AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2218017555
Éditeur : Hatier (30/11/-1)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
LA Marmite ! pourquoi déroger à l'usage, et remplacer par ce mot trivial et bas l'ancien titre plus savant et plus connu ? Plus connu, oui ; mais compris ? et c'est à l'être qu'un traducteur aspire avant tout. Qu'est-ce que ce nom l'Aululaire, latin dans son thème, français par sa terminaison, et qui n'appartient en propre à aucune langue, et n'a par lui-même aucun sens ? Est-il bien sûr encore, qu'au siècle d'Auguste, tout le monde, même à Rome, entendît la signif... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
  02 avril 2013
La Marmite (Aulularia) est l'une des comédies les plus connues de Plaute. Elle a influencé au moins deux auteurs que j'apprécie particulièrement, Molière pour son Avare et René Goscinny pour son Astérix et le Chaudron.
Cette pièce est dénuée de fin, non point qu'elle soit inachevée, mais la fin de la pièce s'est perdue au fil des siècles, de même que le texte est lacunaire à quelques endroits. C'est aussi ça la magie des livres antiques...
J'aime cette comédie et ne vous fiez pas trop à mes trois étoiles qui sont plus là pour attester d'une évaluation de l'intérêt actuel, notamment au vu de la lacune finale, pour un lecteur moderne que de la position que je lui réserve dans mon propre panthéon personnel (qui tournerait plus autour de quatre étoiles).
En effet, je considère que cette comédie recèle une fraîcheur rare pour une pièce antique. Il y a même un passage ou j'ai carrément éclaté de rire, ce qui n'est pas si fréquent, même avec les comédies modernes.
Le synopsis est un peu alambiqué, mais je vais essayer de vous mettre quand même l'eau à la bouche (ou du moins, la marmite en main).
D'abord, un vieil avare, Euclion, homme pauvre mais ayant découvert une marmite emplie d'or dans le sol de sa maison, fruit du cumul d'un sien aïeul, qui, par avarice congénitale, plutôt que d'en faire profiter ses enfants, avait préféré enterrer le magot.
Depuis qu'il a découvert cette marmite, Euclion ne vit plus que pour elle, paranoïaque et soupçonneux à l'extrême, s'imaginant que tout le monde vient lui braquer son or. Il terrorise et tyrannise sa vieille servante qu'il s'imagine comploter contre sa marmite.
Or voilà, Euclion a aussi une fille, dont il se soucie comme d'une guigne. Et la fille en question a été violée un soir de beuverie par Lyconide, le neveu d'un voisin d'Euclion nommé Mégadore.
Lyconide est bien ennuyé car la jeune fille s'est retrouvée enceinte et il faudra bien qu'un jour ou l'autre il avoue son infamie.
Mais c'est sans compter sur Mégadore, le riche voisin, qui, cheminant vers la vieillesse, se dit qu'il faudrait peut-être songer à trouver une épouse.
Eh ! oui, vous avez deviné, en plein dans le mille. Il décide d'aller trouver Euclion, lequel croit qu'il y a anguille sous roche car une fille sans dot n'est pas sensée intéresser un riche voisin, c'est donc qu'il en veut à son or !
D'autant plus que la marmite est doublement pleine (excusez-moi l'image douteuse), mais ça il n'en sait encore rien et le vieil avare non plus...
Bref, des quiproquos et des situations comiques qui n'ont rien à envier à du Molière (peut-être pas du Molière en très grande forme, mais largement pour du Molière en période creuse). C'est assez dépaysant car le temps est là tout de même et certaines répliques ont besoin d'être expliquées car les traditions de l'époque se sont volatilisées, mais dans l'ensemble, pour qui aime le théâtre et l'Antiquité, c'est un vrai bon moment que je recommande.
Bien évidemment, comme d'habitude, ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   02 avril 2013
EUCLION : Je n'ai pas confiance, lorsqu'un riche est d'une si extrême amabilité avec un pauvre. Lorsqu'il lui tend gentiment la main, c'est qu'il lui ménage quelque rosserie. Ah, je les connais bien, ces pieuvres, qui restent attachées à ce qu'elles ont touché !
Commenter  J’apprécie          250
Nastasia-BNastasia-B   10 avril 2013
EUCLION : Toi, maintenant, rentre et garde la maison.
STAPHYLA : Mais comment donc ! Que je garde la maison ? Sans doute pour que personne n'enlève les murs ? Car, chez nous, il n'y a pas d'autre butin pour les voleurs, tant le logis est plein de vide et de toiles d'araignées.
(...)
EUCLION : Ces toiles d'araignées, je veux qu'on me les garde. Je suis pauvre, je l'avoue, je le supporte. Ce que les dieux m'envoient, je l'accepte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Nastasia-BNastasia-B   04 avril 2013
Je vous en supplie, je vous le demande, je vous en conjure, secourez-moi, et montrez-moi l'homme qui me l'a enlevée. {N.B. : la marmite} (...) Je vous connais tous ; je sais qu'il y a ici beaucoup de voleurs qui, sous un vêtement blanchi, se dissimulent et sont assis à leur place, comme s'ils étaient de braves gens.
Commenter  J’apprécie          131
Nastasia-BNastasia-B   06 avril 2013
EUCLION : Quant à tes provisions...
MÉGADORE : Par Pollux, il y en aurait assez pour une légion ! J'ai même envoyé un agneau.
EUCLION : Un agneau qui (...) est tout en os et en peau, tant il a eu cure de maigrir. On peut lui examiner les entrailles au soleil, tout vivant : il est transparent comme une lanterne de Carthage.
Commenter  J’apprécie          120
michfredmichfred   24 avril 2015
CONGRION.

Est-ce que le vieillard ne pouvait pas faire les frais d'un festin, pour la noce de sa fille ?

STROBILE.

Bah !

CONGRION.

Qu'est-ce qui l'en empêche ?

STROBILE.

Ce qui l'en empêche ? tu le demandes ? On tirerait plutôt de l'huile d'un mur.

CONGRION.

Oui-dà ? Vraiment ?

STROBILE.

Juge-s-en toi-même. Il crie au secours, il invoque les dieux et les hommes, et dit que son bien est perdu, qu'il est un homme ruiné, s'il voit la fumée sortir du toit de sa masure. Quand il va se coucher, il s'attache une bourse devant la bouche.

CONGRION.

Pourquoi ?

STROBILE.

Pour ne pas perdre de son souffle en dormant.

CONGRION.

S'en met-il une aussi à la bouche de derrière, pour conserver son souffle pendant le sommeil ?

STROBILE.

Tu dois m'en croire, comme il est juste que je te croie.

CONGRION.

Ah ! je te crois, vraiment.

STROBILE.

Encore un autre tour (38). Quand il se baigne, il pleure l'eau qu'il répand.

CONGRION.

Crois-tu que, si nous lui demandions un talent pour acheter notre liberté, il nous le donnerait ?

STROBILE.

Quand tu lui demanderais la famine, il ne te la prêterait pas. L'autre jour, le barbier lui avait coupé les ongles ; il en ramassa les rognures, et les recueillit toutes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Plaute (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Plaute
Émission "Anthologie étrangère" diffusée le 5 juillet 1961 sur la RTF. Une présentation par Jean de Beer, aidé par Georges Gravier.
autres livres classés : avariceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13842 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre