AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258117690
Éditeur : Les Presses De La Cite (08/10/2015)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Face à son miroir, à quelques heures d'une fête qui réunit amis, famille et compagnons de route, Amélie Rouvière revoit les moments forts qui ont jalonné sa longue vie. Défilent son parcours d'institutrice, vocation à laquelle elle a consacré près de la moitié de son existence, ses passions de femme amoureuse de ses deux époux, Guillaume dont elle sera veuve, puis Joseph, et son bonheur de mère comblée. Pourtant, rien ne lui a été épargné : ni la guerre, qu'elle sub... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
prune42
  14 août 2016
A l'aube du XXème siècle, la jeune Amélie Rouvière devient institutrice à Larbousse, un petit village des Cévennes. Elle rencontre Guillaume Masméjean avec qui elle fonde une famille très heureuse et dont elle aura plusieurs enfants. Quelques années plus tard, la maladie emporte Guillaume pour la plus grande peine d'Amélie. Après bien des hésitations, la jeune femme tombe amoureuse de Joseph Mazal, instituteur comme elle, avec qui elle aura d'autres enfants. Amélie va vivre les années de guerre, la première puis la seconde, tremblant pour ses enfants et oeuvrant comme elle a toujours su le faire, pour apporter le plus de bonheur à ceux qui l'entourent.
Le genre "terroir" n'est pas vraiment mon genre littéraire de prédilection, pourtant je me suis laissée convaincre par ce roman de la collection "Terres de France". J'ai plus particulièrement apprécié la première partie du livre où le personnage principal nous décrit sa carrière d'institutrice avec passion. le côté "campagne" de ce livre, dépaysant par rapport à ce que je lis d'habitude, m'a plu aussi, on rêverait presque de revenir à ces premières années de 1900 à la campagne où la vie paraît simple et agréable. Je trouve intéressant de vois tous les progrès qui sont nés à cette époque aussi. La 2ème partie du livre, autour de la Seconde Guerre Mondiale notamment, m'a un peu moins plu, il y a notamment beaucoup de personnages et il faut être bien attentif pour ne pas se perdre. le personnage éponyme d'Amélie est très attachant, c'est une femme qui a des valeurs fortes et qui se donne beaucoup aux autres. Ce roman peut se lire facilement pendant les vacances par exemple, c'est une lecture dépaysante, plus volontiers tourné vers un lectorat féminin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ingridfasquelle
  15 mars 2016
Mireille Pluchard est née en 1946 dans les Cévennes, à Alès. Après s'être consacrée avec bonheur à l'éducation de ses enfants, elle prend la plume encouragée par son époux, le premier et le plus fervent de ses lecteurs. Mue par une passion pour l'Histoire et la généalogie, Mireille Pluchard se définit volontiers comme une véritable souris d'archives. Ses recherches se veulent les fondations de chacun de ses romans car Mireille Pluchard, en bonne Cévenole, avoue ne pas aimer «construire sur le sable». Elle est désormais l'auteur de plus d'une quinzaine de romans, dont Le Miroir d'Amélie aux Presses de la Cité. Sa terre natale reste la première source d'inspiration de ses sagas mais au-delà des paysages et du climat si particulier de cette contrée entre mer et montagne, Mireille Pluchard aime «raconter les gens».
Dans cette saga familiale pleine d'humanité et d'espoir, Mireille Pluchard narre la vie à la fois humble et merveilleuse d'une femme de caractère, engagée qui puise dans le meilleur d'elle-même pour son bonheur et celui des siens. Au soir d'une vie bien remplie, Amélie se souvient des moments de bonheur, un mariage heureux, une vie tout simple en marge de la ville, dans les montagnes cévenoles si chères à son cœur, la naissance de sa fille Violette, son métier d'institutrice qu'elle exerce comme un sacerdoce... Lui reviennent aussi les moments douloureux, le souvenirs des disparus, partis trop tôt, la Première Guerre mondiale, l'Occupation et cette enfant juive qu'elle s'était promis, à tout prix, de sauver des griffes nazies...
Avec un grand sens du détail, Mireille Pluchard raconte un peu plus d'un demi siècle d'histoire et reconstitue les événements majeurs du XXème siècle. On y retrouve les mentalités, âpres mais tendres, et les mœurs d'une époque aujourd'hui disparue. Mais au-delà de cette peinture juste et sensible du monde rural, ce sont surtout les personnages, dont l'auteure a su brosser des portraits attachants, qui font tout l'intérêt de ce roman.
Chaleur humaine, générosité, sens du partage, humilité, les personnages de Mireille Pluchard sont porteurs de grandes et belles valeurs humaines. Cependant, ils agissent selon leur cœur, sans jamais sortir de l'anonymat ni se comporter en héros et c'est précisément ce qui les rendent attachants et émeut le lecteur. Capables d'apprécier les moments de calme après la tempête et les joies simples qui viennent après les drames et les épreuves, ils ne désespèrent jamais et communiquent au lecteur leur foi en la vie et leur goût du bonheur. C'est tendre, touchant et cela conforte surtout le lecteur dans l'idée qu'après la pluie vient le beau temps !
Le miroir d'Amélie est une magnifique saga familiale, qui laisse le lecteur ému et heureux. Une très belle découverte !
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
bebi
  11 décembre 2015
J'ai savouré, de la première à la dernière ligne…
Amélie, diplôme en main, prend sa classe dans son village natal. Elle est amoureuse, décidée et énergique. Son parcours dans la vie sera parsemé de joies et de malheurs : des enfants, des décès, des naissances, deux guerres, des petites et grandes victoires,…
Tout ce qui fait une vie bien complète finalement.
Une saga familiale allant en s'élargissant au fur et à mesure des mariages et des naissances.
J'ai adoré le voyage. Amélie est un peu en avance sur son temps, a le coeur sur la main, a des projets plein la tête et fait tout pour les réaliser.
Les personnages ont tous des caractères et des personnalités différents. Ils sont complémentaires, finalement. le piquant de l'un rencontre la douceur de l'autre, la bonne santé des uns soutient la maladie des autres. Bref, c'est un ensemble de destins qui se croisent, qui se lient ou qui se détachent.
L'auteur a une façon bien à elle de retracer quarante années de vie. Elle survole les années calmes pour se concentrer sur les moments plus importants. On pourrait se sentir lésés de passer tous ces petits moments tranquilles à l'oubliette. Mais finalement, il y a tellement de choses à raconter déjà, que l'histoire est bien complète et qu'elle est plaisante comme ça.
Le style d'écriture est agréable, vif et simple. Un style qui se laisse lire par tout lecteur.
J'ai découvert qu'en réalité, il s'agit d'un second tome. le premier s'appelle Les sentes buissonnières. (clic clic sur le titre pour en lire le quatrième de couverture).
Il n'empêche que, même sans avoir lu ce premier opus, celui-ci reste très agréable à vivre. Bien qu'on sente qu'il nous manque des éléments de l'enfance d'Amélie, on comprend très bien les raisons qui poussent Amélie à certaines actions.
J'ai passé un très, très bon moment de lecture. Ce n'était pas loin d'un coup de coeur.
Lien : http://au-fil-des-pages477.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sylvilia
  18 juin 2016
La vie d'une institutrice dans son village des Cévennes. Un joli roman où l'on suit la vie d'Amélie, véritable héroïne ( parfois un peu trop parfaite ?) C"est le seul reproche que je ferai à ce bouquin passionnant du début jusqu'à la fin.
Commenter  J’apprécie          00
Aude60
  07 juin 2017
Peut-être pas le bon moment pour le lire, en tout cas je n'ai pas su aller au bout.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   20 juin 2017
Dans la chambre, Amélie a conscience de s’attarder devant sa glace comme jamais elle n’en a pris le temps, mais refuse de rompre cet instant de solitude, si rare dans sa vie de directrice d’école, d’épouse, de mère et de grand-mère.
Après le parfum qu’elle a vaporisé dans son cou et sur ses épaules encore dénudées, après les grosses épingles de son chignon rajustées pour s’assurer de sa bonne tenue, après la jupe à larges plis plats, taillée dans une toile d’Alsace gris clair qui révèle ses mollets, enfilée par le bas afin de ne pas déranger la coiffure, elle revêt maintenant un corsage de crêpe couleur framboise, d’une simplicité et par là même d’une élégance raffinée quand, dans le miroir, se substituant curieusement à son reflet, l’image encore floue d’une jeune fille aux longs cheveux bruns en robe de coton framboise, courant à perdre haleine, prend lentement forme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 juin 2017
Il ne ressemblait en rien à celui de ses vingt ans et, s’il répondait à ses attentes, c’est sans doute qu’elles n’étaient pas celles d’une midinette.
Trouver à chaque instant une oreille attentive, être assurée d’une épaule sans faiblesse, partager les joies et les soucis d’un même métier qui était pour tous deux un vrai sacerdoce, tout cela aurait suffi à combler la jeune femme. Mais c’eût été faire peu de cas de son corps, qui réclamait sa part d’un assouvissement trop longtemps refoulé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 juin 2017
Elle acceptait les critiques – et y trouvait réponse – de l’image qu’elle offrait de ces hussardes de la République aux méthodes innovantes pour la place prépondérante qu’elles donnaient à l’instruction ; mais elle refusait d’incarner une nantie snobant le petit peuple de Larbousse. S’élever dans une connaissance toujours inassouvie, oui ! Plastronner grâce à une ascension sociale, non !
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 juin 2017
« Il n’est rien de plus doux que de laisser vagabonder librement son esprit ; c’est fou le chemin qu’il nous fait parcourir dans le dédale de notre mémoire. »
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   20 juin 2017
Nous ne sommes pas dans l’ignorance du dévouement de nos instituteurs et institutrices de nos campagnes. Nous exigeons beaucoup et accordons peu de moyens. Hélas, notre ministère demeure le parent pauvre de la République, que voulez-vous ! Et l’instruction à la portée de tous et de toutes est encore un vœu pieux.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Mireille Pluchard (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mireille Pluchard
Mireille Pluchard partage ses souvenirs à la Foire du livre de Brive. En savoir plus sur son roman "Les Souffleurs de rêves" : http://bit.ly/2Buxmzz
Dans les Cévennes, la lignée des Vilette, gentilshommes verriers, va-t-elle s?éteindre avec Elias, dernier du nom ? Une descendance inespérée scelle l?avenir de toute une dynastie et attise les rivalités de clans?
autres livres classés : terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1853 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre