AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782277223405
J'ai lu (26/02/2001)
3.57/5   29 notes
Résumé :

« DIMENSIONS »L'histoire du monde suivait son cours. Et puis, un soir de Noël, le président des Etats-Unis se met à bredouiller des paroles incompréhensibles devant les caméras de la télévision avant d'être assassiné par l'un de ses ministres. Dans les heures qui suivent, le monde bascule dans le chaos. Les puissances nucléaires lâchent leurs bombes à tort et à travers, parfois sur leurs propres cités. La planète tout entière est saisie d'une incompréhen... >Voir plus
Que lire après L'ultime fléauVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Oublions les étiquettes sciences fiction, anticipation, paranormal.
Ce livre est avant tout de la littérature, ce qui se fait de mieux.
Aucun lecteur ne pourra affirmer son indifférence vis-à-vis de la science-fiction tant qu'il n'aura pas lu ce livre.
Chandler attend son procès en prison. Il a violé et assassiné une jeune fille. Chose courante depuis que le monde est allé à sa ruine voici deux ans. N'importe quel citoyen commet brusquement les crimes les plus abominables sans la moindre intention au préalable.
Son cerveau est "envahi", et personne ne peut donner un nom à ces envahisseurs de l'esprit. Aucun remède n'existe. D'ailleurs les assassins qui redeviennent eux-mêmes peu après leur forfait sont reconnus innocents par la justice.
Mais pour la communauté, Chandler est un simulateur qui n'était pas possédé lors de son crime. Il échappe par miracle à la condamnation à mort lors de son procès, mais le voilà expulsé de la ville avec la marque d'infamie : l'I d'Imposteur gravé au fer rouge sur son front.
Commence alors pour le lecteur un parcours initiatique au côté de Chandler qui jongle avec les notions de bien et de mal enchâssées au coeur du récit.
Sous couvert d'un roman de science-fiction, Frédérik Pohl décortique l'âme humaine, qui côtoie en équilibriste le sublime et l'abject sur une crête instable, pour nous dévoiler ses doutes sur la sagesse des hommes.
Commenter  J’apprécie          395
C'est le premier roman de Frederik Pohl que je lis... si je fais abstraction du diptyque cosigné avec Kornbluth : Planète à gogos et Les gogos contre-attaquent. Je découvre donc ainsi son style propre et ses idées développées sans l'influence d'un comparse. Quoi que ! Pohl a écrit ce roman 4 ans après Planète à gogos.

Dans ce court roman, changement de point de vue. Nos n'avons pas à faire à une société consumériste à l'excès, où tout est l'occasion de manipuler les masses pour leur faire acheter certains produits au détriment du bien individuel et collectif. Seuls en profitent la classe dirigeante des grandes multinationales. Non. Ici, l'histoire se déroule dans ce qui peut passer pour notre société de fin de XXe , début XXIe. C'est pas avec ça qu'on fait un roman, allez-vous dire ! Peut-être pas. Mais quand l'auteur imagine qu'une invention permettant de prendre le contrôle de corps humains à distance pour leur faire faire ce que bon leur semble... ça tourne vite au cauchemar.

Attentats, meurtres, suicides forcés, viols, tortures, etc. Qui est à la source de toutes ces exactions ? Notre héros le découvre petit à petit parce qu'il a la chance d'être pris en charge par celle qui est peut-être la moins pire, quoi que elle aussi soit sans scrupule. Arrivera-t-il à venir à bout de ce groupe de fous ? Ou succombera-t-il aux charmes de la sirène ?

En bref : Ce livre m'a plu sans pour autant me donner envie de lire d'autres oeuvres de cet écrivain pourtant renommé.

P. S. : Au début du roman, l'auteur fait l'inventaire de toutes les grosses destructions qui ont marqué le début de cette ère de chaos. Et là(p. 43), erreur de traduction ? Il est question d'un gros chargement d'explosif, qui fait sauter les digues des polders hollandais et inondent... 2500 m2. Soit, à peu près — roulement de tambour — la moitié d'un terrain de foot. :-D Certains jours, j'aurai refermé le livre sans autre forme de procès. Une petite recherche et... oui. il s'agit bien d'une erreur de traduction ou de typographie. en effet, le texte original est 11:03 PM, E.S.T. : Heavily loaded munitions barges exploded near North Sea dikes of Holland ; dikes breached, 1800 square miles of reclaimed land flooded out . . soit 1800 miles carré. remis en mesures métriques : 4662km2. Là, d'accord. Grosse catastrophe !
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
Commenter  J’apprécie          90
Voila enfin un excellent roman de Pohl. de plus il flirte avec l'horreur.

Un jour une bombe nucléaire élimine Moscou. le jour d'après une autre bombe élimine Washington. Par la suite toutes les ogives nucléaires de part le monde sont lâchées et vont s'écraser dans le Pacifique. Et on continue: tous les avions de combat s'envolent - les pilotes? N'importe qui et ils semblent tous savoir comment piloter - pour s'échouer dans l'océan.

Ça c'était il y a dix ans... Par la suite la population fut possédée... Au hasard... Sans but réel... Des gens sont possédés et veulent tuer, massacrer, détruire autour d'eux... Qui peux bien posséder les gens? On pense à tout même aux extra-terrestres. Finalement la population commence de plus en plus à croire aux possessions démoniaques.

Quand je pense à l'horreur c'est que l'auteur nous donne plusieurs exemples atroces... le personnage principal est possédé et viole sa jeune assistante de 16 ans et la massacre en la dépeçant. Chanceux car il ne se suicide pas (certains possédés ne se suicident pas).

Ça c'est la première partie du roman... La description de ce qui reste de la civilisation fait vraiment peur!

Deuxième partie. On découvre qui fait cela. Un groupe d'une centaine de savants a découvert un casque permettant de s'infiltrer dans n'importe quel esprit pour en prendre le contrôle. Ils ne peuvent pas lire les pensées, juste contrôler les gens n'importe où dans le monde. le mal corrompt mais le mal absolu corrompt absolument!!!

Voyant leur avantage de devenir les maîtres du monde ils éliminent la population de la planète peu à peu. Ils y prennent plaisir! Ils se sont installés sur une des îles d'Hawaï après y avoir fait le ménage.

Notre personnage principal finit par être kidnappé par les Execs (la gang de malades): cela leur arrive d'avoir besoin de mains pour faire leur sale boulot. Il travaille donc contre sa volonté pour ce groupuscule.

L'une des Execs tombe amoureuse de lui. C'est qu'elle est très fière de ce qu'elle fait. Après tout il y a surpopulation mondiale. Donc on va y remédier. Devriez voir toutes les atrocités qu'ils font...

Bon je ne vous direz pas comment cela finit mais c'est presque jouissif!
Commenter  J’apprécie          40
Un homme accusé de meurtre et viol plaide la possession , le tribunal ordonne des prières d'exorcisme… Oups, on m'aurait menti ? Je ne suis pas dans de la SF ? Mais si , en cette fin du XXème siècle (hé oui le texte est de 1962 ) la Terre est ravagée par une épidémie de folie . le héros , Chandler ,un ingénieur va découvrir que ce sont des hommes et non des démons qui sont aux commandes … Un roman sur le thème de la machine à contrôler les esprits , mais un tantinet superficiel , Pohl n'exploite pas quelques juteux filons : un homme « possédé » par une femme , d'intéressantes combinaisons sexuelles, la psychologie des victimes et des contrôleurs est à peine ébauchée (peut-on refuser le pouvoir suprême ?) et le tout fleure bon la guerre froide (les méchants viennent de Russie) . Reste que une Terre dominée par des fous ,on connaît au XXIème (écoutez vos informations du jour…) !
Commenter  J’apprécie          60
Des personnes ont réussi à prendre le contrôle de n'importe que corps humain et s'en servent pour leur bon plaisir.

Un exemple parfait de la formule : « le pouvoir corrompt. le pouvoir absolu corrompt absolument » . Des humains se font manipuler, sans aucun contrôle sur leurs actions, et ceux qui les contrôlent en profitent pour leur faire faire les actions les plus horribles.

Un excellent roman qui fait réfléchir aux dangers du pouvoir et de ceux qui l'exercent.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Margot et lui avaient connu l'amour de tous les couples mariés - sans élan particulièrement violent, mais avec affections, endurance et des mouvements sporadiques de passion.
Chandler n'y avait pas beaucoup réfléchi pendant les dernières années de son mariage. Ce ne fut qu'après le meurtre de Margot qu'il découvrit que la somme de toutes ces petites choses formait un amour tout à fait irremplaçable.
Commenter  J’apprécie          120
- Bon, voici une autre question intéressante, dit Chandler. Qui est l'Exec ?
Hsi hocha la tête.
- Je regrette. Je ne vous connais pas, Chandler.
- Vous voulez dire que vous avez même peur de répondre à une question ?
- Vous ne croyez pas si bien dire ! Il est probable que personne ne ferait attention à ce que je pourrais vous dire...mais ce "probable" ne me suffit pas.
Commenter  J’apprécie          110
Chandler ne répondit rien. Il ne regarda même pas le geôlier.
Un homme en route pour l'enfer a autre chose à faire que de se soucier de l'opinion des gens.
Commenter  J’apprécie          222
Il était devenu tout à fait fataliste. Comme apparemment il avait été décidé qu'il ne devait pas mourir tout de suite, autant continuer à vivre.
Commenter  J’apprécie          136
A l'intérieur de l'école, le sifflement imperceptible et sourd d'un bec Bunsen lui parvint. Dans sa flamme bleue, un fer grossièrement moulé passait lentement du rose à l'orange pour tourner ensuite au rouge incandescent.
Il avait la forme de la lettre "I".
I égale "imposteur". La marque qu'ils allaient imprimer sur son front l'accompagnerait où qu'il aille, tout au long de sa vie qui, probablement, serait brève : sur un simple coup d'œil, il serait reconnu coupable du pire des crimes.
Personne ne lui adressa la parole quand Larry Grantz sortit le fer du feu ; par contre trois policiers musclés lui tinrent les bras tandis qu'il hurlait.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (77) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4914 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}