AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791032904473
192 pages
Éditeur : L'Observatoire (12/09/2018)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 17 notes)
Résumé :
L'atmosphère est lourde. Les phrases, les situations qui semblaient autrefois anodines deviennent des crimes. Nous sommes tous coupables, et les inquisiteurs nous guettent.Coupables d'avoir bu un verre, d'avoir blagué sur les femmes, de manger de la viande, d'avoir offensé une minorité quelconque. Coupables d'avoir été du côté des « dominants ». Chaque jour, un citoyen qui se croyait, non pas un héros, mais un type à peu près bien, se retrouve cloué au pilori, sommé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Francstepo
  03 juillet 2020
Enfin (peut-être) va-t-on arrêter de me traiter de fasciste ou de soumise au patriarcat car je ne partage pas l'enthousiasme face au mouvement #balancetonporc (et je suis une femme, c'est dire comme je suis une soumise), et à cause de mon urticaire face au racisme vu systématiquement partout, ce qui, quand on y pense, est tout sauf respectueux envers les femmes victimes de violences sexistes ou de harcèlement, et envers des personnes victimes de racisme. Et je ne cite que ces deux exemples.
J'ai acheté ce livre après un dîner entre amis durant lequel nous étions en désaccord sur le livre La Fin (face B : La Bienveillance) de Marius William qui, à sa façon, parle aussi de la bienpensance (avec beaucoup d'humour). Eh bien, je n'ai pas été déçue, et ce n'est pas une surprise car je me retrouvais déjà dans les mots de Natacha Polony dans Marianne et lorsqu'elle officiait le samedi soir chez Ruquier.
Il est tout de même malheureux qu'une pensée un tant soit peu nuancée soit de plus en plus bannie des médias. Vous estimez que le port du voile n'est probablement pas toujours voulu par une femme ? Islamophobe ! Vous pensez que le le fait de traquer le moindre geste anodin interprété comme un premier pas vers le viol par des hystéro-féministes qui détestent les hommes mène à des rapports hommes-femmes malsains ? Vous défendez les violeurs !
Finalement, cette police de la pensée en vient à créer des crispations et, pire, à faire basculer du côté du racisme ou du sexisme ou autre réjouissance, des personnes qui n'avaient aucune raison de l'être, et d'ailleurs ne l'étaient pas.
Le livre explique très bien, à l'aide de nombreux exemples pertinents (sauf peut-être celui sur la sécurité routière) mis en perspective historiquement cette bien-pensance salafiste (ou intégriste catholique, ou juif ultra-orthodoxe, que l'on ne m'accuse pas d'islamophobie primaire) qui mène à une société crispée, sans faire preuve des outrances d'un Zemmour dépassé par son toujours plus (et ses obsessions). Il est d'ailleurs à noter que la comparaison que font les auteurs entre cette police de la pensée de plus en plus totalitaire et les religieux extrémistes est tout à fait pertinente.
L'essai est bien écrit, drôle très souvent, l'ironie est mordante pour dépeindre la tristesse de notre société gouvernée par des personnes qui se sont défaits de leur pouvoir au profit de la mondialisation heureuse, et qui n'ont plus que le "sociétal" pour exister encore un peu, ou du moins pour acheter la paix sociale, sans résoudre vraiment des problèmes qu'ils ont contribué à créer avec leur abandon des "mondialisés malheureux" et autres résidents des territoires oubliés de la République. Finalement, tout ceci est, soit de la récupération cynique de la part des divers groupes de pression souvent extrémistes (et non représentatifs de la population), soit de la récupération tout aussi cynique des politiques plus soucieux des symboles générateurs de tweets bien-pensants que d'une résolution de problèmes de plus en plus difficile.
Oui, les auteurs ont raison quand ils affirment que ce sont eux, les vrais progressistes.
Natacha présidente !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
lalyM
  25 mai 2019
Tout d'abord, laissez moi vous présenter ces 2 personnes. Natacha Polony : journaliste et essayiste. Elle a fondé Polony.tv, webtv d'information indépendante. Elle a écrit plusieurs ouvrages ... des essais.
Jean-michel Quatrepoint : Journaliste au Monde, dirigeant de la Tribune et du Nouvel économiste. Il est l'auteur également de plusieurs ouvrages dont Alstom, un scandale d'état.
Dans ce livre, ils nous expliquent les dérives, les abus au nom du bien ... Au nom du bien, tu te repentiras : Il n'est plus question aujourd'hui d'utiliser certains mots de notre langue par peur de choquer une minorité ... les "caissières", les "femmes de ménage", les "concierges" et tant d'autres ont disparus pour laisser la place à "hôtesse de caisse", "techniciennes de surface" et "gardiens" ... Gare à ceux qui utiliseront encore les anciens noms !!
Au nom du bien, l'autocensure tu pratiqueras : Plus question aujourd'hui d'afficher son appartenance religieuse par exemple.
Au nom du bien, l'art et la mode tu revisiteras :
Plus question d'imaginer Carmen aujourd'hui : une femme tuée par son amant ... ne serait plus applaudi !
Par différents exemples, ils nous montrent que dans la société d'aujourd'hui, nos actes qui pourtant à la base sont "anodins", "gentils" sont critiqués et nous rendent coupables ! le meilleur exemple, selon moi, est ce célèbre joueur de foot A.Griezmann qui pour rendre hommage à ses héros du baskett à publier une photo de lui déguisé en sa star ... Mon dieu mais qu'a t'il fait là ???? Au nom du bien, tu n'as plus le droit de te grimer le visage !!! et c'est comme cela qu'abattu par les déchaînements des différentes associations comme le CRAN, il s'est retrouvé cloué au pilori, sommé d'expier son crime et biensuuuur de s'excuser en pleine place publique ... Des exemples comme ça, ce livre en démontrent des tas ... Force est de constater qu'aujourd'hui attention ne buvez plus un p'tit coup de trop, ne blaguez surtout plus sur les femmes et messieurs s'il vous plaît, évitez de nous accoster dans la rue !!! vous allez vous faire balancer sur #balancetonporc ... les nouveaux inquisiteurs sont derrière vous et vous traquent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Patmarob
  05 décembre 2018
« Halte aux nouveaux inquisiteurs » de Natacha Polony et Jean- Michel Quatrepont est un livre à contre-courant, une réaction au « politiquement correct » et aux discours de groupes minoritaires. En 150 pages, les deux journalistes listent les propos et les oukases que les groupuscules communautaristes imposent à la société. Si les causes sont légitimes, justes, la prise en charge par des idéologues les dévoie vers les chemins de la contrainte. Ainsi les campagnes anti alcool, anti-tabac versent dans une censure d'un temps d'un autre (?) temps : la cigarette de Jacques Prévert a été effacée sur les affiches et les timbres … Les propos des artistes, des politiques, des sportifs... sont scrutés à la loupe par les hérauts autoproclamés des féministes, des mouvements antiracistes…. Naissent les croisades des temps modernes qui imposent leur « bien pensance » à une société qui explose en communautés. le Bien est défini, délimité, cadenassé, il prohibe toute déviance. Par médias interposés et polémiques savamment orchestrées, ces groupes culpabilisent, et excluent le « coupable ». Les auteurs voient l'émergence d'une société où plaisir se restreint, où l'autocensure limite le vocabulaire, où l'histoire est corrigée.
Le livre compile les excès et en montrent les caricatures. Certains exemples peuvent paraître moins représentatifs car ils émanent de groupuscules minoritaires. Mais la réflexion est engagée par la présentation d'un faisceau de dires et de faits qui s'assemblent et posent de sérieux problèmes de liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bchara
  28 décembre 2018
Il est de plus en plus apparent que la « majorité » commence à exprimer la gêne qu'elle éprouve à cause des revendications des minorités, surtout quand ces revendications frôlent l'absurde. Pourquoi avoir à changer son mode de vie, si des franges minoritaires hypersensibles s'en trouvent offensées ? Et pourquoi ces revendications minoritaires trouvent à être implémentées par les pouvoirs publics ? Comment ces minorités « actives » ont pu imposer à la majorité des limitations à son mode de vie ? Si j'ai bien compris cet ouvrage, telle est la question posée. Pour y répondre, les coauteurs commencent par établir l'état des lieux dans les 3 premiers chapitres, dans le 4e chapitre, ils essaient d'apporter une explication au phénomène et prennent position.
Ainsi, ils commencent par faire un recensement des cas les plus représentatifs de la dictature des minorités. C'est informatif, sans doute ; j'ai pu lire des choses intéressantes, comme par exemple, les développements sur le mouvement #metoo, ou sur le charity business. Toutefois, j'ai pu déplorer le manque de références (les auteurs, dans une note de bas de page, prennent la peine de corriger un chiffre avancé par un ministre de 49.6 à 51% - s'ils sont tellement sensibles à la précision, ils auraient dû pourvoir le lecteur de références suffisantes afin qu'il puisse lui-même contrôler leurs infos). Autre chose : certaines parties paraissent moins bien écrites que d'autres, et des fois, il y a comme une sorte d'exagération (par exemple, le paragraphe relatif au vin et l'alcool, ou la vitesse maximum).
Dans le dernier chapitre, l'explication avancée ne m'a pas convaincue, c'est comme si les coauteurs ont eu plus de plaisir à exposer les dérives que de les expliquer. Et puis franchement, les dernières pages paraissent comme rapidement bâclées, voire confuses.
Toutefois, ceci dit, le but de ce livre est moins d'être un examen « scientifique » du phénomène, que d'être une tribune par laquelle les coauteurs critiquent les dérives des combats sociaux. Et là je suis bien d'accord avec eux. Rien que le bon sens s'oppose à ces dérives minoritaires, qui rendent la vie pénible à tout le monde. le bon vin, les blagues, l'art – y compris l'art culinaire, ne devront pas subir l'hypersensibilité de certains manipulateurs issus de minorités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
ArlieRose
  12 juin 2019
"Délivrez-nous du bien" de Natacha Polony et Jean-Michel Quatrepoint est une réflexion très actuelle sur "la chasse aux dérapages", qui, au nom du bien, entraîne un excès dans les interdictions.
J'ai particulièrement aimé le chapitre "Au nom du Bien, l'orthographe tu modifieras" il aurait pu être intitulé "tu simplifieras" à moi ça me complique les choses…
En Europe, on applique parfois des pratiques venues des Etats-Unis qui n'ont ni le même contexte actuel, ni la même histoire que nous. Et si on réfléchissait nous-mêmes ? Nous en sommes capables.
Très intéressant. Mais parfois un peu fastidieux à lire, certains chapitres sont trop denses pour mon goût.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
lalyMlalyM   22 mai 2019
Il a neigé toute la nuit. Voilà ma matinée.
08h : je fais un bonhomme de neige.
08h10 : une féministe passe et me demande pourquoi je n'ai pas fait une bonne femme de neige.
08h15 : alors je fais aussi une bonne femme de neige.
08h17 : la nounou des voisins râle parce qu' elle trouve la poitrine de la bonne femme de neige trop voluptueuse.
08h20 : le couple d'homos du quartier grommelle que ça aurait pu être deux bonshommes de neige.
08h25 : les végétariens du n°12 rouspetent à cause de la carotte qui sert de nez au bonhomme. Les légumes sont de la nourriture et ne doivent pas servir à ça.
08h28 : on me traite de raciste, car le couple est blanc.
08h31: les musulmans de l'autre côté de la rue veulent que je mette un foulard à ma bonne femme de neige.
08h40 : quelqu'un appelle la police, qui vient voir ce qui se passe.
08h42 : on me dit qu'il faut que j'enlève le manche à balai que tient le bonhomme de neige car il pourrait être utilisé comme une arme mortelle. Les choses empirent quand je marmonne : "ouais; surtout si vous l avez dans le c... "
08h45 : l équipe de tv locale s'amene. Ils me demandent si je connais la différence entre un bonhomme de neige et une bonne femme de neige. Je réponds: "oui; les boules " et on me traite de sexiste.
08h52 : mon téléphone portable est saisi, contrôlé et je suis embarqué au commissariat.
09h00 : je parais au journal tv ; on me suspecte d être un terroriste profitant du mauvais temps pour troubler l'ordre public.
09h10 : on me demande si j ai des complices.
09h29 : un groupe djihadiste inconnu revendique l action.
MORALE : il n y a pas de morale à cette histoire. C'est juste la France dans laquelle nous vivons aujourd'hui. Ça, c était la version humoristique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
lrntvlrntv   25 juillet 2020
Le lien entre les croisés de l’antiracisme, les militants de « MeToo » et les obsédés de l’antialcoolisme répressif n’est pas seulement dans la virulence de leurs attaques contre quiconque enfreint le dogme. Ou même quiconque a le mauvais goût de prendre le sujet un peu trop à la légère. Ce qui réunit ces mouvements est leur caractère, non pas politique, mais religieux. Les militants de ces différents mouvements luttent pour le Bien. Ils ne proposent pas, à travers une argumentation étayée, une organisation différente de la société selon des valeurs qui leur semblent préférables à celles mises en avant, ce qui est la définition même du débat démocratique. Ils éradiquent le Mal. L’autre, celui qui n’adhère pas, ne saurait être racheté. C’est un salaud. Et l’on ne traite pas avec les salauds. On ne trouve pas de compromis avec les salauds.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ArlieRoseArlieRose   12 juin 2019
Une écriture inclusive défendue par des historiennes et des militantes, les grammairiens et les linguistes sachant, eux, que ce n'est pas "le masculin qui l'emporte sur le féminin" en langue française mais le genre neutre qui se confond avec le masculin pour des raisons de phonétique historique.
Commenter  J’apprécie          40
lrntvlrntv   01 août 2020
La désinformation, la fausse information, la manipulation sont des pratiques ancestrales. Mais là, à l’ère du numérique, on a changé d’échelle. La rumeur du café du Commerce devient la rumeur du village mondial. Comment trier le bon grain de l’ivraie ? Comment le simple citoyen peut-il s’y retrouver dans cette masse d’informations contradictoires ? Comment le journaliste lui-même peut-il faire le tri ? En fait, il ne le fait plus. Et chacun choisit désormais les informations en fonction de ses sensibilités et se refuse à entendre l’autre. Le débat contradictoire disparaît peu à peu. On est pour, ou on est contre. On est pour le Bien ou pour le Mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ArlieRoseArlieRose   12 juin 2019
Le droit à ne pas être offensé s'est transformé, sous l'action des minorités agissantes, en injonction à se taire.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Natacha Polony (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Natacha Polony
Retour en images sur la rencontre avec Hortense Archambault, Natacha Polony et Bernard Guetta animée par Jean Petaux lors des rencontres du progrès à Latche 2019.
Retrouvez leurs ouvrages : https://www.mollat.com/Recherche?requete=Natacha%20Polony
https://www.mollat.com/Recherche?requete=Bernard%20Guetta
Notes de musique : © mollat
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
537 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre