AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246818095
Éditeur : Grasset (09/01/2019)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Charles s’ennuie ferme sur les bancs de l’école. Mais au fond de lui, le jeune garçon sent que sa vie est ailleurs. Il brûle d’un appétit vorace et ses rêves sont hantés par les plus hautes destinées. A douze ans, Charles perd sa mère. Elle était tout pour lui : sa confidente, son inspiratrice, son idole. Sur son lit de mort, elle lui révèle qu’ il n’est pas le fils de l’homme qu’il croyait être son père. Son père biologique se nomme Jean-Baptiste d’Orgel, un acteur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  16 février 2019
Charles à douze ans lorsque sa mère, mourante, lui apprend que son père n'est en fait pas son père biologique. Cela ne l'étonne guère, vue l'absence de chaleur qui règne dans leurs relations, ce qui n'a rien d'étonnant car tous les deux sont des handicapés des émotions. Par contre, il avait une relation très forte avec sa mère, complice, presque fusionnelle.
Il décide de prendre contact avec Jean-Baptiste, son géniteur pour ses dix-huit ans. Leur rencontre se fait dans une brasserie, où il rêve d'entrer depuis longtemps.
Le contact passe bien entre eux, il s'aperçoit que celui-ci n'a jamais perdu le contact, sait pratiquement tout de lui, de sa mère. Il va lui raconter son histoire, mais aussi celle de son propre père Guillaume.
A Alger, pendant la guerre, il tombe amoureux d'une jeune femme algérienne, Amina et tous les deux vont vivre une belle histoire d'amour, romantique à souhait. Mais cette histoire doit rester clandestine ; un jour Amina est victime d'un viol collectif, un drame pour la famille qui se considère comme salie (« Ils ne veulent pas porter plainte, ils ont trop honte. » ) et Guillaume n'aura de cesse de se venger.
Les abandons se répètent, dans cette famille, où l'on est plus ou moins orphelins sur plusieurs générations, où la paternité pose un problème.
Ce roman est aussi l'histoire d'une vengeance : Jean-Baptiste, acteur célèbre sur le déclin, fait partie des gens que le public met autant d'ardeur à dénigrer qu'ils en ont mis à la porter aux nues. Il va guider Charles dans son désir de devenir « président de la République », son voeu le plus cher depuis qu'il a huit ans !
Le moins que l'on puisse dire est que Charles est doué et va enchaîner Sciences-Po, loucher vers l'ENA, et se tourner vers Lettres-Sup, la voie choisie en son temps par Georges Pompidou, se choisir un mentor…
Patrick Poivre d'Arvor nous livre ici une étude savoureuse, approfondie, tout à la fois en finesse et sans complaisance, du monde politique, des médias.
On oscille entre Rastignac et Lucien de Rubempré, avec quelques oeillades en direction de Bel-Ami.
Ce roman est bien construit, les relations père-fils abordées avec beaucoup de sensibilité et le style de l'auteur est vif, les mots s'enchaînent, sans excès rendant la lecture plutôt addictive.
Il y a très longtemps que je n'avais pas lu un livre de PPDA, cela remonte en fait aux « Enfants de l'aube » et « Lettres à l'absente »…
J'ai bien aimé ce roman, facile à lire et, comme je me suis laissée prendre au jeu, j'attends la suite car, ce n'est pas un secret, l'aventure n'est pas terminée.
#LaVengeanceDuLoup #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
coquinnette1974
  05 février 2019
Cela fait un petit moment que je souhaitais lire Patrick Poivre d'Arvor mais jusque là, je n'en n'avais jamais eu l'occasion. Quand j'ai vu que son dernier roman : La vengeance du loup était disponible sur net galley, je l'ai évidemment demandé :) Je suis ravie, les éditions Grasset ont accepté ma demande.
Charles s'ennuie ferme sur les bancs de l'école. Mais au fond de lui, le jeune garçon sent que sa vie est ailleurs. Il brûle d'un appétit vorace et ses rêves sont hantés par les plus hautes destinées... il aimerait... devenir... Président de la République ! Et oui, rien que ça ;)
A douze ans, Charles perd sa mère. Elle était tout pour lui : sa confidente, son inspiratrice, son idole...
Sur son lit de mort, elle lui révèle qu' il n'est pas le fils de l'homme qu'il croyait être son père. le monde de Charles s'écroule, il ne lui reste que son ambition…
Arrivera t'il à réaliser son rêve : gravir les plus hautes marches pour accéder au poste tant convoité ?
Ce matin, j'ai lu d'une traite ce roman, et je suis ravie de ma découverte.
Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre, mais en fait le résumé mis sur babelio en dit un peu trop. C'est dommage.
Charles est un enfant assez sérieux, je ne me suis pas vraiment attaché à lui au début. J'ai toutefois suivi ses aventures avec intérêt et curiosité. Il a une envie de pouvoir étonnante pour un enfant si jeune. Cette envie monte, monte, et je suis vraiment curieuse de savoir s'il réalisera son rêve. Car pour le savoir, il faudra attendre la suite. Et ça, j'avoue que ça m'a fait ronchonner ! J'avais envie de savoir tout de suite comment ça allait se terminer mais il y aura (et je l'espère rapidement) une suite à ce roman. Charles est ambitieux, tout lui réussit ou presque, alors réussira t'il à devenir Président ??
J'ai trouvé ce roman captivant et je suis triste de l'avoir terminé.
L'écriture est fluide, c'est bien écrit sans être pompeux. Les chapitres sont courts, ce que j'ai apprécié.
Le personnage de Charles est assez complexe. Un peu prévisible sur certains points, toutefois il a réussi à me surprendre.
J'ai beaucoup aimé La vengeance du loup, notamment les passages concernant son grand-père, et la vengeance de celui-ci. C'est un excellent ouvrage et je lui donne cinq étoiles.
Vivement la suite :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
sylvaine
  23 janvier 2019
La vengeance du loupPatrick Poivre d'Arvor chez Grasset, janvier 2019 ,#LaVengeanceDuLoup #NetGalleyFrance
Atypique, Charles est un petit garçon atypique. Plutôt solitaire, il voue un amour exclusif et sans concession à sa mère . A la veille de sa mort elle lui révèle le nom de son père biologique .... Il a 12 ans sa vie bascule et il décide de devenir quelqu'un, Président de la République ? ...
Nous suivons donc pas à pas le parcours de Charles et son ascension fulgurante. Patrick Poivre d'Arvor en fin connaisseur nous entraine à sa suite dans les méandres politico-journalistiques où tout est permis ou presque...
Une histoire où les amateurs prendront plaisir à essayer de mettre des noms sur ceux des personnages. Une dernière page qui appelle une suite....
C'est avec beaucoup de curiosité que j'ai ouvert ce roman . Je ne connaissais pas PPDA écrivain. C'est chose faite. Si la trame du récit tient la route je n'ai en revanche pas été séduite par la narration. L'écriture est certes efficace, mais la brièveté des chapitres, l'enchainement de phrases brèves censées donner du rythme au récit ne m'ont pas séduite. Dommage!
Je remercie vivement les éditions Grasset pour ce partage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Meps
  23 février 2019
Je fais dans les présentateurs de JT déchus en ce moment décidément... et à défaut d'être déchu, me voilà déçu.
Peut-on reprocher à PPDA son style journalistique ? C'est mon premier roman de l'auteur et j'ai vraiment trouvé qu'il semblait chercher à se débarasser de son histoire tellement certains passages sont rapides, simple description de faits successifs sans forcément de recherche stylistique.
De plus, là où j'apprécie parfois les astuces narratives telles que l'histoire dans l'histoire... c'est beaucoup moins le cas quand l'histoire cadre ne semble qu'un prétexte et que seule l'histoire centrale présente un intérêt certain... et le pire est qu'on revient ensuite à cette histoire cadre pour une fin (assez longue en plus) qui ne m'a pas convaincu. Pourtant PPDA se met alors dans un milieu qu'il connait parfaitement puisqu'il est question de connivences entre le journalisme et la politique. On attend beaucoup plus de son oeil de l'intérieur qu'un Nicolas Sarkozy déguisé (Victor Exbrayat le président anciennement ministre du budget écarté par son premier Ministre, revenu en grâce ensuite comme ministre de l'Intérieur, accédant au pouvoir et hyperactif... donc Sarkozy quoi). Quel est l'intérêt de faire un personnage à ce point ressemblant si c'est pour finalement le sous-exploiter, ne faire qu'évoquer des manoeuvres politiciennes que l'auteur a pourtant vécu de l'intérieur... ? Autant recréer un personnage totalement neuf avec un parcours original que PPDA aurait forcément su rendre malgré tout réaliste avec son expérience du réel. Faire oeuvre d'auteur en somme. Ou alors il faut assumer, mettre le vrai nom et balancer ce qu'on sait, nous donner du croustillant.
Et quand on se rend compte qu'une suite semble prévue... et que ce sera forcément celle de l'histoire cadre... Vraiment déçu.
D'autant que pour revenir au positif, l'histoire centrale de vengeance qui donne son titre au livre (car sinon, quelle pauvre vengeance que celle du petit-fils...) aurait été un matériau bien plus intéressant... s'il avait été réellement exploité et non expédié. Le contexte historique plutôt original (la vie en Algérie pendant la seconde guerre mondiale), une histoire d'amour impossible pas gnangnan pour deux sous... Le potentiel était là mais l'auteur a préféré se concentrer sur ce qu'il maîtrisait peut-être mieux, mais sans non plus le sublimer.
Rendez-vous raté en somme, je ne me suis pas suffisamment attaché au personnage principal pour avoir hâte de découvrir la suite.
Merci néanmoins à NetGalley d'avoir proposé ce roman à la lecture et aux éditions Grasset pour leur confiance. J'espère qu'ils ne seront pas trop fâchés de ma liberté de parole.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Agathethebook
  17 janvier 2019
Ayant un excellent souvenir du « Journal d'une femme perdue » publié en 2009, histoire d'un amour déçu au style infiniment poétique, j'avais hâte de lire le nouveau livre de PPDA.
« La Vengeance du loup » est une grande fresque familiale reliant trois générations d'hommes, dans un contexte politico-médiatique. L'histoire débute avec Charles, jeune homme ayant perdu sa mère à douze ans et ambitionnant de devenir président de la République (rien de moins). Avant de mourir, sa mère lui confie un secret d'une grande ampleur, son père biologique est en fait un comédien célébre, Jean-Baptiste d'Orgel. Charles décide alors de le rencontrer, et ainsi de se confronter au destin tragique de ses ancêtres. Car Jean-Baptiste remonte le fil, et conte ses origines à Charles : son père Guillaume, né à Alger, est tombé amoureux d'une jeune femme arabe, Amina. Mais les drames, la politique et la soif de vengeance ont ruiné la vie des jeunes tourtereaux. Comme les schémas se répètent et que les destins se transmettent, Charles a sans le vouloir récupéré une histoire à finir et une carrière à accomplir. Y parviendra-t-il ?
Une fiction hautement romanesque, s'inspirant de personnes politiques réelles. J'ai été très emportée par les trois quarts du récit, cette histoire d'amour se déroulant entre Paris, Alger puis Marseille, mais beaucoup moins par la dernière partie, où il est question de complots politiques et de cancans médiatiques qui ne m'intéressent pas et qui ne font pas bon ménage selon moi avec la littérature, ôtant toute poésie et lyrisme éventuel. Tant qu'à aller au bout des choses, j'ai enquêté après ma lecture sur l'identité du jeune Charles, (directeur adjoint de cabinet de l'Elysée sous Sarkozy, 30 ans à l'époque, si quelqu'un peut m'aider) mais il se peut que cela soit aussi fictif. Ballottée entre fiction réussie puis dissimulée, je n'ai donc rien appris sur les personnages politiques actuels et j'ai terminée ma lecture perplexe, m'interrogeant sur le projet global du roman qui, par conséquent, a dû m'échapper. Un roman tourbillonnant mais pouvant laisser quelques lecteurs sur le côté de la route.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Eve-YesheEve-Yeshe   16 février 2019
Charles, qui se morfondait tant le jour durant, croyait en la rédemption par le crépuscule. Il y avait le paradis pour les âmes discrètes et le crépuscule pour celles qui trouvaient interminables ces journées de mortel ennui. Et s’il n’y avait eu que l’ennui…
Commenter  J’apprécie          170
MepsMeps   23 février 2019
Avoir 18 ans en 1940, ce n’était pas la même chose à Alger ou à Paris. Comme beaucoup de nos compatriotes, Guillaume s’est même réjoui de la fin si rapide des hostilités et il en a su gré au maréchal Pétain. Bien sûr, avec le recul, on pourra dire que c’était un lâche soulagement mais, sur le moment, 95 % des Français ont cru pouvoir respirer. Et puis, de si loin, la zone occupée, ça ne disait pas grand-chose aux Algérois. L’ensemble de la colonie était en zone libre et on ne vit jamais là-bas l’ombre d’un uniforme allemand.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
YukoYuko   11 mars 2019
Je serai un loup solitaire, s’était dit Guillaume. Je traquerai la meute mais personne ne me verra. Je rôderai, je les affolerai. Ils sont plus nombreux, aussi je les prendrai un à un, comme Horace avec les Curiaces.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Patrick Poivre d'Arvor (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Poivre d'Arvor
Dans La Grande Librairie François Busnel reçoit :
Delphine de Vigan, Les Heures souterraines (JC Lattès) Véronique Ovaldé pour Ce que je sais de Vera Candida (L'Olivier) Patrick Poivre d'Arvor pour Fragments d'une femme perdue (Grasset) Justine Lévy pour Mauvaise Fille (Stock)
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

PPDA

Quel est le nom de naissance de Patrick Poivre d'Arvor ?

Patrick Poivre
Patrick d'Arvor
Patrick Poivre de Benoist de la Pépinière d'Arvor
Patrick Arvor

8 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : Patrick Poivre d'ArvorCréer un quiz sur ce livre
.. ..