AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Charles Baudelaire (Traducteur)
EAN : 9782290314487
91 pages
Éditeur : J'ai Lu (12/07/2001)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Sur le bords du Rhin, le narrateur rencontre et épouse Ligeia, une jeune noble d'une grande beauté et aux connaissances immenses. Grande et mince, aux longs cheveux noirs ondulés, aux yeux noirs fendus, il émane d'elle une mystérieuse étrangeté. Ligeia tombe malade et meurt en laissant le narrateur au désespoir.

Il se réfugie dans un ancien couvent anglais, et fait la connaissance d'une autre noble jeune fille, Lady Rowena de Trevanion, blonde aux yeu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Floyd2408
  22 novembre 2015
Conte écrits en 1838 traduit en France par Baudelaire en 1855 pour être édité dans le recueil de nouvelles Histoires extraordinaires.
Conte ou nouvelle reste une énigme comme le thème central de ce texte selon les critiques les avis divergent certain opte pour un conte fantastique, d'autre pour un drame psychologique. un conte de l'amour...
Pour ma part j'aime cette folie de Poe, cette écriture folle, pure, étincelante, évaporante, colorée, les mots chantent l 'amour de notre narrateur pour sa bien aimé Ligeia, la description des lieus trouble l'ambiance, l'atmosphère oscille entre la réalité et les visions d'opium.
Le fantastique perle lentement dans la narration du tableau décoratif ornement furtif d'un environnement propice à la sorcellerie, la chambre est une pièce pentagonale, la lumière est une fuite des miroirs puis l'esprit de notre narrateur perdu dans les vapeurs des paradis artificiels tel Poe le fût ...
Notre héros aime à la folie cette femme sans nom Ligeia pour la faire revivre encore et encore dans la mort de sa deuxième femme qui devient le vecteur d'un amour obsessionnel, une passion éternelle, une vénération sans limite pour se perdre dans la démence ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ClubEdgarPoe
  26 septembre 2020
A nouveau, Poe présente un narrateur broyé par le chagrin. Alors qu'il vivait un bonheur radieux en Allemagne avec la pure Ligeia, merveille aux longs cheveux d'ébène et aux yeux sombres, celle-ci tombe brusquement malade et meurt. Autant pour changer d'air que pour mettre de la distance entre la défunte et la mélancolie qui le submerge, il s'installe en vieille Angleterre et y fait la connaissance de la sublime lady Rowena de Trevanion, blonde aux yeux clairs. Après avoir sympathisé, ils décident d'unir leur avenir et s'échangent une alliance. Néanmoins, ce nouveau bonheur ne parvient pas à écarter le souvenir de la disparue qui, fébrilement, s'attache à leur quotidien au point d'en devenir obsessionnel. Incapable de profiter de la félicité de la vie en couple, le narrateur vit dans le passé, se consume dans une fièvre qui altère son jugement, perd la raison au goutte-à-goutte, dilue ses angoisses dans la consommation d'opium et divague à tue-tête. Saisie à son tour par des hantises, la jeune épouse devient sujette à d'étranges visions qu'elle qualifie de surnaturelles. Consciente que son mari ne l'aime pas et, donc peu soutenue par ce dernier, elle faiblit de plus en plus au point d'être alitée. Lorsqu'elle décède, le corps de Ligeia se substitue au sien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DidierLarepe
  12 mars 2016
Le mariage puis la mort d'une épouse magnifique remplacée par une seconde épouse bientôt atteinte d'un mal étrange. Finalement morte de manière violente, elle ressuscite quelques jours plus tard en la première épouse.
Commenter  J’apprécie          30
Zorglub258
  23 décembre 2019
Ligeia est une courte nouvelle de Poe publiée en 1839 et qui suit un narrateur qui tente de survivre au décès de son épouse Ligeia. le début de l'histoire se déroule en Allemagne pour, ensuite, se dérouler en Angleterre. Là, il découvre lady Rowena, qu'il épouse, mais qui ne parvient pas à lui faire abandonner le souvenir de la morte. Délaissée, celle-ci meurt à son tour. le lendemain des funérailles. Ligeia ressuscite en elle. Ce récit me fait lointainement songer à la nouvelle « Morella » du même Poe. Ah, ce goût pour le macabre !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Floyd2408Floyd2408   22 novembre 2015
Ma mémoire se retournait -Oh! avec quelle intensité de regret!- vers Ligeia, l'aimée, l'auguste, la belle, la morte. Je faisais des orgies de souvenirs ; je me délectais dans sa pureté, dans sa sagesse, dans sa haute nature éthéréenne, dans son amour passionné, idolâtrique.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Edgar Allan Poe (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edgar Allan Poe
Edgar Allan Poe : La Vérité sur le cas de M. Valdemar (France Culture / Samedi noir). Diffusion sur France Culture le 17 juin 2017. Illustration par Harry Clarke (1889-1931). Publié en 1919. • Crédits : Harry Clarke. Le récit d’une (fausse) expérience scientifique, pratiquée sur un sujet à l’agonie qui, non sans ironie, nous emmène loin dans l’épouvante : comment exprimer un état — la mort — qu’avant, on ignore, et qu’après, on est dans l’incapacité de nommer ? Adaptation : Hélène Frappat, d’après la traduction de Charles Baudelaire. Une réalisation de Michel Sidoroff. Conseillère littéraire : Caroline Ouazana. « “La Vérité sur le cas de M. Valdemar”, publié en 1845 par Edgar Allan Poe, fait partie d’un triptyque traitant des effets du magnétisme, autrement dit de l’hypnose, avec “Morella” et “Révélation magnétique”. Charles Baudelaire l’a traduite en français, comme l’ensemble des “Histoires extraordinaires”. Il s’agit de la nouvelle la plus fascinante du recueil, car elle en livre l’art poétique. À travers ce récit d’une (fausse) expérience scientifique, pratiquée sur un sujet à l’agonie, Poe radicalise, d’une manière unique dans l’histoire de la littérature, les potentialités, et simultanément les limites du langage humain. Comment faire parler un mort ? Comment dire ce qui n’est pas ? Avec quels mots donner vie au néant ? Comment exprimer un état — la mort — qu’avant, on ignore, et qu’après, on est dans l’incapacité de nommer ? “La Vérité sur le cas de M. Valdemar” n’exprime donc d’autre vérité que celle de la condition humaine : définie par le langage, et butant contre lui ; se débattant de toutes ses forces contre l’innommable qui ronge toute expérience, et toute nomination : la mort. Pour un être humain, et un écrivain, cette expérience « entre la vie et la mort », selon le titre de Nathalie Sarraute, nous emmène loin dans l’épouvante, mais aussi dans l’ironie, de la prison où l’homme se débat, et dont, seule, la littérature peut faire reculer les murs. » Hélène Frappat
Avec :
Olivier Cruveiller (Oscar Preston) Igor de Savitch (Ernest Valdemar) Jean-Luc Debattice (Samuel Fisher) Laurent Lederer (Daniel de Moine) Caroline Breton (Theodora Langdon)
Bruitages : Bertrand Amiel Prise de son, montage et mixage : Jehan-Richard Dufour et Lidwine Caron Assistante à la réalisation : Léa Racine
Poème d’Edgar Allan Poe traduit par Stéphane Mallarmé, lu par Olivier Cruveiller
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : ballonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Edgar Allan Poe

De quelle nationalité est-il ?

Anglaise
Française
Irlandaise
Américaine

10 questions
195 lecteurs ont répondu
Thème : Edgar Allan PoeCréer un quiz sur ce livre