AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782923400945
Éditeur : Le Quartanier (26/03/2012)
3.88/5   61 notes
Résumé :
Gabriel Rivages mêle ici son destin à celui de Richard Brautigan. Il part à la rencontre de l'écrivain qui a changé sa vie. Sur les traces de celui qu'on a surnommé le dernier des beatniks, Rivages arpente à nouveau la côte Ouest américaine. On passe par l'Oregon où Brautigan a grandi et par San Francisco où il devient écrivain. On croise aussi la grande et la petite histoire. Dans l'Amérique des sixties, Janis Joplin chante Mercedes Benz et offre son écharpe au fut... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
oiseaulire
  23 août 2019
Cent treize courts chapitres rendent hommage à l'écrivain de la beatnik génération, Richard Brautigan, qui se suicida en 1984 à l'âge de quarante neuf ans : sont évoqués pêle-mêle l'Amérique de San Francisco pendant les sixties, le power flower, la pêche à la mouche, l'art de monter une mayonnaise, le règne de Janis Joplin et beaucoup d'autres choses encore.
Un certain Gabriel Rivages, illustre inconnu que rien ne prédisposait à l'amour de la poésie, fit au début du 21ème siècle, la rencontre de Brautigan sur le présentoir d'une librairie. Depuis, il ne le quitta plus. Quelle est la raison de ce curieux coup de foudre ?
Petit livre riche et instructif sous des dehors légers.
Commenter  J’apprécie          160
Madame_lit
  04 février 2016
Alors que le premier tome de la trilogie 1984 d'Éric Plamondon aborde la vie de Johnny Weissmuller dans Hongrie-Hollywood Express, le second, Mayonnaise, évoque la fascination de Gabriel Rivages, le narrateur, pour Richard Brautigan. Rivages part sur les traces de son écrivain fétiche pour explorer son univers afin de mieux le comprendre.
Qui est Richard Brautigan? Richard Brautigan est né en 1935 et il a grandi en Oregon. Il s'établit à San Francisco où il devient un écrivain célèbre. Son roman le plus populaire La pêche à la truite en Amérique est publié à la fin des années soixante. Brautigan est considéré comme étant le «dernier des beatniks».
Dans ce récit, le lecteur est plongé dans l'Amérique de Kerouac, des Beatles, de Janis Joplin, des hippies. En ce sens, le narrateur décrit le bouillonnement culturel dans lequel vivaient les artistes de l'époque. C'est également une période associée à la drogue et à l'alcool.
Pourquoi le récit porte-t-il ce nom? Grâce à Rivages, nous apprenons que le dernier mot de la pêche à la truite en Amérique est mayonnaise. le narrateur se sert du terme pour créer une métaphore. La vie peut être comparée à une mayonnaise. On la réussit ou pas. le lecteur est entraîné dans un questionnement existentiel, car il importe de mentionner que Brautigan s'est enlevé la vie en 1984, dans sa demeure de Bolinas, à l'âge de 49 ans en se tirant une balle dans la tête. On peut rater sa vie, mais réussir sa mort. Quelle est la recette du bonheur? D'ailleurs, le livre présente en exergue une citation d'Albert Camus tirée du Mythe de Sisyphe :
Il n'y a qu'un problème philosophique vraiment sérieux : c'est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d'être vécue, c'est répondre à la question fondamentale de la philosophie.
Par ailleurs, le narrateur rend Brautigan à la fois le sujet de ce récit, mais également l'objet, car il tente de trouver écho à son questionnement sur le suicide de l'écrivain américain à travers ses mots. Il semble agir comme un enquêteur. Dans le chapitre «Mauvais pressentiment», le narrateur fait remarquer :
Deux ans avant de se tirer une balle dans la tête, il entame son dernier roman par ce paragraphe :
Dommage que je n'aie pas pu arrêter la balle dans sa course pour la remettre dans le canon de la .22 long rifle et qu'elle refasse en sens inverse la spirale, réintègre le chargeur et se resolidarise avec la douille, qu'elle se conduise enfin comme si on ne l'avait jamais tirée ni même chargée dans la carabine.
Son livre posthume s'ouvre sur la mort d'une femme et s'interroge sur le suicide d'une autre.
Entre ceux qui disent que le suicide de Richard était inévitable et ceux qui ne comprennent pas, je dis simplement qu'on pouvait s'y attendre. D'un autre côté, ce n'est pas parce qu'il écrit 1984 que George Orwell meurt de la tuberculose. (172-173)
Même le bruit de la machine à écrire s'avère porteuse de sens pour expliquer le suicide des écrivains. La pulsion de mort apparaît alors intimement rattachée au son de la machine à écrire et à la profession d'écrivain.
La première Sholes & Glidden Typewriter sort des usines en 1873. On l'appelle aussi la Remington no1. On est passé du chien de fusil à l'alphabet. L'industrie de la machine à écrire est née. Elle porte en elle le souvenir de la gâchette, sa genèse. Quand on appuie sur une touche, on tire une lettre. Ça fait tchac! Il y a là l'écho des détonations passées. Tous ces écrivains qui se sont suicidés, c'est à force de tirer toutes ces lettres comme des balles. Ils sont les victimes d'une lettre perdue. (p. 90-91)
Mais encore, le roman est structuré autour de 113 chapitres présentant un style où alternent la narration, la poésie, l'introspection, etc.
J'ai beaucoup aimé ce récit qui m'a amenée dans l'univers d'un artiste de l'extrême… Je ne connaissais pas ses romans, ni ses poèmes.
C'est la fin de Brautigan en 1984. Par le biais du suicide, ce dernier s'échappe de cette société américaine qui lui apparaît étrangère, autre…
Comme le suggère le narrateur :
Brautigan ne se suicide pas parce que ses romans marchent mois bien, il se suicide parce que ses contemporains ont trahi leurs idéaux. Ils se sont rangés et ont laissé tomber la liberté pour la sécurité. Les hippies ont troqué les chemises à fleurs pour des vestons-cravates. Ou bien ils se sont mis aux médecines douces, aux cristaux, au yoga. Pour faire court, on va dire que Brautigan se suicide parce que Ronald Regan a été élu président des États-Unis. (p. 195)
J'ai été profondément émue par la réflexion sur le suicide présentée tout au long de ce récit. Plamondon écrit très bien et il sait comment se servir des images pour nous amener ailleurs…
Avez-vous déjà lu un roman ou des poèmes de Brautigan?
Bien à vous,
Madame lit
Lien : https://madamelit.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
tilly
  08 avril 2014
Le narrateur de "Mayonnaise" rend hommage à Richard Brautigan, dernier écrivain de la Beat Generation. Il déroule en parallèle l'existence banale de Gabriel Rivages né en 1983 au Canada, un an avant le suicide par balle de Brautigan en Californie. le père biologique de l'écrivain apprenait à cette funeste occasion qu'il avait un fils de près de cinquante ans, écrivain assez célèbre, ce qu'il avait ignoré jusque là. Symétriquement, trente ans plus tard, Rivages apprend à l'occasion du décès tragique et ridicule de celui qu'il croyait être son père, qu'il est le fils biologique de... (chut !)
Eric Plamondon utilise une forme romanesque originale : 113 chapitres sur 174 pages ! Mais à chaque fois c'est comme si il écrivait un roman entier, avec un titre, une première phrase percutante, souvent énigmatique, et une chute éclairante qui fait le lien avec l'un ou l'autre des fragments précédents... ou suivants. L'évocation du bouillonnement culturel des années 60 à 80 aux Etats-Unis est formidablement réussie au travers de cette mosaïque d'anecdotes et d'informations minuscules mises bout à bout pour dessiner le destin infiniment émouvant d'un écrivain à l'humour noir parfois burlesque, toujours poétique. le suicide et la relation père-fils (ou fille) sont en filigrane tout au long du texte. Ce tour de force littéraire donne l'impression de fluidité, de légèreté et de nonchalance. On quitte à regrets Richard et Gabriel. Heureusement il reste à lire, les autres volets de la trilogie 1984 (Hongrie-Holywood-Express, Pomme S), et surtout, à lire (ou relire) toute l'oeuvre Richard Brautigan.
A conseiller aux curieux de littérature un peu décalée ou originale, et de culture nord-américaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sallyrose
  30 août 2019

2ème volet de la trilogie 1984, Mayonnaise aborde le coeur du sujet : vie et oeuvre de Robert Brautigan, écrivain fétiche de l'auteur. C'est l'occasion de découvrir l'Histoire des Etats-Unis à travers tout un lot d'anecdotes passionnantes, parfois jubilatoires.
La construction prend la forme d'un puzzle sans omettre de préciser le lien avec le titre de la trilogie. On trouve pêle-mêle une recette de cuisine, l'histoire d'une certaine machine à écrire mais aussi une analyse passionnante de l'oeuvre de Robert Braudigan et une ode à la pêche à la truite.
Bref, c'est magnifique et on se précipite sur le 3ème volet de la trilogie : Pomme S
Commenter  J’apprécie          50
VanilleBL
  27 mars 2014
"L'idée générale, (c'est) que l'absurdité de la vie vous donne le droit d'agir, de tout tenter, jusqu'au bout." Nul doute que dans ce roman, Eric Plamondon a scrupuleusement appliqué ce principe... Il brasse des idées, des faits, des recettes, des citations, multiplie apartés et digressions dans un kaléidoscope débridé où se mêle tout et n'importe quoi. On suit par intermittence Richard Brautigan, on croise Charlie Chaplin, Jim Harrison, Marylin... Il est question de suicide, de littérature, d'histoire, de musique, de pêche, d'Histoire, d'animaux, de mayonnaise, de natation, de "poésie" (voir les chapitres 50 ou 76...qui à tout le moins laissent perplexes), de capsule temporelle, de procédures étranges - entre autres... 113 micro-chapitres qui se succèdent sans s'enchaîner avec pour seul "fil directeur" l'écrivain Richard Brautigan, "l'homme qui faisait tenir une tragédie grecque dans un dé à coudre", selon les mots de Philippe Djian.
Le seul mérite du livre de Plamondon réside d'ailleurs dans le fait de donner envie de (re)découvrir l'oeuvre de Brautigan. Pour le reste, les rares ingrédients qui pourraient présenter un quelconque intérêt sont malheureusement dilués dans un mélange absurde et bien insuffisamment liés pour que la "mayonnaise" prenne. Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Madame_litMadame_lit   04 février 2016
Brautigan ne se suicide pas parce que ses romans marchent mois bien, il se suicide parce que ses contemporains ont trahi leurs idéaux. Ils se sont rangés et ont laissé tomber la liberté pour la sécurité. Les hippies ont troqué les chemises à fleurs pour des vestons-cravates. Ou bien ils se sont mis aux médecines douces, aux cristaux, au yoga. Pour faire court, on va dire que Brautigan se suicide parce que Ronald Regan a été élu président des États-Unis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DeDeWonderDeDeWonder   31 mars 2013
On est passé du chien de fusil à l'alphabet. L'industrie de la machine à écrire est née. Elle porte en elle le souvenir de la gâchette, sa genèse. Quand on appuie sur une touche, on tire une lettre. Ça fait tchac ! Il y a là l'écho des détonations passées. Tous ces écrivains qui se sont suicidés, c'est à force de tirer toutes lettres comme des balles. Ils sont les victimes d'une lettre perdue.
Commenter  J’apprécie          20
ShyrelismShyrelism   30 mars 2013
Il me disait l'autre jour qu'il préfère passer du temps avec des gens qui voient un psy plutôt qu'avec des gens qui devraient voir un psy.
Commenter  J’apprécie          30
mhvaugeoismhvaugeois   12 janvier 2014
Quand on appuie sur une touche , on tire une lettre. Ça fait tchac! Il y a l'écho des détonations passées. Tous ces écrivains qui se sont suicidés, c'est à force de tirer toutes ces lettres comme des balles. Ils sont victimes d'une lettre perdue.
Commenter  J’apprécie          10
ShyrelismShyrelism   30 mars 2013
J'ai tiré sur un nuage. C'était le plus beau jour de ma vie. Mon père m'avait offert une carabine à plomb et je savais qu'on ne peut pas tuer un nuage.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Éric Plamondon (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Plamondon
La rentrée littéraire d'hiver vue par @Jacques Lindecker 493 romans ont été publiés en janvier/février. Des premiers romans aux têtes d'affiche, suivez le guide pour vous y retrouver. En avant-première la liste des livres présentés :
« Les indésirables », Kiku Hughes, éditions Rue de Sèvres « le smartphone et le balayeur », Emmanuel Guibert, éditions Les Arènes BD
Littérature française « Serge », Yasmina Reza, éd. Flammarion « On était des poissons », Nathalie Kuperman, éditions Flammarion « Les jours voyous », Philippe Mezescaze, éd. du Mercure de France « le dernier enfant », Philippe Besson, éd. Julliard « L'odeur d'un père », Catherine Weinzaepflen, éd. des femmes « Aller aux fraises », Eric Plamondon, éd. Quidam « La brûlure », Christophe Bataille, éd. Grasset « Avant le jour », Madeline Roth, éd. de la fosse aux ours « Les orages », Sylvain Prudhomme, éd. L'arbalète Gallimard « le démon de la colline aux loups », Dimitri Rouchon-Borie, éd. du Tripode « Danse avec la foudre », Jérémy Bracone, éd. de L'Iconoclaste « Des diables et des saints », Jean-Baptiste Andrea, éd. de L'Iconoclaste « Presqu'îles », Yann Lespoux, éd. Agullo « Certains coeurs lâchent pour trois fois rien », Gilles Paris, éd. Flammarion « Un dimanche à Ville-d'Avray » Dominique Barvéris, éd. folio (en poche)
Littérature étrangère (« Ce genre de petites choses », Claire Keegan, éd. Sabine Wespieser) « Jane, un meurtre », Maggie Nelson, éd. du Sous-sol (parution le 4 mars) « Dans la ville provisoire », Bruno Pellegrino, éd. Zoé « Tu auras dû t'en aller », Daniel Kehlmann, éd. Actes sud « C'était le jour des morts », Natalia Sylvester, éd. de L'Aube « Jolies filles », Robert Bryndza, éd. Belfond Noir
Sur les mers « Mauvaise étoile », Christophe Migeon, éd. Paulsen « Tout l'or des braves », Clifford Jackman », éd. Paulsen
Diffusion lundi 22 février 18h30 (durée 40 mn) #colmar #colmarandyou #festivaldulivredecolmar
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
177 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre