AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Blaise tome 3 sur 3
EAN : 9782723483902
62 pages
Glénat (30/11/-1)
4.03/5   19 notes
Résumé :
Ça nous pendait au nez : la France est devenue un Empire belliqueux, se battant sur tous les fronts pour rétablir ses colonies. L’icône Dabi Doubane est morte, l’état liberticide a les coudées franches : on pourrait croire que les masques politiques une fois tombés, un vent de révolte pourrait enfin se lever dans les cœurs ! Mais non, Blaise et ses parents sont toujours enfermés dans leur égoïsme, leur courte vue et leur jalousie.Blaise est maintenant presque un sol... >Voir plus
Que lire après Blaise, tome 3Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
A peine entré dans l'âge adulte, Blaise a été envoyé sur le front chinois, dans le cadre des guerres lointaines décidées par le Président (à vie) de la République française. Gardien d'un camp de prisonniers, il appelle régulièrement ses parents qui ont divorcé quelques années auparavant. Sa mère a rencontré un homme et de leur union est née une petite fille, qu'ils ont choisi d'élever à la campagne. Son père traverse une dépression et se persuade, au fond de son lit ou de son canapé, que tous l'ont abandonné. Pour la construction narrative de son troisième et dernier tome de Blaise, Dimitri Planchon traite indépendamment ses trois personnages en trois parties qui dialoguent entre elles. La constance de ton - volontiers désespérant - finit de faire de cette série un petit concentré de causticité acide. A bien y réfléchir, le décalage entre la réalité et la fiction n'est pas si grand, et ce contexte dystopique d'une France totalitaire et impérialiste ne change pas grand chose aux comportements minables et aux auto-arrangements. Les personnages ne sont ni plus grands, ni plus petits que nous. Ils sont notre reflet fidèle et dérangeant, et dans leur drôlerie, il y a notre gêne.

Blaise est sur le front asiatique. Pour se donner bonne figure, il dit à ses parents que l'horreur de la guerre le touche chaque jour. Mais cela est une posture, et malgré une certaine dose d'auto-persuasion (n'a-t-il pas vu un homme se faire tuer ?), Blaise accepte le rôle qu'on lui a attribué, et ne remet jamais en question sa présence si loin de chez lui. S'il semble participer avec une certaine gaieté aux répressions contre les prisonniers, il suffit qu'un prisonnier chinois lui montre qu'il parle français pour que Blaise sente sur lui le poids sinon de la honte, du moins d'une certaine morale. Tous ses arrangements avec la vérité apparaissent au grand jour lors des appels qu'il passe à son père, lequel maintient un lien quasi fictif avec son fils, fait de souvenirs insignifiants (le fait que Blaise aime les gaufres) et des réminiscences des mensonges que Blaise lui a raconté (l'écharde dans le pied transformée en blessure de guerre). Au sujet du père, justement, Dimitri Planchon a accentué cette dimension tragi-comique qui en fait un personnage que l'on plaint en même temps qu'on le méprise. Il est l'image même du nombrilisme, tâchant de manipuler, afin de peut-être créer une forme de culpabilité chez eux, son fils et son ex-femme qui ne vivent plus avec lui. Imaginant la douleur de l'une et de l'autre s'il venait à disparaître soudainement, il provoque, par imprudence, un accident qui manque de lui coûter la vie. Il parvient à cacher son égoïsme odieux derrière une fausse empathie qui trompe certes sa mère, mais point le lecteur, qui rit à la fin de l'album quand il se réjouit de voir sa famille unie. Cependant, ces faux-semblants ne sont pas son apanage, car son ex-épouse, mère de Blaise, tente aussi de se convaincre que sa nouvelle vie - maison en banlieue, nouveau conjoint, une fille de laquelle elle remarque chaque défaut physique - est de bien meilleure qualité que son ancienne. A la différence du père, la mère de Blaise semble faire preuve d'un minimum d'honnêteté, notamment lorsqu'elle se rend compte que sa vie de femme libre n'aura duré que le temps de retrouver un amant. Ainsi vont les vies de Blaise, de ses parents, et toutes les nôtres, entre plaisirs mesquins et médiocrités peu ou prou assumées.
Commenter  J’apprécie          10
Différent de par sa structure des deux BD précédentes, puisque l'histoire, ici, se suit. Blaise, à la tête à la Jacques Villeret, est parti faire la guerre en Chine, tandis que ses parents sont séparés depuis trois ans. Les trois font croire que… alors que tout n'est qu'hypocrisie et égoisme. de l'humour noir comme j'aime ! J'ai poursuivi sur les vidéos tournées pour Arte. Je ne remercierai jamais assez Stockard qui m'a fait découvrir ces BD, hors du commun, grâce à sa critique.
Commenter  J’apprécie          60
La mort de Dabi Doubane, le fameux sportif reconverti dans la pub et la politique, le personnage préféré des français ! Un drame pour la nation... La famille de Blaise a éclaté, mais heureusement, l'amour les tient tous uni dans ce drame. L'amour de soi, bien sûr.

Ce troisième tome de Blaise est un plaisir, un peu moins dense que les 2 opus précédents, les montages photos retouchés de Dimitri Planchon sont un bonheur, on se demande si ça eut aussi bien marché en dessin.

On pense à Pierre la Police pour le résultat graphique et pour l'esprit... à Dimitri Planchon, tellement c'est particulier.

Etonnant de retrouver cet ovni graphique et humoristique chez un éditeur comme Glénat plutôt classique, qui pourtant produit là un album dont la forme (souple avec un graphisme volontairement désuet) colle parfaitement au fond.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Je le revois encore en train de dire : "Ah... Si chaque femme et chaque homme sur terre possédait la collection intégrale de BLAISE dans sa bibliothèque, le monde connaîtrait peut-être enfin la paix et la sérénité !"
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Dimitri Planchon (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dimitri Planchon

Angoulême 2011 - Interview de Dimitri Planchon - Blaise Opus 2
Retrouvez toutes les vidéos du festival sur Fnac.com : www.fnac.com Fnaclive a rencontré Dimitri Planchon pour parler de sa BD Blaise Opus 2 (Ed. Glénat), sélectionnée pour l'édition 2011 du Festival International de la BD d'Angoulême. Interview de Christian Marmonier. Enregistré à Angoulême, le 30 janvier 2011. "Bombardé de divertissements télé débiles, entouré d'adultes plutôt navrants dont il observe atterré les occupations déplorables, les aventures (très intérieures) de Blaise, adolescent introverti de 14 ans, tiennent la chronique cruelle d'une société dont il n'y vraiment pas lieu d'être fier. Décapant, et pas qu'un peu."
+ Lire la suite
autres livres classés : roman photoVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (27) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
19960 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *}