AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756020591
Éditeur : Delcourt (20/04/2011)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 24 notes)
Résumé :
De mémoire d'homme, on n'avait jamais vu pareille famine. Face au péril qui menace le peuple tout entier, Anki et Tagak, deux jeunes chasseurs intrépides, sont envoyés visiter la déesse des mers. Ils doivent parvenir à charmer, puis peigner la divinité dont la chevelure retient phoques et morses au fond de l'eau. Ils ignorent alors que cette épreuve les entraînera dans une surprenante aventure...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Maks
  29 septembre 2016
Un one shot assez bon même si le style ne m'as pas trop accroché visuellement, l'histoire tel un conte onirique chez les Inuits, avec tout ce qui va avec de croyances et magie est par contre assez belle, sympa comme découverte !
Commenter  J’apprécie          240
LiliGalipette
  08 juin 2011
Roman graphique de Pierre Place.
Ce froid et cette faim qui déciment le clan, on n'en avait pas connu de mémoire d'anciens. La laideur des corps affamés et des esprits fatigués ne peut pas continuer. Il faut apaiser la Dame sous la Mer, la séduire, la coiffer et libérer de ses cheveux les phoques, les morses et les guillemots. Tagak et Anki, deux jeunes chasseurs maladroits, décident de tenter l'aventure. « Bien plus que de grands chamans, c'est de beaux jeunes hommes que la Dame sous la Mer a besoin. » (p. 39) Ce qui se passe alors sous la banquise appartient à la légende. Mais les suites de cette expérience poursuivent Tagak et Anki. Leurs épouses le sentent : les deux hommes ont irrités les esprits, les dieux et les géants. Ces derniers exigent réparation et le tribut à verser sera extraordinaire.

Amaat ou Celle qui qui Réchauffe l'hiver est une vieille femme, une conteuse. Des décennies plus tôt, elle est celle qui a sauvé le clan en faisant revenir le printemps. Elle communie avec les esprits et elle sait les sacrifices et les quêtes à mener pour apaiser les divinités. Il n'y a pas de frontière infranchissable entre le monde des hommes et celui des forces de la nature. le progrès n'y change rien : ces deux univers restent liés. « Tout ce qui se passe dans le monde des esprits ne peut pas être jugé ici, parmi les hommes. » (p. 94) L'ordre du monde passe par ce subtil équilibre entre visible et invisible.
La magie et la mythologie des Inuits sont superbement mises à l'honneur dans cette bande dessinée qui fait aussi la part belle à l'humour et au second degré. La modernité marche sur la pointe des pieds sur la banquise, sans faire trop de bruit. Cette étendue de glace et de vent ne se laisse pas circonscrire par un avion. Il y a des traditions plus puissantes que les feux d'une motoneige. Les femmes de Tagak et Anki n'ont pas leur langue dans la poche : elles sont railleuses et exigeantes et elles ne s'en laissent pas compter par leurs nigauds d'époux. À croire que la banquise appartient aux femmes. Pas facile d'être un pourvoyeur viril et sagace à l'heure du moteur à explosion !

Si l'on sait qu'une femme ne peut pas s'opposer à une créature fantastique, il apparaît cependant qu'une déesse ne sort pas toujours victorieuse d'un combat contre une épouse jalouse et amoureuse. Un des fils rouges de l'histoire, c'est la crise de couple et le désir d'enfanter. La bande dessinée dessine une boucle et s'inscrit dans le recommencement : celui de la journée et des saisons, celui de la vie. Il n'y a pas de fin, mais des reprises et des prolongements. Se dessine alors une fresque inachevée dont le récit n'en finit pas de repartir aux origines pour expliquer l'instant présent.
L'image se compose de lignes très dynamiques et de couleurs très naturelles. La lumière au cercle polaire est faite d'ombres et de recoins. le dessin s'inspire des traditions picturales Inuits, notamment pour la représentation des esprits et des animaux. On plonge ici dans le conte traditionnel, mais on ne laisse pas sa perspicacité ni son humour dans l'igloo. C'est même fortement décommandé !

Lien : http://www.desgalipettesentr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Ledraveur
  10 mai 2015
Celle qui réchauffe l'hiver... « Amaat » en inuit.
Les premières pages donnent le ton, c'est rude, dur, cruel, les éléments redoutables sont désignés et “identifiés” dans un graphisme prodigieux qui rappelle l'art des Amérindiens Haïda de la côte Ouest du Canada  !
Mifune, vieux sage Nippon incongru, atemporel, traverse cette histoire d'un autre monde avec une espièglerie ironique sur la condition humaine et sa prétention face aux éléments qui le dépassent.
C'est plein d'un humour sans fard, débridé, “brut de coffrage” !
Le mysticisme “shaman” est omniprésent, l'horizon parsemé “d'inuksuit” (cairn), les forces “d'entre mondes” puissantes, les contrées grandioses et dépouillées.
Un brin d'érotisme délicieux, des relations difficiles avec le comptoir commercial de la compagnie occidentale, les “temps” et les “cultures” se fondent, les barrières explosent, l'épilogue est grandiose...
Le choix des couleurs en demi-teintes donnent un rendu d'atmosphère crépusculaire très réussit introduisant à la profondeur du propos.
De la très bonne bande dessiné qui véhicule incontestablement un enrichissement culturel de notre humanité hors des sentiers lénifiants du consumérisme de bon aloi... vraiment autre chose ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
saphoo
  11 juin 2011
Un voyage sur la banquise, entre mythes et légendes Inuits, Celle qui réchauffe L'HIVER , rappelle ce jour divin, alors que tout un peuple crie famine, au bord du chaos, le miracle arriva “Je suis née le jour où le plus grand troupeau jamais vu traversa les glaces du Fjord” – le jour où la chaleur dégagée par les bêtes fit fondre la neige …- Et ramena le printemps. (page 22) … Amaat …

Au coeur des légendes Inuits, deux jeunes, Anki et Tagak doivent affronter des épreuves et faire face de courage pour aider leur peuple. le récit oscille entre conte et humour, un subtile mélange qui ne cesse de nous surprendre. Tantôt transis par les légendes Inuits, tantôt attendris par les répliques de tout à chacun : page 29…

Hi hi, c'est à se demander si tu cherches à nourrir ta famille ou à faire plaisir à ta femme ! – un grand couillon, voilà ce que tu es !! – rendre visite à la dame sous la mer ha !!! – Tu te crois prêt pour ça ?

D'aventure légendaire, l'auteur nous invite sur les terres glacées à la rencontre du Roi-Ours, nous plonge au fond de la mer, démêler les cheveux de la Dame sous la mer : ça fait si longtemps que personne ne lui a rendu visite, que les animaux marins sont pris au piège de sa longue chevelure. Tagak et Anki, courageux et vaillants, plongent au coeur de ce périlleux bouillon… Depuis ce jour, Tagak porte en lui une conscience lourde envers son épouse, mais qu'est que la Dame sous la mer, a bien pu lui prodiguer pour le rendre aussi mystérieux ? La jalousie aura raison de cette invisible déesse, et la force n'est pas toujours là où l'on croit porter par l'amour de défendre son devoir et ses droits, le conte s'inverse.
Mais l'histoire n'est pas encore au bout de son parcours, Tagak et Anki rendent visite à Amaat, croyant la sauver d'un danger de mort en abattant le loup qui semblait la dévorer ! Amaat exulte de colère et de chagrin, ils viennent de tuer son amant ! Les deux compères sont condamnés à trouver un loup digne d'Amaat, et l'aventure se poursuit de périphéries en folle expédition au pays des glaces fortement imprégné de mythes.
Nul doute, l'auteur a su respecté l'esprit Inuit, d'ailleurs la légende de la déesse de la mer, et la plus répandue sous divers nom : Tiktaliktak, Sedna, Nuliayuk,Taluliyuk, Lumiuk (Lumak, Lumaag), Kiviok
Une belle part aux croyances des esprits, mais aussi un respect de la nature, des anciens et des traditions.
Voilà une belle lecture qui nous rappelle que tout n'est pas superficiel, et que quelque part les vies ne sont pas toutes orchestrées au même rythme ni au son du même mythe.
Un dépaysement total bien que les illustrations ne soient pas dans mes cordes, je reconnais que les tons et les graphismes ont respecté l'ambiance voulue et dégagent une belle harmonie.


Lien : http://lesmotsdepascale.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lagagne
  31 janvier 2012
Entre attirance et répulsion.
Le graphisme ne me plait pas du tout. Il me met même mal à l'aise. Ces corps décharnés, ces monstres repoussants, cette atmosphère glacée...brrrr! Mais en même temps c'est tout à fait approprié au propos.
Les Inuits connaissent le plus rude hiver qu'ils n'aient jamais connu. Et la première scène m'a tout de suite révulsé. J'ai eu du mal à m'en remettre pour la suite de ma lecture. Sinon l'histoire m'a bien plu. Ce style de vie proche de la nature et loin de toute modernité pour une histoire pourtant contemporaine (moto-neige) est touchante. Les relations entre personnages sont franches et claires, entre rudesse et douceur.
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Du9   14 juin 2011
La familiarité de ces aventures Inuits n’empêche pas Pierre Place de déployer un fantastique graphique élégant. Les séquences relevant du merveilleux sont l’occasion de dessiner d’étranges monstres difformes. [...]

Pierre Place ne différencie pas la vie quotidienne de la vie de l’esprit. Le merveilleux fait partie de leur quotidien. Une autre façon de faire d’un peuple peu connu des héros modernes.
Lire la critique sur le site : Du9
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LilizLiliz   05 janvier 2014
Je suis née le jour où le plus grand troupeau jamais vu traversa les glaces du fjord.
Le jour où la chaleur dégagée par les bêtes fit fondre la neige... Et ramena le printemps.
C'est ce jour que me fut donné mon nom : Amaat, celle qui réchauffe l'hiver.
Commenter  J’apprécie          50
mandarine43mandarine43   01 octobre 2011
[ Les 20 premières planches disponibles sur le site de l'éditeur : ]

http://www.editions-delcourt.fr/feuilletez/feuilleter.php?dataFile=swf/feuilleter.php?id=cellequirechauffelhiver
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   07 juin 2011
« Tout ce qui se passe dans le monde des esprits ne peut pas être jugé ici, parmi les hommes. » (p. 94)
Commenter  J’apprécie          30
LiliGalipetteLiliGalipette   07 juin 2011
« Bien plus que de grands chamans, c’est de beaux jeunes hommes que la Dame sous la Mer a besoin. » (p. 39)
Commenter  J’apprécie          10
LedraveurLedraveur   10 mai 2015
Tu penses que la Dame-sous-la-mer les retient ?
Mifune saura, j'irai lui demander.
Té, Va donc Anki !
Va le voir, ton pouilleux mythomane ! Il te dira encore de te nourrir de la beauté du ciel ...
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pierre Place (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Place
J'irai vomir chez Pierre Place - Reportage intégral
autres livres classés : inuitsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3256 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre