AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 8870091899
Éditeur : Bonechi (30/11/-1)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
UN PEU D’HISTOIRE
Les témoignages des historiens de l’Antiquité (Polybe, Strabon) nous apprennent qu’au VIe siècle après J.C. les colons phocéens qui ont fondé Marseille (Massalia) créent sur la côte une série de têtes de pont afin de se défendre contre leurs voisins ligures et les populations alpines : une de ces têtes de pont est appelée Nikaia. Aucune source sûre ne permet de confirmer l’hypothèse selon laquelle les Massaliotes auraient choisi ce nom pour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
nadiouchka
  12 novembre 2017
M'apercevant que je n'avais toujours pas publié ma critique du guide « TOUT NICE EN COULEURS » de Eva Bollini, qui m'a servi de support pour mon petit voyage de cet été, (un énième séjour dans cette jolie ville), il me semble qu'il serait grand temps de la publier car autrement elle va tomber dans l'oubli total.
Connaissant donc déjà cette ville, avec cette brochure je me suis plus attachée aux « couleurs de Nice » - parcouru à nouveau presque tous les jours la si célèbre Promenade des Anglais – très souvent fait un petit tour dans le Vieux Nice où l'on se perd facilement dans le dédale tortueux de ses petites rues (mais on finit toujours par s'y retrouver dans ce site qui compte un millénaire d'histoire) - retour au Vieux Château, passé de la forteresse à un parc et aujourd'hui jardin romantique – visite de plusieurs musées et galeries – parcours de rues célèbres : rue Masséna ainsi que sa place…
Il faut flâner dans cette ville, du matin au soir, s'arrêter dans un jardin pour un peu s'y reposer et admirer les fleurs et la végétation le tout soigneusement entretenu.
Ce livre est surtout bien fourni en très belles photos avec un petit texte les accompagnant, donc pas facile à chroniquer. C'est plutôt un ouvrage à voir plutôt qu'à raconter.
Mais il m'a servi également pour retourner visiter certains sites extérieurs, soit parce que tout simplement j'avais un peu oublié certains détails, soit parce que je ne les avais pas assez bien vus auparavant.
Il faut dire que la Côte d'Azur est vraiment une source d'excursions. J'en ai profité cette fois pour retourner à Saint-Paul de Vence (si prisé par de nombreux artistes), à passer une journée dans « La Vallée des Merveilles » (à Tende) – une autre journée dans le Parc National du Mercantour (accessible en train dans mon cas) – à partir visiter la belle Villa Kérylos (faisant partie du centre des monuments historiques). Cette villa est une maison grecque du II ème siècle avant notre ère et entièrement consacrée à l'art de vivre antique, à la mythologie avec un décor réinventé. Son mobilier a été réalisé d'après des originaux retrouvés à Pompéi et Herculanum (mais il faudrait faire une chronique spéciale et ce sera donc le cas ultérieurement) – visite également de la célébrissime Villa Ephrussi de Rotschild ainsi que ses magnifiques jardins à thèmes. C'est l'un des joyaux de la Côte d'Azur, « un palais luxueux et des jardins de rêve ». Mais là aussi je ferai une chronique spéciale car elle est tellement magnifique et riche qu'un très beau livre (d'un poids particulier) lui est consacré.
Il ne me reste plus qu'à parler un peu de la cathédrale orthodoxe russe Saint-Nicolas à Nice, pour laquelle est dédié un joli ouvrage et que l'on peut visiter soit à sa guise soit avec un Pope qui vous racontera mille détails risquant d'échapper au profane.
Cette cathédrale est le plus bel édifice religieux de ce rite de la ville, en dehors de la Russie et c'est le témoin de la plus parfaite représentation de l'art russe à l'étranger. Elle reçoit chaque année des milliers de visiteurs qui assistent très souvent aux cérémonies qui sont assez particulières. Là aussi l'ouvrage est très bien illustré avec des commentaires.
On y parle, par exemple, de la colonie russe de Nice avant 1860, ses besoins spirituels, de l'impératrice Alexandra Féodorovna, veuve de Nicolas 1er, qui fit deux séjours prolongés à Nice en espérant que la douceur du climat la rétablirait d'une santé trop fragile. Mais comme elle était accompagnée d'une nombreuse suite, la colonie russe manquait de culte orthodoxe et c'est en 1857 que fut décidée, donc sous l'égide d'Alexandra, la construction de cette église (en fait il faut dire Cathédrale car c'est la seule, en dehors de la Russie, à être consacrée).
Elle fut donc LE centre spirituel, non seulement pour les orthodoxes russes, mais aussi pour les chrétiens résidant dans la région : Grecs, Serbes, Roumains, Bulgares et autres.
Pour celui qui désire faire la visite guidée, le Pope ouvre spécialement la Chapelle à la mémoire du Tsarevitch Nicolas, car en temps normal elle n'est pas accessible au public.
Mais il faudrait conclure car autrement je vous ferai visiter la ville pendant deux semaines. Je préfère vous laisser la surprise, du moins pour ceux qui ne connaissent pas encore. C'est une ville où l'on peut retourner plusieurs fois, et chaque séjour apporte un lot supplémentaire de lieux magnifiques et très prisés également par les touristes étrangers.
Au fait, je m'y suis fait des amis très sympathiques : un couple australien (le monde est petit) qui m'attend à Sydney !!! Pas mal non ? Et ce serait l'occasion d'une autre chronique.
Alors WAIT AND SEE car ce n'est pas un voyage que l'on peut préparer à la légère mais c'est une excellente et bien tentante idée.
To be continued...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          279
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   12 septembre 2017
LES COULEURS DE NICE
Le panorama qui s’offre au visiteur en arrivant à Nice est le même que celui qui impressionna le poète Théodore de Banville au milieu du siècle dernier. C’est avec enthousiasme qu’il décrit l’intensité des couleurs et l’atmosphère tranquille et presque enchanteresse :
Rien de magique comme le spectacle qui se déroulait de la frontière sous nos pieds. Ici la vaste mer de saphir, d’un autre côté le petit port de Lympia… Et partout les montagnes formant amphithéâtre… (…). A Nice, la cité et la nature s’entendent, elles ont fait un pacte secret ; les maisons ne cachent ni les feuillages, ni la mer, ni le ciel ; tout cela se combine dans une proportion harmonieuse...
P.5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
autres livres classés : niceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
539 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre