AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782277216919
317 pages
Éditeur : J'ai Lu (04/01/1999)
3.93/5   152 notes
Résumé :
Notre héros, Robinette Broadhead, n'a pas eu de chance dans la vie, depuis que ses parents lui ont choisi un prénom.
Jusqu'au jour où il a pu enfin payer le prix de son passage vers la Grande Porte. La Grande Porte : un astéroïde artificiel construit par la civilisation supérieure des Heechees, dans le voisinage de Vénus. Les Heechees ont disparu depuis des siècles, mais ils ont abandonné à la Grande Porte des centaines d'astronefs programmés pour se rendre e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 152 notes
5
6 avis
4
7 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

thimiroi
  19 mars 2019
Peut-on risquer sa vie en se fiant complètement au hasard pour échapper à la pauvreté ?
C'est ce qu'a fait Bob Broadhead… Et il a gagné : il est l'un des rares prospecteurs à être revenu riche de la Grande Porte. Pourtant il n'est pas heureux car il ressent une profonde culpabilité, dont le lecteur ne comprendra les raisons qu'à la fin du livre. Bob suit donc une analyse et raconte son singulier parcours…
La Grande Porte est un astéroïde du système solaire aménagé puis abandonné par de mystérieux extraterrestres, les Heechees. Ils y ont laissé des vaisseaux dont les humains ont été incapables de percer le fonctionnement et de déterminer les destinations préprogrammées.
De nombreux prospecteurs n'ont pas hésité à risquer leur vie en utilisant ces vaisseaux. Beaucoup ne sont pas revenus, d'autres sont revenus morts ou fous, quelques-uns sont devenus riches en rapportant des objets heechees qui ont permis à l'humanité de faire des progrès scientifiques ou technologiques déterminants.
Bob Broadhead, dont la mère est morte parce qu'il n'a pas pu lui payer de soins médicaux, a gagné un billet de loterie pour se rendre sur la Grande Porte. le roman raconte la vie des prospecteurs dans cet espace confiné où il faut payer même l'air que l'on respire, il raconte les rencontres, les espoirs, les attentes, les hésitations, les retours souvent dramatiques de ceux qui sont partis, et puis aussi les moments où l'on se décide finalement à embarquer et les voyages dont on ne sait si l'on en reviendra vivant…
Ajoutons pour terminer que cet extraordinaire roman multi récompensé est aussi un très beau roman d'amour.
P.-S. : en relisant La Grande Porte (car il s'agit d'une relecture), je n'ai pas pu m'empêcher de penser à ces malheureux qui n'hésitent pas à risquer leur vie pour parvenir dans nos contrées, qui sont pour eux des havres de paix ou des eldorados...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          744
Shan_Ze
  27 août 2019
Dans un futur lointain, la Terre survit difficilement : Robinette Broadhead travaille dans les mines alimentaires pour gagner sa vie. Il remporte alors le gros lot à la loterie qui lui a permis de changer de vie, il embarque et part s'installer sur la Grande Porte, une astéroïde où une peuple extraterrestre, les Heechees, ont laissé près qu'un millier de vaisseaux pré-programmés pour une destination inconnue dans l'univers.
Dire que ce roman m'attendait dans ma PAL depuis longtemps ! J'ai beaucoup aimé le style plein d'humour de Frederik Pohl. Déjà le narrateur qui s'appelle Robinette Broadhead qui va voir un psy-robot Sigfrid von Shrink... premiers sourires. L'univers de la Grande Porte est bien décrite par Frederik Pohl, il existe le fonctionnement basique des vaisseaux, du moins ce qu'ils ont compris car il reste beaucoup d'inconnus comme la quantité de combustible, leur destination, la durée du trajet... Quand Broadhead s'aperçoit que l'embarquement à bord du transport spatial s'apparente à la loterie, il a peur.
Ah, Broadhead n'est pas vraiment le héros qu'on attend et plus on avance, plus on se rend compte qu'il n'a absolument rien de charmant !
L'auteur alterne séances chez Sigmund, euh Sigfrid et narration de son passé sur la Grande Porte. Ces séances coupent un peu le récit mais permet de voir qu'il y a un changement significatif entre l'avant et l'après. Broadhead est riche, a la Médication Totale et plein de filles. Il insère aussi parfois des compte-rendus de mission, des annonces (assez amusantes mais n'apportent pas grand chose au récit), messages personnels... Ces prospecteurs dont Broadhead fait partie sont les nouveaux chercheurs d'or, les nouveaux explorateurs avec le danger inconnu lié à l'aventure. Les artefacts heechees sont les pépites d'or qui rapportent le jackpot.
J'ai beaucoup aimé ce premier tome qui présente un lieu spatial très étrange et plein de mystères. J'ai moins apprécié le personnage un peu salaud sur les bords mais il regrette ces actions passées... A suivre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
jamiK
  23 septembre 2019
Une base extraterrestre a été découverte en orbite autour du soleil sur un petit astéroïde, avec des milliers de petits vaisseaux reliés à d'autres points de la galaxie. Les extraterrestres qui ont laissé tout ça on disparus depuis longtemps, leur technologie est incompréhensible, mais ces navettes permettent d'explorer de lointains horizons. S'embarquer sur une de ces navettes, ça peut être le jackpot, ou la mort. Robinette Broadhead est une de ces aventuriers, pourtant ni courageux ni héroïque, c'est pour lui juste une manière d'échapper à la médiocrité et l'horreur de la vie sur terre.
Le récit est décomposé en deux temps, les chapitres alternant entre l'aventure, et la vie sur cette base extraterrestre, et les visites chez un robot psy, qui se passent ultérieurement à la partie exploration, dans un futur ou Rob aurait touché un de ces jackpots. On a envie de comprendre pourquoi il consulte ce psy. J'aime ce genre de suspense à la “Lord Jim”, le personnage principal se dévoile lentement, il n'est pas très clair, une mauvaise conscience le tenaille, on ne saura pourquoi qu'à la fin.
Ici, pas de Space Opéra flamboyant, on ne rencontre jamais les heeches, l'univers est assez sombre, cette conquête de l'espace est une mission assez pitoyable, faite de de comptes d'apothicaires, de mesquineries diverses, effectuée par des humains prêts à tout pour échapper à leur vie exsangue, des êtres pas très reluisants, plus lâches que courageux.
Personnellement, j'ai aimé cette dérive “Conradienne” du récit, s'appuyant sur les imperfections du héros. On a le droit aussi a une fin Dickienne à interpréter selon notre souhait, quelques trait d'humour et de moquerie sur la psychnanalise, et beaucoup de bonnes idées dans le domaine de la SF pure, comme cette étrange porte ouverte sur les fins fonds de la galaxie. Frederik Pohl s'en est resservi dans quelques romans suivants, je crois que j'irai y faire un tour un de ces quatre.
Il y a plein de bonne choses dans ce roman de SF, qui coïncident bien avec mes goûts dans le genre, j'ai passé un très bon moment de lecture, alors merci à Shan_ze de m'avoir incité à le lire, c'était une bonne idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Lutin82
  18 septembre 2017
Certes, le roman a pris une ou deux rides, et nos neurones ne seront pas scotchés de stupeur devant les thématiques abordées, familières des lecteurs désormais. Mais, il faut replacer La Grande Porte de Pohl dans le contexte afin d'apprécier ce roman de pure SF.
Frédérik Pohl nous offre un voyage tout frais payé aux abords de la Grande Porte, mais également sur une Terre surpeuplée, épuisée et bien lugubre.
la source de motivation de Robinette : devenir riche, manger à sa faim, courir la belette, et être titulaire de la Médication Totale. Mineur de son état, il touche le gros lot, et se paye un billet simple pour La Grande Porte. Là-bas, des prospecteurs d'un genre nouveau risquent leur vie pour découvrir des richesses supplémentaires pour l'humanité ou encore des traces de la civilisation Heechee, les extra-terrestres fondateurs.
Cette race d'aliens a disparu du système solaire et des zones explorées jusqu'alors grâce à la Porte, vestige de leur existence et de leur technologie stupéfiante. Seules quelques traces, artefacts, objets d'art subsistent et témoignent de leur ingéniosité. Se sont-ils éteints ? Ont-ils déménagé ? Ou sont-ils ? Sont les principales questions en suspend.
Ces extra-terrestres demeurent mystérieux tout au long du roman. Les humains se déplacent grâce à la technologie de leur Grande Porte et de leurs vaisseaux dont le fonctionnement reste en grande partie abstrait. Prendre une place à bord des Un, Trois ou Cinq places est un jeu de roulette russe, car la destination est inconnue, et le voyage peut se terminer dans une étoile…
Le récit de Frederik Polh alterne entre un Robinette riche, qui a réussi et cet anti-héros doté de bien peu de courage.
Le lecteur sait qu'il finira par s'embarquer pour un de ces vols et qu'il reviendra avec la réussite au bout de ce tunnel fait de renoncements, de peur, d'envie et d'amour. C'est le comment qui tient en haleine, avec en fond la vie particulière sur cet astéroïde artificiel, en faible pesanteur et presque en autonomie. Nous suivons également le parcours, les bonheurs et malheurs des quelques amis de notre protagoniste principal. Cette partie, avec en ligne de mire la chasse au trésor Heechees maintient l'intérêt à elle toute seule, tant le mystère, et le suspens sont bien entretenus.
La saveur est renforcée par les chapitres consacrés à la psychanalyse d'un Robinette ayant réussi un voyage particulièrement juteux. Son Psy est un robot/ordinateur au nom évocateur et humoristique de Sigfrid von Shrink. Notre personnage possède tout ce dont on peut rêver dans ce monde, mais il éprouve un besoin crucial pour ces séances de thérapie, quel étrange secret dissimule-t-il ?…
Bien que la partie psy ne m'ait pas entièrement séduite, je reste enchantée par ce voyage à travers et aux abords de la Grande Porte. La trame creuse les méninges, les personnages nous font passer par les nuances de la joie à l'exaspération, la curiosité est systématiquement titillée par les heechees, et notre auteur nous fait vivre un véritable Sense of Wonder. Malgré un univers dystopique, le ton n'est pas aux larmes ou à l'apitoiement, mais axé sur l'humour, et la légèreté.
critique plus complète sur mon blog
Lien : https://albdoblog.com/2017/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
yowie
  19 mars 2020
Je continue d'explorer les oeuvres de Frederik Pohl. Une des grands sagas qu'il a écrite fut le cycle de la Grande Porte. J'avais hâte de lire ce livre. Mais j'avais des attentes. Jamais une bonne idée.
J'aimais le principe: une porte extraterrestre donnant sur de nouveaux mondes. Toute de suite j'avais à l'idée StarGate. Vraiment pas aussi "exotique"...
Pas mal plus terre à terre...
Bon OK une Terre polluée, surpeuplée, affamée, d'un côté les supers pauvres et de l'autre les supers riches. Jusque là je peux pas mal imaginer.
Ils ont colonisé Vénus et Mars. Possiblement Mercure. Les colonies de Vénus - sous terre - ont trouvé des souterrains creusés et aménagés par une race d'extra-terrestres ayant vécu il y a des millions d'années: les Heechees. Un colon a découvert un vaisseau monoplace Heechee. Il a pressé un bouton et voilà que le vaisseau quitte l'orbite de Vénus pour une destination inconnue. Finalement cette destination c'est ce qu'on nommera plus tard la Grande Porte! Un astéroïde transformé jadis par les Heechees en port interstellaire. Bref presque 200 vaisseaux Heechees abandonnés sur place à cet astéroïde. La Grande Porte désigne donc un aéroport spatial vers des destinations inconnues.
Ça c'est les prémisses à l'histoire du roman. La Grande Porte est un espoir pour l'humanité. Espoir de découvrir davantage de technologies Heechees. Car les vaisseaux on ne les comprends pas trop. En fait on ne sait que très peu de choses sur les Heechees. Pour ne pas donner davantage à une nation terrestre par rapport à une autre, une Corporation neutre a été créée pour gérer la Grande Porte. Cette neutralité est protégée par toutes les nations de la Terre. Cette Corporation forme des Prospecteurs. Elle attire les gens pauvres en leur faisant miroiter d'alléchantes sommes d'argent.
Qu'est -ce que les Prospecteurs? Des fous! Ils doivent monter dans un vaisseau et presser le bouton pour démarrer un vaisseau. La destination? Aucune idée! La durée du voyage? Aucune idée! Gros paquet de surprises! Risque de mourir de faim durant le voyage... À l'allée ou au retour...
Bref oubliez StarGate... Pas de relations avec des population extra-terrestres... le plus exotique c'est trouver des ruines Heechees. Si un Prospecteur est vraiment chanceux il peux trouver un peu de technologie Heechees. Si il la rapporte alors il devient riche grâce à la Corporation.
Voilà l'histoire d'un prospecteur - Broadhead! C'est surtout l'aspect humain qui est véhiculé dans ce roman. Toutes les peurs et les craintes de cet homme. Quand il était jeune il travaillait dans des mines alimentaires sur Terre. Cheap labor! Aucune espérance de sortir de ce trou socialement parlant. Il rêvait comme tout le monde de devenir riche. Et la richesse ne pouvait venir quand devenant Prospecteur. Yeah! Il gagna à la loterie et pourra enfin sortir de sa vie de schnoute et se payer un voyage vers la Grande Porte pour devenir Prospecteur.
Et là il eut la frousse de partir en exploration.
Il fit trois voyages... À contre-coeur... Après avoir écoulé ses derniers sous...
Ça c'est presque la moitié du roman. L'autre moitié c'est dans le futur quand il devint super riche. Et il suivit une thérapie pour les séquelles psychologiques.
Pas mauvais comme livre! Très humain...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
thimiroithimiroi   17 mars 2019
(Peut-on risquer sa vie en se fiant au hasard pour échapper à la pauvreté ? C’est ce que font les pilotes de la Grande Porte qui utilisent des vaisseaux extraterrestres dont ils ne comprennent pas le fonctionnement ; il faut également que le voyage ne dure pas trop longtemps, sinon...)

La ration de base, nourriture, eau, provision d’air est de 250 jours (...)
Supposons que vous soyez dans un Cinq (un vaisseau de cinq passagers) et que vous ayez dépassé 75 jours sans retournement (voir note ci-dessous). Dès lors, vous savez que vous êtes dans le pétrin : les rations ne maintiendront pas en vie cinq personnes pendant plus de 300 jours.
Mais elles le pourraient pour quatre.
Ou trois. Ou deux. Ou une.
A ce stade, il est clair qu’au moins une personne ne reviendra pas vivante du voyage, et ce que font la plupart des équipages, c’est couper les cartes. Le perdant se tranche poliment la gorge. Si le perdant n’est pas poli, les autres lui donnent des leçons de savoir vivre.
Un tas de Cinq sont devenus des Trois sur le chemin de retour. Certains sont devenus des Un.

Note : le retournement du vaisseau indique qu'il a accompli la moitié du voyage aller vers sa destination préprogrammée, et donc le quart de la durée totale du voyage aller retour à la Grande Porte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Shan_ZeShan_Ze   23 août 2019
Et Klara... eh bien, Klara avait une mauvaise habitude. Elle aiment les asperges. Elle avait emporté quatre kilos de nourriture déshydratée pour varier un peu le menu et s'amuser ; quoiqu'elle la partageât avec moi, et parfois avec les autres, elle s'entêtait à manger de temps en temps des asperges toute seule. Les asperges donnent une drôle d'odeur à l'urine. Cela n'a rien de romantique de savoir que sa bien-aimée a mangé des asperges rien que par l'odeur qui règne dans les toilettes communes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
PavlikPavlik   11 novembre 2014
Nous n'avons aucune idée de ce à quoi ressemblait les Heechees, en dehors de quelques déductions. C'étaient probablement des bipèdes. Leurs instruments s'ajustent à peu près correctement à la main humaine, donc ils avaient probablement des mains. Ou quelque chose de semblable. Ils paraissaient distinguer à peu près le même spectre que nous. Ils devaient être plus petits que nous, disons un mètre cinquante, ou moins. Et ils avaient de drôles de postérieurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
PavlikPavlik   03 mars 2019
Afin de supporter le coût de l'entretien de la Grande Porte, il est exigé de toutes les personnes qu'elles payent une taxe journalière individuelle pour l'air, le contrôle de la température, l'administration et autres services. Si vous êtes clients, cette somme est comprise dans votre note d'hôtel. Les tarifs pour les autres personnes sont affichés. Cette taxe peut être payée jusqu'à un an à l'avance si vous le désirez. Le non-paiement de la taxe journalière individuelle entraînera l'expulsion immédiate de la Grande Porte.
Note : la présence d'un vaisseau pour recevoir les personnes expulsées ne peut être garantie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
PavlikPavlik   19 mars 2019
- Le méthane est une trace typique. Il révèle la présence de mammifères à sang chaud, ou quelque chose qui leur ressemble.
- Je croyais que le méthane provenait de la végétation qui pourrit et tout ça ?
- Oh, bien sûr. Mais il provient surtout des entrailles des gros ruminants. La majeure partie du méthane dans l'atmosphère terrestre a pour origine les pets de vaches.
Commenter  J’apprécie          130

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3674 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..