AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791037104335
48 pages
La Table ronde (23/05/2019)
3.83/5   40 notes
Résumé :
Les lèvres couleur sang, le soleil d’un orange inédit, les roues d’un train qui semblent dire «ta faute, ta faute, ta faute» : voilà quelques exemples des choses que Mary Ventura commence à remarquer, lors de son voyage en train vers le neuvième royaume.
«Mais qu’est-ce que le neuvième royaume?» demande-t-elle à sa voisine, qui semble plus au courant. «C’est le royaume de la volonté pétrifiée. Il n’y a pas de voyage de retour.»
L’étrange et sombre ré... >Voir plus
Que lire après Mary Ventura et le neuvième royaumeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 40 notes
5
5 avis
4
6 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
Ce minuscule opus m'a fait de l'oeil à ma librairie, occasion rêvée de découvrir une auteure que je n'avais jamais lu.
Il s'agit si j'ai bien compris de l'une des toutes premières nouvelles écrites par Sylvia Plath, refusée par l'éditeur et entièrement remaniée et écourtée pour n'en garder que le sel.
Le résultat est assez séduisant et surprenant de maturité dans son thème, déjà baigné d'une poésie particulière malgré un style encore peu affirmé. Manier la parabole existentielle à vingt ans n'est pas donner à tout le monde, et ce conte inquiétant dans lequel une jeune fille s'échappe d'un train-prison emmenant ses passagers vers leur destinée pré-tracée tend un miroir au lecteur et le fait frémir.
Une mise en bouche qui donne envie de découvrir plus avant Sylvia Plath.
Commenter  J’apprécie          190
"Nouvelle inédite de Sylvia Plath, écrite à l'âge de 20 ans, où se trouve en germe tout ce qui fera son oeuvre."
Kits Hilaire in DM
Lien : https://doublemarge.com/cate..
Commenter  J’apprécie          240
Je suis particulièrement sensible à la poésie de Sylvia Plath alors c'est sans hésiter que j'ai emprunté à la bibliothèque "Mary Ventura et le neuvième royaume" la première nouvelle qu'elle a écrite en 1952 quand elle était étudiante aux États-Unis.
Il faut dire aussi que j'ai été profondément émue par son unique roman "La cloche de détresse" que j'ai lu il y a peu de temps. La narratrice a remporté le prix d'écriture d'un magazine New-Yorkais, ce qui est autobiographique. Par contre, elle ne dit pas qu'ils ont refusé de publier ce texte qu'elle leur a réellement proposé. C'est assez surprenant car je trouve qu'il est d'une grande qualité, surtout écrit par une jeune fille de vingt ans.

Les parents de Mary Ventura l'accompagnent à la gare où la jeune fille doit prendre le train. Dès le début on sent sa crainte de les quitter mais ils la poussent impérativement à se séparer d'eux, cela étant dans l'ordre des choses pour eux.
Assise à côté d'une dame qui tricote, elle roule vers l'inconnu. Elle ne sait pas où elle va en dehors de l'indication sur son billet : le neuvième royaume. Liant connaissance avec sa mystérieuse voisine de siège, elle va vite comprendre qu'il n'y a pas de retour possible si elle descend au terminus.

Sylvia Plath qualifie son texte de vague conte symbolique mais c'est surtout une histoire fantastique assez sombre qui montre peut-être qu'elle est déjà ravagée par des angoisses intérieures.
On peut imaginer que son héroïne se dirige vers la mort, là où la jeune fille dépressive qu'elle est, a envie de se réfugier car quelques temps plus tard elle ratera sa première tentative de suicide.
Pour autant, même si elle n'est pas maîtresse de son destin, Mary ne se laisse pas faire ce qui en fait un personnage attachant car j'aime les femmes de caractère.


Challenge Riquiqui 2023
Challenge XXème siècle 2023
Commenter  J’apprécie          60
Un couple presse une jeune femme sur le quai d'un train d'embarquer pour le Neuvième Royaume. Bien que réticente, elle se laisse convaincre  par des arguments fallacieux ("sois mignonne") et embarque.
Le voyage prend petit à petit une dimension inquiétante, mais heureusement , une voyageuse expérimentée, tricotant une robe en laine vert printemps, va venir en aide à notre héroïne dans un univers innervé par la couleur rouge. Embarquée malgré elle vers une destination sans retour, l'héroïne trouvera-telle pourtant le moyen d'échapper à son destin ?
On comprend que cette nouvelle ,publiée pour la première fois dans sa version de départ , ait été refusée par a magazine américain Mademoiselle en 1952. Elle ne devait certes pas convenir à la ligne éditoriale enjouée qui était alors de mise.
Qualifiée par l'auteure de "vague conte symbolique", comme le précise la préface, nous avons ici un texte prégnant où se lisent déjà les thématiques de Sylvia Plath , alors seulement âgée de vingt ans. Une quarantaine de pages qui font battre le coeur, tout inédit de Plath  étant bien sûr une bonne nouvelle, superbement illustré par Cheeri et traduit par Anouk Neuhoff.
Commenter  J’apprécie          80
J'ai lu pour la première fois Sylvia Plath il y a deux ans et j'ai été époustouflée. La Cloche de détresse fait partie de ces livres qui marqueront ma vie de lectrice. Depuis, je cherche à découvrir la biographie de l'autrice et à lire l'ensemble de ses oeuvres.

Les éditions de la Table ronde ont lancé une nouvelle collection, "La Nonpareille". Cette collection publiera quatre nouvelles inédites par an dans un petit format.

Mary Ventura et le neuvième royaume est la première publication de "La Nonpareille" et l'objet livre est très beau.

Il s'agit d'une nouvelle que Sylvia Plath a écrit en 1952, quelques mois avant sa première tentative de suicide, alors qu'elle était étudiante. le magazine Mademoiselle refusa de la publier.

La nouvelle débute sur le quai d'une gare. Une jeune fille est encouragée par ses parents à monter dans le train. Elle n'en a pas envie, semble craintive mais ses parents insistent et elle s'exécute. Ce voyage et cette séparation d'avec les parents semblent alors devenir symboliquement le passage à l'âge adulte, la découverte de l'indépendance et l'inquiétant choix de notre destin. Elle découvre alors dans le train un monde qui commence par la fasciner, elle se lie avec une autre passagère, profite du wagon-restaurant avec joie mais petit à petit l'atmosphère devient oppressante. La voyageuse qui l'accompagne lui explique que le train ne s'arrêtera pas avant le neuvième royaume. Ce dernier arrêt est un lieu mystérieux et inquiétant mais la plupart des passagers " se résignent" à y descendre selon elle. Mary panique, elle est déterminée à ne pas se résigner et à descendre du train avant d'arriver au neuvième royaume.

Sylvia Plath qualifiait cette nouvelle de "vague conte symbolique". Ce récit qui semble tout d'abord assez léger se complexifie au fil des pages pour s'enrichir d'une lecture symbolique. Ce voyage en train d'une jeune fille devient la métaphore de diverses interprétations. Mary Ventura et le neuvième royaume est une nouvelle captivante dont la chute est inattendue. le lecteur trouve déjà en germe les qualités et la complexité de la Cloche de détresse. La plume de Sylvia Plath ne laisse pas le lecteur au repos, il retient son souffle et lit d'une traite ce récit.

Mary Ventura et le neuvième royaume est une très belle lecture pour les amoureux de Sylvia Plath et pour ceux qui voudraient la découvrir.
Lien : http://lecottageauxlivres.ha..
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Les voyageurs achètent leur billet, reprit la femme, ils achètent leur billet et sont censés descendre à la station prévue... ils choisissent le train, la voie, et rejoignent leur destination.

_Je sais. Mais cette femme. Elle avait l'air atrocement effrayée.

Oui, les voyageurs ont parfois cette réaction. Frousse de dernière minute, vous comprenez. La prise de conscience s'opère à retardement, et ils regrettent d'avoir acheté le billet.
Mais le regret ne sert à rien. Ils auraient dû réfléchir avant.
Commenter  J’apprécie          10
"-il n'y a pas de voyage de retour sur cette ligne, dit la femme avec douceur. On ne revient pas en arrière une fois qu'on est au neuvième royaume. C'est le royaume de la négation, de la volonté pétrifiée. Il a un tas de noms différents " p.34
Commenter  J’apprécie          10
Il n'y a pas de voyage de retour sur cette ligne, dit la femme avec douceur. on ne revient pas en arrière une fois qu'on est neuvième royaume. C'est le royaume de la négation, de la volonté pétrifiée. Il a un tas de noms différents.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sylvia Plath (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvia Plath
Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/
N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie.
Connaissez-vous cette romancière et poétesse géniale qui n'eut aucun succès de son vivant, ni dans les lettres ni en amour, et se suicida à l'âge de 31 ans ?
« La cloche de détresse », de Sylvia Plath, c'est à lire dans la collection L'Imaginaire chez Gallimard.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (81) Voir plus



Quiz Voir plus

La cloche de détresse

Quel est le pseudonyme qu'Esther Greenwood utilise lors de sa rencontre avec Lenny, puis plus tard avec le docteur Gordon?

Elly Higginbotham
Elly Higgins
Esther Higginbottom
Elly Higginbottom

4 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : La cloche de détresse de Sylvia PlathCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..