AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782361832223
135 pages
Éditeur : Les Moutons Electriques (02/10/2015)
4.06/5   65 notes
Résumé :
Sommes-nous les jouets des astres ? Qu’est-ce que ces choses lointaines éveillent en nous, qui nous anime et nous pousse à agir d’une façon qui nous étonne nous-mêmes ? Au-dessus de la demeure de Vidal, l’éleveur d’ânes, une planète brille trop fort ; le comportement de cet homme paisible s’en ressent. Son amie Aube assiste, impuissante, à sa transformation. Parviendra-t-elle à l’arracher à cette influence néfaste, ou faudra-t-il attendre l’aide de Peyr Romo, le mag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 65 notes
5
9 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis

BazaR
  22 mai 2016
Un magnifique petit bijou.
« Dévoreur » me sert de porte d'entrée à l'univers du « Sentier des Astres » de Stefan Platteau, cet auteur belge qui emporte tous les suffrages en ce moment. Et franchement, à ce que j'ai lu, c'est pas volé !
Dans cette histoire toute courte, Stefan Platteau accueille le personnage des contes – j'ai nommé l'Ogre – dans la grande famille de la fantasy. On y voit un homme, Vidal, changer progressivement d'état : sympathique voisin, puis bourru, puis misanthrope, et enfin… bouffeur d'enfants. Sa voisine et amie, Aube, assiste à la transformation, au début refuse de l'accepter puis, au comble de l'horreur, décide d'agir pour sauver les propres enfants de Vidal. Mais c'est à Peyr, son mari magicien, que reviendra la rude tâche d'affronter l'Ogre dans son Château de Sel, et les forces néfastes qui le guident.
Armé d'une plume aiguisée et magnifique, Stefan Platteau nous guide dans une histoire en plusieurs tableaux : des montagnes qui ont fait remonter dans ma mémoire mes superbes randonnées dans les Alpes et les Pyrénées, la maison de Vidal que n'aurait pas reniée Jay Anson, l'auteur d'Amytiville, un château qui sert de décor à un affrontement à niveau comme dans nos bons vieux jeux de rôles tels Prince of Persia. Bien que court, le récit a le temps de nous expliquer les ressorts de cet univers où le comportement des hommes est fortement influencé, voire contrôlé, par un groupe de huit astres, planètes, lunes et soleil dérivant dans le ciel, certains fastes, d'autres néfastes. Cela fait écho à ma récente lecture de l'extraordinaire BD « La Licorne » de Gabella et Jean : ici l'on admet comme structurel cette dépendance aux astres quand là on essaie de s'en libérer.
Stefan Platteau va plus loin que la simple dépendance en reprenant une idée appréciée de certaines religions : le corps humain est calqué sur la structure cosmique d'en haut ; son microcosme reflète et contient le macrocosme. Toutes ces notions dans un récit aussi court en font une pépite extrêmement riche. Je ne parle même pas de l'originalité de la magie qui y est pratiquée, dans laquelle le souffle et le corps du magicien cohabitent avec les esprits élémentaires.
L'éditeur, Les Moutons Électriques, a pris un soin particulier à l'écrin de sa pépite. le livre est petit, presque carré, et rappelle dans sa forme les livres pour très jeunes enfants. On s'attend presque à voir un pliage se déployer à l'ouverture. L'illustrateur Melchior Ascaride a pris le temps d'ajouter des frises cabalistiques dans les marges. Seul point faible, le prix ramené au nombre de pages est très élevé et prive probablement l'ouvrage de bon nombre de lecteurs potentiels. Mais bon, pour paraphraser Séguéla, si tu n'as pas acheté ce bijou à cinquante ans, tu as raté ta vie ^^.
Merci à boudicca dont la critique m'a persuadé de me lancer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          417
boudicca
  02 octobre 2015
Après le succès de son premier roman « Manesh », Stefan Platteau renoue avec l'univers des « Sentiers des Astres » le temps d'un bref récit, histoire de faire patienter ses lecteurs avant la sortie du second volume. L'ouvrage se suffit cela dit parfaitement à lui-même et peut donc être lu et apprécié de manière indépendante du cycle. Et il serait dommage de se priver car Stefan Platteau signe une fois encore un ouvrage remarquable. On y fait la connaissance d'une famille originaire des montagnes de Pélagis composée d'un couple et de leurs deux enfants dont le quotidien va se retrouver soudainement chamboulé par le comportement de plus en plus étrange d'un de leur ami et voisin. Malgré l'absence de son époux réquisitionné pour exercer ses compétences de mage, Aube est bien décidée à percer ce mystère et ne tarde pas à faire le lien entre l'attitude effrayante du fermier et la luminosité anormale émanant d'un astre néfaste nommé Kiavathi : le Dévoreur. Stefan Platteau nous offre avec ce roman une belle réinterprétation du mythe de l'ogre, ce géant croqueur d'enfants n'aimant rien tant qu'enlever de braves bambins à leur famille pour pouvoir s'en engraisser. Si le roman prend par bien des aspects l'allure d'un conte, cela ne l'empêche pas de ne pas chercher à épargner ses personnages qui se retrouvent au contraire confrontés à des situations forts cruelles.
L'auteur revient ici à l'essence même du mythe de l'ogre et ce n'est pas sans un frisson d'inquiétude que le lecteur assiste à la transformation progressive de Vidal en cette créature avide de chaire fraîche et dont la monstruosité ne tarde pas à se manifester de la plus atroce des façons. La fascination éprouvée pour le récit du drame qui se joue ici tient aussi en grande partie au style de Stefan Platteau qui a encore une fois porté un soin tout particulier à la qualité de sa plume. On retrouve la même sensation qu'à la lecture de « Manesh » : celle qui nous fait prendre conscience que chaque mot semble avoir été savamment choisi, chaque tournure de phrase scrupuleusement étudiée et ce afin d'aboutir à un récit le plus harmonieux et le plus immersif possible. Outre ces nombreuses qualités, l'ouvrage a également l'avantage de bénéficier d'une présentation particulièrement soignée. Si Les Moutons Électriques nous avaient déjà habitué par le passé à des ouvrages très élégants, il s'agit cette fois d'une première pour la maison d'édition puisqu'on a affaire à un format plus compact embelli de quantité d'illustrations signées Melchior Ascaride (à qui on doit aussi dernièrement la couverture de l'excellent « Véridienne »).
Stefan Platteau signe avec « Dévoreur » un nouveau petit bijou qui séduira aussi bien les lecteurs avides de découvrir la suite de « Manesh » que ceux n'ayant pas encore eu l'occasion de découvrir l'univers des « Sentiers des astres ». Une sortie à ne pas rater, tant pour le fond que pour la forme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
oursinculte
  17 novembre 2015
Ça y est, on est des grands chez le Cri du Troll, la preuve : on nous envoie un livre sans qu'on ait harcelé quiconque pendant trois semaines avec notre subtilité légendaire (oui, enfin, pas que ce soit dans nos habitudes hein…). Et attention, c'est pas n'importe quoi ! Les Moutons Électriques nous ont proposé le tout pitit et tout mignon Dévoreur de Stefan Platteau, un roman court de moins de 150 pages situé dans l'univers du Sentier des Astres dont le tome 1, Manesh, est sorti en 2014.
Le retour du conte
« Oui, mais personne n'a lu Manesh ici ! », s'est exclamé le troupeau de trolls déconfits. « Ne vous tracassez donc point » répondit l'éditeur ovin, « Il n'est nul besoin de connaitre l'univers pour se délecter de Dévoreur ». Qu'à cela ne tienne, on a donc voulu tirer à la courte-paille le chanceux qui allait pouvoir chroniquer la bête, et puis on s'est rappelé qu'on était des trolls, et nous avons sorti les massues… Et me voici donc devant ce petit ouvrage à la couverture magnifique, réalisée par Melchior Ascaride comme tout le design intérieur. de la taille d'un format poche à la forme presque carrée, le livre est illustré par des petits cabochons à chaque début de chapitre, et toutes les pages sont bordées de runes pour habiller le texte. Ça donne un objet magnifique.
Dans Dévoreur, nous faisons la connaissance d'Aube Romo qui vit avec son mari et ses deux enfants dans une maison isolée sur la montagne. Peyr, son époux, est un grand magicien qui doit partir pour une mission de plusieurs mois en laissant ses proches. Heureusement que Vidal, leur meilleur ami et plus proche voisin, est là pour leur rendre visite et distraire la petite famille restée à la maison grâce à sa bonne humeur. Mais un jour, Aube remarque que Vidal ne vient plus, il reste cloitré dans sa maison avec ses enfants, se comporte froidement avec son amie. Quelque chose de pas très frais se trame dans la montagne et Aube va bientôt découvrir ce qui rôde et menace sa famille.
On retrouve une ambiance de conte à travers ce court récit, l'auteur nous plonge dans cet univers avec maitrise et talent dans un style proche de ses modèles. Ce style est impressionnant, on prend un réel plaisir simplement avec la prose de Stefan Platteau. Par-dessus tout, il nous donne de suite envie d'entendre cette histoire à l'oral, ou même de le lire à voix haute tant la narration s'y prête (une version audiobook m'inciterait sûrement à tester ce format). Elle parvient à garder cette tradition de la transmission orale des histoires alors qu'on la lit, oui je sais, c'est con mais c'est ce que j'ai ressenti tout de suite.
♪ Et vice et versaaaaaaa ♪
Le livre se découpe en deux parties distinctes : Dans la première, on suit Aube tandis qu'elle essaye de comprendre le phénomène étrange qui plane sur la montagne. Cette partie est très réussie grâce à son aura de mystère. L'héroïne va tout faire pour découvrir ce qui se trame malgré le danger et la peur car la sécurité de ses enfants est en jeu. L'ambiance effrayante emporte le lecteur jusqu'à ce qu'il comprenne à quoi il a affaire. Dans la seconde partie c'est Peyr qui va prendre le relais, la menace est maintenant déclarée et l'histoire devient plus orientée vers l'aventure et change légèrement de ton. le magicien va partir affronter le danger armé de son arsenal de sorts et de connaissances.
Les contes sont en général destinés aux jeunes et servent à leur transmettre des valeurs à travers une morale et un sens du danger. D'ailleurs ils apparaissent aujourd'hui comme bien violents pour leur cible et sont souvent édulcorés pour nos contemporains, mais pas de ça ici ! Dévoreur prends ce ton cruel et gore propre aux grands classiques, c'est génial de constater que l'auteur garde ce qui fait la force du genre et ne prend pas les lecteurs pour des êtres fragiles que la moindre babiole traumatiserait. Mais l'originalité de cette aventure est que, pour une fois dans un récit de ce type, on ne se place pas du point de vue des enfants.
Par ce simple changement de perspective, Stefan Platteau donne à son histoire une signification nouvelle. Il parle à l'enfant en dévoilant les dangers du monde et le sens de la peur, mais on s'aperçoit vite qu'il parle également à l'adulte, et surtout au parent ou futur parent potentiel. Dévoreur explore notre responsabilité face à l'enfant, que ce soit le nôtre ou celui des autres. La dédicace à la fin du roman trouble autant qu'elle éclaire sur l'intention, surtout par rapport à la relation entre Peyr et sa fille à la fin de l'histoire.
The evil within
Dans les classiques comme le petit Poucet ou encore Hansel et Gretel, les enfants sont isolés des adultes ou opposés à eux, ils sont livrés à eux-mêmes face à la dure réalité et à la cruauté du monde. Ici l'écrivain intègre les adultes à leur aventure, ils ne sont ni exclus, ni placés en opposition du monde des enfants. Ils en font partie intégrante. C'est marrant quand on voit que « les adultes sont devenus méchants/ont disparu/ont abandonné les enfants » est devenu un des clichés absolus de la littérature Young Adult alors qu'il est tellement plus puissant de parler du mélange des générations que de leur exclusion mutuelle, ce qui nous est vraiment bien démontré ici.
ALERTE SPOILER : Dans la suite de l'article, je vais parler d'un des thèmes du livre, mais qui constitue en soi un spoiler par rapport à l'identité du mal qui rode dans cette première partie. Je ne dévoile rien sur les évènements ou la fin, mais si vous voulez vraiment garder la surprise sur la menace qui plane sur les Romo (ce que je recommande si vous ne savez rien du livre), sautez directement au verdict, mais je ne peux décemment pas critiquer le bouquin sans aborder ce thème.
En effet, Stefan Platteau revisite la figure de l'ogre si emblématique des contes classiques, l'ennemi est une créature immense qui ne pense qu'à manger les montagnards et surtout les enfants. L'ogre a toujours représenté le monde extérieur une fois sorti du cocon familial, les adultes dangereux et cruels, mais ici on ne peut s'empêcher de prendre ça comme une réflexion sur la paternité. L'adulte peut être responsable et protecteur, c'est un refuge pour les petits qui ont besoin de confiance et d'affection. Mais il est aussi l'effrayant, le violent et le menaçant qui a le plein pouvoir sur plus faibles que lui. Et dans les yeux d'un enfant, la vision de l'un ou l'autre changera son rapport au monde et on assiste à ce changement du point de vue du parent, impuissant à complètement protéger l'innocence de son gosse. C'est puissant.
Dévoreur est tout petit, mais c'est un livre immense. Il reprend tous les codes du conte classique mais en modifie juste ce qu'il faut pour y apporter la touche personnelle et la fraicheur qui suffisent à emporter le lecteur, et à lui donner de la profondeur et de l'importance. Dans le fond comme dans la forme, ce roman est une réussite absolue. Bon, j'ai un peu envie de lire Manesh maintenant…
Lien : http://www.cridutroll.fr/dev..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Aelinel
  07 juin 2018
Lorsque je participe à une dédicace, j'aime, dans la mesure du possible, lire les romans des auteurs avant de les rencontrer. Cela me permet de mieux appréhender leur univers et de me familiariser avec leur écriture. Ainsi, les échanges n'en sont que plus riches. Or, dans le cas de Stefan Platteau, je n'ai pas souhaité débuter directement par sa trilogie et lire son premier tome, Manesh, de plus de sept cent pages. J'y suis allée plutôt en douceur en commençant par ce one-shot composé d'une novella le Roi Cornu et du court roman proprement dit, Dévoreur.
Le Roi Cornu : Les Princes Firwanes Leth et Karaôn sont demi-frères et se disputent le trône à la mort de leur père. Conformément au rituel ancestral, ce sera dans l'arène et au milieu des Piliers célestes, juges des hommes et des rois, qu'ils devront se départager…
Dévoreur : Aube se fait du souci pour son voisin, le marchand d'ânes, Vidal. Depuis quelques temps, il ne semble plus le même homme. S'il apparaît distant et bourru de prime abord, il se commue par la suite en véritable bourreau, séquestrant et usant même de violence sur ses deux petites filles. Or, Aube découvre que Vidal serait sous l'emprise maléfique de l'Astre Kiarvathi surnommé le Dévoreur
La première chose qui m'a frappé dès le début de ma lecture est le style littéraire poétique et recherché de Stefan Platteau. Les mots sonnent avec justesse, de manière cohérente, rythmée et harmonieuse.
Puis, le récit prend des allures de conte et fait apparaître des figures emblématiques. C'est ainsi que le Roi Cornu fait référence au mythe de la sorcière isolée sur son île comme Circé dans l'Odyssée, la Dame du Lac dans les légendes arthuriennes ou les Gallicènes de l'île des vieilles apparaissant dans le premier tome de Rois du monde de Jean-Philippe Jaworski. Ces femmes douées de magie ont pour rôle soit d'éprouver le héros soit de leur apporter leur aide. Dans le Roi Cornu, Morkhan joue les deux rôles. Quant au court roman Dévoreur, il met en scène la figure de l'ogre bien présent dans le petit Poucet, Barbe Bleue ou encore dans le conte de Jack et le Haricot magique. D'ailleurs, le Château de sel dans lequel Vidal a élu domicile après s'être transformé en ogre m'a beaucoup fait penser à la demeure du Géant, en haut de la tige de haricot. Ainsi, l'ogre conserve la même symbolique que dans les contes traditionnels, celui du père autoritaire. Exception faite dans Dévoreur, ce sont les adultes, les héros de l'histoire et non les enfants ; Stefan Platteau oppose ainsi le père barbare (Vidal) aux parents protecteurs (Aube et Peyr).
Enfin, si j'ai beaucoup apprécié le style littéraire et l'univers de Stefan Platteau, en revanche, j'ai eu plus de mal avec le rythme de l'intrigue. En effet, le récit très contemplatif met du temps à s'installer, quelques longueurs sont donc à redouter. Il faut toutefois que je précise que mon ordre de lecture a pu jouer aussi sur mon ressenti. En effet, je venais de terminer l'énorme coup de coeur du bâtard de Kosigan (T.1) de Fabien Cerruti lorsque j'ai débuté Dévoreur.
En conclusion, je suis très contente d'avoir pu appréhender la plume de Stefan Platteau au travers de ce one-shot. Si le style littéraire est finement ciselé et l'univers inspiré de contes de fées traditionnels bien approprié par l'auteur, en revanche, j'ai peur que dans un roman de sept cent pages comme Manesh, cela ne me déroute un peu trop. Toutefois, cela n'enlève rien au talent de Stefan Platteau, c'est juste une question de goût. Donc, si cet aspect ne vous rebute pas, alors foncez!
Lien : https://labibliothequedaelin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Saiwhisper
  26 juin 2019
Après avoir souvent entendu parler en bien de Stefan Platteau et après l'avoir rencontré aux Imaginales pour une amie, j'ai eu envie de découvrir son univers fantastique à mon tour. Mon choix s'est porté sur ce fameux Dévoreur que l'auteur m'avait présenté comme un livre d'horreur fantastique. La première chose qui me vient à l'esprit avec cette lecture est : « Quelle plume !!! » le style est vraiment très travaillé, mature, précis et poétique. Stefan Platteau emploie du vocabulaire riche, au point que j'ai parfois dû sortir un dictionnaire pour en connaître le sens. Ses phrases sont bien construites et réfléchies. J'ai été impressionnée ! Rarement, j'avais lu une fiction avec une telle plume ! Les deux récits sont différents, mais ont pour point commun l'univers, l'idée d'Astres ainsi que la présence de divinités incroyables au milieu des humains.
« le Roi Cornu » est une nouvelle d'environ quatre-vingts pages narrant l'histoire du roi Leth qui va conduire son peuple, les Firwanes, hors du continent à cause du Râpeux, un dangereux démon possédant une puissante armée. C'était plutôt prenant, bien écrit, avec de l'action, de la magie noire, de l'aventure et des retournements de situation. On a là une légende intéressante, que l'on découvre ou non l'auteur. Pour ceux ayant déjà lu ou commencé « Manesh », « le Roi Cornu » est en fait un préquel se déroulant mille ans avant. Bien que c'était compréhensible, j'ai, hélas, quelques réserves… En raison de la taille du texte et de l'idée de nouvelles, les personnages m'ont apparu comme des pions qui avancent… On ne les découvre pas, on ne s'attache pas à eux et, lorsque l'un d'eux meurt, on ne s'émeut pas. C'est dommage ! Heureusement, je n'ai pas eu cette impression avec le second texte.
« Dévoreur » est une histoire donnant la parole à plusieurs personnages. On distingue par exemple Vidal, un père de famille, qui va changer de comportement du jour au lendemain. Autrefois généreux, drôle, bavard, ouvert et gentil, il va devenir taciturne, agressif, blessant et violent avec son entourage ! Aube et son mari Peyr vont assister progressivement à ce revirement de tempérament. Impuissants, ils vont se poser mille et une question et vont devoir faire face à des actes barbares de la part de leur ancien ami Vidal… Stefan Platteau mène assez bien son scénario en montrant le changement progressif mais inexorable. D'ailleurs, il n'hésite pas à aller dans le gore. Les âmes sensibles n'apprécieront pas cette lecture, notamment durant le passage morbide du père de famille qui suce la main de son enfant jusqu'à lui dévorer lentement le bras… Si vous pensez que ce genre de scène ne vous effraie pas, lancez-vous ! Sinon, passez votre chemin, car ce qui vous attend sera bien pire ! J'ai aimé la façon dont l'auteur a revisité le mythe du Croquemitaine. C'était original, sombre et osé. « Dévoreur » est clairement le récit que j'ai préféré de cet ouvrage, surtout grâce à son ambiance aussi déroutante qu'effrayante.
Pour conclure, je dirais que c'est un livre très bien écrit que l'on peut lire en ayant connaissance ou non de la saga « le sentier des Astres ». J'ai globalement aimé le découvrir et frissonner face à la perte d'humanité de Vidal.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142


critiques presse (1)
Elbakin.net   30 septembre 2015
Une fois plongé dedans, on se laisse emporter par une histoire remarquablement maîtrisée, entrecoupée de visions plutôt épiques, parfois terrifiantes et à même de nous émerveiller, quand ce ne sont pas les deux à la fois.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   27 septembre 2015
Il suffit qu'un seul ogre s'en vienne pour que tous les pères cessent aussitôt d'être des valeurs sûres. L'ombre qui protège devient celle qui menace, la terre se délite sous les pieds de quelques pauvres gosses, et leurs racines les tirent au-dedans pour les étouffer. Alors tous les autres mômes lèvent vers l'auteur de leur jour des regards soupçonneux, hantés par une seule et même angoisse : Et le mien ? Est-ce qu'il choisira un jour de me croquer ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
BazaRBazaR   18 mai 2016
Peyr lui a dit un jour: "La lumière des étoiles est une chose vivante, Aube, comme l'air, le feu ou les créatures animées d'un souffle. Lorsqu'elle tombe sur nous, quand pleuvent sur nos demeures ses esprits chatoyants, elle éveille d'anciennes, de très anciennes choses dans l'âme humaine."
Commenter  J’apprécie          284
BazaRBazaR   21 mai 2016
Des huit grandes planètes, les astres majeurs, Vâli est sans conteste la plus étrange. Les meilleurs astronomes peinent à prévoir son mouvement céleste. Discrète, elle affectionne le crépuscule et l'aurore, mais décrit dans le ciel des ellipses inconstantes. Insaisissable par nature, toujours mouvante, elle détient les clés du voyage.
Commenter  J’apprécie          190
BazaRBazaR   11 mai 2016
Les premiers temps de l'absence sont plus faciles à supporter qu'elle l'aurait cru. On s'habitue, sans doute, à l'intermittence du bonheur, comme on s'habitue à la succession des saisons.
Commenter  J’apprécie          322
boudiccaboudicca   29 septembre 2015
La lumière des étoiles est une chose vivante, comme l'air, le feu ou les créatures animées d'un souffle. Lorsqu'elle tombe sur nous, quand pleuvent sur nos demeures ses esprits chatoyants, elle éveille d'anciennes, de très anciennes choses dans l'âme humaine.
Commenter  J’apprécie          195

Videos de Stefan Platteau (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Platteau
Stefan Platteau - Les sentiers des astres. Volume 3, Meijo
autres livres classés : astresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1843 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre