AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081284723
Éditeur : Flammarion (23/08/2017)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 57 notes)
Résumé :
« Cette histoire est inspirée de l’enfance de ma mère. Une longue histoire, trouble, proche de la fable, qu’elle nous racontait autrefois et dont l’évocation la faisait presque toujours fondre en larmes. » Portrait d’une petite orpheline sous l’Occupation, L’enfant-mouche brosse un tableau sans complaisance de la vie ordinaire dans un village de province, en Champagne. C’est un quotidien de combines, de bassesses et de violences répondant au seul impératif de la sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
AudreyT
  19 septembre 2017
****
L'enfant mouche c'est Marie... Une petite fille qui est déjà grande quand on fait sa connaissance dans le roman, et qui n'a pas connu une enfance très heureuse. Pas malheureuse non plus, mais sans joie, sans lumière, et surtout sans amour. Abandonnée dans un orphelinat parisien, elle va être recueillie par Anne-Angèle, tante fictive forcée par le destin d'honorer la dette de sa soeur. Alors que la seconde guerre mondiale fait rage, elles vont devoir toutes deux faire des sacrifices et partir vivre à la campagne... Mais des avantages d'une vie au vert, elles ne verront rien...
Ce roman de Philippe Pollet Villard, largement inspiré de l'histoire de sa mère, est une jolie réussite. D'une histoire triste et sordide, il arrive à tirer de la poésie et de la douceur. On partage le combat de ces deux femmes, leur quotidien solitaire et le courage de cette enfant qui a grandi trop vite...
Les méchants et les gentils se côtoient, pour finalement laisser Marie seule sur le chemin. Mais une lueur d'espoir nait dans les dernières pages... espérons que le destin de l'enfant mouche devienne plus clément !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
tynn
  09 janvier 2018
"Die kleine fliege"
Bzzzz...Piégée en milieu hostile, une enfant-mouche vole à l'instinct.
Une infirmière à gros godillots, un vieux fonctionnaire invalide, un médecin libidineux, une jolie pute au fond des bois, un fracassé de 14/18, un cuistot allemand homosexuel, des petits chats...
Et une petite fille qui découvre la vie et s'adapte comme elle peut, avec intelligence, pugnacité et une capacité de tendresse envers les autres, en dépit des galères.
Quelle jolie surprise, le vol chaotique de cette petite mouche ! Dans un récit d'apprentissage fort réussi, Philippe Pollet-Villard s'inspire de la biographie maternelle pour nous fait suivre les pas d'une adolescente des années de guerre, par une narration à la fois fantaisiste et dramatique.
C'est le mélange des genres qui donne tout son sel à cette histoire.
Quand on regarde le contexte, l'atmosphère est tout à fait plombante: l'orphelinat, la France sous occupation allemande avec son lot de privations, d'exactions et de "chacun pour soi". Mais les personnages décalés, les situations incongrues, la naïveté éclairée de l'enfance, la détermination à survivre donnent une note cocasse où l'insolite s'invite par des situations peu crédibles et des digressions rigolotes.
La mouche du "conte" donc, en tragi-comédie pleine de fraîcheur et de frayeur, qui réussit à nous faire vivre le sordide et le scabreux sans douleur. L'auteur évite le piège du naïf larmoyant pour un récit vivant, visuel et souvent poétique. Il renouvelle surtout le contexte de la guerre, par une approche plus humaniste et non manichéenne, car ici les pires ne sont pas les allemands!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
Epictete
  17 octobre 2017
Philippe Pollet-Villard a décidé de nous conter après bien des années d'hésitation et de mûrissement, l'histoire de sa mère, qu'elle lui racontait elle-même en pleurant pendant son enfance.
Il s'agit d'une enfant de huit ans, Marie, qui a déjà été ballotée de familles d'accueil en foyers religieux et qui se retrouve confiée à une vague parente, infirmière célibataire, de retour forcé du Maroc où elle exerce en temps normal. Après de nombreuses péripéties à Paris, elles vont devoir s'exiler pendant la seconde guerre mondiale dans un village de l'est de la France. L'infirmière compte s'y installer et ainsi subvenir à leurs besoins. Mais la population a bien du mal à les accepter et elles vont vite se retrouver sans ressources. de plus l'infirmière a été mordue il y a quelques temps par un syphilitique et elle tombe malade. Bientôt elle ne quitte plus sa chambre.
C'est ce qui poussera Marie a chercher à subsister par tous les moyens y-compris en se rapprochant finalement du camp Allemand tout proche et en y trouvant un emploi aux cuisines.
Mais la libération va arriver avec son lot de règlements de comptes justes ou injustes, de vengeances et de bassesses.
Avec une écriture au présent, Philippe Pollet-Villard nous plonge dans cette histoire et nous conduit à nous identifier à ces personnages.
De plus, outre le bel hommage qu'il rend à sa mère, l'auteur nous interroge sur l'idée de jugement.
Comment aurions-nous réagi nous-même en une telle situation ? Il nous montre avec subtilité une enfant qui, de toute sa courte expérience, n'a jamais eu qu'une seule vision, qu'une seule façon de penser transmise par les adultes et les événements, sans aucune ouverture sur l'extérieur.
J'ai aimé cette idée de se plonger dans l'environnement et la culture d'un individu avant de porter un jugement.
Philippe Pollet-Villard est un auteur généreux et bienveillant, que j'ai trouvé touchant lors d'une rencontre organisée par Babelio.
Au-delà de quelques vaines polémiques sur la chronologie de certains faits, c'est une très belle découverte que je recommande. Pour ma part je vais me plonger dans les autres romans de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
mumuboc
  16 octobre 2017
Voilà un récit de la Rentrée Littéraire 2017 que vous ne lâcherez pas une fois ouvert car on est embarqué très vite dans l'histoire, la petite histoire dans la grande histoire de la deuxième guerre mondiale, en France, à Casablanca, Paris puis Courcy dans l'Est de la France.
L'auteur s'est inspiré d'une histoire que sa mère lui racontait. Il s'est rendu dans le village de Courcy où les gens se souviennent de cette gamine dont on se méfiait : pourquoi était-elle là ? Juive ? Et cette femme qui l'accompagnait ? On les tenait à l'écart, ne leur donnant même pas de quoi survivre alors que la femme était malade.
Mais ce qui frappe avant tout l'enfant, c'est le regard noir de ces dames. Des pupilles qui vous fixent telles deux billes de plomb engagées dans le barillet d'une arme de chair.
Certains personnages ont existé : Toinette et Matesson (mais pas leur fils Gaston) et il a par inventé les personnages du passé de Anne Angèle.
C'est une épopée  : celle d'une enfant, Marie, sortie d'un  orphelinat par une femme Anne Angèle, infirmière à Casablanca, la soixantaine, qui pense trouver là une façon d'avoir un revenu mais aussi parce que sa soeur décédée récemment s'occupait de l'avenir de cette enfant. Pourquoi ?
Anne-Angèle et Marie vont devoir cohabiter mais on ne ressent pas une réelle affection entre les deux personnages, Marie étant d'ailleurs  livrée à elle-même par la maladie d'Anne-Angèle et cette enfant d'une douzaine d'années, observatrice, curieuse va devoir découvrir les aléas de la vie, de la guerre, de ces différents protagonistes toute seule.
Anne-Angèle est une femme de principe, droite et assez directive qui n'a jamais dans sa vie voulu assumer ses sentiments, les vivre jusqu'au bout.
Toinette, la "pute" comme disent les gens du village, est la seule personne qui accueillera Marie, lui donnera un peu de douceur, d'affection, de dialogues sur la vie et de ..... la nourriture et puis il y a Gaston, que Marie aime comme une deuxième mère. Pour elle c'est l'image d'une famille mais d'une famille étrange, où les rôles et les règles sont différentes.
Et puis la guerre et les hommes en temps de guerre, les différents camps, les ennemis, les résistants, les horreurs et les règlements de compte, les abus de certains,  etceux qui sont sortis diminués du précédent conflit,  Marie va traverser tout cela avec parfois inconscience et innocence mais au fur et à mesure avec lucidité, pesant le pour et le contre. Car elle le sait : sa vie et celle de sa tutrice ne tient qu'à peu de chose....
Méfie toi des hommes, Marie, surtout quand il leur prend des envies d'héroïsme. Dans ces moments là, ils se regardent comme s'ils étaient des acteurs de cinéma. Et dans ces petits films sordides qu'ils se font dans leur tête, nous les femmes, n'avons pas d'autre choix que de faire semblant de les trouver formidables et d'applaudir : avant de les ramasser tout cassés à la fin....
Elle finira par choisir un camp, celui où le risque est le moins grand pour elle,  peut être aussi parce que finalement c'est là qu'elle a trouvé un peu de chaleur, d'humanité. Elle en sortira un peu plus forte, plus adulte sûrement mais avec aussi beaucoup de désillusions.
Elle voit, elle entend et elle essaie de comprendre tout cela mais avec ses mots, avec ce qu'elle imagine et interprète. Elle ressent le bien, le mal et prend l'amour là où il se trouve. Car sa première mission : survivre.... A tout prix, qu'importe les moyens elle se doit de faire face. Résister, trouver de l'aide alors que tout le village les tient à l'écart, les juge.
Marie, je t'en supplie, ne joue pas le jeu des hommes..... Souviens-toi qu'ils deviennent des crapules quand les choses tournent mal... et que c'est nous (les femmes) qui paierons à la fin de la guerre. Seulement nous. Toujours ! Toujours ! Tu m'entends ?
Une écriture fluide, un auteur très attaché à la nature et au monde rural, à la dureté d'une région et d'une occupation en temps de guerre. Les petits arrangements, les magouilles, les destins balayés par la précédente guerre ou par les événements, les figures caricaturales d'un petit bourg de province. Oui il y a tout cela, on l'a déjà lu .... mais c'est tellement bien raconté que l'on s'en moque et ce qui compte c'est le destin de cette enfant-mouche. C'était sûrement cela, dans nos campagnes et nos villes. Il y a tellement eu de personnes jetées sur les chemins et encore de nos jours : comment les accueille-t-on, les juge-t-on sans les connaître....

Lien : http://mumudanslebocage.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
sylvaine
  06 octobre 2017
Une mère de famille raconte à ses enfants comment elle a survécu en1944 en zone occupée , comment elle n' a oublié ni les rares bons moments ni les trop fréquents mauvais moments. Ce sont ces souvenirs qui ont inspiré le roman de Pollet-Villard qui a enfin réussi à écrire ces pages , rendant ainsi tangible et palpable le cauchemar vécu par sa mère. Ce roman est avant tout, me semble t'il, une déclaration d'amour filial et l'occasion d' étaler au grand jour ce pan de vie familiale dont aucun n'est sorti indemne. Alors bien sur les inexactitudes chronologiques des évènements de l'année 1944 sont nombreuses mais qu'importe après tout ! Marie est là , bien vivante, attachante , tout son être tourné vers la survie d'abord celle de sa vraie fausse tante, puis vers celle de paillassonne sa chatte . Une enfant qui ne demande qu'à aimer et être aimée mais ils sont vraiment très peu à lui tendre la main ou seulement lui accorder un vrai sourire.
Philippe Pollet-Villard signe là un roman très puissant, l'écriture au présent donne une vivacité au récit, les très courts chapitres dénoncent le cinéaste qu'il est. Une bien belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
migdalmigdal   04 octobre 2017
Ce danger-là est en train de débarquer sur les côtes de Normandie.

Il ne parle pas allemand, mais américain.

Malesson demande à Marie si elle sait comment se comportent les Américains ?
Bien sûr, elle l'ignore.
Eh bien, eux ne rigolent pas. Ils ne rigolent pas parce que ce sont des sauvages dont les principaux loisirs consistent à s'entrainer à tirer sur des bouteilles vides ou à chevaucher des taureaux dont ils nouent les testicules d'un tour de corde pour les rendre fous de douleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
montmartinmontmartin   04 décembre 2017
Elle avait effectivement remarqué les fesses blanches du vieillard les traces de piqûres ratées laissées par sa défunte sœur. Presque autant de cratères qu'à Verdun au lendemain de la mère de toutes les batailles. Un vrai désastre, Mathilde n'aura jamais été douée pour les travaux manuels, elle était drôle et sympathique, c'est sûr mais tellement maladroite.
Commenter  J’apprécie          80
AlineeAlinee   09 août 2017
Comment font les arbres pour supporter les humains depuis si longtemps ? Comment cet arbre a-t-il réussi à pousser aussi droit en voyant s'agitant sous ses branches tant et tant de générations de petits tordus ?
Commenter  J’apprécie          120
montmartinmontmartin   05 décembre 2017
Matesson, avant de partir à Verdun, avait de beaux yeux bleu ciel et que, lorsqu’il en était revenu à moitié débile, son regard s'était voilé d'un gris orageux, qui est aussi la couleur de la poudre à canon.
Commenter  J’apprécie          120
mumubocmumuboc   16 octobre 2017
Mais ce qui frappe avant tout l'enfant, c'est le regard noir de ces dames. Des pupilles qui vous fixent telles deux billes de plomb engagées dans le barillet d'une arme de chair.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Philippe Pollet-Villard (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Pollet-Villard
Cette année encore, Gérard Collard et les libraires de la Griffe Noire vous proposent à l'apporche des fêtes de fin d'année, plusieurs idées cadeaux sous forme de coffrets :
COFFRET DE NOEL
Coffret Polar poche
Le syndrome de Croyde de Marc Welinski aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/77357-divers-litterature-le-syndrome-de-croyde.html
La nuit n'est jamais complète de Niko Tackian aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/78126-poche-la-nuit-n-est-jamais-complete.html
L'Affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/89329-divers-polar-l-affaire-leon-sadorski.html
Coffret détente poche
Lettres à Stella de Iona Grey et Alice Delabre aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/81414-divers-litterature-lettres-a-stella.html
La pâtissière de Long Island de Sylvia Lott et Lorraine Cocquelin aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=91491&id_rubrique=338
Nora Webster de Colm Toibin et Anna Gibson aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/88187-divers-litterature-nora-webster.html
Coffret littérature poche
Magic Time Magic Time de Doug Marlette et Karine Lalechere aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/76601-divers-polar-magic-time.html
Le chagrin des vivants de Anna Hope et Élodie Leplat aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/87463-divers-litterature-le-chagrin-des-vivants.html
Churchill m'a menti de Caroline Grimm aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/63342-romans-churchill-m-a-menti.html
Coffret Histoire
Speer de Martin Kitchen et Martine Devillers-Argouarc'h aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/94858-encyclopedie-speer--l-architecte-d-hitler.html Je suis Jeanne Hebuterne de Olivia Elkaim aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/89143-divers-litterature-je-suis-jeanne-hebuterne.html
Liberia de Christophe Naigeon aux éditions Tallandier
https://www.lagriffenoire.com/79515-romans-liberia.html
Coffret histoire poche
Le secret du docteur Barry de Sylvie Ouellette aux éditions de Borée https://www.lagriffenoire.com/86135-romans-le-secret-du-docteur-barry.html
L'impératrice cixi de jung chang aux éditions Tallandier
https://www.lagriffenoire.com/82501-poche-l-imperatrice-cixi-la-concubine-qui-fit-entrer-la-chine-dans-la-modernite.html
L'Aviatrice de Paula McLain aux éditions Livre de Poche
https://www.lagriffenoire.com/76336-divers-li
+ Lire la suite
autres livres classés : enfanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1591 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
. .