AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226193193
263 pages
Éditeur : Albin Michel (06/01/2010)
2.5/5   4 notes
Résumé :
En vrille. Les ados le sont devant nos yeux lorsqu'ils titubent et balbutient, ivres d'alcool et de drogue, qu'ils "pètent les plombs" sans raison, s'automutilent, ne décrochent pas de leurs jeux vidéo, ou se rêvent en squelettes ambulants refusant de toucher à leur assiette. En vrac. Les parents le sont d'assister à un tel désastre. Ils ont souvent le sentiment d'être incapables d'amortir la chute, eux qui ont tant misé sur l'envol prometteur de leurs enfants deven... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
violette17
  10 juillet 2012
Et les pères alors ???
L'auteur nous le précise: "...sous réserve d'un prochain livre sur les pères d'ados, c'est le témoignage de ces mères très seules que nous avons voulu recueillir et discuter. Elles sont en vrac, c'est à dire pertubées, en désordre, bouleversées en voyant leur ado partir en vrille. Surtout lorsqu'elles ont leurs propres raisons de souffrir et que d'un vrillage à l'autre elles se sentent inexorablement taraudées. Bien plus que la face, elles ont alors le sentiment de tout perdre, jusqu'au sens même de la vie."
Six témoignages vont se succéder pour parler des problématiques actuelles de nos ados: alcoolisation massive, errements identitaires, automutilations, violences, addiction à l'Internet, troubles des comportements alimentaires.
C'est un livre dont l'auteur est psychiatre, spécialiste dans la prise en charge d'ados en mal de vivre.
Alors bien sûr, il s'agit là de situations extrêmes qui se sont exprimées.
Mais j'ai retrouvé mes questionnements actuels, et l'occasion d'échanges avec des collègues parents d'ado, mon mari et notre ado.
Notre société de consommation est violente...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lauraa
  17 avril 2010
Livre intéressant mais j'ai quand même était déçu. Peut-être parce que je ne suis pas trop familière de ce genre de littérature.
J'attendais un peu plus d'attention sur la relation mère-ados mais d'un point de vue maternel alors qu'en réalité c'est plus la psychanalyse de la mère qui semble être étalée. Sa vie à elle jusqu'aux problèmes de son enfant. La suite est un blabla psychologique certes pertinent mais redondant.
Enfin, un livre tout de même intéressant et instructif, disons à se faire prêter plutôt qu'acheter.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   26 août 2017
Les « fêtes » sont pour eux moins l’occasion de s’amuser que de se retrouver entre semblables pour s’éclater, se déchirer, se casser au sens propre. S’abrutir afin de ne plus penser, boire pour « s’oublier », pourrait-on croire. Ce n’est pas le plaisir qu’ils recherchent mais la « défonce », jusqu’à s’en rendre malades. Cet aspect est capital : ces jeunes se déchirent de manière ostensible, provocante, jusqu’au-boutiste, en s’exposant au regard de tous, comme s’ils attendaient secrètement qu’on s’intéresse de plus près à leurs difficultés
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   26 août 2017
Depuis quelques jours, elle éprouve une sensation bizarre qui se répand peu à peu en elle. Celle d’avoir ouvert une porte par erreur et d’être entrée dans un autre monde. Elle n’en a pas encore parlé, mais la réalité de ces derniers jours, elle l’a vécue comme à travers une vitre. Elle se sent décalée, légèrement peut-être, mais décalée tout de même. Plus rien n’est comme avant. Elle dit qu’en se réveillant le matin, pendant quelques secondes elle ne sait plus où elle est ; ça ne lui était jamais arrivé auparavant. Elle appartient toujours au monde des vivants, elle en est sûre, mais une partie d’elle s’est comme engouffrée dans un monde parallèle. Hélène se sent traumatisée… Chez les hommes de son âge, c’est le cœur qui peut lâcher. En général, la Chose ne les menace que beaucoup plus tard, lorsque leur prostate se met à faire des siennes. Quelle différence ! Dès la quarantaine, les femmes peuvent être frappées dans ce que la mère et l’amante ont de plus précieux – le sein ou l’utérus. Même si elle ne les fait pas mourir, la Chose ne risque-t-elle pas de tuer cette autre « chose » qu’est la libido ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 août 2017
Rappelons que c’est un leurre de croire que l’on peut connaître, de l’extérieur et en superficie, la nature et l’intensité des drames se jouant dans l’intimité des familles. La preuve éclatante en est donnée par la pauvreté des témoignages tels que les médias les saisissent lorsqu’ils interrogent à chaud le voisinage de personnes touchées par un fait divers sordide : « Une famille sans histoires… On ne comprend pas… Ils avaient l’air si heureux », etc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   26 août 2017
La quantité d’alcool joue évidemment un rôle déterminant et le recours aux mélanges accélère l’enivrement, notamment à travers les cocktails délibérément sucrés pour adoucir les breuvages. Associés à la bière et souvent à des additifs dits « énergisants » (taurine, caféine…), les alcools blancs type tequila, gin et vodka sont les plus prisés. La vodka est aujourd’hui en tête des consommations de ces alcools forts que les jeunes désignent par les initiales TGV pour exprimer la rapidité d’obtention de l’ivresse. Outre leurs degrés et leur « exotisme », ces alcools offrent l’avantage d’être incolores, ce qui permet aux jeunes de les transvaser dans des bouteilles d’eau en plastique pour passer les contrôles dans les concerts ou les festivals.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 août 2017
Faire la fête, s’amuser, semble synonyme de beuveries organisées où bière et vodka coulent à flots avant que les vomissements des uns et les comas éthyliques des autres ne refroidissent l’ambiance. » Hélène ajoute : « Il arrive qu’au moment de sortir, ma fille et ses copines réfléchissent à deux fois à ce qu’elles vont mettre aux pieds. Savez-vous pourquoi ? Parce qu’elles évaluent les risques d’avoir à marcher dans le vomi et de salir leurs belles chaussures ! Je vous assure que c’est vrai… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Xavier Pommereau (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier Pommereau
Conférence du docteur Xavier Pommereau à Podensac
autres livres classés : adolescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura