AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Juliette Vaast (Autre)Li Moon (Autre)
EAN : 9782822230421
48 pages
Éditeur : Jungle ! (15/10/2020)
3.72/5   16 notes
Résumé :
Une aventure épique dans un univers fantastique où sorcières et engins mécaniques semblent animés par une seule et même magie. Pia et sa soeur Miette font partie des "passereaux', des orphelins qui délestent les poches des passants pour le compte du terrible Hilborne. C'est dans ce pensionnat pour enfants perdus, qu'elles rencontrent Gabin, un enfant nouvellement recueilli qui semble avoir de vrais talents de pickpocket...
Mais des disparitions s'enchaînent d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
book-en-stock
  29 novembre 2020
Une histoire de Pog dessinée par Moon Li et mise en couleur par Juliette Vaast. Je remercie Babelio et les éditions Jungle pour cet envoi lors de ma participation à la Masse Critique. Je ne regrette en rien ce choix !
J'ai passé un excellent moment à parcourir ces pages hautement colorées et lumineuses malgré la nuit, la neige et le froid présents dans l'histoire. le dessin m'a également séduite avec un aspect très réaliste, la précision de menus détails, un univers steampunk avec une touche de fantasy mêlée.
L'intrigue est intéressante et pourrait presque s'arrêter là, bien que j'aie envie d'en savoir plus tout de même sur le pourquoi-du-comment Zoya est ainsi ? Que vont devenir ces personnages auxquels on s'attache très vite ?
Difficile de résumer sans spoiler le futur lecteur… Un affreux-méchant exploite des orphelins et fait subir des expériences à certains d'entre eux, qui ne reviennent jamais (on comprend pourquoi au fil du tome). le nouveau a trouvé comment s'enfuir et entraîne avec lui Pia et sa jeune soeur Miette. Mais la meute de chiens les rattrape. Et que leur veut la sorcière ?
J'ai particulièrement aimé le personnage de Zoya, touchant à l'extrême, et sa relation amicale et complice avec Miette. La maison de la sorcière me plaît également beaucoup !!
Une lecture coup de coeur pour ce premier épisode !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Shaynning
  13 décembre 2020
Nouveauté de 2020, "Zoya", contrairement à ce qu'on peut penser, n'est pas l'une des deux jeunes fille sur la couverture. Et pour ma part, cette Bd est un flop.
Je dois avouer que cela contraste avec les avis positifs, alors je vais tâcher d'étayer mon point.
Dans un premier temps, l'histoire. J'ai déjà lu sur des maisons mobiles, de pauvres petits orphelins exploités, d'Élue caractérielle et de pères désespérés prêts à condamné un autre enfant pour sauver le sien. Donc, d'un point de vue de l'originalité et de la créativité, ce n'est pas de la haute voltige, mais plutôt un concentré majeur de déjà-vu.
Du côté du scénario, c'est assez boiteux. L'élément le plus incohérent demeure sans conteste celui de Pia, déclarée "Élue" ( ou plutôt "compatible") pour l'expérience douteuse du père désépéré sans la moindre preuve empirique. Oui, forcément, elle a du caractère, donc elle est compatible, semble t-il. Il y a également des erreurs d'espace-temps, notamment dans la fuite des enfants vs les chiens de chasse, qui sont rattrapés vraiment très vite. Encore une fois nous avons LE GARS, le beau jeune homme aux yeux bleus qui a tous les talents et qui sauve les deux demoiselles en détresse ( parce que même si tous les enfants sont en danger, seules Pia et Miette s'évadent) et comme par hasard il arrive juste au moment où le méchant gérant de l'orphelinat décide que Pia devrait être l'Élue. Les évènements s'enchainent rapidement, sans prendre le temps d'asseoir quelques explications. Miette connait Zoya, on ne sait pas comment ni pourquoi, ni même comment elle peut bien être la seule à l'avoir trouvée. On nous jette les informations sans grande délicatesse et parfois sans grande logique. Je pense notamment à Pia, qui croise Zoya et qui gagne sa confiance en un battement de cil ( Oui, forcément, des monstres, pas de quoi en faire un drame) ou au fait qu'on nous présente ( sans nous la présenter, la mère de Zoya, qui nous informe - juste en passant, que cette maison est la sienne. D'accord, mais encore? le noeud du problème est là: on nous jette les éléments, sans faire de ponts, sans rendre le tout cohérent. Au final, en une nuit, tout dégénère: évasions à la James Bond, la fuite de Zoya, le retours de Pia, l,epxérience avorté, la police arrive, l'orphelinat est sauvé, les méchants sont arrêtés...ouf! Essoufflant.
Puis, vient le dessin, vraiment moche, pardon aux dessinateurs. Ça me rappel la BD "Malenfer", elle aussi terriblement moche du point de vue des dessins. La gestuelle manque beaucoup de fluidité, les contrastes de profondeurs manquent de rigueur, les sapins sont gribouillés, même les couleurs sont peu attrayantes.
Je ne sais pas trop quoi penser de cette tentative de BD, puisque c,est toute sa structure qui est frêle, du visuel peu attrayant au scénario déjà-vu, de la cohérence bancale au dialogue ordinaire. Les personnages, plutôt stéréotypés eux aussi, ne sauvent pas la mise. Ce n'est pas parce que Pia tiens une épée sur la couverture que ça en fait un récit féministe, peu s'en faut.
Au vu de la maison mobile et de Zoya ( qui occupe moins du quart de la BD en terme de présence malgré le fait que la Bd porte son nom) , nous avons affaire à une BD soit fantastique soit Fantasy. Il y a également quelques rouages, mais de là à dire que c,est du Steampunk, la marche est haute.
C'est donc assez déçu que je repose cette BD en souhaitant que les auteurs cesse de pondre des récits simplistes et incohérents jusque parce que c'est de la Jeunesse.
Un avis partagé par mes collègues libraires du département BD.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
izabulle
  12 novembre 2020
Pia et sa jeune soeur miette vivent au sein d'un orphelinat qui n'a rien de conventionnel. Nous sommes dès les premières pages immergés dans un contexte plutôt triste, observant ces orphelins mendier et voler au profit de Mr Hilborne, le directeur de l'orphelinat. Mr Hilborne fait notamment froid dans le dos, tant il paraît cruel envers ces enfants et instable psychologiquement.
Nous avons apprécié que l'histoire ne se focalise pas trop longtemps sur le destin tragique de ces enfants et que l'action et l'aventure arrivent plutôt rapidement. D'ailleurs, il est important de préciser que cette BD jeunesse ne s'adresse pas aux plus jeunes, de part le langage familier de ses personnages et quelques scènes d'action légèrement violentes. Je pense qu'elle peut être lu à partir de 11 ans.
Quelques illustrations déconnectées des autres sont disséminées ici et là et apportent un suspense très fort. Nous avons mes enfants et moi-même été plusieurs fois surpris par des rebondissements incroyables. Les "Oh !" et les "Aah!", ont rythmés notre lecture et j'avoue que je ne m'attendais pas du tout à découvrir qui était Zoya... Un petit versant fantasy fait aussi son apparition, invitant le lecteur à se questionner sur les personnages.
Le décor enneigé servant de base aux illustrations, nous immerge dans un univers hostile, mais aussi onirique. J'aurai tellement de choses à vous raconter sur cette BD magnifique, tant par ses illustrations que son histoire, mais je me retiens pour ne pas vous gâcher la surprise.
Que ce soit mon fils de 8 ans, ma fille de 12 ans ou moi-même, nous sommes unanimes sur le ressenti coup de coeur pour cette BD. Nous alternons avec cette lecture entre suspense, mystères et émotions et nous attendrons avec impatience la sortie du prochain tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jelussa
  29 novembre 2020
Encore un récit dans un orphelinat me direz-vous ? Encore du steampunk ? Et bien oui, il faut croire que c'est ma « période » ou bien la conjonction de moults coïncidences.
Imaginez un pensionnat pour orphelins juché à la cime d'une montagne dont une seule route permet d'y accéder, clôt de hauts murs et gardés par une meute de chiens. Mais sont-ils vraiment orphelins ? M. Hillborne renfloue les comptes de la maison en obligeant les enfants à dépouiller les habitants de la ville proche. Il les nourrit à hauteur du vol commis. Plusieurs disparitions douteuses ont eu lieu et Pia s'inquiète pour elle et sa jeune soeur Miette. Lorsque le nouveau leur propose de s'évader avec lui, elle finit par accepter. Une folle course débute alors en pleine nuit…
Le récit devient vite haletant, rythmé par les rebondissements, une dose de magie et une de technique, des créatures mystérieuses et de nombreuses interrogations pour le lecteur : qui est Zoya ? et cette sorcière qui surveille de loin ? Que cache Gabin, le nouveau pensionnaire ? A qui Miette dit-elle au revoir avant de partir ? Pourquoi M. Hillborne est-il aussi détestable et que fait-il enfermé dans sa pièce secrète ?
Ce premier tome est une réussite tant au niveau de l'intrigue que des dessins et des couleurs ! Il ne se contente pas d'introduire l'univers. On progresse réellement dans l'action. L'attente est déjà là, bien présente pour le prochain tome !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EsseG71
  27 novembre 2020
Je remercie Babelio et son opération Masse critique grâce à laquelle j'ai pu lire cette BD dont j'ai hâte de lire la suite !
Miette et Pia sont orphelines et avec d'autres elles vivent sous la coupe du vil M. Hilborne, qui les oblige à voler les passants pour gagner leur repas. Avec l'aide de Gabin elles vont tenter de fuir cet horrible endroit.
J'ai beaucoup aimé cette BD, en quelques pages j'ai été surprise par les rebondissements et l'avancée dans l'histoire. Là où je pensais trouver de l'aventure mâtinée d'un peu de tragédie, je me suis trouvée embarquée dans la magie et le steampunck. Je vais la mettre bien volontiers à disposition de mes élèves et surveiller les tomes à venir !
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
Sceneario   04 décembre 2020
Une BD vraiment intéressante, dont on a du mal à décrocher une fois que l'on a commencé à la lire ! On attend un tome deux avec impatience... Une Bande dessinée conseillée pour des enfants et ados d'environ 9 à 13 ans.

Lire la critique sur le site : Sceneario
Sceneario   04 décembre 2020
Une BD vraiment intéressante, dont on a du mal à décrocher une fois que l'on a commencé à la lire ! On attend un tome deux avec impatience... Une Bande dessinée conseillée pour des enfants et ados d'environ 9 à 13 ans.

Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Pixie-FlorePixie-Flore   17 décembre 2020
- Je n'étais pas tout seul.
- Comment cela ?
- La chance a toujours été avec moi.

[p20]
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
autres livres classés : steampunkVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1887 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre