AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782092566893
300 pages
Éditeur : Nathan (09/02/2017)

Note moyenne : 2.77/5 (sur 33 notes)
Résumé :
1812, Moscou. Félicité, jeune Française de 16 ans, vit avec sa mère sous la protection d'une riche famille russe. Malgré leur différence de classe, Félicité est amoureuse de Fédor, le fils de la comtesse. Mais la guerre éclate, Napoléon Ier a décidé d'envahir la Russie. Les Français sont devenus les ennemis des Russes. Félicité n'a d'autre choix que de fuir pour survivre.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
orbe
  22 janvier 2017
Félicité, 16 ans, vit avec sa mère à Moscou. Elle est secrètement éprise du fils de la famille d'aristocrates qui leur permet de vivre correctement.
Mais l'armée de Napoléon approche et leur origine française les désigne rapidement comme des traîtres et des ennemis.
Sa mère, une ancienne comédienne qui a connu la Révolution française sent le vent tourner et décide de toute faire pour sauver leur vie. Son atout ? le père de Félicité, un militaire mort pour Napoléon...
L'héroïne tient un journal. Il scande le récit et lui apporte une dimension de témoignage qui est renforcée par les dates données au début de chacune des parties.
Le fil du théâtre renforce la scénarisation avec les trois actes, les scènes et les rôles qui sont répartis. Il y a une mise en abyme des personnages avec la nécessité de jouer pour s'en sortir.
Un roman d'aventure aussi avec la nécessité de s'adapter pour survivre. Un livre riche porté par une écriture fluide et assurée qui permet au lecteur de vivre vraiment l'exaltation et la peur de l'héroïne face à une situation extrême.
Anne-Marie Pol réussit à nous faire partager une page de l'Histoire avec l'entrée de l'ogre dans la capitale Russe et aussi l'horreur de la guerre.
A lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
nightsreadings
  09 avril 2017
Me voilà repartie pour une épopée dans la glaçante Russie. A la différence de Coeur de Loup, nous avons ici un récit historique réaliste inspirés de faits divers réels. En effet, l'auteure a trouvé un journal intime aux puces et l'utilise. Son roman est alors un mélange entre la retranscription du journal et l'invention de l'auteure pour combler les trous.

Félicité est une jeune française dont la mère, marquée par les évènements de la Révolution française, a choisi de se mettre au service d'une comtesse russe. Félicité se sent donc aussi bien russe que française et prévoit déjà de se marier à Fédor. C'est sans compter sur les ravages que cause la campagne russe de Napoléon. Mettant Moscou à feu et à sang, les exilés sont doublement pourchassés : les russes veulent se venger sur les français et les français se moquent de leurs patriotes qu'ils considèrent comme des traitres à la patrie. Félicité doit alors faire face à des enjeux bien plus importants que l'amour de Fédor…

Le premier point que l'on apprécie est le cadre historique : très travaillé et donc très réaliste, on se plonge véritablement dans la Russie (glamour) du XIXe siècle. La bibliographie à la fin du livre témoigne que rien n'est inventé par l'auteure ; et ce travail de recherche se ressent véritablement. Aussi, on accroche immédiatement avec l'atmosphère du début qui rappelle Guerre et Paix. Bien que le livre soit assez court avec ses 300 pages, il reste dense et vif : les évènements s'enchainent avec fluidité et ne sont pas romancés. le froid de la Bérézina nous gagne peu à peu, comme il arrive à s'emparer de notre héroïne. de plus, les fragments du journal de Félicité offrent une voix convaincante pour s'élever du récit. Je ne vais pas vous cacher que Félicité tape vite sur le système avec son idolâtrie pour Fédor… Mais, l'élégance de la plume de POL nous fait oublier cela. Car, au-delà de l'histoire de Félicité, POL nous pose une problématique intemporelle : quel est le sort réservé aux exilés ? Et quelle identité ont-ils ? Nous le voyons bien avec les pérégrinations de Félicité même si le récit n'a aucune propagande politique. Il se contente de nous montrer le destin d'une réfugiée qui lutte pour sa survie au milieu de deux nations déchirées ; à nous de nous faire notre propre opinion. L'identification en est renforcée et on ne peut s'empêcher de se demander ce que nous nous aurions fait. La fin reste aussi juste dans sa tonalité : ni pathétique, ni joyeuse. Elle est simplement saisissante de réalité et nous laisse refermer le journal de Félicité avec un léger sourire aux lèvres, la tête pleine de questions.
EXTRAITS : http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2017/04/de-feu-et-de-neige.html
Lien : http://lecturesdunenuit.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
akassha
  19 février 2017
À la lecture du résumé, j'étais un peu septique concernant ce livre. Les livres historiques ne sont pas ce que je préfère mais comme j'aime me lancer des défis et sortir de ma zone de confort, je me suis lancée dans sa lecture. L'histoire se déroule au 19e siècle à Moscou lors de l'invasion de Napoléon Bonaparte. Ce n'est pas souvent que l'action d'un livre se déroule en Russie, cela a donc attisé ma curiosité.
À l'ouverture du livre, on rencontre Félicité, une jeune femme vivant avec sa mère chez une noble famille russe. Les deux femmes sont françaises et après la mort de son père, Félicité et sa mère se sont retrouver en Russie, embauchées chez cette famille noble l'une pour faire la lecture à la maîtresse de maison, l'autre pour enseigner le français, langue très prisée à cette époque par les russes.
La jeune Félicité est tombée amoureuse de Fédor, le fils de la famille. Cependant, elle se retrouve désespérée quand ce dernier s'engage dans l'armée pour défendre son pays contre l'invasion des français. Elle ne comprend pas pourquoi il risque sa vie dans cette armée et surtout pourquoi sa mère l'encourage et est fière de lui. La famille noble décide de fuir la capitale pour se réfugier à la campagne et fuir les hostilités qui ont débarquer en ville. Mais voilà, Félicité et sa mère ne sont pas du voyage et doit faire face à la solitude au milieu des combats et tenter de survivre.
L'auteur s'est inspirée d'un journal trouvé dans la double d'un sac acheté chez un antiquaire. Elle a décidé de partager cette histoire et de combler les trous pour que cela soit cohérents. Elle a donc fait des recherches et cela s'en ressent au fil des pages. le récit est écrit à la troisième personne mais on trouve des passages du journal où Félicité parle à la première personne. J'ai bien aimé cet aspect et cela m'a fait remonter le temps pour me plonger dans cette Russie en conflit. Ce livre est riche en informations sur cette période et cela le rend vraiment agréable à lire.
Par contre, le personnage de Félicité m'a quelque peu énervé. Elle est obsédée par son amourette sans prendre vraiment conscience de la situation politique du pays. de plus, elle oublie un peu sa place : celle d'être une employée immigrée dans une famille noble et bien qu'elle ait passé le plus clair de sa vie en Russie, elle reste une française, ce que ne cesse de lui rappeler sa mère. D'ailleurs, cette dernière n'est pas forcément mieux. Elle ne cesse de se raccrocher au fait qu'elle ait vécu la révolution et en profite pour rabaisser tout le monde. Bref, au niveau des personnages, j'ai été plutôt déçue malheureusement.
La première partie du livre est assez lente et je me suis vite ennuyée mais arrivée à la deuxième partie, les évènements s'accélèrent et le rythme se fait plus soutenu. Les personnages sont moins des têtes à claques. L'écriture est fluide et l'auteur a fait en sorte que le langage utilisé soit fidèle à la période de l'histoire.
En conclusion, je peux dire que j'ai été ravie d'en savoir plus sur cette période de l'histoire et de faire un lien avec les réfugiés d'aujourd'hui. Mais j'ai été déçue par l'histoire en elle-même et surtout par les personnages qui ne m'ont pas vraiment touchés. Dommage...
De belles idées mais des personnages énervants malheureusement.
Lien : http://aufildespages1.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
djihane
  15 février 2017
De feu et de neige est le premier texte que je lis d'Anne-Marie Pol et c'est une très agréable surprise. L'auteure partage avec nous, dans l'avant propos de son roman, l'incroyable découverte que fut celle du journal de Félicité d'Autin, une jeune française ayant vécu à Moscou au XIXème siècle. Il manquait, hélas, certains passages qu'Anne-Marie Pol s'applique à reconstituer le plus fidèlement possible.
Le roman est une fiction historique qui relate une partie de la vie de Félicité d'Autin. Elle commence en 1812, à Moscou, lorsque souffle sur la ville comme un vent de changement. Félicité et sa mère vivent sous la protection d'une riche comtesse. La jeune fille est éperdument amoureuse du fils de leur protectrice, Fédor. Leur idylle est chamboulée par la guerre, Napoléon Bonaparte et son armée sont aux portes de la ville. Félicité et sa mère sont déchirées entre leur pays de coeur la France et leur pays d'adoption la Russie.
Voici un roman qui a su me séduire et surtout me surprendre. Imaginer que Félicité avait réellement existé ajoute un certain exotisme au texte. J'ai adoré ce que l'auteure a fait du journal de la jeune fille. D'un côté, le récit réécrit et imaginé par l'auteure, de l'autre, quelques passages bien choisis du dit journal. J'ai autant aimé la plume d'Anne-Marie Pol que celle de Félicité. le tout était bien équilibré entre la 3ème et la 1ère personne.
Lorsque Félicité se reposait sur le confort que lui offrait la comtesse, elle était très naïve et assez capricieuse mais au fil des pages, la guerre et ses atrocités et surtout le périple qu'elle va vivre, vont lui permettre de mûrir. Son amour pour Fédor est profond et lui fait prendre des décisions, parfois, inconscientes. J'ai eu beaucoup de sympathie pour elle et je me suis attachée à ce bout de femme qui n'a pas eu la chance d'être de sang noble. Félicité est une personne que j'aurai voulu rencontrer, c'est une excellente initiative de la part de l'auteure de nous la faire découvrir.
J'ai apprécié le fait que le texte soit enrichi avec bon nombre de références historiques et j'avoue avoir appris sur l'histoire de la Russie. Ce fut intéressant, d'autant plus qu'il y avait des notes de bas de pages pour nous présenter tel ou tel fait ou personnage historique.
L'histoire aurait pu être plus étoffée et certains événements plus approfondis, si c'était une pure fiction, mais étant donné que l'auteure voulait rester très fidèle à la vision de Félicité, je comprends que le roman soit focalisé sur les préoccupations de la jeune fille. Surtout celles concernant celui qu'elle considère comme l'amour de sa vie, Fédor. de ce fait, l'histoire est construite selon le point de vue de Félicité et sa manière de voir le monde. Ne vous attendez donc pas à lire une épopée sur l'invasion Napoléonienne.
J'ai adoré lire de feu et de sang, une très agréable surprise qui m'a permis de découvrir le destin méconnu d'une jeune fille en quête d'amour. A travers les yeux de Félicité, déchirée entre son pays d'origine et son pays d'adoption, on découvre, autrement, l'invasion Napoléonienne.
Lien : https://lesinstantsvolesalav..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Laurany
  04 avril 2018
Un roman dont l'histoire nous happe un peu tardivement.
Félicité vit avec sa mère au service de la comtesse Golovina. Elle vit une relation amoureuse avec Fédor, le fils de sa patronne. Malheureusement, cet amour ne va pouvoir continuer paisiblement puisque Napoléon est aux portes de Moscou. Fédor s'en va donc en guerre laissant une Félicité éplorée et malheureuse.
Au niveau de la gestion de la narration, les trois premiers chapitres sont longs et pauvres en péripéties, le récit a du mal à se lancer. J'ai rencontré des difficultés à la lecture : peu d'attirance pour connaitre la suite, peu d'identification aux personnages.
Par ailleurs, Félicité peut même paraître niaise dans les premiers chapitres... Elle est bercé par son amour pour Fédor et est assez puérile dans ses réflexions. Un jeune lecteur sera vite lassé des rêveries amoureuses de Félicité et de ses apitoiements.
La première de couverture donne envie de se plonger dans le récit par ses couleurs et ses dessins. Elle est fidèle au récit puisque on peut voir Félicité s'enfuir de Moscou en flammes.
A partir de la quatrième partie, les personnages prennent de la consistance et de l'intérêt. le dénouement de l'histoire est intéressant mais rattrape difficilement la lenteur des premiers chapitres.
L'alternance entre le récit des péripéties et des réflexions de Félicité est intéressant puisqu'on passe d'un narrateur extérieur à la pensée de la jeune femme... c'est d'ailleurs un élément exploitable en classe.
Le fait qu'Anne Marie Pol ait trouvé le journal intime de Félicité d''Autin en chinant dans une brocante apporte un charme au récit mais il aurait été intéressant que l'auteur choisisse de le mettre en scène différemment afin d'éviter cette lassitude en début de récit.
Je recommande malgré tout ce roman aux jeunes filles à partir de la 5e.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Ricochet   20 février 2017
Un récit passionnant et très bien documenté dans lequel figurent, entre les lignes de l'auteure, de longs extraits des écrits personnels d'une demoiselle au parcours hors du commun.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
nightsreadingsnightsreadings   09 avril 2017
« Elle a crié.


Et le son de sa propre voix réveille Félicité.


L’orage ne gronde pas dans le jour qui point, mais un martèlement sourd ébranle le sol ; la maison en tremble.


Des chevaux, comprend la jeune-fille, des chevaux de guerre…


Leurs sabots retentissement sur les planches de bois, des ponts ou des rues, résonnent dans les quelques avenues pavées ou frappent la terre battue des autres voies avec un bruit feutré ; des dizaines, des centaines de chevaux se pressent dans la ville, dirait-on. Le cliquetis de leurs gourmettes tinte comme une insupportable sonnaille ; elle rythme leur piétinement assourdissant, qui, sans cesse renouvelé, ricoche sur les murs des maisons, monte jusqu’au ciel et, multiplié par l’écho, semble n’avoir pas de de fin, tandis que çà et là, roulent les tambours.


Est-ce qu’il arrive ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TakalirsaTakalirsa   25 janvier 2018
- En serai-je capable ?
- Les autres le pensent, alors cesse de douter de toi-même !
Commenter  J’apprécie          50
AvelineAveline   28 février 2017
L’Espoir donne des ailes… L’Espoir rend invulnérable… L’Espoir vous permet de croire ou d’oublier.
Commenter  J’apprécie          30
akasshaakassha   19 février 2017
Leur histoire continue, leur histoire n'aura pas de fin, Félicité le lui écrit, le récrit, insiste encore ; elle aime écrire quand elle s'adresse à Fédor et elle écrit longtemps.
Commenter  J’apprécie          10
TakalirsaTakalirsa   25 janvier 2018
Partager un grand malheur peut unir des gens très différents.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Anne-Marie Pol (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne-Marie Pol
Anne-Marie Pol - Ballerina
autres livres classés : moscouVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
680 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre