AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782710304999
221 pages
Éditeur : La Table ronde (30/11/-1)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Traduction de l'anglais : Anouk Neuhoff

«Ce que je redoute le plus, je crois, c'est la mort de l'imagination. Quand le ciel, dehors, se contente d'être rose, et les toits des maisons noirs : cet esprit photographique qui, paradoxalement, dit la vérité, mais la vérité vaine, sur le monde.»
Sylvia Plath a 24 ans lorsqu'elle évoque cette hantise dans un journal dont les pages sont l'écho de ses aspirations contradictoires, tantôt idéales, tantôt... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Marple
  01 janvier 2019
Sylvia Plath est une personnalité tragique et fascinante, brillante et torturée. J'ai trouvé dans ces courts textes, issus de son journal ou ébauches de nouvelles, ce que j'avais cherché en vain dans La cloche de détresse : une pensée singulière, un sens de la description des lieux ou des gens, beaucoup d'esprit et de style.
Ces carnets intimes sont très variés, rassemblant 2 ébauches successives d'une même nouvelle sur la logeuse espagnole qu'elle rencontre lors d'un séjour avec Ted Hugues, des passages autobiographiques sur sa dépression et des histoires imaginaires percutantes comme celle sur l'étudiante aux dents pointues ou la petite fille au regard qui tue...
L'ensemble est très beau, mais très triste. J'ai l'impression qu'on sent le désespoir de Sylvia Plath même quand elle parle de tout autre chose, comme on perçoit son talent même quant elle parle juste d'excursions en montagne ou d'abeilles. Peut-être est-ce une projection de ma part, ou simplement la souffrance si profonde qu'elle ressent qui sourd partout.
Impossible pour moi de dire le texte que j'ai préféré. Peut-être celui sur la petite fille qui découvre la brutalité et l'injustice du monde et se révolte contre Dieu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          451
Woland
  26 décembre 2007
Titre original : ?
Traduction : Annick Neuhoff pour le Livre de Poche
C'est un recueil de nouvelles, parsemées d'extraits du journal tenu par Sylvia Plath, qui se suicida le 11 février 1963, alors qu'elle se retrouvait seule avec ses deux enfants dans la maison qu'elle avait louée à Londres et où avait séjourné Yeats
Depuis sa jeunesse, la jeune femme souffrait de troubles maniaco-dépressifs - qu'on appelle aujourd'hui troubles bi-polaires - faisant alterner l'enthousiasme le plus grand à une angoisse existentielle tout aussi excessive. Faut-il voir, dans la disparition précoce de son père, Otto Plath, mort des suites d'une gangrène, la source de ses problèmes ? Il est trop tard pour le dire mais cela a sans doute constitué l'une des pierres de taille de ses problèmes.
Sa première tentative de suicide eut lieu en 1953 et lui laissa une cicatrice sur la joue, dont elle parle bien souvent dans ces "Carnets Intimes" qui m'ont permis de découvrir un écrivain que j'ignorais. Il faut dire qu'elle est surtout connue pour ses poèmes et aussi pour son roman "La Cloche de Détresse" qui évoque sa dépression et son internement en maison psychiatrique. Mais, pour peu que l'on s'intéresse un tant soit peu à l'art de la nouvelle, on ne peut que s'incliner devant le talent déployé dans "Cette chère veuve Mangada", version améliorée de "La veuve Mangada", qui nous conte les tribulations autobiographiques de Sylvia Plath et de son mari, Ted Hughes, du côté d'Alicante.
"Langues de Pierre", qui décrit sans fard l'état d'épuisement qu'elle connut après sa tentative de suicide ratée de 1953, puis sa renaissance, est aussi d'une grande et belle eau. de même, "Le Garçon au Dauphin", tout ce qu'il reste d'un roman projeté mais jamais terminé. Et puis bien sûr le vénéneux "Sweetie Pie et les réparateurs de gouttière" où l'atmosphère mêle habilement la réalité la plus triviale à un malaise diffus soulevé par les fantasmes cruels d'une petite fille.
Cela faisait longtemps que je gardais ce recueil sous le coude et je crois que, du coup, dès que je le pourrai, je me procurerai les autres oeuvres de Sylvia Plath.
Un peu plus sur Wikipédia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvia_Plath
Et vous, l'avez-vous déjà lue ? ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Theoma
  28 mars 2012
Poétesse et auteure d'un roman, de nouvelles, d'écrits pour les enfants, Sylvia Plath est devenue une icône. Une femme dont l'oeuvre, intense, n'a pas été prise dans toute sa dimension.
Bipolaire, Sylvia Plath a exploré les profondeurs de la dépression et en a ressorti de grands écrits. Son mariage avec le poète Ted Hughes continue de susciter la controverse. Inutile d'en reprendre les raisons complexes ici. Je vous encourage vivement à découvrir cette incroyable poétesse, ce génie des mots dont la vie est étroitement mêlée à son oeuvre.
Comme le titre l'annonce, Carnets Intimes recueille des textes personnels d'une grande intériorité. Si les nouvelles peuvent être inégales, la plume y est toujours sublimée. Chapeau à la traductrice Anouk Neuhoff qui transmet le sens sans trahir la beauté de la langue.
Je ne peux en parler davantage. Il s'agit bien évidemment d'un indispensable.
Lien : http://www.audouchoc.com/art..
Commenter  J’apprécie          80
Maphil
  17 janvier 2018
Un bref journal intime, suivi de treize nouvelles qui, au travers d'anecdotes, fort diverses, témoignent de la difficulté d'être de leur auteur. Sylvia Plath jette sur le monde un regard angoissé qui la mène souvent jusqu'à cette panique qui culmine dans son suicide en 1963. Parmi les nouvelles rassemblées ici, quelques sommets : Langues de pierre. Au-dessus de la rivière et surtout le garçon au dauphin. Une voix fragile, tendue, qui traduit admirablement une terrible déchirure morale.
Commenter  J’apprécie          40
claraetlesmots
  09 avril 2010
Dans « notes de Cambridge », elle dépeint son angoisse, ses questions existentielles sur un ton très neutre, très observateur et détaché « je n'ai lu ni folie ni superficialité dans l'image que reflétaient ces yeux », « « Seulement ces étranges questions n'arrêtent pas de frapper à la porte de ma réalité quotidienne… »
« Cette chère veuve Mangada » est une version retravaillée de « "La veuve Mangada ». Sylvia Plath relate une nouvelle autobiographique la mettant en scène ainsi que son mari. On y découvre son tempérament très anxieux sous l'angle de questions purement domestiques.
Dans « langues de pierre, », elle écrit très justement sur l'épuisement moral et les maisons de santé où l'on se repose. Elle dépeint l'envie de rien, l'état du cops et de l'esprit qui n'attendent, n'espèrent plus rien de la vie. Un texte qui m'a beaucoup touchée… .
Avec « le réparateur de gouttières », elle met habilement en scène une petite fille cruelle, jalouse de sa petite soeur.

« le garçon au dauphin » est un texte troublant qui m'a laissée une impression de malaise. le tourment est exprimé par une fiction et une réalité qui se mêlent. Qu'est ce qui est vrai ? Qu'est ce qui n'est qu'une image déformée de l'esprit ?
Des nouvelles inégales sur l‘angoisse, le mal -être mais qui permettent d'aborder la personnalité de Sylvia Plath. Un ton très détaché sur ces sujets, une analyse juste … Il n'en fallait pas plus pour me donner envie de lire son roman « la cloche de détresse ».

Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
claraetlesmotsclaraetlesmots   09 avril 2010
Ce que je redoute le plus, je crois, c'est la mort de l'imagination. Quand le ciel, dehors, se contente d'être rose, et les toits des maisons noirs : cet esprit photographique qui, paradoxalement, dit la vérité, mais la vérité vaine, sur le monde
Commenter  J’apprécie          491
TheomaTheoma   13 février 2011
Désormais, je parlerai toutes les nuits. A moi-même. A la lune. Je marcherai, comme je l'ai fait ce soir, jalouse de ma solitude, dans le bleu argenté de la lune glaciale, qui miroite sur les congères de neige fraîche en renvoyant des milliers d'étincelles. Je me parle à moi-même en contemplant les arbres sombres, d'une bienheureuse neutralité. C'est tellement plus facile que d'affronter les gens, que de devoir paraître heureuse, invulnérable, intelligente. Tous masques ôtés, je me promène en parlant à la lune, à cette force neutre et impersonnelle qui n'entend pas, mais se contente tout bonnement d'accepter mon existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TheomaTheoma   13 février 2011
Cela paraît un incroyable soulagement de savoir qu'il existe quelqu'un en dehors de sa propre personne qui n'est pas heureux à longueur de temps. Il faut aller très mal pour se retrouver ainsi plongé dans les ténèbres : au point de croire que les autres, pour la simple raison qu'ils sont « autres », sont invulnérables. C'est un fichu mensonge.
Commenter  J’apprécie          30
TheomaTheoma   13 février 2011
Il y a un jour qu'on ne peut jamais oublier, quels que soient les efforts qu'on déploie. On se souvient toujours du jour où l'été revient, et où il fat assez chaud pour aller faire du canoë. Quand le premier beau jour de juin arrive, on en garde le souvenir, vif, cristallin, comme si on le contemplait derrière un rideau de larmes... 
Commenter  J’apprécie          20
LillyLilly   03 juin 2010
Pour toute réponse, Leonard tapa du pied. Il piétina le sol.Un coup sur le sol, et les murs disparurent. Un coup sur le sol, et le plafond s'envola vers le royaume des cieux. Arrachant le bandeau rouge que Dody avait dans les cheveux, il le mit dans sa poche. Une ombre verte, une ombre moussue, lui effleura la bouche. Et au coeur du labyrinthe, dans le sanctuaire du jardin, un adolescent de pierre se fêla et vola en éclats, brisé en millions de morceaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Sylvia Plath (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvia Plath
"Sylvia PLATH – Mourir pour vivre (France Culture, 2008)" Un extrait de l’émission « Du Jour au lendemain », par Alain Veinstein, diffusée le 15 janvier 2008. Invitée : Patricia Godi.
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
917 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre