AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Charles Baudelaire (Traducteur)
EAN : 9782277300267
95 pages
J'ai Lu (04/11/1992)
  Existe en édition audio
3.71/5   495 notes
Résumé :
Double assassinat dans la rue Morgue

Marie Roget ? Oh ! une jeune fille bien sage !

Comment ? Sauvagement assassinée, dites-vous ? Mais par qui et pourquoi ? Et Mme L'Espanaye et sa fille, la discrétion même ! Jamais une histoire... jusqu'à ce qu'elles soient retrouvées mutilées par un atroce meurtrier. Quelle terrifiante idée !

On a tenté de cacher le pauvre corps de Mlle L'Espanaye dans le conduit d'une cheminée. Commen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,71

sur 495 notes
5
8 avis
4
12 avis
3
12 avis
2
4 avis
1
0 avis

Denis_76
  08 avril 2021
Poe est un des précurseurs du roman policier.
Ce livre n'est pas mal, car Dupin explique clairement les mécanismes de sa réflexion à son ami, le narrateur.
A Paris, vers les années 1830. Dans leur appartement, une vieille femme et sa fille sont assassinées dans des conditions atroces. L'une est égorgée et défenestrée, l'autre... Les piétons constatent avec horreur la défenestration, montent précipitamment à l'appartement, essayent d'enfoncer la porte. Ils entendent des cris horribles : « Mon Dieu ! » lancé d'une voix grave et rauque, puis des paroles incompréhensibles, saccadées, aiguës, puissantes. Quand le policier enfonce la porte, il n'y a personne de vivant dans l'appartement, qui est dans un bouleversement sans nom. On retrouve la demoiselle étranglée et enfoncée dans le conduit de cheminée. Toutes les portes sont fermées de l'intérieur, et les fenêtres aussi. Dupin et le narrateur arrivent après la police....
.
Je n'aime pas les romans policiers, Agatha Christie m'en a dégoûté avec son air supérieur qu'elle prend au dénouement. Mais je voulais connaître l'écriture d'un des précurseurs : Edgar Allan Poe. Bon, il y a bien quelques pédanterie au début de cette nouvelle sur les échecs, le whist et les qualités d'analyse, mais quand on rentre dans l'histoire, Dupin explique avec pédagogie le fonctionnement particulier de son cerveau très observateur et déducteur. le dénouement est intéressant, bien que non crédible au XXIè siècle.
La traduction en français est de Charles Baudelaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Foxfire
  11 août 2021
Mes lectures de Poe remontaient à mon adolescence alors autant dire que je ne me souvenais de rien si ce n'est qu'à l'époque j'avais aimé. Mon fils ayant récemment ce petit recueil composé de « double assassinat dans la rue morgue » et « le mystère de Marie Roget » je me suis dit que c'était l'occasion de redécouvrir cet auteur en lisant ce livre à sa suite.
Le bilan n'est pas vraiment glorieux. Je ne nie absolument pas l'importance de l'oeuvre de Poe en tant que précurseur mais je n'ai pas été emballée, loin de là. « Double assassinat dans la rue morgue » reste relativement plaisant, le récit se lit assez bien malgré des longueurs. le côté étrange de cette histoire permet d'atténuer l'ennui ressenti parfois au cours de la lecture. En revanche, je ne trouve rien à sauver dans « le mystère de Marie Roget ». Cette succession d'éléments factuels et de déductions est assommante. Je me suis profondément ennuyée. Il faut dire que le whodunit ce n'est pas vraiment mon truc. Cet aspect énigme à résoudre donne au récit un côté vraiment plat, dénué de vie, désincarné.
Je compte bien relire d'autres récits de Poe avant de tirer un trait définitif sur lui. Comme je gardais un bon souvenir de cet auteur, je me dis que peut-être que certaines histoires parviendront à me plaire encore aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Latulu
  21 novembre 2021
Au hasard d'une promenade dans les rues enténébrées de Paris, le narrateur et son colocataire se trouvent embarqués dans une enquête sur un meurtre dont le mobile et les actes sont des plus étranges.
La plume d'Edgar Allan Poe, traduite ici par Charles Baudelaire est des plus agréable.
J'ai aimé son style mais également le développement de son intrigue.
Face aux éléments pour le moins sans queue ni tête de l'enquête, Auguste Dupin, le colocataire de M. Poe à Paris, va user d'un sens de l'observation extraordinaire couplé à une rigueur des plus fermes.
L'auteur nous énonce une succession de faits. A leur lecture, on est très vite perplexes, tout comme les enquêteurs. Deux meurtres, pas de mobile clair puisqu'une grosse somme d'argent est découverte bien en évidence, une brutalité sauvage qui choque Paris. Petit à petit, Auguste Dupin va démêler l'écheveau complexe et nous révéler non seulement le meurtrier mais également toutes les étapes de ce drame.
J'ai trouvé peu crédible certains passages mais en véritable chef d'orchestre, Poe rassemble les pièces épars d'un puzzle et nous en restitue une image fidèle. C'était très bien trouvé.
En revanche, dans la deuxième nouvelles, l'auteur m'a perdue. Je me suis ennuyée à la lecture de tous les faits et j'ai trouvé le texte indigeste. Je salue le travail de l'auteur en tant que précurseur du roman policier, mais l'accumulation de noms, de lieux et d'événements était trop dense pour apprécier la critique habile du système de justice en vigueur à l'époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Mladoria
  29 janvier 2016
Une petite nouvelle fantastique classique du maître POE au dénouement tout à fait surprenant. Comment faire d'un fait divers sordide somme toute (malheureusement) banal, une histoire rocambolesque en si peu de pages.

C'est tout l'art de l'étrange dans lequel excelle un des maîtres du fantastique qui apparaît d'ailleurs dans la nouvelle en compagnie de l'astucieux et perspicace Chevalier Auguste DUPIN, personnage très sympathique au demeurant devant lequel l'auteur-personnage reste élégamment effacé.
Commenter  J’apprécie          210
belette2911
  31 octobre 2012
Encore un livre qui traînait dans ma PAL depuis des lustres. Ma pile étant tellement haute, il m'est impossible de tout lire dans des délais brefs.
Le mal est réparé et je sais enfin ce qu'il s'est passé dans cette fameuse rue Morgue. Sans compter que j'ai fait la connaissance avec le chevalier Dupin de Mr Poe.
Sherlock Holmes aurait emprunté une partie du docteur Joe Bell, mais aussi du chevalier Dupin. Conan Doyle ayant répondu à R.L. Stevenson dans une de ses lettres (ils s'appréciaient beaucoup) : « Je suis tellement content que Sherlock Holmes vous ait permis de passer le temps. C'est un salopard à mi-chemin entre Joe Bell et le Monsieur Dupin de Poe... »
Au niveau des déductions ou inductions, j'étais dans mon élément !
Le roman est court et nous décrit un double meurtre fait quasiment en chambre close puisque les gens montaient les escaliers pour porter secours aux personnes qui avaient criées, les fenêtres étaient closes et la cheminée obstruée par le cadavre d'une des deux femmes.
Mystère insoluble ? Pas pour Dupin qui expliquera à son ami (son Watson ?) le cheminement de ses réflexions.
Le bémol ? La couverture de l'Édition Librio qui m'a mise plus que sur la voie. Avant même de commencer, je me doutais du coupable.
Là, je râle ! Plus de surprise. Malgré tout, bien raisonné.
Pour la seconde histoire, j'ai moins adhéré et j'ai refermé le bouquin avant la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (2)
Sceneario   29 septembre 2016
Un hommage à l’intelligence remarquablement mis en avant par Edgar Poe et habilement mis en scène par Céka et Clod.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi   20 septembre 2016
Le polar et ses images s’oublient vite. Divertissant mais un peu falot.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   11 mai 2013
Les facultés de l’esprit qu’on définit par le terme analytiques sont en elles-mêmes fort peu susceptibles d’analyse. Nous ne les apprécions que par leurs résultats. Ce que nous en savons, entre autre choses, c’est qu’elles sont pour celui qui les possède à un degré extraordinaire une source de jouissances des plus vives. De même que l’homme fort se réjouit dans son aptitude physique, se complaît dans les exercices qui provoquent les muscles à l’action, de même l’analyse prend sa gloire dans cette activité spirituelle dont la fonction est de débrouiller. Il tire du plaisir même des plus triviales occasions qui mettent ses talents en jeu. Il raffole des énigmes, des rébus, des hiéroglyphes ; il déploie dans chacune des solutions une puissance de perspicacité qui, dans l’opinion vulgaire, prend un caractère surnaturel. Les résultats, habilement déduits par l’âme même et l’essence de sa méthode, ont réellement tout l’air d’une intuition. Cette faculté de résolution tire peut-être une grande force de l’étude des mathématiques, et particulièrement de la très haute branche de cette science, qui, fort improprement et simplement en raison de ses opérations rétrogrades, a été nommée l’analyse, comme si elle était l’analyse par excellence. Car, en somme, tout calcul n’est pas en soi une analyse. Un joueur d’échecs, par exemple, fait fort bien l’un sans l’autre. Il suit de là que le jeu d’échecs, dans ses effets sur la nature spirituelle, est fort mal apprécié. Je ne veux pas écrire ici un traité de l’analyse, mais simplement mettre en tête d’un récit passablement singulier quelques observations jetées tout à fait à l’abandon et qui lui serviront de préface.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
c.brijsc.brijs   13 novembre 2011
Les facultés de l'esprit qu'on définit par le terme analytiques sont en elles-mêmes fort peu susceptibles d'analyse. Nous ne les apprécions que par leurs résultats. Ce que nous en savons, entre autres choses, c'est qu'elles sont pour celui qui les possède à un degré extraordinaire une source de jouissances des plus vives. De même que l'homme fort se réjouit de son aptitude physique, se complait dans les exercices qui provoquent les muscles à l'action, de même l'analyste prend sa gloire dans cette activité spirituelle dont la fonction est de débrouiller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
euphemieeuphemie   15 février 2015
Entre l'ingéniosité et l'aptitude analytique, il y a une différence beaucoup plus grande qu'entre l'imaginative et l'imagination , mais d'un caractère rigoureusement analogue. En somme, on verra que l'homme ingénieux est toujours plein d'imaginative, et que l'homme vraiment imaginatif n'est jamais autre chose qu'un analyste.
Commenter  J’apprécie          71
ManonRLManonRL   14 novembre 2021
Pendant que Dupin prononçait ces mots, le matelot avait recouvré, en grande partie, sa présence d'esprit; mais toute sa première hardiesse avait disparu.
- Que Dieu me vienne en aide! dit-il après une petite pause, je vous dirai tout ce que je sais sur cette affaire; mais je n'espère pas que vous en croyiez la moitié, - je serais vraiment un sot, si je l'espérais! Cependant, je suis innocent, et je dirai tout ce que j'ai sur le coeur, quand même il m'en coûterait la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Denis_76Denis_76   31 mars 2021
Nous cherchons la vérité dans la profondeur de la vallée : c'est au sommet des montagnes que nous la découvrirons.
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Edgar Allan Poe (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edgar Allan Poe
Yann du Divan librairie aime et vous conseille Un grand crocodile dans la bouche duquel vous êtes - c'est ça, la mère. Jacques Lacan. Un magistral roman psychologique sur l'adolescence. Repousser les limites, explorer les corps, jouer à se faire peur pour se sentir vivant. Ojeda en digne héritière de Poe ou de Lovecraft délivre un roman hypnotisant ! À découvrir https://bit.ly/36ZcFQ8
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Edgar Allan Poe

De quelle nationalité est-il ?

Anglaise
Française
Irlandaise
Américaine

10 questions
204 lecteurs ont répondu
Thème : Edgar Allan PoeCréer un quiz sur ce livre