AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Presence


Presence
  19 avril 2015
Il s'agit d'une histoire complète en 1 tome, indépendante de toute autre, sous la forme de livre illustré à destination d'enfants de CM1/CM2. Il écrit et illustré par François Place.

L'histoire se déroule dans différents quartiers de la ville d'Edo, durant les dernières années de la vie d'Hokusai, vers 1840. Tojiro est un jeune garçon habitant Edo, et exerçant le métier de vendeur ambulant de gâteaux de riz, quelle que soit la saison. Parmi ses clients réguliers, il y a un vieux monsieur mal attifé au caractère irritable et qui lui a attribué le sobriquet de "petit moineau".

Suite à une algarade devant la porte du vieux monsieur, Tojiro finit par entamer la conversation avec lui et à apprendre à la connaître. Hokusai (le vieux monsieur) se prend d'amitié pour lui et propose à son oncle de le prendre comme apprenti, il en profite pour lui apprendre à lire et à écrire. Tojiro va ainsi entrer à son service, découvrir son métier, quelques pans de son histoire, et découvrir comment ce vieux monsieur est devenu l'artiste le plus renommé de sa génération.

Au fur et à mesure que les petits enfants grandissent, les parents ont envie de leur lire des histoires plus développées, mais toujours aussi bien illustrées. "Le vieux fou de dessin" est une réussite exemplaire en la matière. François Place déroule un récit de découverte par les yeux d'un enfant curieux, dans un pays exotique, avec des éléments historiques passionnants, sans qu'ils ne phagocytent le récit.

Le schéma de passeur de savoir entre le vieillard et l'enfant est classique, et il est ici fort bien mis en oeuvre. F. Place sait faire ressortir le caractère de ces 2 personnes éloignées par les années, l'appréhension de l'enfant face à cet adulte aux manières brusques et aux réactions imprévisibles, l'irritation amusée d'Hokusai face à ce jeune qui a tout à découvrir (y compris par le biais de questions naïves, mais dépourvues de malice). le lecteur (petit ou grand) perçoit le développement de cette amitié précieuse au fil des épisodes, au fur et à mesure que Tojiro décode les attitudes d'Hokusai, au fur et à mesure qu'Hokusai éprouve plus de plaisir à se remémorer ses années passées, et à transmettre son savoir à Tojiro.

D'un côté l'enfant peut facilement se projeter dans le rôle de Tojiro ; de l'autre l'adulte peut pleinement apprécier de s'associer à cette action de passage du savoir, et de la passion pour le dessin.

Le récit est découpé en 16 chapitres formant autant d'unités de lecture assez brèves, richement illustrées et denses en termes narratifs. Chaque chapitre comprend son lot de découvertes que ce soit le premier aperçu des dessins d'Hokusai (reprographie authentique et de très bonne qualité), l'atelier de reprographie auquel Hokusai confie ses dessins (avec l'explication de la méthode pour graver puis appliquer les couleurs), un aperçu d'un combat de sumos, une peinture réalisée pour le shogun à l'aide d'un coq, la naissance de la manga, la réalisation du portrait géant de Daruma, etc., sans oublier la grande vague à Kanagawa. D'un coté la diversité des sujets permet de maintenir l'intérêt de l'enfant ; de l'autre il donne un aperçu assez vaste de cette époque.

Si le lecteur (enfant ou adulte) est un peu familier de la culture japonaise de cette époque (au travers de mangas, ou d'ouvrages historiques), il éprouvera un grand plaisir à constater que les illustrations de F. Place sont très riches et fort bien documentées. En fonction du mode de lecture, l'enfant pourra détecter des éléments déjà aperçu dans des mangas, et l'adulte pourra attirer son attention sur des détails parlants. Ainsi au fil des pages il est possible de s'arrêter sur le vêtement de pluie de Tojiro, sur les reproductions des dessins d'Hokusai, sur l'organisation de l'atelier de reprographie, sur l'agencement du théâtre de Kabuki, sur les cordes en paille de riz du terrain de lutte des sumos, sur la grande porte du temple shinto, sur les pinceaux géants utilisés pour le portrait de Daruma, etc.

Chaque chapitre comporte son lot d'illustrations venant montrer un nouvel aspect de la vie de tous les jours à cette époque. F. Place réalise des dessins traditionnels, avec un encrage des contours et une mise en couleurs réaliste à la peinture.

La richesse de cette lecture ne se limite pas à une plongée instructive dans le Japon du dix-neuvième siècle, dans le confort d'une relation chaleureuse entre un enfant et un vieil homme. Au fil des découvertes, F. Place incorpore une partie de la sagesse d'Hokusai dont les 2 principaux messages sont que le travail est nécessaire pour progresser, et qu'il faut être curieux de tout. En tant que parent, j'ai également apprécié de trouver dans cet ouvrage divertissant la possibilité d'illustrer ces 2 valeurs. Pour les plus curieux, le tome s'achève avec 3 pages de glossaire expliquant en 2 lignes les termes japonais utilisés (cela va de l'année du Boeuf, au yatate).

"Le vieux fou de dessin" est un livre que j'ai relu à plusieurs reprises à mes enfants qui à chaque fois ont eu plaisir à suivre Tojiro dans sa découverte du métier et des idées d'Hokusai, en captant à chaque fois un peu plus de détails de cette lecture très riche tant sur le plan de l'apprentissage, que de la culture, mais aussi des valeurs.
Commenter  J’apprécie          70



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (7)voir plus