AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de sylvie


sylvie
  16 mars 2009
La maison d'édition est bordelaise, l'auteur aussi, et le café où les deux protagonistes se rencontrent tous les soirs autour d'un whisky de même...
Cela faisait beaucoup de choses qui attisaient ma curiosité, et quand il a atterri dans ma PAL... Je l'ai lu d'une traite...
Je suis certaine qu'il plaira à plus d'un et plus d'une de la blogobulle des lecteurs/lectrices...
Une libraire remplit sa vie de livres, de lectures, et en parle tous les soir avec Paul, lors de leur rendez-vous de 19 heures.
Leur relation se résume aux discussions qu'ils tricotent autour de leurs lectures, et ils s'offrent ainsi mutuellement un petit moment privilégié dans leurs journées pas si bien remplies que ça...
Seulement voilà, un jour, Paul le lecteur disparait, et Corinne la lectrice se retrouve en face de l'absence. Elle se sent abandonnée, triste, meurtrie, puis perdue... L'idée de la mort pointe... Il faut qu'elle sache... Elle doit le retrouver...
Nous lisons cette quête de lectrice pour un lecteur avec avidité. Pour retrouver sa trace, la libraire prend comme fil conducteur ce qu'elle sait de cet homme : les livres qu'il a lu. Ils la guideront tout le long d'un voyage plein de rencontres inattendues, cocasses ou drôles.
Elle croisera même Paul Auster accompagné de sa femme dans une rue de New York...
Notre détective aux méthodes intuitives de lectrice retrouvera-t-elle son beau lecteur disparu ?
Je ne vous le dirais pas !
Par contre, je ne peux pas m'empêcher de vous révéler que durant sa folle quête, la frontière entre le goût de lire et le goût de vivre lui sera devenue palpable...
Un bien joli roman, que je recommande sans modération !
D'ailleurs, j'en fais un livre voyageur
des liens sur le blog :
Lien : http://sylvie-lectures.blogs..
Commenter  J’apprécie          150



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus