AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266293204
216 pages
Éditeur : Pocket (02/01/2020)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 138 notes)
Résumé :
« Elle aimait les voyages, la vitesse, le tennis, les fêtes de famille et les soirées parisiennes. Elle rêvait d’être comédienne et de voir New York. Elle a traversé le siècle, la Seconde Guerre, les épreuves de la vie. Elle a enduré la solitude et les deuils, avec une conviction chevillée au cœur : en toutes circonstances, il faut faire bonne figure et garder le sourire. A quatre-vingt-quinze ans, après une énième chute, Suzanne s’est résignée à s’installer dans un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (66) Voir plus Ajouter une critique
Jeanfrancoislemoine
  09 janvier 2020
En alternant des passages marquants de la vie de Suzanne et sa longue " fin de vie " dans un EHPAD particulièrement inhumain et dégradant, Frédéric Pommier , à travers le destin de sa grand - mère fait beaucoup plus que nous raconter " une vie " , il nous place face à notre propre destin et , il faut bien le dire , le tableau n'est guère réjouissant quand on voit se rapprocher inéluctablement le moment où....La vie de Suzanne n'a rien d'extraordinaire si l'on s'en tient au sens strict du terme . Famille aisée , mère dure et blessante , père aimant mais lointain , fuyant plus sa femme que sa vie de famille ..... Mariage heureux mais plus porté vers le respect de l'époux que vers un partage de sentiments et d'émotions fortes , des naissances heureuses et des deuils douloureux , une vie faite de hauts et de bas comme il en arrive bien souvent ...Et puis , une longue , longue , de plus en plus longue et difficile analyse de la déchéance due à l'inéluctable vieillesse , cette vieillesse que l'on cache dans des instituts où un personnel désabusé , démoralisé, débordé fait " involontairement payer " le discrédit sociétal dont il est victime à tous ceux qui ne réclament pourtant que peu de choses , un regard , un sourire , quelques mots , ces mots que les proches ne sont plus en mesure , non plus , de leur apporter ...Travail , enfants , soucis du quotidien ou ...peur de l'effet - miroir ... Et , peu à peu , l'auteur nous plonge dans la déchéance qui nous guette , comme elle a guetté et emprisonné Suzanne, cette si belle femme , cette si belle personne que nous avons accompagnée tout au long d'une vie suggérée plus que racontée. En effet , pour la relater , le style est " sec , brutal " , les mots claquent et nous mènent à l'essentiel , car l'essentiel , justement se trouve plus dans cette longue descente vers l'âge redouté , le terrible moment de la vieillesse que De Gaulle a qualifié de " naufrage " . Trés beau livre- hommage d'un petit- fils à sa grand - mère , un livre où pointent la tendresse , l'amour , l'admiration , mais aussi , je crois , la culpabilité et , sans doute aussi la crainte de cette vieillesse qui s'inscrit un peu plus distinctement chaque jour sur un miroir qui ose de moins en moins nous révéler , comme dans la " Belle au bois dormant " , qui " est la plus belle ( ou le plus beau ) ". Ce n'est pas le temps qui passe , c'est l'être humain , c'est nous et puisque tout est inexorable , il ne nous reste qu'une chose à faire et de toute urgence : profiter !!! Vaste programme , certes , mais beau programme . Des livres comme celui- ci sont de beaux " modes d'emploi ", de beaux livres didactiques dans lesquels il nous faut puiser ....des leçons à méditer et à consommer ...sans modération . C'est Suzanne elle - même qui le dit" SQM". En son temps , le regretté Pierre Desproges avait recommandé à ses contemporains de " vivre heureux en attendant la mort " .....Alors , quand faut y'aller , faut y'aller , VIVONS . On verra bien ....Demain est un autre jour...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8614
Ladybirdy
  03 février 2020
Malgré les éloges qui fleurissent sur ce roman, je suis littéralement passée à côté et me suis ennuyée ferme.
On suit ici toute la vie de Suzanne. Une page pour chaque année et un paragraphe pour sa vie actuelle dans un EPHAD. La vie de Suzanne, son enfance, son mariage ou ses maternités ne m'ont pas passionnée. C'est plat et à mon sens, sans grand intérêt. Parce qu'une page pour une année, ça ne laisse évidemment que peu de place à l'émotionnel et aux détails et remous intérieurs.
Bien sûr, le peu que l'auteur transmet sur les conditions de vie dans une maison de retraite est d'une triste réalité affligeante. Ça suinte la misère et la déchéance. Bien sûr si on est parvenu à s'attacher au destin de Suzanne, à ses grandes années, on ne peut que pleurer face à ce déclin qu'entraîne la vieillesse.
De mon côté, je suis restée de marbre faute à un style littéraire froid et clinique. Si la vie de Suzanne m'a semblé très banal, j'aurai voulu au moins y goûter de la chaleur, de la clameur, et me sentir proche de cette Suzanne. Mais je suis restée à quai. Ça arrive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          818
nadiouchka
  22 décembre 2018
EHPAD : Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes. Voilà un mot pas bien réjouissant et que l'on espère ne pas connaître.
Malheureusement, Frédéric Pommier (journaliste sur France Inter) s'est retrouvé dans ce contexte avec sa grand-mère « Suzanne » qui n'a pas eu d'autre choix que d'entrer dans un de ces lieux souvent lugubres et dont on entend parfois parler mais « en mal ». En effet, ce nom est trop souvent synonyme de mal-vivre, de maltraitances, de non respect de ces personnes âgées que l'on infantilise ou que l'on malmène parce qu'on n'a pas le temps.
Pas le temps de quoi ? de leur accorder un minimum d'attention ? de leur faire un brin de toilette décente et pas « à la va-vite » parce que d'autres attendent ? Pas la moindre attention à ceux qui n'arrivent pas à manger tout seuls et qui laissent un repas insipide au demeurant ? « Suzanne ne mange presque plus. Elle a beaucoup maigri.  » « Il est très efficace, leur programme minceur, souffle-t-elle avec ironie. Depuis qu'elle quitté son domicile, elle a perdu près de vingt kilos. »
Dans cet ouvrage composé de courts chapitres alternant du passé heureux de Suzanne au triste présent, Frédéric Pommier rend un hommage vibrant à sa grand-mère qui adorait les voyages, le tennis, les réceptions, la vie tout simplement.
Sa naissance, rue de la Solitude était-elle prémonitoire de ce qui allait advenir ?
C'est un récit poignant que nous livre l'auteur et il arrive à le faire avec humour ainsi qu'avec une très grande tendresse.
Suzanne n'a jamais oublié son expression favorite (quand elle était toute jeune) : « SQM » : « Sourire Quand Même ».
C'est ce que nous faisons au travers de cette lecture malgré la désolation de la situation et le constat alarmant. Mais Suzanne a toujours su être et rester une battante. Nombreux sont les passages comiques mais je les publierai en citations et je prends garde à ne pas « raconter » ce livre. Il faut le laisser découvrir par d'autres lecteurs qui seraient tentés.
Dans cette biographie bien touchante, l'auteur a tenu à révéler (si besoin était) cette indifférence dans laquelle vivent trop de personnes âgées et je lui laisse le mot de la fin (ou presque) : « Dans trop d'établissements, ça se passe mal. le personnel se sent maltraité, des résidents se sentent maltraités et des familles sont en détresse. Elles parlent parfois quand leur parent n'est plus là. Suzanne est toujours là, elle veut que je continue à parler. Ce livre, c'est sa colère. »
Un grand coup de coeur 💕 pour ce récit qui remue les tripes – pendant lequel on a envie de pleurer et aussi de rire. Il m'a refaite penser à ma grand-mère paternelle (qui a eu la chance de ne pas connaître cela car elle est restée chez elle jusqu'au bout. J'allais la voir plusieurs fois par semaine ma « mémé » qui était pour moi autant qu'une mère. Et puis un jour….
Elle n'a jamais quitté mes pensées ni mon coeur où elle restera à tout jamais. Elle était forte elle aussi et si cette chronique concerne le livre « Suzanne », j'y mets également mes paroles pour elle.
Merci Frédéric pour votre « livre – constat  - roman hommage» qui m'a remuée au plus profond de moi-même.
💕💕💕💕💕
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5712
sabine59
  17 janvier 2020
Quand j'étais adolescente, j'écoutais avec passion ma grand-tante , ma marraine de coeur aux accents d'Alsace chantante, raconter toutes les aventures de sa vie et je rêvais de les transcrire par écrit... Frédéric Pommier l'a fait pour raconter sa grand-mère.
Entremêlant subtilement le présent de Suzanne en maison de retraite , alors qu'elle a maintenant quatre-vingt seize ans, et le déroulement de son existence depuis sa naissance, il offre un portrait passionnant et attachant d'une femme originale, pétillante, moderne pour son époque, curieuse de tout, qui se plaît, plus âgée, à jouer à la vieille dame indigne, conduisant vite au volant de sa voiture, emmenant son petit-fils en escapade, buvant rosé ou champagne avec entrain...
J'avais un peu peur de lire ce livre car les détails malheureusement justes ( je les ai observés) de la vie en Ehpad sont poignants mais l'humour et le caractère si déterminé à profiter de l'existence, malgré les deuils, les manques, de Suzanne ont eu raison de mes réticences . SQM, son sésame, son défi, sa résistance: sourire quand même...
J'ai souri effectivement , j'ai eu les larmes aux yeux aussi. En plus , cette Suzanne a quelques points communs avec ma petite maman, à qui je vais m'empresser de prêter ce livre: à quelques années près, elle a vécu les mêmes époques de l'Histoire, elle porte depuis toujours " Paris" d'Yves Saint Laurent, elle roulait vite en voiture, elle dévore les livres ...
" Suzanne a quatre-vingt quinze ans mais prétend n'en avoir que quarante dans sa tête. Ce n'est pas toujours vrai. Parfois, elle en a dix."
Une promenade très émouvante, revigorante aussi, sur les chemins de la vie de Suzanne. Écoutons nos aînés, ils ont des choses à nous confier, à nous transmettre.
Je conclurai avec quelques vers du carnet jaune de Pierre, son mari tant aimé, trop tôt parti:
" Le temps n'est pas venu où l'on ferme le livre
Quand la branche se casse et que l'arbre est séché
Le jour m'assoiffe encore et j'ai hâte de vivre
Et de trouver demain ce qu'hier j'ai cherché"....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5012
isabelleisapure
  06 janvier 2019
Je ne connaissais pas Frédéric Pommier comme homme de radio mais j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir sa plume dans ce récit plein de tendresse qu'il consacre à sa grand-mère.
Nous découvrons Suzanne dans la partie la plus sombre de sa vie, isolée dans un EHPAD.
Le volet roulant de sa chambre ne fonctionne pas depuis plusieurs semaines. On lui dit que la pièce nécessaire à la réparation est en commande.
Alors, Suzanne essaie d'appliquer une fois de plus la devise qui a guidé sa vie « sourire quand-même - SQM ».
J'ai ressenti beaucoup d'émotion à la lecture de ces lignes. La vie de Suzanne dans cette maison de retraite est triste, le personnel est débordé, les soins sont bâclés faute de temps, la nourriture est immangeable.
« Insipide, indigne ! Tout ressemble à de la bouillie. Même à des animaux, on n'oserait pas servir des plats aussi mauvais ! Et puis, pour le fromage, on n'a même pas d'assiette : ils nous le mettent dans la main... »
Avec un sens de l'humour qui ne la quitte pas, la vieille dame considère ce traitement plus efficace que le meilleur des régimes amaigrissants.
Frédéric Pommier revient également sur la vie de cette femme moderne, drôle, passionnément amoureuse de la vie.
Le récit est tellement sincère et remarquablement écrit, qu'il touche au coeur, donnant couleurs et vie à cet amour inconditionnel qui unit parfois enfants et grands-parents.
Comment ne pas être ému par ce texte ? La vieillesse et la tristesse des fins de vie dans ces structures déshumanisées concernent chacun de nous.
Comment rester insensible face à la détresse des résidents, mais aussi du personnel soignant qui manque de moyens pour accomplir un métier ô combien difficile ?
Sans tomber dans le pathos, Frédéric Pommier nous donne à lire un récit bouleversant et criant de vérité.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
JeanfrancoislemoineJeanfrancoislemoine   08 janvier 2020
" Vous partez déjà ? " La même scène , toujours . Ca ne dure jamais assez longtemps . Pourtant , il faut bien qu'on y aille . On a de la route à faire . Elle fait tout pour nous retenir . Au dernier moment, elle prétexte une ampoule à changer , un meuble à déplacer , son téléphone portable qu'elle ne sait pas faire fonctionner . Et qui va l'aider à classer ses albums de photos ? On reviendra bientôt . On l'embrasse . On promet . " Mais quand , mon chéri, quand ? "( p 191)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
rabannerabanne   16 juillet 2020
Lui, il fait son affaire. Elle, son devoir conjugal. Elle ne se dérobe pas. Elle tient à être une bonne épouse et il en a besoin. C'est physiologique, elle l'a lu dans un livre. On ne doit pas, on ne peut pas s'opposer à un tel besoin. (...)
Elle lui donne son corps mais n'éprouve rien. C'est un créneau horaire qu'elle lui sacrifie. (...)
C'est seulement quand on sait les choses qu'elles peuvent manquer. Pour Suzanne, le plaisir est réservé aux hommes. Dans le livre, à aucun endroit il n'était stipulé que les femmes pouvaient en avoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Cigale17Cigale17   20 décembre 2018
La douche est terminée. Ça n’a pris que cinq minutes. Cinq minutes une fois par semaine. Elle veut bien se lever, maintenant ? La petite rousse a oublié de lui laver les pieds. Suzanne le signale, mais non, ce n’est pas un oubli. Il y a quinze résidents à doucher avant midi. Le shampoing aussi, ce sera pour une autre fois, pas le temps aujourd’hui. De toute façon, vu ce qui lui reste sur le crâne, tous les quinze jours, c’est suffisant. (p. 169)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
rabannerabanne   17 juillet 2020
Elle a rouvert son cahier jaune, relu quelques pages, puis, en fouillant dans les tiroirs, elle a découvert un poème écrit la veille de sa mort.
(...) "Le temps n'est pas venu où l'on ferme le livre,
Quand la branche se casse et que l'arbre est séché
Le jour m'assoiffe encore et j'ai hâte de vivre
Et de trouver demain ce qu'hier j'ai cherché"
Suzanne pleure et c'est l'été.
Commenter  J’apprécie          122
JuinJuin   05 janvier 2019
Une autre, un jour, lui a même rapporté le montant de son salaire." C'est tout ? " s'est étouffée Suzanne après avoir converti les euros en francs. Des choses lui échappent. Pourquoi le personnel est-il si mal payé? Pourquoi la chambre est-elle si chère? Où va l'argent? Qui prend l'argent?
p 110)
Commenter  J’apprécie          121

Videos de Frédéric Pommier (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Pommier
Frédéric Pommier, journaliste à France Inter interviewé par Patricia Martin lors de la 22ème Fête du Livre à AUTUN en 2019. Il raconte dans son livre la vie de sa grand mère "Suzanne" dans une EHPAD.
autres livres classés : ehpadVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1025 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..