AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Charles Baudelaire (Traducteur)Marion Bataille (Illustrateur)
ISBN : 2842050118
Éditeur : 1001 Nuits (01/07/1997)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Parcours d'un lettre dangereuse à ne pas mettre en toutes les mains...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
colimasson
  23 mars 2017
Par un bien malencontreux hasard, Popoe fut choisi par Jacques Lacan puis par toute la clique de ses suiveurs et autres structuralistes pour édifier et déglinguer la théorie des fous du signifiant. le signifiant, dans cette nouvelle, se cacherait dans la lettre qui circule de personnage en personnage. On ne sait pas exactement ce que la lettre contient et son sens semble varier pour chacun de ses possesseurs, mais on voit les effets qu'elle provoque. Et hop, vite fait bien fait, tout déformé et asticoté aux frais de la psychanalyse lacanienne, voici un exemple encore plus tordu que la théorie elle-même. Ça ne vous simplifie pas la vie, je vous l'assure.

Maintenant, on devrait réfléchir à ce nouveau fait : peut-on encore lire une banale histoire lorsque tout et n'importe quoi a été raconté à son sujet ? Lacan fut certes très stimulant, mais il a sucé Poe jusqu'au nerf. Toute virginité poesque est à jamais perdue. Quelle nouvelle de merde.
Commenter  J’apprécie          261
missmolko1
  06 août 2015
Une courte nouvelle sur une lettre volée. La personne qui s'est fait volée connaît son voleur et le voleur sait que le volé connaît son identité... Bref si après ca vous me suivais toujours, je vous tire mon chapeau car de mon côté cette nouvelle m'a donné du fil à retordre.
Je pense que ce texte peut plaire aux fidèles de l'auteur mais ce n'est certainement pas le bon texte pour découvrir l'auteur car ce long monologue pourrait en décourager plus d'un.
Commenter  J’apprécie          220
Mladoria
  29 janvier 2016
On retrouve ici dans un contexte beaucoup plus terre à terre que dans Double assassinat dans la rue Morgue, nos deux compères, l'auteur-personnage d'Edgar et le fameux "détective" Chevalier Auguste DUPIN, toujours aussi savoureux dans ses déductions et ses manipulations. Tel un prestidigitateur habile, il résout cette épineuse affaire politique teintée de chantage.
D'une logique implacable et d'une précision à toute épreuve, le maître nous sert une fois encore une jolie petite nouvelle aussi distrayante qu'une belle énigme. Simple et efficace.
Commenter  J’apprécie          130
PiertyM
  04 octobre 2013
Une lettre est volée intelligemment. Elle comporte des secret du palais. Des secret pouvant faire basculer les affaires du pays. Il faut la retrouver. La piste est là claire et nette, pas d'ambages, pas de nuages de moindre doute car la volée connait le voleur et le voleur connait aussi que la volée la connait très bien.
Mais c' est une affaire qui ne peut être porter au devant du grand public, il faut de la tactique. Alors M. G... le préfet sollicite Dubin afin de retrouver la dite lettre.
La plus grande surprise dans cette nouvelle qui est un bondissement imprévisible, c'est quand le préfet revient se plaindre de sa situation et que Dubin lui annonce de lui donner la récompense et lui, il lui rendrait la lettre. Donc Dubin avait mené l'enquête à l'insu de tout le monde et même du préfet le commanditaire...
Commenter  J’apprécie          60
Cielvariable
  05 janvier 2015
Cette nouvelle de Poe est une des mes préférées: elle est intrigante, intelligente, bien écrite et la finale est inoubliable.
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   11 mai 2013
J’étais à Paris en 18... Après une sombre et orageuse soirée d’automne, je jouissais de la double volupté de la méditation et d’une pipe d’écume de mer, en compagnie de mon ami Dupin, dans sa petite bibliothèque ou cabinet d’étude, rue Dunot, n° 33, au troisième, faubourg Saint-Germain. Pendant une bonne heure, nous avions gardé le silence ; chacun de nous, pour le premier observateur venu, aurait paru profondément et exclusivement occupé des tourbillons frisés de fumée qui chargeaient l’atmosphère de la chambre. Pour mon compte, je discutais en moi-même certains points, qui avaient été dans la première partie de la soirée l’objet de notre conversation ; je veux parler de l’affaire de la rue Morgue, et du mystère relatif à l’assassinat de Marie Roget. Je rêvais donc à l’espèce d’analogie qui reliait ces deux affaires, quand la porte de notre appartement s’ouvrit et donna passage à notre vieille connaissance, à M. G... , le préfet de police de Paris. Nous lui souhaitâmes cordialement la bienvenue ; car l’homme avait son côté charmant comme son côté méprisable, et nous ne l’avions pas vu depuis quelques années... Comme nous étions assis dans les ténèbres, Dupin se leva pour allumer une lampe ; mais il se rassit et n’en fit rien, en entendant G... dire qu’il était venu pour nous consulter, ou plutôt pour demander l’opinion de mon ami relativement à une affaire qui lui avait causé une masse d’embarras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   24 avril 2017
Certainement, nous avons ouvert chaque paquet et chaque article ; nous n’avons pas seulement ouvert les livres, mais nous les avons parcourus feuillet par feuillet, ne nous contentant pas de les secouer simplement comme font plusieurs de nos officiers de police. Nous avons aussi mesuré l’épaisseur de chaque reliure avec la plus exacte minutie, et nous avons appliqué à chacune la curiosité jalouse du microscope.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   01 avril 2017
Le procédé du vol a été aussi ingénieux que hardi. Le document en question, une lettre, pour être franc, a été reçu par la personne volée pendant qu’elle était seule dans le boudoir royal. Pendant qu’elle le lisait, elle fut soudainement interrompue par l’entrée de l’illustre personnage à qui elle désirait particulièrement le cacher. […] Après avoir traité quelques affaires, expédiées tambour battant, à sa manière habituelle, il tire de sa poche une lettre à peu près semblable à la lettre en question, l’ouvre, fait semblant de la lire, et la place juste à côté de l’autre. Il se remet à causer, pendant un quart d’heure environ, des affaires publiques. À la longue, il prend congé, et met la main sur la lettre à laquelle il n’a aucun droit. La personne volée le vit, mais, naturellement, n’osa pas attirer l’attention sur ce fait, en présence du troisième personnage qui était à son côté. Le ministre décampa, laissant sur la table sa propre lettre, une lettre sans importance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   26 avril 2017
j’avais une entière confiance dans ses talents, et j’étais sûr qu’il avait fait une investigation pleinement suffisante, dans le cercle de sa spécialité.
– Dans le cercle de sa spécialité ? dis-je.
– Oui, dit Dupin ; les mesures adoptées n’étaient pas seulement les meilleures dans l’espèce, elles furent aussi poussées à une absolue perfection. Si la lettre avait été cachée dans le rayon de leur investigation, ces gaillards l’auraient trouvée, cela ne fait pas pour moi l’ombre d’un doute. […] Donc, les mesures, continua-t-il, étaient bonnes dans l’espèce et admirablement exécutées ; elles avaient pour défaut d’être inapplicables au cas et à l’homme en question. Il y a tout un ordre de moyens singulièrement ingénieux qui sont pour le préfet une sorte de lit de Procuste, sur lequel il adapte et garrotte tous ses plans. Mais il erre sans cesse par trop de profondeur ou par trop de superficialité pour le cas en question, et plus d’un écolier raisonnerait mieux que lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   12 avril 2017
Nous avons examiné les bâtons de toutes les chaises de l’hôtel, et même les jointures de toutes les pièces de l’ameublement, à l’aide d’un puissant microscope. S’il y avait eu la moindre trace d’un désordre récent, nous l’aurions infailliblement découvert à l’instant. Un seul grain de poussière causée par la vrille, par exemple, nous aurait sauté aux yeux comme une pomme.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Edgar Allan Poe (70) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edgar Allan Poe
Je vous propose le témoignage d'un jeune venu dans le monde de la littérature : Pierre Celka, qui arrive avec son 1er roman fantastique, un hommage à Edgar Alan Poe, "Talion". C'est chez RroyzZ éditions.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Edgar Allan Poe

De quelle nationalité est-il ?

Anglaise
Française
Irlandaise
Américaine

10 questions
166 lecteurs ont répondu
Thème : Edgar Allan PoeCréer un quiz sur ce livre