AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070773343
224 pages
Gallimard (27/01/2005)
3.54/5   13 notes
Résumé :
Madrid. Un œil s'ouvre, ce vendredi d'automne à 17h15. Il ne se refermera que le lendemain matin, le temps de voir dix, vingt, trente personnes passer, revenir, se connaître, se croiser, se heurter : un cinéaste en hélicoptère, un traducteur, un policier mélancolique, une coiffeuse, un baryton fiévreux, des écrivains. une clocharde...
Et Madrid, qui ne dort jamais.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Djosie
  07 août 2022
Une fresque bariolée de personnages qui se croisent, observent sans se savoir observés, vivent une histoire, leur histoire qui recoupe celle d'autres qu'ils ne connaissent pas. J'ai aimé le style naturel et haut en couleur de l'auteur, les surprises qu'il nous réserve comme la séquence dans l'hélicoptère et la technique qu'il utilise pour rapporter une conversation où les intervenants s'interrompent sans cesse. Un premier roman plein de fraîcheur.
Commenter  J’apprécie          10
paulotlet
  28 janvier 2015
Une nuit sur terre. A Madrid. Dans son premier roman, Grégoire Polet s'attache à décrire la vie urbaine à travers l'observation d'une multitude de personnages dont les destins vont s'entrecroiser. Il y a là un chanteur, une clocharde, un cinéaste, une vendeuse de billets de loterie, un ouvrier du gaz et un traducteur, des flics et une coiffeuse, une caissière du Prado et une écrivaine vedette. Polet s'attache à tous les détails minuscules qui font la vie. La ville est au centre de son récit, lieu de tous les possibles, de toutes les rencontres. La ville où se vivent simultanément des millions de moments exaltants, qui unit dans un même élan les plus fins intellectuels et les mauvais garçons sans éducation.
J'avoue n'avoir pas très bien saisi le propos de Polet. Au delà de ce projet, pas très original, de présenter les nuits de personnages que rien ne relie, l'auteur ne parvient pas à nous proposer une réflexion originale. J'ai aimé l'ambiance tout en restant sur ma faim. Quant à l'écriture, entièrement au présent, je l'ai trouvée ennuyeuse et, pour tout dire, assez terne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AurelieR
  27 mars 2015
J'en suis sortie frustrée et un peu déçue.
Frustrée, parce que ce court moment, 24h, pendant lequel vont se croiser à dessein ou sans le savoir toute une galerie de personnages lance tout un tas de pistes, de début d'intrigues possibles et s'achève sans y mettre un point final, au bout du chrono imparti. J'aurais aimé que tous ces petits bouts de vie, de destin soient un peu plus développés. J'ai trouvé qu'il y avait là matière à faire un beau pavé et cette petite deux centaines de pages m'a laissée sur ma faim. Et déçue donc par cette faim inassouvie, ces promesses non tenues.
Par contre, on retrouve bien les lieux incontournables du centre de Madrid, que je venais d'ailleurs à peine de fouler, ce qui est toujours bien agréable de pouvoir mettre une image "réelle" sur des lieux décrits ou évoqués dans un roman. L'ambiance y est aussi plus ou moins, en tout cas une certaine ambiance.
Et puis, en lisant le postface, je me suis aperçue que l'objectif de l'auteur n'était pas vraiment ici de nous raconter une histoire mais plutôt de nous offrir une figure de style. C'est alors que j'ai compris l'origine de ma frustration et ma déception; nos objectifs divergeaient.
Bref, pas mal mais pas un coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
paulotletpaulotlet   28 janvier 2015
Maintenant, il manipule le joystick, il zoome, dézoome, il balaie la ligne lumineuse de Goya, passe le grand carré de la Plaza Colon, vise de côté et agrandit Bilbao, cœur éclaté de sept artères, disques ou cadran où la vieille clocharde tourne dans le sens qui remonte le temps. Puis, il filme Sol, Gran Via, la Plaza Mayor, le Palais royal, la Plaza de Espana, les hauts immeubles, le sommet triangulaire de l'Opéra, il zoome, dézoome, il revient. Il lâche encore un juron.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
paulotletpaulotlet   28 janvier 2015
La vitrine du Comercial ne reflète pas le désarroi, mais seulement la grande tache jaune qui s'éloigne du kiosque, enjambe les rubans rouges et blancs du petit chantier et s'engouffre dans la tranchée, tout à fait engloutie, d'où monte à présent, interrompue depuis un quart d'heure, l'énergie bruyante et brutale d'un marteau pneumatique heurtant le fond de la ville.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Grégoire Polet (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Grégoire Polet
L'Europe et la place des langues : Grégoire POLET, Laurent GAUDÉ, BESSORA
autres livres classés : destins croisésVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
399 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre