AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791037104335
Éditeur : La Table ronde (23/05/2019)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Les lèvres couleur sang, le soleil d’un orange inédit, les roues d’un train qui semblent dire «ta faute, ta faute, ta faute» : voilà quelques exemples des choses que Mary Ventura commence à remarquer, lors de son voyage en train vers le neuvième royaume.
«Mais qu’est-ce que le neuvième royaume?» demande-t-elle à sa voisine, qui semble plus au courant. «C’est le royaume de la volonté pétrifiée. Il n’y a pas de voyage de retour.»
L’étrange et sombre ré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Allantvers
  26 septembre 2019
Ce minuscule opus m'a fait de l'oeil à ma librairie, occasion rêvée de découvrir une auteure que je n'avais jamais lu.
Il s'agit si j'ai bien compris de l'une des toutes premières nouvelles écrites par Sylvia Plath, refusée par l'éditeur et entièrement remaniée et écourtée pour n'en garder que le sel.
Le résultat est assez séduisant et surprenant de maturité dans son thème, déjà baigné d'une poésie particulière malgré un style encore peu affirmé. Manier la parabole existentielle à vingt ans n'est pas donner à tout le monde, et ce conte inquiétant dans lequel une jeune fille s'échappe d'un train-prison emmenant ses passagers vers leur destinée pré-tracée tend un miroir au lecteur et le fait frémir.
Une mise en bouche qui donne envie de découvrir plus avant Sylvia Plath.
Commenter  J’apprécie          160
cathulu
  22 mai 2019
Un couple presse une jeune femme sur le quai d'un train d'embarquer pour le Neuvième Royaume. Bien que réticente, elle se laisse convaincre  par des arguments fallacieux ("sois mignonne") et embarque.
Le voyage prend petit à petit une dimension inquiétante, mais heureusement , une voyageuse expérimentée, tricotant une robe en laine vert printemps, va venir en aide à notre héroïne dans un univers innervé par la couleur rouge. Embarquée malgré elle vers une destination sans retour, l'héroïne trouvera-telle pourtant le moyen d'échapper à son destin ?
On comprend que cette nouvelle ,publiée pour la première fois dans sa version de départ , ait été refusée par a magazine américain Mademoiselle en 1952. Elle ne devait certes pas convenir à la ligne éditoriale enjouée qui était alors de mise.
Qualifiée par l'auteure de "vague conte symbolique", comme le précise la préface, nous avons ici un texte prégnant où se lisent déjà les thématiques de Sylvia Plath , alors seulement âgée de vingt ans. Une quarantaine de pages qui font battre le coeur, tout inédit de Plath  étant bien sûr une bonne nouvelle, superbement illustré par Cheeri et traduit par Anouk Neuhoff.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
lecottageauxlivresFanny
  16 juin 2019
J'ai lu pour la première fois Sylvia Plath il y a deux ans et j'ai été époustouflée. La Cloche de détresse fait partie de ces livres qui marqueront ma vie de lectrice. Depuis, je cherche à découvrir la biographie de l'autrice et à lire l'ensemble de ses oeuvres.
Les éditions de la Table ronde ont lancé une nouvelle collection, "La Nonpareille". Cette collection publiera quatre nouvelles inédites par an dans un petit format.
Mary Ventura et le neuvième royaume est la première publication de "La Nonpareille" et l'objet livre est très beau.
Il s'agit d'une nouvelle que Sylvia Plath a écrit en 1952, quelques mois avant sa première tentative de suicide, alors qu'elle était étudiante. le magazine Mademoiselle refusa de la publier.
La nouvelle débute sur le quai d'une gare. Une jeune fille est encouragée par ses parents à monter dans le train. Elle n'en a pas envie, semble craintive mais ses parents insistent et elle s'exécute. Ce voyage et cette séparation d'avec les parents semblent alors devenir symboliquement le passage à l'âge adulte, la découverte de l'indépendance et l'inquiétant choix de notre destin. Elle découvre alors dans le train un monde qui commence par la fasciner, elle se lie avec une autre passagère, profite du wagon-restaurant avec joie mais petit à petit l'atmosphère devient oppressante. La voyageuse qui l'accompagne lui explique que le train ne s'arrêtera pas avant le neuvième royaume. Ce dernier arrêt est un lieu mystérieux et inquiétant mais la plupart des passagers " se résignent" à y descendre selon elle. Mary panique, elle est déterminée à ne pas se résigner et à descendre du train avant d'arriver au neuvième royaume.
Sylvia Plath qualifiait cette nouvelle de "vague conte symbolique". Ce récit qui semble tout d'abord assez léger se complexifie au fil des pages pour s'enrichir d'une lecture symbolique. Ce voyage en train d'une jeune fille devient la métaphore de diverses interprétations. Mary Ventura et le neuvième royaume est une nouvelle captivante dont la chute est inattendue. le lecteur trouve déjà en germe les qualités et la complexité de la Cloche de détresse. La plume de Sylvia Plath ne laisse pas le lecteur au repos, il retient son souffle et lit d'une traite ce récit.
Mary Ventura et le neuvième royaume est une très belle lecture pour les amoureux de Sylvia Plath et pour ceux qui voudraient la découvrir.
Lien : http://lecottageauxlivres.ha..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LaFeePetee
  02 août 2019
Les Editions de la Table Ronde viennent de rééditer une des oeuvres de Sylvia, Mary Ventura et le neuvième royaume, une toute petite nouvelle d'à peine cinquante pages.
D'un voyage en train, Sylvia se sert du rythme particulier de ce cheminement pour nous confronter à la Destinée. A ces routes toutes tracées que l'on prend sans réfléchir, passif, résigné. Tout au long de ce trajet quelques indices nous alarment, des couleurs trop vives, des gens trop conciliants, la mélodie des roues du train qui semblent murmurer « Ta faute, ta faute, ta faute » Ce voyage est inexorable et l'autrice vous renvoie a cette question : Voulons-nous subir la vie ou en devenir le maître ?
Si Sylvia a qualifié sa nouvelle de vague conte symbolique, je la décris comme un lumineux conte symbolique. Sans aucune morale de fin, elle vous livre une fable puissante qui semble si légère au premier abord et s'intensifie, vous laissant hors d'haleine et subjugué par sa plume.
Mary est l'enfant en nous, celui qui grandit et perd son innocence. Celui qui doit faire des choix pour devenir l'adulte qu'il souhaite être. Celui qui prend conscience des règles de la société, de ses codes et de ses chaînes. Cet adulte en devenir veut-il s'adapter au confort rassurant de ce train ou préfère-t-il en descendre pour affronter l'inconnu et l'ivresse qu'il propose ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ramettes
  30 mai 2019
J'ai découvert certains des écrits de Sylvia Plath en 2017 et j'avais ressenti une empathie avec ce qu'elle écrivait. Alors vous vous doutez bien que je ne pouvais passer à côté de cette nouvelle inédite. Sa première, écrite en 1952 et refusée !
Je n'ai pas en mémoire ce qui s'écrivait à l'époque et ne chercherai pas à découvrir ce qui avait pu conduire à un refus. Je ne débattrai pas non plus sur le fait que cette nouvelle inédite voit le jour aujourd'hui… je ne vais pas bouder mon plaisir d'autant que sans la précision de l'éditeur je ne l'aurais pas su.
La nouvelle débute doucement avec une jeune fille qui va faire un voyage en train. On a l'impression que les parents la poussent, la poussent à partir… on imagine donc que ce voyage c'est un peu comme couper le cordon avec ces parents. On s'attend donc à un voyage initiatique, une expérience formatrice… pour une expérience ça va être une sacrée expérience ! Cette nouvelle nous invite à faire un voyage hors du commun.
Comme dans tout voyage, on a le personnage principal seul qui va découvrir son environnement et ces compagnons de voyage. Sylvia Plath commence en douceur. Dans cette nouvelle on a déjà le regard acéré de l'écrivaine qui scrute tout, le physique comme l'âme.
Petit à petit on va découvrir des petits éléments particuliers liés à la rencontre avec une passagère assez singulière.
Le texte rappelle le rythme de train sur une voie de chemin de fer… On commence à se demander va-t-il dérailler ? Va-t-il arriver à l'heure ? il n'y a qu'un ligne mais peut-être y aura-t-il un aiguillage à un moment donné… Je vous laisse imaginer.
L'imagination du lecteur s'emballe car elle crée une certaine tension, une atmosphère électrique, le bébé qui pleure, les gens qui s'agacent… Nos propres références littéraires nous porterons à ressentir des choses… Agatha Christie est venue alimenter mon imagination !
La chute est excellente, elle est à la hauteur de ce qui avait été mis en place.
J'ai adoré cette nouvelle que j'ai lue d'un trait, j'allais dire dans un souffle.
Lien : http://ramettes.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
sido73sido73   10 septembre 2019
"-il n'y a pas de voyage de retour sur cette ligne, dit la femme avec douceur. On ne revient pas en arrière une fois qu'on est au neuvième royaume. C'est le royaume de la négation, de la volonté pétrifiée. Il a un tas de noms différents " p.34
Commenter  J’apprécie          10
lecottageauxlivresFannylecottageauxlivresFanny   16 juin 2019
Il n'y a pas de voyage de retour sur cette ligne, dit la femme avec douceur. on ne revient pas en arrière une fois qu'on est neuvième royaume. C'est le royaume de la négation, de la volonté pétrifiée. Il a un tas de noms différents.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Sylvia Plath (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvia Plath
Sylvia Plath par Valérie Rouzeau (France Culture / Ça rime à quoi)
Sylvia Plath par Valérie Rouzeau (France Culture / Ça rime à quoi). https://le-semaphore.blogspot.fr/2014.... Le 31 octobre 2009, dans l'émission “Ça rime à quoi” diffusée sur France Culture, Sophie Nauleau recevait la poétesse et traductrice française Valérie Rouzeau pour évoquer la poésie de Sylvia Plath, et plus particulièrement son ultime recueil “Ariel”, que Valérie Rouzeau venait de traduire en français pour les Éditions Gallimard. Sylvia Plath, née le 27 octobre 1932 à Jamaica Plain, dans la banlieue de Boston, et morte le 11 février 1963 à Primrose Hill (Londres), est une poétesse américaine , qui a écrit aussi un roman, des nouvelles, des livres pour enfants et des essais. Si elle est surtout connue pour sa poésie, elle tire également sa notoriété de “The Bell Jar” (en français, “La Cloche de détresse”), roman d'inspiration autobiographique qui décrit en détail les circonstances de sa première dépression, au début de sa vie d'adulte. Depuis son suicide en 1963, Sylvia Plath est devenue une figure emblématique dans les pays anglophones, les féministes voyant dans son œuvre l'archétype du “génie féminin écrasé par une société dominée par les hommes”, les autres voyant surtout en elle une icône dont la poésie, en grande partie publiée après sa mort, fascine comme la bouleversante chronique d'un suicide annoncé.
Avec la voix de Sylvia Plath.
« “Ariel”, génie de l'air de “La Tempête”, de Shakespeare, est aussi le nom du cheval blanc que montait à l'aube dans le Devon, en Angleterre, l'un des plus extraordinaires poètes du XXe siècle, Sylvia Plath, aux derniers mois de sa courte vie. “Ariel”, borne décisive marquant un “avant” et un “après”, parole intense jusqu'à la rage parfois, question de vie ou de mort. “Ariel”, jusqu'au bout, l'extrémité du dernier souffle. » Valérie Rouzeau
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1803 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre