AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782923896618
310 pages
Éditeur : Marchand de feuilles (12/10/2016)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 19 notes)
Résumé :
À Shenzhen, par un soir tranquille, une jeune Chinoise déballe les ingrédients requis pour la préparation d'un mapo dofu. Délicatement, elle tranche les légumes en rondelles égales, l'esprit à demi tourné vers la voix de Leonard Cohen, en trame de fond dans son logement de fonction. Quand s'évanouissent les dernières notes de Suzanne, la jeune femme tourne le bouton de la cuisinière pour allumer le gaz. Et tout saute.

Étincelle raconte une tragédie. L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
nilebeh
  07 avril 2017
En chinois, le mot ami s'exprime à l'écrit par un idéogramme représentant deux mains dont les paumes se tournent l'une vers l'autre. Selon Confucius, « puisque l'amitié est libre et sans entrave, elle est la moins dommageable et la plus bénéfique des relations humaines. ».
C'est ce que découvre Michèle, jeune Québécoise en poste à l'université de Shenzhen (Hunan) où elle enseigne l'anglais à des étudiants et à des enseignants chinois. Elle découvre aussi que les profs roux, XXL de gabarit de type rugbymen ne font pas long feu sur le campus, contrairement aux Français ! Elle apprend plein de choses sur la vie en Chine, qu'on ne coupe pas les spaghettis parce qu'ils représentent l'éternité, qu'on ne manifeste pas son amertume (« elle se cuve sans rien dire »), qu'on respecte les parents qui nous ont mis au monde et les ancêtres. Qu'on fait tout ne pas faire « perdre la face » aux autres et surtout ne pas la perdre soi-même. Qu'on n'exprime pas ses émotions. Qu'intenter un procès au Parti est sans espoir.
Ce soir-là, elle devrait fêter son anniversaire avec son amie Shen Song qui, pour cette grande occasion, lui cuisine sa spécialité, le mapo dofu » : sur fond sonore de « Suzanne » chanté par Léonard Cohen (un autre Canadien). Song tranche les légumes, allume le feu et...tout saute !
Pendant ce temps, Michèle ayant opté pour l'amour au fond de son lit avec Feng, elle ignore tout du drame qu'elle n'apprendra que le lendemain, mortifiée et culpabilisée :Song est plongée dans le coma dans un obscur hôpital du Peuple (rien que le nom est angoissant...) l'Université ayant très peur d'avoir à prendre des frais en charge vu que le drame a eu lieu dans un logement de fonction entre ses murs. La pingrerie de l'administration chinoise va d'ailleurs être pointée du doigt à maintes reprises dans ce roman.
Song se bat vaillamment contre la douleur et les infections dont sa peau arrachée ne la protège plus. Ses parents, ses élèves, collègues et amis campent littéralement dans l'antichambre, entourés de tout un fatras d'objets. Cela devient « le camp Shen ». M. Shen est sûr que sa cuisine fortifiera sa fille bien mieux que celle, insipide, de l'hôpital. Alors il apporte des nids d'hirondelle broyés, « il misait sur le courage des hirondelles pour soutenir celui de sa fille ». Bave d'hirondelle et protéines de club sportif devraient faire des miracles. Pour ne rien négliger, Feng emmène Michèle faire une invocation à Guan Yin, la seule Immortelle femme (sur huit), protectrice des malades et des affligés. Deux adolescentes sont mises au service de Song, le docteur Limon la soigne avec une infinie patience et peut-être un peu plus.
Durant quatorze longs mois, Song se bat contre une douleur atroce, récupère peu à peu un semblant de peau grâce à de multiples opérations de greffes, toutes plus douloureuses les unes que les autres. Culture de parcelles d'épiderme, lit de sable, suspension entre sol et plafond, alimentation adaptée (tout ce qui fait baisser le feu du yang : l'amertume du foie de poulet, du poivron vert et de l'endive, la décoction de poires ; rien de piquant qui viendrait réactiver la chaleur, ni champignons, ni thé, ni bananes trop mûres, qui noircissent les cicatrices). Durant ce combat, elle est soutenue par la présence et l'amour indéfectibles de Michèle. Une relation très forte unit les deux jeunes femmes, faite de douceur, de tendresse, d'admiration réciproque, de confiance. Amour-amitié, la frontière est ténue, elle exclut seulement le lien sexuel.
Michèle est d'autant plus sensible à cette osmose que les Chinois la jugent « trop », trop émotive, trop expansive dans son chagrin, trop insistante dans sa présence permanente. Trop tout !
Sa relation avec Feng se délite tandis que Song peu à peu gagne son combat et part pour un sanatorium, loin de Shenzhen. Alors Michèle doit bien se rendre à l'évidence : elle doit, à son tour, affronter sa vie, sa vie est là où elle se trouve, lui dit sa mère depuis Montréal. Alors, à elle de bâtir, le lien avec Song restera immuable, à distance.
Un beau roman (autobiographique?) sur l'amitié entre deux femmes, la sororité plutôt, qui dépasse les clichés sur la différence culturelle, sur le combat pour la vie, sur le deuil aussi, deuil ce que qu'on a été et qu'on ne sera plus jamais.
Le tout écrit en une langue limpide et agréable, parsemée d'expressions québécoises (« Song a pris du mieux » : elle va un peu mieux).
Si je ne devais retenir qu'une belle image, ce serait la métaphore du bol japonais en porcelaine, restauré grâce à de la poudre d'or qui en fait un objet encore plus beau, plus fort, plus solide et qui va de nouveau jouer son rôle de bol : les cicatrices de Song l'auront renforcée, lui auront rendu la vie, avec plus de grâce, plus de solidité. Une autre Song est née.
Merci infiniment aux éditions « Marchand de feuilles » au Québec, qui m'ont permis cette belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Klergau
  17 avril 2019
Une allumette et tout saute. Voici l'histoire tragique de Song, une brûlée vive que le courage et les soins de ses proches ramènent à la vie. Voici aussi l'histoire d'une belle amitié entre Song, la Chinoise et Michéo, la Québécoise. Voici la Chine avec ses us et ses coutumes, avec ses luttes pour contrer le plein pouvoir du gouvernement..
L'écriture est dépouillée, les chapitres sont courts, mais la résilience de Song est grande et la suivre dans son quotidien nous instruit. Lentement, page après page, l'on reçoit en cadeau un peu de ses élans vers la vie et la guérison, car il y a de la lenteur dans ce roman et celle-ci nous permet de mieux goûter au style de Plomer. J'ai bien aimé.
Commenter  J’apprécie          10
Maguy23
  16 janvier 2018
Étincelle, un roman qui m'a vraiment touché, une grande amitié entre une chinoise enseignante et sa collègue québécoise. Une souffrance difficile à concevoir et ce à travers la mentalité chinoise. Malgré cette grande douleur, la fidélité de son amie Michèle et son immersion dans la famille m'ont vraiment captivés.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   27 février 2017
D’un drame terrible, on peut tirer de la joie, et la souffrance sait aussi côtoyer la douceur. Quand, en plus, un auteur trouve les mots pour le raconter, cela donne un magnifique récit: Étincelle.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeJournaldeQuebec   16 janvier 2017
Avec une plume d’une sensibilité extraordinaire, Michèle partage cette histoire qu’elle portait depuis longtemps dans sa tête et dans son cœur.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
CelesteDjuCelesteDju   16 janvier 2018
L'air embaumait d'une odeur capiteuse de fleurs épanouies qui se mêlait au parfum salé de mes étreintes avec Feng. Extravagance de femme amoureuse que de conserver sur soi ces empreintes animales à peine camouflées sous une robe légère.
Commenter  J’apprécie          10
M-PiM-Pi   11 novembre 2017
Quelle est la frontière du soi? L'endroit où le «je» se termine et le reste du monde commence. Est-ce notre peau?
Commenter  J’apprécie          10
Video de Michèle Plomer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michèle Plomer

MICHÈLE PLOMER _ IDENTITÉ LITTÉRAIRE
29 août 2012 Les livres nous inspirent nous marquent et nous ouvrent des horizons insoupçonnés. Ils nous accompagnent, aiguisent notre pensée et résonnent en nous bien après qu'on en ai terminé la lecture. Chaque lecteur à son propre parcours littéraire. Certaines lectures sont plus significatives que d'autres. Elles ont ponctué une étape de notre vie, nous ont révoltées ou complètement transportées. Chaque invité se dévoile le temps de trois livres. Bienvenue à Identité littéraire. ANIMATRICE: ANNE-PASCALE LIZOTTE Libraire et passionnée de littérature, Anne-Pascale est directrice générale et artistique de l'organisme Diffusion aire libre. Elle est également responsable de la programmation culturelle de la Librairie Monet. INVITÉE: MICHÈLE PLOMER Née à Montréal, Michèle Plomer partage maintenant sa vie entre les Cantons-de-l'Est et la Chine du Sud. Ces deux géographies nourrissent sa vie et son travail. Son premier roman publié chez Marchand de feuilles Jardin sablier a remporté le prix Alfred-DesRochers et a aussi obtenu une mention spéciale du jury pour le prix Anne-Hébert. Hkpq, son second roman, a pour sa part remporté le prix France-Québec. Michèle Plomer travaille présentement à l'écriture du dernier tome de sa trilogie Dragonville. CHOIX DE MICHÈLE PLOMER Hergé, le Lotus bleu, Casterman, 9782203001046 Colette, Romans - Récits - Souvenirs (1900-1919) t.1, Bouquins, 9782221101803 Paul Auster, Léviathan, Babel, Actes Sud, 9782742702138
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
72 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre