AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226220852
Éditeur : Albin Michel (01/04/2011)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 50 notes)
Résumé :
" Notre mémoire est pleine de mots.
Il suffit de puiser dedans. On trouvera dans ce dictionnaire très personnel des mots qui m'ont accompagné dans ma vie professionnelle comme, précisément, dictionnaire et mot. Plus apostrophe, orthographe, écrivain, lecture, bibliothèque, guillemets... A ceux-là s'ajoutent une ribambelle d'autres mots qui relèvent de ma vie privée, de mes souvenirs intimes, de mes manières d'être, de ma psychologie d'enfant et d'adulte, de m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Tempuslegendae
01 décembre 2012
Ce n'est un secret pour personne, Bernard PIVOT vit entouré de livres comme le chasseur se sent bien avec sa meute.
Ecrivain de renom, certes, il est bien plus que ça; l'académicien du Goncourt évoque la littérature, la lecture et la façon d'écrire au quotidien. Il est tout simplement journaliste littéraire, critique, mais il écoute surtout. Chargé de la pré-lecture d'une production livresque de plus en plus abondante, M. PIVOT se plait à découvrir à date calendaire le chef-d'oeuvre du moment; il pratique ce recul à la fois douillet et personnalisé du critique universitaire, il en a fait sa passion. C'est dire à quel point l'engagement des autres à travers leurs textes, de son écriture, et son désir de créer lui aussi «l'évènement» au même titre que ses invités, peut constituer un terrain de lettres de prédilection pour l'amoureux des mots.
Tel un roman d'amour pour celui qui l'a écrit, «Les mots de ma vie» pourrait se résumer dans ce titre, la magie du mot par la définition qu'il dégage, son parfum enivrant.
«Il ne se passe pas de jour que je n'ouvre un dictionnaire.
C'est une nécessité parce que je ne sais pas tout, loin de là.
Je ne suis pas sûr de moi, j'oublie, je confonds.
C'est un plaisir, parce que j'apprends, je découvre, je me rappelle, je rectifie.
Je suis un ignorant éclairé.»
La modestie, la sienne, fut toujours là, invitée en permanence près de lui, dans son salon cathodique aux côtés d'illustres écrivains qui ont fait la fierté de ses émissions.
P. BOUSSEL avait dit: «Le succès remporté aujourd'hui par un livre qui a été cité lors d'une émission de télévision surprend encore ceux qui prédisaient la mise à mort de la lecture par le triomphe de l'audiovisuel»
Bernard PIVOT en avait été convaincu depuis bien longtemps, car par amour du livre, et des mots qui ont bâti sa passion, il n'aurait, je pense, jamais écrit un seul mot contre ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
emeralda
26 septembre 2011

Bernard Pivot est pour moi un monument. J'ai pu regarder dans le passé ses émissions littéraires. J'étais jeune, parfois trop pour tout saisir, mais qu'importe cela m'a ouvert les yeux encore plus grands qu'ils ne l'étaient déjà à l'époque. J'ai découvert l'univers de la grande littérature contemporaine.
Pour autant, je n'ai jamais lu auparavant un ouvrage signé par l'ex présentateur tv et journaliste devenu une sorte de légende.
"les mots de ma vie" fut donc une première, mais pas une dernière expérience de lecture de Monsieur Pivot.
On débute comme il se doit avec un mot d'accueil. On entre vraiment dans le monde de Bernard Pivot. C'est comme un parc d'attraction littéraire sur papier. Je vous assure que je n'exagère pas et que c'est ce que j'ai ressenti.
Et non, ce n'est pas trop intellectuel comme amusement car la langue française, c'est la notre. Tout le monde peut participer.
Et vous verrez, vous pourriez être fort surpris. Bernard Pivot n'est pas un saint, n'est pas un surhomme, ni même un être parfait. Certes, je l'ai qualifié de légende, de mythe, mais en réalité, c'est avant tout un homme qui revient à travers un choix de mots sur sa vie, son destin.
L'ouvrage n'est pas un roman, mais plutôt une sorte de dictionnaire personnel avec les mots qui comptent, qui ont une histoire un peu particulière. Les définitions sont riches, abondantes, éclatantes, étoffées, anecdotiques, amusantes, mais pas pédantes, ni prétentieuses, encore moins mielleuses ou doctorales.
L'auteur nous offre là des explications, des précisions exclusives, quelques fois intimes, souvent généreuses. On bénéficie d'un regard neuf, frais, inédit, original qui me plait beaucoup et cela est peu dire.
Je vous assure que ce n'est jamais barbant, casse-pieds ou même assommant. Bien au contraire, c'est assez stimulant. Cela nous incite à aller plus loin dans notre découverte, à réfléchir au sens que l'on donnerait nous même à ces mots choisis. Bref, c'est une lecture qui nous en apprend beaucoup sur son auteur, mais aussi sur nous-même quand on y pense. Chacun d'entre nous pourrait écrire un livre ayant pour titre : Les mots de ma vie. Chaque ouvrage serait différent même si on y retrouverait sans doute des termes en commun. Leur sens serait distinct.
Certaines définitions sont parfois un peu académiques (Bernard Pivot n'est pas seulement un journaliste pour ma part, mais plus que cela. Il est devenu un homme de lettres), enfin au début, mais très vite, on en vient à l'aspect plus personnel, plus anecdotique sans être pour autant dénué de sens et toujours en lien fort avec le mot de départ.
J'ai apprécié certains termes plus que d'autres. Ils trouvaient en moi un écho favorable. Je pense par exemple à Chambre-bibliothèque (c'est tout l'article qu'il faudrait vous citer car rien n'est à jeter dedans !).
J'ai eu aussi un faible pour : Chat (1) et Chat (2) car je suis une amoureuse des félins, c'est bien connu (enfin pour mes proches).
Pour le terme Chevreau, j'en ai eu les cheveux droits sur la tête et il m'a semblé entendre raisonner dans mes oreille le cri qu'à pu poussé Bernard Pivot alors enfant et découvrant ce qui lui a laissé un tel souvenir cauchemardesque.
Oui la lettre C, m'a inspiré, mais ce ne fut pas la seule.
J'ai ri en imaginant certaines scènes relatée par Bernard Pivot. C'était cocasse à souhait.
D'autres fois, j'en ai presque pleuré. Je suis peut-être trop sensible. J'ai éprouvé de l'empathie plus que de raison ?
Je me suis cultivée. J'ai appris, j'ai redécouvert des mots.
J'ai été surprise. Je trouve que Bernard Pivot est un homme de son temps. Il a pourtant un certain âge (S'il me lit - ce qui est peu probable-, c'est certain, j'ai intérêt à ne jamais le rencontrer car en disant cela je signe mon arrêt de mort ou au mieux mon bon pour une paire de gifles), mais il est moderne, pas pédant. Il n'est pas un has-been comme on dit aujourd'hui. Il vit avec son époque, ses forces et ses faiblesses. Il emploie des termes familiers et jongle avec habileté avec les subtilités de notre langue.
Cet ouvrage peut se lire de différentes manières. Toutes conviendront, il n'en n'existe aucune qui soit préférable à une autre. Il suffit de trouver la sienne.
On peut le lire d'une traite ou presque.
On peut le lire dans l'ordre ou le désordre. Y piocher ici ou là un mot. S'en faire une petite recréation.
On peut le lire par petites touches pour mieux le savourer.
Etc.
A vous de trouver la votre. Elle sera peut-être même novatrice qui sait ?
En ce qui me concerne, je l'ai lu en plusieurs soirées, dans l'ordre. J'ai toutefois marquer une courte pause à chaque nouveau terme abordé. Un peu comme pour mûrir ce que je venais de lire, le méditer un peu, me l'approprier légèrement. C'était aussi pour être en quelque sorte prête pour découvrir le terme suivant. Je reprenais mon souffle car chaque mot possédait (possède encore) une énergie propre que je devais pouvoir appréhender.
vous l'avez compris, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire cet ouvrage aussi je vous le recommande chaudement.
En guise de conclusion, je citerai : Un chef-d'oeuvre de la littérature n'est jamais qu'un dictionnaire en désordre. - Jean Cocteau
Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
morin
23 juin 2011
raconter sa vie sous la forme d'un dictionnaire est ingénieux et agréable pour le lecteur qui peut ainsi naviguer dans le livre selon son bon plaisir et sans risque de rater une période ou un événement de la vie de l'écrivain. Ce livre, plein d' amour pour la lecture,où l 'humour est présent, se savoure comme un bon repas.
Commenter  J’apprécie          60
muse2805
29 juin 2012
Je ne m'en lasse pas, de piocher et repiocher au gré des envies, un mot par ci un par là.. je trouve cet ouvrage très complet... un peu d'autobiographie , de l'humour de la tendresse et tellement de cette jolie langue française! Sans compter le nombre d'expressions et de mots nouveaux désormais à mon actif, je recommande !
Commenter  J’apprécie          50
jack56
12 septembre 2011
Autant j'ai apprécié pendant des années, Bernard PIVOT en tant que journaliste littéraire, mais en tant qu'écrivain je n'y trouve aucun intérêt, je me suis ennuyé durant ma lecture.
Commenter  J’apprécie          30

Les critiques presse (3)
LaPresse05 août 2011
Bref, c'est tout plein de trouvailles («Carabistouille», vous connaissez?) et de confidences, mais peu de surprises, rendues avec beaucoup d'esprit, loin de la pédanterie - c'était sa marque après tout -, et ça se termine sur «Zut! Le livre est fini»...
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse16 juin 2011
C'est tout plein de trouvailles («Carabistouille», vous connaissez?) et de confidences, mais peu de surprises, rendues avec beaucoup d'esprit, loin de la pédanterie - c'était sa marque après tout -, et ça se termine sur «Zut! Le livre est fini»...
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeSoir14 juin 2011
Un pseudo-dictionnaire qui compose le portrait d'un journaliste, d'un lecteur et d'un homme (petit garçon pendant la guerre, adolescent amoureux, mari, père). Difficile de ne pas être ému devant l'itinéraire de ce « sentimental chanceux », selon ses mots, ce gourmand de la vie, pimenté de notes de fiction.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations & extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
mireille.lefustecmireille.lefustec13 avril 2012
Vieillir,c'est chiant. J'aurais pu dire:vieillir,c'est désolant,c'est insupportable,c'est douloureux,c'est horrible,c'est déprimant,c'est mortel. Mais j'ai préféré "chiant " parce que c'est un adjectif vigoureux qui ne fait pas triste.
Commenter  J’apprécie          381
muse2805muse280501 juillet 2012
Ego:
Nom masculin. Invariable.Un ego ne varie pas, ne transige pas, ne s'abaisse pas, reste toujours au sommet de sa considération.
L'ego ne peut pas prendre la marque du pluriel.Un authentique et puissant ego refuse d'être mêlé à des moi moi moi subalternes ou d'imposteurs.
Un ego n'a pas d'accent sur le e. Ce serait un pléonasme.Car il est dans la nature même de l'ego de mettre constamment l'accent sur lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
boubiboubi06 septembre 2011
Mieux vaut avoir un incontestable talent d'écrivain et commettre des fautes dans l'écriture des mots qu'avoir une orthographe irréprochable mise au service d'un style médiocre.
Il y aura toujours des correcteurs - hommes ou ordinateurs - pour redresser votre orthographe, alors que personne ne vous tiendra la main pour vous donner du talent.
Commenter  J’apprécie          161
KittiwakeKittiwake01 février 2016
il ne faut pas considérer le temps qui nous reste comme un capital.
Mais comme un usufruit dont, tant que nous en sommes capables, il faut jouir sans modération.
Commenter  J’apprécie          300
raynald66raynald6607 mars 2015
Et si les plus beaux mots étaient les noms de pays, de lieux, surtout de villages et de villes, qu'ils soient de France ou d'ailleurs ?
Il me semble que si j'avais eu le talent de poète. J'aurais farci mes poèmes de ces noms qui chantent le voyage, l'aventure, l'exotisme, la terre cartographiée mais libre. La longue marche des hommes et leur volonté, un jour, de se fixer dans des vallées, dans des ports, à la lisière des déserts ou à flancs de montagne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Bernard Pivot (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Pivot
Bernard Pivot - La mémoire n'en fait qu'à sa tête
autres livres classés : dictionnaireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Bernard Pivot

Dans quelle ville Bernard Pivot voit-il le jour?

Lille
La Rochelle
Lyon
Landivisiau

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Bernard PivotCréer un quiz sur ce livre
. .