AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290026816
Éditeur : J'ai Lu (25/08/2010)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Des chansons de geste de Chrétien de Troyes au spleen de Baudelaire, en passant par les fables de La Fontaine, Patrick Poivre d'Arvor nous propose dans cette anthologie une sélection des plus beaux poèmes, incontournables ou oubliés, de la littérature française.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
raynald66
  03 janvier 2014
Petit recueil de poésies sélectionnées par Patrick Poivre d'Arvor dont quelques poèmes connus que j'ai eu du plaisir à relire = la ballade des pendus de François Villon, les regrets de Joachim du Bellay, Mignonne allons voir si la rose de Pierre de Ronsard, le lac d'Alphonse de Lamartine, demain dès l'aube de Victor Hugo, l'albatros de Charles Baudelaire, etc ...
Commenter  J’apprécie          50
ladyoga
  19 mai 2013
Une sélection de cent poèmes, connus ou oubliés... de la littérature française.
Effectuer une sélection dans ce domaine ne peut que conduire à des critiques.
Je m'abstiens de tout commentaire, mais j'ai quand même passé un bon moment à retrouver certains "incontournables".
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
raynald66raynald66   03 janvier 2014
VICTOR HUGO = DEMAIN DES L'AUBE (les Contemplations)

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées
Sans rien voir au-dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
raynald66raynald66   03 janvier 2014
STEPHANE MALLARME = BRISE MARINE

La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.
Fuir ! là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres
D'être parmi l'écume inconnue et les cieux !
Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux
Ne retiendra ce coeur qui dans la mer se trempe
O nuits ! ni la clarté déserte de ma lampe
Sur le vide papier que la blancheur défend,
Et ni la jeune femme allaitant son enfant.
Je partirai ! Steamer balançant la mâture,
Lève l'ancre pour une exotique nature !
Un Ennui, désolé par les cruels espoirs,
Croit encore à l'adieu suprême des mouchoirs !
Et, peut-être, les mâts, invitant les orages,
Sont-ils de ceux qu'un vent penche sur les naufrages
Perdus, sans mâts, ni fertiles îlots...
Mais, ô mon coeur, entends le chant des matelots !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
raynald66raynald66   03 janvier 2014
ALFRED DE MUSSET = TRISTESSE (poésies nouvelles, 1840)

J'ai perdu ma force et ma vie
Et mes amis et ma gaieté
J'ai perdu jusqu'à la fierté
Qui faisait croire en mon génie

Quand j'ai connu la Vérité
J'ai cru que c'était une amie
Quand je l'ai comprise et sentie
J'en était déjà dégouté

Et pourtant elle est éternelle
Et ceux qui se sont passés d'elle
Ici-bas ont tout ignoré

Dieu parle, il faut qu'on lui réponde
Le seul bien qui me reste au monde
Est d'avoir quelquefois pleuré
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
raynald66raynald66   03 janvier 2014
PIERRE DE RONSARD = SONNET POUR HELENE

Quand vous serez bien vieille, au soir de la chandelle
Assise auprès du feu, dévidant et filant
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle

Lors vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant
Bénissant votre nom de louange immortelle

Je serai sous la terre et , fantôme sans os,
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos
Vous serez au foyer une vieille accroupie

Regrettant mon amour et votre fier dédain
Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ladyogaladyoga   19 mai 2013
A quoi rêvent d'ailleurs les jeunes filles en fleur d'aujourd'hui ? Aux mêmes élans que leurs mères et grand-mères. Et les jeunes hommes, itou. À l'amour. L'amour que l'on ne sait dire et c'est pourquoi on écrit des poèmes. L'amour qui enflamme, qui paralyse, qui dessèche , qui fuit et qui se meurt.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Patrick Poivre d'Arvor (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Poivre d'Arvor
Dans La Grande Librairie François Busnel reçoit :
Delphine de Vigan, Les Heures souterraines (JC Lattès) Véronique Ovaldé pour Ce que je sais de Vera Candida (L'Olivier) Patrick Poivre d'Arvor pour Fragments d'une femme perdue (Grasset) Justine Lévy pour Mauvaise Fille (Stock)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

PPDA

Quel est le nom de naissance de Patrick Poivre d'Arvor ?

Patrick Poivre
Patrick d'Arvor
Patrick Poivre de Benoist de la Pépinière d'Arvor
Patrick Arvor

8 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : Patrick Poivre d'ArvorCréer un quiz sur ce livre