AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226220851
320 pages
Éditeur : Albin Michel (01/04/2011)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 71 notes)
Résumé :
" Notre mémoire est pleine de mots.
Il suffit de puiser dedans. On trouvera dans ce dictionnaire très personnel des mots qui m'ont accompagné dans ma vie professionnelle comme, précisément, dictionnaire et mot. Plus apostrophe, orthographe, écrivain, lecture, bibliothèque, guillemets... A ceux-là s'ajoutent une ribambelle d'autres mots qui relèvent de ma vie privée, de mes souvenirs intimes, de mes manières d'être, de ma psychologie d'enfant et d'adulte, de m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
glegat
  02 mai 2020
Bernard Pivot est un oxymore ! (Si tant est qu'il soit permis de personnifier une figure de style). Autour de ses émissions littéraires, il a réussi à réunir deux types de lecteurs qui ne se retrouvent pas souvent ensemble : le prolétaire et l'aristocrate ou encore le populaire et le sophistiqué ou bien l'intellectuel et l'affectif, bref un très large public qui communiait dans une même ferveur tous les vendredis soir entre 1975 et 1990 avec l'émission qui l'a rendu célèbre, "Apostrophe", diffusée sur Antenne 2 : sept cent vingt quatre émissions, excusez du peu, et je ne compte pas "ouvrez les guillemets" sa première émission diffusée de 1973 à 1974, ni "Bouillon de culture" de 1991 à 2001 et "Double je" de 2002 à 2005.
 Bernard Pivot, écrivain, journaliste, animateur de télévision, critique littéraire, boulimique de lecture, passionné de football et de gastronomie, œnologue distingué, incarne pour un grand nombre de Français l'amour des livres et de la langue française. Il est l'une des personnalités du monde de la culture les plus médiatisées, disons même qu'il est devenu un mythe. Pour autant ce n'est pas un surhomme, ni un saint, il a ses défauts comme tout le monde. Il est touchant de recueillir ses confidences à propos du temps passé à lire, tout ce temps qu'il n'a pas donné à sa famille, il va jusqu'à formuler des reproches à ces "salauds de livre !" qui ne lui ont pas permis d'être un père et un mari aussi présent qu'il aurait souhaité. En cherchant bien on peut aussi lui reprocher une tendance au sexisme, comme en témoigne un récent tweet, d'un humour déplacé, à propos de Greta Thunberg.
 Cet épicurien voulait devenir joueur de foot ou écrivain, mais sa modestie l'a conduit à admirer les autres plutôt que de se mettre en avant, il est ainsi devenu le plus grand lecteur du siècle. Mais par un juste retour des choses, et bien qu'il n'ait écrit qu'un seul roman "L'amour en vogue" publié en 1959, il est aussi connu, voire plus célèbre que beaucoup des écrivains qu'il a soumis au feu roulant de ses questions.
 À quoi doit-il cet immense succès ? À ses qualités de journalistes d'abord remarquées par les directeurs de chaîne, mais surtout à son amour des livres porté par une grande puissance de travail, deux qualités qui lui ont permis de consacrer pendant des années près de dix heures par jour à la lecture. Faisons le calcul : cinq livres par semaine en moyenne sur onze mois par an pendant les quinze années d'Apostrophe, cela fait trois mille six cents livres ! Un crayon toujours à portée de main, il note sur des fiches les observations et réflexions qui lui permettront de poser les questions les plus originales ou les moins attendues. Il lit tout de la première à la dernière page à un rythme normal, "Pas de méthode de lecture rapide. Sinon, comment juger le style ?" précise-il dans son livre "Les mots de ma vie".
 Mais ce travail n'explique pas tout. Bernard Pivot est un homme qui inspire à tous un élan de sympathie ; sa modestie, sa spontanéité, sa fougue, son œil pétillant de malice en font une sorte de Colombo de la critique littéraire. Il ne porte pas d'imperméable, mais des vestes classiques, plutôt banales et une cravate qui le font passer tout à fait inaperçu sur un plateau de télévision, si ce n'était ce petit quelque chose en plus, une coiffure pas toujours bien structurée et des lunettes en demi-lune qui, lorsqu'il regarde par-dessus les verres, lui donne un air inquisitorial parfois déstabilisant pour l'interlocuteur. Et surtout, deux accents circonflexes épais et broussailleux au-dessus de ses yeux curieux et attentifs, comme deux interjections Ô Ô dont la définition, cela ne s'invente pas, est : "particule servant à apostropher" (Le Larousse du XXe siècle). Ce qui lui permet d'exprimer avec intensité une très large gamme de sentiments, de l'admiration à l'étonnement en passant par la joie et la colère. Ses questions sont toujours posées de manière incidente, avec parfois un peu d'hésitation, avec bonhomie et humilité, l'air de rien, mais il fait preuve d'une grande opiniâtreté, il va au bout de ses enquêtes et ne néglige pas les détails, il sait insister et gronder gentiment son interlocuteur s'il sent que celui-ci tente d'esquiver une question. Ses manières sont polies, son langage très correct et il se montre toujours très respectueux et ne cache pas son admiration ni son agacement parfois. Ce charme léger, associé à son enthousiasme, son humour, sa passion, rendent toujours intéressantes ses interventions. Ses questions sont d'apparences naïves, mais au bout du compte elles permettent de cerner une personnalité ou une œuvre et en tout cas de mettre en valeur ses invités. J'adore Bernard Pivot, aujourd'hui, à 84 ans, il est toujours aussi pétillant, jeune, spontané ouvert à l'avenir et plein de projets, même si, l'âge ayant ses effets, il témoigne d'une certaine nostalgie dans ses derniers livres. Son secret de longévité intellectuelle ? sans doute la curiosité.
 Son ouvrage "Les mots de ma vie" est un dictionnaire composé des mots qui ont accompagné sa vie professionnelle, on y trouvera des mots comme bibliothèque, lecture, apostrophe, écrivain, mais aussi beaucoup d'autres mots prétextes à évoquer des souvenirs, des anecdotes ou pour exprimer des idées, nous faire partager son humour. On s'amuse, on s'instruit, et l'on découvre ou redécouvre un homme profondément attachant doté d'une tournure d'esprit originale qui aborde tous les sujets sous des angles inattendus avec un style bien à lui. À l'image de Pierre Larousse dont il est un grand lecteur, Bernard Pivot se 'livre' à nous dans un 'dictionnaire', que demander de plus à un homme qui a consacré une grande partie de sa vie à nous faire aimer la lecture ?
 Voici deux extraits :
"Affiquet : Non, le très modeste petit bijou que je lui ai offert, ce n'était pas une babiole, ni un colifichet, ni un brimborio, ni une breloque, ni une pacotille, ni un de ces affûtiaux qui sont proposés sur les trottoirs, ni un fifrelin, ni une bagatelle, quoique ce mot soit assez gracieux, et encore moins de la camelote ou du toc, non, c'était un affiquet, mot qui a ajouté de la rareté, du chic et de la valeur à cette broche de rien du tout qu'elle a accrochée à sa veste."
"Salon-bibliothèque : Quelles que soient l'ancienneté des reliures, l'originalité des collections, la rareté des éditions de luxe, la beauté des grands papiers, la distinction des exemplaires numérotés, non coupés, rien ne vaut, dans un salon ou une salle de séjour, l'alignement sur les rayonnages de centaines de livres d'édition courante, y compris de poche, dont on voit bien, aux rides de leurs dos, à la patine du temps, à une légère fatigue générale, qu'ils ont été lus, puis jugés dignes, sur leur contenus et non sur leur apparence, de rester à demeure, sous le regard proche et reconnaissant des habitants du lieu."
 Alors nous aussi soyons reconnaissants, inclinons-nous devant le maître, nous lui devons tant.
Bibliographie :
- "Les mots de ma vie", Bernard Pivot, Albin Michel (2011), 363 pages.
- "L'amour en vogue", roman, Bernard Pivot, Calmann-Lévy, le livre de poche (1975) première publication en 1959, 223 pages.
- "Le métier de lire, réponses à Pierre Nora, d'Apostrophe à Bouillon de culture", Bernard Pivot, Gallimard (2001), 352 pages.
- "Lire !", Bernard Pivot et Cécile Pivot, Flammarion (2018), 190 pages (très beau livre sur le plaisir et la manière de lire, avec de nombreuse photos et illustrations).
Vidéos :
- "Les grands entretiens de Bernard Pivot", Gallimard/Ina/Le Monde (2009), Avec Albert Cohen, Françoise Dolto, Georges Dumézil, Marguerite Duras, Louis Guilloux, Marcel Jouhandeau, Claude Lévi-Strauss, Vladimir Nabokov, Georges Simenon et Marguerite Yourcenar. Coffret de 10 DVD vendus ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
emeralda
  26 septembre 2011

Bernard Pivot est pour moi un monument. J'ai pu regarder dans le passé ses émissions littéraires. J'étais jeune, parfois trop pour tout saisir, mais qu'importe cela m'a ouvert les yeux encore plus grands qu'ils ne l'étaient déjà à l'époque. J'ai découvert l'univers de la grande littérature contemporaine.
Pour autant, je n'ai jamais lu auparavant un ouvrage signé par l'ex présentateur tv et journaliste devenu une sorte de légende.
"les mots de ma vie" fut donc une première, mais pas une dernière expérience de lecture de Monsieur Pivot.
On débute comme il se doit avec un mot d'accueil. On entre vraiment dans le monde de Bernard Pivot. C'est comme un parc d'attraction littéraire sur papier. Je vous assure que je n'exagère pas et que c'est ce que j'ai ressenti.
Et non, ce n'est pas trop intellectuel comme amusement car la langue française, c'est la notre. Tout le monde peut participer.
Et vous verrez, vous pourriez être fort surpris. Bernard Pivot n'est pas un saint, n'est pas un surhomme, ni même un être parfait. Certes, je l'ai qualifié de légende, de mythe, mais en réalité, c'est avant tout un homme qui revient à travers un choix de mots sur sa vie, son destin.
L'ouvrage n'est pas un roman, mais plutôt une sorte de dictionnaire personnel avec les mots qui comptent, qui ont une histoire un peu particulière. Les définitions sont riches, abondantes, éclatantes, étoffées, anecdotiques, amusantes, mais pas pédantes, ni prétentieuses, encore moins mielleuses ou doctorales.
L'auteur nous offre là des explications, des précisions exclusives, quelques fois intimes, souvent généreuses. On bénéficie d'un regard neuf, frais, inédit, original qui me plait beaucoup et cela est peu dire.
Je vous assure que ce n'est jamais barbant, casse-pieds ou même assommant. Bien au contraire, c'est assez stimulant. Cela nous incite à aller plus loin dans notre découverte, à réfléchir au sens que l'on donnerait nous même à ces mots choisis. Bref, c'est une lecture qui nous en apprend beaucoup sur son auteur, mais aussi sur nous-même quand on y pense. Chacun d'entre nous pourrait écrire un livre ayant pour titre : Les mots de ma vie. Chaque ouvrage serait différent même si on y retrouverait sans doute des termes en commun. Leur sens serait distinct.
Certaines définitions sont parfois un peu académiques (Bernard Pivot n'est pas seulement un journaliste pour ma part, mais plus que cela. Il est devenu un homme de lettres), enfin au début, mais très vite, on en vient à l'aspect plus personnel, plus anecdotique sans être pour autant dénué de sens et toujours en lien fort avec le mot de départ.
J'ai apprécié certains termes plus que d'autres. Ils trouvaient en moi un écho favorable. Je pense par exemple à Chambre-bibliothèque (c'est tout l'article qu'il faudrait vous citer car rien n'est à jeter dedans !).
J'ai eu aussi un faible pour : Chat (1) et Chat (2) car je suis une amoureuse des félins, c'est bien connu (enfin pour mes proches).
Pour le terme Chevreau, j'en ai eu les cheveux droits sur la tête et il m'a semblé entendre raisonner dans mes oreille le cri qu'à pu poussé Bernard Pivot alors enfant et découvrant ce qui lui a laissé un tel souvenir cauchemardesque.
Oui la lettre C, m'a inspiré, mais ce ne fut pas la seule.
J'ai ri en imaginant certaines scènes relatée par Bernard Pivot. C'était cocasse à souhait.
D'autres fois, j'en ai presque pleuré. Je suis peut-être trop sensible. J'ai éprouvé de l'empathie plus que de raison ?
Je me suis cultivée. J'ai appris, j'ai redécouvert des mots.
J'ai été surprise. Je trouve que Bernard Pivot est un homme de son temps. Il a pourtant un certain âge (S'il me lit - ce qui est peu probable-, c'est certain, j'ai intérêt à ne jamais le rencontrer car en disant cela je signe mon arrêt de mort ou au mieux mon bon pour une paire de gifles), mais il est moderne, pas pédant. Il n'est pas un has-been comme on dit aujourd'hui. Il vit avec son époque, ses forces et ses faiblesses. Il emploie des termes familiers et jongle avec habileté avec les subtilités de notre langue.
Cet ouvrage peut se lire de différentes manières. Toutes conviendront, il n'en n'existe aucune qui soit préférable à une autre. Il suffit de trouver la sienne.
On peut le lire d'une traite ou presque.
On peut le lire dans l'ordre ou le désordre. Y piocher ici ou là un mot. S'en faire une petite recréation.
On peut le lire par petites touches pour mieux le savourer.
Etc.
A vous de trouver la votre. Elle sera peut-être même novatrice qui sait ?
En ce qui me concerne, je l'ai lu en plusieurs soirées, dans l'ordre. J'ai toutefois marquer une courte pause à chaque nouveau terme abordé. Un peu comme pour mûrir ce que je venais de lire, le méditer un peu, me l'approprier légèrement. C'était aussi pour être en quelque sorte prête pour découvrir le terme suivant. Je reprenais mon souffle car chaque mot possédait (possède encore) une énergie propre que je devais pouvoir appréhender.
vous l'avez compris, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire cet ouvrage aussi je vous le recommande chaudement.
En guise de conclusion, je citerai : Un chef-d'oeuvre de la littérature n'est jamais qu'un dictionnaire en désordre. - Jean Cocteau
Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
nbocklandt
  18 juin 2018
Quelques mots que Monsieur Pivot affecte particulièrement. Quelques mots par jour, pour moi avec la fraîcheur d'esprit qu'est celle de Bernard Pivot ;) Délicieuse lecture à prendre par petits morceaux...
Commenter  J’apprécie          130
JeanPierreV
  06 mars 2020
De très nombreux moments de bonheur : je viens de finir, après plusieurs semaines de lecture, un mot par-ci, un mot par-là, "Les mots de ma vie " de Bernard Pivot.
Monsieur Pivot est un épicurien, amateur de bonne chair, de bons vins et des mots! Ce livre n'est pas un roman, mais une cave de grands crus, de petits vins de pays, qu'on découvre au hasard des pages, une boite de bons chocolats qui doivent être dégustés à petite gorgée, à petite dose! On ne vide pas sa cave d'un coup! On apprécie chaque bouteille, on la boit dans telle ou circonstance. Chacune a sa personnalité!
Il en est de même des mots!
À chacun son anecdote, son histoire, son trait d'humour, son trait d'humeur!
L'amour et l'amitié en quelques phrases :
Amour :
"Il en est de l'amour comme de la politique : les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent et qui y croient.... Aimer est le verbe le plus compliqué à conjuguer au futur surtout au futur dit simple... Aimer est un verbe qui se conjugue au présent, souvent très vite au passé et quoi qu'on fasse à l'imparfait... le temps est le meilleur allié ou le pire ennemi de l'amour, surtout quand l'amour s'inscrit dans le temps..."
Amitié:
"L'infidélité en amitié est inexcusable. Alors qu'en amour...La chair est faible. Il n'y a pas de chair dans l'amitié, il y a surtout des atomes crochus, des neurones, des gestes, des sourires, des rixes, du verbe, des élans du coeur.La table est à l'amitié, ce que le lit est à l'amour"
350 pages de tendresse, de bonheur, de sourires, d'humour, d'humeurs, de rencontres, d'amitié(s), de bonne bouffe.....
Encore! encore !
Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Klergau
  10 janvier 2019
Que j'ai aimé ! Voici je ne sais combien d'articles qui racontent la vie de Bernard Pivot avec les mots. le livre est rempli d'informations pertinentes et amusantes, pleines de finesse. Et si l'étymologie vient à la rescousse quelquefois, c'est le plus souvent l'expérience et la culture qui leur donnent saveur et couleur.
C'est à un véritable voyage à travers les mots que nous convie Pivot et il nous donne presque le goût de créer notre propre dictionnaire personnel. À lire à petites doses et pour le plaisir de les découvrir et de partager un peu de la vie de l'homme aussi.
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (3)
LaPresse   05 août 2011
Bref, c'est tout plein de trouvailles («Carabistouille», vous connaissez?) et de confidences, mais peu de surprises, rendues avec beaucoup d'esprit, loin de la pédanterie - c'était sa marque après tout -, et ça se termine sur «Zut! Le livre est fini»...
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse   16 juin 2011
C'est tout plein de trouvailles («Carabistouille», vous connaissez?) et de confidences, mais peu de surprises, rendues avec beaucoup d'esprit, loin de la pédanterie - c'était sa marque après tout -, et ça se termine sur «Zut! Le livre est fini»...
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeSoir   14 juin 2011
Un pseudo-dictionnaire qui compose le portrait d'un journaliste, d'un lecteur et d'un homme (petit garçon pendant la guerre, adolescent amoureux, mari, père). Difficile de ne pas être ému devant l'itinéraire de ce « sentimental chanceux », selon ses mots, ce gourmand de la vie, pimenté de notes de fiction.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
mireille.lefustecmireille.lefustec   13 avril 2012
Vieillir,c'est chiant. J'aurais pu dire:vieillir,c'est désolant,c'est insupportable,c'est douloureux,c'est horrible,c'est déprimant,c'est mortel. Mais j'ai préféré "chiant " parce que c'est un adjectif vigoureux qui ne fait pas triste.
Commenter  J’apprécie          513
muse2805muse2805   01 juillet 2012
Ego:
Nom masculin. Invariable.Un ego ne varie pas, ne transige pas, ne s'abaisse pas, reste toujours au sommet de sa considération.
L'ego ne peut pas prendre la marque du pluriel.Un authentique et puissant ego refuse d'être mêlé à des moi moi moi subalternes ou d'imposteurs.
Un ego n'a pas d'accent sur le e. Ce serait un pléonasme.Car il est dans la nature même de l'ego de mettre constamment l'accent sur lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
boubiboubi   06 septembre 2011
Mieux vaut avoir un incontestable talent d'écrivain et commettre des fautes dans l'écriture des mots qu'avoir une orthographe irréprochable mise au service d'un style médiocre.
Il y aura toujours des correcteurs - hommes ou ordinateurs - pour redresser votre orthographe, alors que personne ne vous tiendra la main pour vous donner du talent.
Commenter  J’apprécie          212
KittiwakeKittiwake   01 février 2016
il ne faut pas considérer le temps qui nous reste comme un capital.
Mais comme un usufruit dont, tant que nous en sommes capables, il faut jouir sans modération.
Commenter  J’apprécie          310
raynald66raynald66   07 mars 2015
Et si les plus beaux mots étaient les noms de pays, de lieux, surtout de villages et de villes, qu'ils soient de France ou d'ailleurs ?
Il me semble que si j'avais eu le talent de poète. J'aurais farci mes poèmes de ces noms qui chantent le voyage, l'aventure, l'exotisme, la terre cartographiée mais libre. La longue marche des hommes et leur volonté, un jour, de se fixer dans des vallées, dans des ports, à la lisière des déserts ou à flancs de montagne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Videos de Bernard Pivot (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Pivot
Un dîner littéraire avec Bernard et Cécile Pivot - C à Vous - 27/03/2018
autres livres classés : dictionnaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Bernard Pivot

Dans quelle ville Bernard Pivot voit-il le jour?

Lille
La Rochelle
Lyon
Landivisiau

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Bernard PivotCréer un quiz sur ce livre
.. ..