et Harry sera alors "prêté" pour l'occasion.
"Ca tourne!"
Il a en effet la tête qui tourne.
Quelle opportunité de faire de la figuration, de fréquenter des stars, l'équipe de tournage et plus encore...Il se voit confier pour une question de temps le dernier rush du cinéaste, le dernier tournage auquel il venait d'assister, "Marie-Rose".

Attention lecteurs, vous allez basculer.
Saisi d'une tentation irrésistible, Harry l'emporte et jette donc un oeil sur le film tant attendu par la Critique, à la résidence où il loge, à l'abri des regards.
La bobine de ce film encore inconnu du public, devait survivre au réalisateur à priori comme un testament artistique, nouveau succès du box-office et le réalisateur survivra après sa mort (on en pensera ce que l'on voudra).

Sauf qu'elle disparaîtra la bobine de notre Toutankhamon.
La fiction rejoint la réalité et celle du jeune Harry devient un thriller pour récupérer la fameuse bobine qui a tant de prix.
Malika Ferdjoukh mêle fiction et réalité pour tisser son intrigue et nous faire entrer sur les coulisses et les plateaux d'un des plus grands cinéastes du film américain et du genre policier.
Il y aura du drame, de l'action et ...les coeurs vont battre.
Mais où est-donc cette satanée bobine?

Une Bd intéressante à plusieurs titres.
Pour les jeunes lecteurs qui ne connaîtraient pas encore Alfred Hitchcok, ça sera l'occasion de se réserver des soirées et de s'y mettre, de sortir le pop-corn, l'ouvrage refermé.
Plaisir et frissons garantis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
celosie77
  07 janvier 2019
J'adore Hitchcock donc évidemment, cette BD m'a attirée !
Pourtant j'ai eu un peu de mal à y entrer, décontenancée par cette histoire cousue de fil blanc d'un cuisinier qui se fait virer à cause de son fils et qui est immédiatement ré-embauché par une star du cinéma muet... et puis je ne suis pas très emballée par les dessins : par exemple, le fils qui est sensé avoir 16 ans plutôt l'air d'en avoir 10 et les femmes se ressemblent, j'ai eu du mal à ne pas les confondre.
Bon, à part ces petits bémols c'est une BD sympathique. On suit donc ce cuisinier et son fils qui arrivent à Hollywood et qui vont côtoyer l'univers du cinéma avec une petite enquête policière qui va apporter du mouvement et de l'aventure à une histoire qui me semblait bien plate au départ.
Je ne connaissais pas l'histoire de ce film que Hitchcock rêvait de tourner, c'est plaisant de voyager à Hollywood dans une ambiance surannée pleine de clichés et de clins d'oeil amusants.
Commenter  J’apprécie          50
Nadael
  06 avril 2018
1964… sur les hauteurs de Montmartre, dans un restaurant bondé, Gustave, cuistot et cinéphile, est aux petits soins pour Lina Lamont, ancienne star du cinéma muet. Mais le directeur du restaurant râle ; son assiette de volaille et pommes de terre est trop garnie. Enragé, il gifle en plein service Harry, le fils de Gustave. Ce dernier rend son tablier illico. Avec bonheur, l'actrice américaine, qui a adoré la caille rôtie, propose à Gustave de devenir son cuisinier personnel… à Berverly Hills.
Père et fils s'envolent donc pour Hollywood. Studios de cinéma, demeures fastueuses, belles voitures, soleil éclatant, mer plage et starlettes en bikini vichy, Harry est sur son petit nuage dans la cité des anges.
Grâce à Lina, Gustave va avoir le privilège de cuisiner pour l'équipe de tournage d'un film, avec au commande le célébrissime Alfred Hitchcock. Dans le plus grand secret, le réalisateur tourne Mary Rose – pièce de J.M Barrie (l'auteur de Peter Pan). Harry, futé, réussit à pénétrer sur le plateau et se retrouve par le plus grand des hasards avec la bobine du film – non achevé – entre les mains. Curieux et aussi passionné de cinéma que son père, il subtilise la bobine pour la visionner dans la salle de cinéma privé de Lina – avec l'idée de la rapporter le lendemain -. Seulement, rien ne se passe comme prévu. La bobine est dérobée. S'ensuit une course folle et périlleuse pour récupérer la fameuse bobine d'Alfred…
Adaptée d'un roman de Malika Ferdjoukh, cette BD est une réussite. J'ai adoré la fougue d'Harry, les dessins de Nicolas Pitz à l'ambiance chatoyante hollywoodienne nappée de suspense hitchcockien, les personnages secondaires si bien croqués et les clins d'oeil de scènes emblématiques du grand Alfred. Une BD à dévorer!
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
stephanieplaisirdelire
  01 mai 2018
La bobine d'Alfred est une plongé (en images) dans l'univers du cinéma des années 60 du point de vue d'un adolescent. Pleine d'action et de stars, l'intrigue rocambolesque est délicieuse et permet de s'immiscer dans le monde d'Hollywood et de faire connaissance, pour les plus jeunes surtout, avec le grand Alfred Hitchcock.
L'ambiance et l'atmosphères sont agréables mais il reste comme un petit goût de trop peu, trop vite lu, trop vite parcouru. On en aurait voulu un peu plus, un peu plus de vignettes colorées, un peu plus de clins d'oeil à l'univers hitchcockien, un peu plus de développement dans le scénario qui, à l'image de l'intrigue, va évidemment vite, mais trop à mon goût. ........................
Lien : https://libre-r-et-associes-..
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (1)
Ricochet   01 octobre 2018
Le déroulé se veut totalement fidèle au roman, obligé cependant d'éluder une bonne partie des réparties fines de Malika Ferdjoukh. C'est sans doute là un unique et petit regret.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
manU17manU17   25 novembre 2017
Mon père voulait m'appeler Cary. Comme Cary Grant. A la mairie, l'employé de l'état civil refusa net. A mon père qui objectait que c'était le prénom de l'acteur le plus élégant du monde, l'homme rétorqua qu'à lui, ça lui faisait penser à un trou pourri dans une dent.
Commenter  J’apprécie          170
MuBoDocMuBoDoc   12 février 2019
Je la reconnus immédiatement. Plus de 50 ans après, le vieil homme que je suis redevint soudain l'adolescent qu'il avait été.
Commenter  J’apprécie          00
cdicollegeguisthaucdicollegeguisthau   12 février 2019
Lina Lamont, je ne l'avais jamais vue. Les actrices je les préférais avec une voix, comme Natalie Wood ou Sophia Loren.
Commenter  J’apprécie          00
TakalirsaTakalirsa   25 décembre 2018
Quand il était jeune, Hitchcock a vu la pièce. Ça l'a bouleversé. Voilà quarante ans qu'il rêve d'en faire un film.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : alfred hitchcockVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5272 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre