AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nejma El Goumzili (Illustrateur)
ISBN : 2954832851
Éditeur : Éditions Luciférines (01/01/2014)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Et si tout devait recommencer ? Un meurtrier reçoit des SMS d'outre-tombe, la mort s'invite en combinaison vinyle à une soirée lubrique, des momies philosophent sur les tombes, une fille muette hante une école abandonnée… Alors que le monde moderne pensait être débarrassé des hantises du XIXe siècle, d'étranges phénomènes perturbent à nouveau les quotidiens. Un homme prétend invoquer la peste, des étudiants en médecine mènent des expériences sur le magnétisme, un té... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Rubinowy
  08 juin 2014
Dix jeunes écrivains talentueux, dynamités par une espèce de folie, nous proposent une réinterprétation des nouvelles fantastiques d'Edgard Allan Poe. Brillant.
Les nouvelles sont extrêmement bien construites, dynamiques avec du ressort.
Certaines sont poétiques et surnaturelles, je pense à Quentin Fourneau, avec " il parait que je suis fou".
A Jean Pierre Favard avec " Insomniaque" une histoire qui nous emmène philosopher la nuit, avec des momies assisent sur leurs tombes .
D'autres angoissantes comme " SMS" de Jean Charles Flamion, ou le meurtrier reçoit des SMS d'outre tombe...
"Il y iront tous à la morgue " de Unity Eiden, ou il nous faudra affronter un homme annonciateur de la peste.
" Doppelganger" de John Steelwood , ou la le Diable n'est pas loin;
Ou beaucoup plus trash, et sulfureux, comme la nouvelle de Morgane Caussarieu avec " le masque de la mort"
Dix nouvelles excellentes, écrit par dix écrivains dont je souligne le talent et que je remercie.
A découvrir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
rubisblue
  19 avril 2016
Hu hu hu... Mais comme elles sont sympathiques ces "nouvelles peaux" ! Je ne suis pas familière avec les histoires extraordinaires du maître Poe (on remarquera le jeu de mot dans le titre), mais ça ne m'a pas empêché de prendre mon pied à la lecture de cette anthologie de nouvelles.
Et il y en a pour tous les goûts : du suspense, du fantastique, de la poésie, de la fantasmagorie, du glauque, de l'étrange...
Fini l'espace d'un Paris-Frankfort puis d'un Paris-Stockholm ce petit ouvrage est un vrai bijou que l'on déguste avec beaucoup d'horreur.
Mention spéciale pour mes nouvelles préférées :
Celle de Morgane Caussarieu, qui est à la première page d'un vulgaire déstabilisant et qui vous porte avec une tachycardie infernale.
Celle de Jean Charles Flamion dont la fin est absolument géniale, celle de Unity Eiden qui est d'un écoeurant ravissant tout dans contrôle et la prose bien placée, celle de Jean-Pierre Favard qui introduit l'ouvrage en vous mettant directement dans le ton avec un malaise métaphysique, celle de Bruno Pochesci qui conclut parfaitement l'anthologie avec une boucle temporelle en parfait hommage aux maîtres de l'horreur et du fantastique... Bref, un peu toutes en fait !
Je recommande vivement cette petite interlude qui saura vous prendre aux tripes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Nyuka
  08 janvier 2017
Un très bon livre ! Je me suis arrêtée dans la lecture en cette année 2016 mais "Nouvelles peaux" m'a attrapée dans ses filets. Je n'ai pas pu cesser de tourner les pages de cette anthologie. Cette dernière rend hommage au maître du fantastique Edgar Allan Poe et de manière brillante !
J'ai tout de même eu un coup de cœur parmi toutes ces nouvelles :
* Il paraît que je suis fou de Quentin Foureau. Une nouvelle impossible à raconter sans trop en dévoiler. Elle est incroyablement racontée : nous sommes dans la tête du narrateur qui se dit fou, nous voyons à travers ses yeux et nous comprenons seulement ce qu'il comprend... jusqu'au dénouement final !
Mon coup de coeur de l'anthologie !
A découvrir !
Commenter  J’apprécie          90
ginnyzz
  02 mars 2016
Très intéressant ce recueil de nouvelles paru aux Editions Luciférines. Délires, hallucinations, paranormal, on ne sait pas trop. Folie, surement. Et parmi ces auteurs, je vais aujourd'hui retenir une nouvelle. Celle de Quentin Foureau, « Il paraît que je suis fou« , très intrigante. Voici un récit, à l'image des autres d'ailleurs, qui inspire le trouble, l'inquiétude, à donner la chair de poule. Ce récit-là met particulièrement mal à l'aise, au fur et à mesure que l'on prend conscience de la folie du narrateur. Celui-ci s'installe dans une école désaffectée. Il croit les objets doués de conscience et d'une vie propre. Il entretient une étrange relation avec une jeune femme présente dans ces locaux, tout aussi étrange. D'ailleurs, on ne sait pas trop s'il s'agit d'une jeune fugueuse, par exemple, ou d'un cadavre abandonné là. Je n'en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de cette découverte.
Une plume intéressante, donc. Ce n'est d'ailleurs pas le seul recueil auquel Quentin Foureau a participé puisqu'il a aussi écrit dans Maisons Hantées, également paru aux Editions Luciférines. Recueil que je n'ai pas encore lu, mais cela ne saurait tarder. Je vous en reparlerai le moment venu.
Je vais tricher, et reprendre le descriptif qui est donné dans Nouvelles Peaux, puisque je ne ferai jamais mieux: ses nouvelles abordent les thèmes de l'aliénation progressive, l'isolement dégénérescent, la sublimation artistique, les contre-cultures, le refus des limites et la construction d'une situation poétique et surnaturelle qui finit par dépasser ses personnages. Nourri par le black métal, il trouve ses influences littéraires dans les oeuvres de HP Lovecraft, Chuck Palanhiuk ou Poppy Z. Brite. Au cinéma, les drames d'Harmony Korine et les films de Lars von Trier le fascinent. Et je peux vous dire qu'on les ressent bien, ces influences dans ses nouvelles…..
Vous pouvez aussi le lire ici (Le crachoir de Flaubert) et dans les numéros 7, 8, 10, 13, 14, 18, 20 et 23 de l'Effeuillée. J'ai personnellement eu un coup de coeur pour « Conte pour un miroir et un printemps » paru dans le n°10 (une réécriture de « de l'autre côté du miroir », de Lewis Carroll) et pour « Les bois » paru dans le n°23, qui n'a pas été sans me rappeler « La petite fille qui aimait ton Gordon de Stephen King. L'écriture est fluide, très agréable, limpide; les récits très efficaces: à un moment, tu flippes…
Mon seul bémol: c'est trop court…. A la fin de chaque nouvelle, j'en voudrais encore. Un talent à suivre donc, que j'adorerai pouvoir lire un jour sur un roman. Je suis persuadée qu'il serait très bon dans cet exercice.
Allez lire tout ça, et revenez me dire ce que vous en aurez pensé. Je suis sure que vous ne serez pas déçus.

Lien : https://lyseelivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
chriskorchi
  12 juin 2014
J'avais lu le premier livre des éditions Luciférines qui m'avait bien plu, c'est donc positive que j'ai entamé celui-ci. En admiratrice de Monsieur Poe je ne pouvais pas passer à coté de cette anthologie. Je n'ai pas été déçue, j'ai aimé toutes les nouvelles de ce recueil sont vraiment réussies et rendent vraiment un bel hommage à Edgar Allan Poe. Chaque auteur adapte les textes de Poe à sa manière, avec son style et sa propre vision de son univers. Aucune histoire ne ressemble à l'autre et le tout est cohérent et agréable à lire.
Les illustrations de Nejma El Goumzili sont vraiment réussies et bien à propos. Les sujets abordés sont parfois durs et délicats mais toujours bien traités et bien écrits. Les ingrédients chers à Poe sont au rendez-vous : frissons, angoisse, peur, suspens, folie, virus, momie, message d'outre-tombe… La nouvelle que j'ai préféré est le masque de la mort lente.
Un bon moment de lecture à tout petit prix , très agréable et original. J'ai pu découvrir des auteurs que je n'avais jamais lu.
VERDICT
A lire et à offrir à des fans de l'univers de Poe et des fans de frissons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
RubinowyRubinowy   25 juin 2014
Barbara Cordier alias Unity Eiden , dans Nouvelles Peaux

Six milliards, bientôt sept,puis huit, toujours plus, et la médecine qui progresse. ça piétine, ça s’étouffe, ça braille, ça L’ÉPUISE !
Pas assez de catastrophes.
Il voudrait que la terre s'ouvre un peu chaque jour.Il faudrait plus d'eau, des vagues pour avaler tout ça. Des citées noyées, des cadavres partout, qui flottent, des coquillages, des pierres accrochées aux immeubles ou du feu, du feu partout, des têtes en FEU.
Oui il aimerait tellement voir tout cela s'effondrer. Ne plus les supporter, ne plus les entendre derrière ses murs, ne plus se faire bousculer dans la rue .
PARCE QU'ILS GROUILLENT ! ils piétinent ! Il y en a TROP.
Trop, trop, TROP ! Trop de bouches, trop d'yeux. Ça continue. Ils ne veulent pas s’arrêter. Il ne veulent pas le laisser tout seul. Seul dans la ville. DANS LE SILENCE. Avec les mouches, les vers. Ils n'y aurait plus jamais de fêtes. Plus d'enseignes lumineuses, plus d’existences à raconter. Ce serait calme. Ce serait bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RubinowyRubinowy   08 juin 2014
Il parait que je suis fou , je veux bien le croire, j'ai déjà entendu mes livres me le murmurer avec leur haleine de moisissure. C’était souvent le premier mot qu'ils me disaient, ....Parfois je comprenais leurs reproches ? car il est vrai que ce que j'ai fait aux deux australiens de Cracovie n’était pas très galant .Ce n'est pas digne de nous_me disait les livres_......Tu aurais pu au moins les recoudre............
Quentin Foureau
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
EmniaEmnia   20 juin 2015
Bien sûr, je pourrais lire ou écrire, entamer une nouvelle carrière, profiter de ces heures perdues pour me mettre au solfège, créer, innover, tenter de rendre le monde un peu meilleur grâce à de formidables inventions. Mais je préfère rester là, vautré sur mon canapé, l'esprit anesthésié par un défilement ininterrompu d'images sans intérêt.

Jean-Pierre Favard, "Insomniaque"
Commenter  J’apprécie          60
RubinowyRubinowy   07 juin 2014
De Jean-Charles Flamion

J'avais trop longtemps bu à la fontaine de la solitude et il me tardait de rattraper le temps perdu, loin de ces eaux troubles. c'est un truisme ; un homme existe par le biais de ce qu'il possède.Nous sommes le sexe du "dehors" alors que la femme est le sexe du "dedans". Un homme existe qu'à travers ce qui n'est qu'un prolongement que lui même; son argent, sa voiture et sa femme; autrement dit, des représentations métaphoriques de sa voyante anatomie.......
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EmniaEmnia   21 juin 2015
Les eighties : les hostos se remplissent de pédales fatiguées, maigrelettes, agonisantes.
Un mouroir pour tantes.
Ils sont par milliers à être infectés. Trop de partouzes, trop de drogues, trop de jouissances, trop de bites fourrées dans les culs, trop de bites fourrées partout.

Morgane Caussarieu, "Le masque de la mort lente"
Commenter  J’apprécie          30
Video de Bruno Pochesci (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Pochesci
Book review par Flo Bouquine de l'anthologie Sombres Félins, éditions Luciférines, 2016.
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
487 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre