AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070318735
192 pages
Gallimard (29/09/1971)
3.95/5   53 notes
Résumé :
Le recueil de Ponge intitulé Pièces, propose une poésie qui joue avec le monde en l’exprimant par le langage de la manière la plus fidèle possible, sur le mode du jeu. La poésie va alors s’attacher à décrire les objets du monde dans les correspondances que ceux-ci présentent avec le langage. Ponge parle, en ce sens, d’ « ob-jeux », c’est-à-dire que les objets qui nous entourent sont exploités à la fois, et d’une manière ludique, par ce qui les caractérise et par les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  05 décembre 2015
Le poète du Parti pris des Choses ne s'est pas arrêté au grand recueil de 1942, mais a poursuivi son travail de devisement du monde concret à travers ce recueil dont les pièces sont classées chronologiquement, de 1924 à 1957. On retrouve l'art de faire voir poétiquement le monde dans des textes parents du premier recueil, mais la palette du poète est ici plus variée : on trouve des textes en vers et parfois de longs poèmes et variations sur le même objet ou le même être, alors que la règle du Parti Pris des Choses était, en général, de ne pas dépasser la page. C'est un enchantement total.
Commenter  J’apprécie          80
chartel
  12 mars 2017
La virtuosité de la poésie de Francis Ponge se cache sous des apparences de simplicité. Consacrer des poèmes au chien, au pigeon, à la barque, au crottin, à la lessiveuse, c'est clamer la force de la poésie. Ponge ne cherche pas tant à glorifier l'humble, ou à embellir l'insignifiant qu'à démontrer sans crier gare la puissance de la langue, l'irréductible force de la littérature.
Commenter  J’apprécie          90
helhiv
  09 mai 2018
Poète des choses du quotidien, des petits objets si banals qu'ils en sont invisibles, Francis Ponge s'applique à leur donner leur heure du gloire en les intronisant candidats au lyrisme même s'ils ne sont parfois que de simples excréments.
Il faut sans doute avoir la même foi que Francis Ponge dans les merveilles du quotidien pour apprécier ces poèmes en prose à leur juste valeur. Il reste que l'auteur démontre que la langue, aussi subtile soit-elle, s'applique à n'importe quoi et qu'elle peut tout.
J'ai retenu spécialement La crevette dans tous ses états où le crustacé infime prend des allures de chevalier des mers aux armes "circonspectes et hypersensibles", et La cheminée d'usine particulièrement inspirée, inspirante et forcément expirante, c'est sa nature.
Prêté par une amie que j'apprécie beaucoup, j'aurais aimé allé au-delà de deux étoiles pour ce recueil pour mieux partager ces pièces précieuses avec elle.
Commenter  J’apprécie          10
lehibook
  06 octobre 2020
Qu'ajouter à ce que l'on a dit sur Ponge , sa poésie au quotidien , sa langue trompeusement simple et sa capacité à réenchanter le monde ? Je l'aime tout simplement.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   02 novembre 2013
LE LEZARD

Lorsque le mur de la préhistoire se lézarde, ce mur de fond de jardin ...
-- il en sort un petit animal formidablement dessiné, comme un dragon chinois, brusque mais inoffensif chacun le sait et ça le rend bien sympathique. Un
chef-d'oeuvre de la bijouterie préhistorique, d'un métal entre le bronze vert et le vif-argent, dont le ventre seul et fluide, se renfle comme la goutte de mercure. Chic un reptile à pattes ! Est-ce un progrès ou une dégénérescence ? Personne, petit sot, n'en sait rien. Petit saurien.
...
Ce petit poignard qui traverse notre esprit en se tortillant d'une façon assez baroque, dérisoirement.
Arrêt brusque. Sur la pierre la plus chaude. Affût ?
ou bien repos automatique ? Il se prolonge. Profitons-en ; changeons de point de vue.

Le LEZARD dans le monde des mots n'est pas pour rien dans ce zéde ou zèle tortillard, et pas pour rien sa désinence en ard, comme fuyard, flemmard, musard, pendard, hagard. Il apparaît, disparaît, réapparaît. Jamais familier pourtant. Toujours un peu égaré, toujours cherchant furtivement sa route. Ce ne sont pas insinuations trop familières que celle-ci. Ni venimeuses. Nulle malignité : aucun signe d'intelligence à l'homme.
Une sorte de petite locomotive haut-le-pied. Un petit train d'allégations hâtives, en grisaille, un peu monstrueuses, à la fois familières et saugrenues, -- qui circule avec la précipitation fatale aux joutes mécaniques, faisant comme eux de brefs trajets à ras de terre, mais beaucoup moins maladroit, têtu, il ne va pas buter contre un mur, le mur : très silencieux et souple au contraire, il s'arrange toujours, lorsqu'il est à bout de course, d'arguments, de ressorts dialectiques, pour disparaître par quelque fente, ou fissure, de l'ouvrage de maçonnerie sur lequel il a accompli sa carrière...
...
Ou bien on l'aperçoit tout à coup, plaqué contre la muraille : il était là, immobile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AMR_La_PirateAMR_La_Pirate   19 décembre 2016
"L'appareil du téléphone"

Lorsqu’un petit rocher, lourd et noir, portant son homard en anicroche, s’établit dans une maison, celle-ci doit subir l’invasion d’un rire aux accès argentins, impérieux et mornes. Sans doute est-ce celui de la mignonne sirène dont les deux seins sont en même temps apparus dans un coin sombre du corridor, et qui produit son appel par la vibration entre les deux d’une petite cerise de nickel, y pendante.

Aussitôt, le homard frémit sur son socle. Il faut qu’on le décroche : il a quelque chose à dire, ou veut être rassuré par votre voix.
D’autres fois, la provocation vient de vous-même. Quand vous y tente le contraste sensuellement agréable entre la légèreté du combiné et la lourdeur du socle. Quel charme alors d’entendre, aussitôt la crustace détachée, le bourdonnement gai qui vous annonce prêtes au quelconque caprice de votre oreille les innombrables nervures électriques de toutes les villes du monde !

Il faut agir le cadran mobile, puis attendre, après avoir pris acte de la sonnerie impérieuse qui perfore votre patient, le fameux déclic qui vous délivre sa plainte, transformée aussitôt en cordiales ou cérémonieuses politesses… Mais ici finit le prodige et commence une banale comédie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
coco4649coco4649   02 novembre 2013
LA GARE

Il s'est formé depuis un siècle dans chaque ville ou bourg de quelque importance ( et beaucoup de villages, de proche en proche, se sont trouvés atteints par contagion),
Un quartier phlegmoneux, sorte de plexus ou de nodosité tubéreuse, de ganglion pulsatile, d'oignon lacrymogène et charbonneux.
Gonflé de rires et de larmes, sali de fumées.
Un quartier matineux, où l'on ne se couche pas, où l'on passe les nuits.
Un quartier quelque peu infernal où l'on salit son linge et mouille ses mouchoirs.
Où chacun ne se rend qu'en des occasions précises,
...
Un lieu d'efforts maladroits et malheureux, où rien ne s'accomplit sans grosses difficultés de démarrage, manœuvre et parcours,
...
,-- et jusqu'au bureau du chef de gare, cet irritable gamin :

C'est LA GARE, avec ses moustaches de chat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
coco4649coco4649   11 septembre 2014
LA METAMORPHOSE

Tu peux tordre au pied des tiges
L'élastique de ton cœur
Ce n'est pas comme chenille
Que tu connaîtras les fleurs

Quand s'annonce à plus d'un signe
Ta ruée vers le Bonheur
....................................................
Il frémit et d'un seul bond
Rejoignit les papillons...

p.78
Commenter  J’apprécie          140
coco4649coco4649   14 juillet 2015
14 JUILLET


Tout un peuple accourut écrire cette journée
sur l’album de l’histoire, sur le ciel de Paris.
D’abord c’est une pique, puis un drapeau tendu
par le vent de l’assaut (d’aucuns y voient une baïonnette),
puis — parmi d’autres piques, deux fléaux,
un râteau — sur les rayures verticales du pantalon
des sans-culottes un bonnet en signe de joie jeté en
l’air.
Tout un peuple au matin le soleil dans le dos. Et
quelque chose en l’air à cela qui préside, quelque chose
de neuf, d’un peu vain, de candide : c’est l’odeur du
bois blanc du faubourg Saint-Antoine, — et ce J a
d’ailleurs la forme du rabot.
Le tout penche en avant dans l’écriture anglaise,
mais à le prononcer ça commence comme Justice
et finit comme ça y est, et ce ne sont pas au bout de
leurs piques les têtes renfrognées de Launay et de
Flesselles qui, à cette futaie de hautes lettres, à ce
frémissant bois de peupliers à jamais remplaçant
dans la mémoire des hommes les tours massives d’une
prison, ôteront leur aspect joyeux.

p.45
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Francis Ponge (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francis Ponge
Francis PONGE – Un siècle d'écrivains : 1899-1988 (DOCUMENTAIRE, 1999) Émission « Un siècle d'écrivains », numéro 203, diffusée sur France 3, le 25 septembre 1999, et réalisée par Jean Thibaudeau et Pierre Beuchot.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le parti pris des choses Francis Ponge

Francis Ponge a écrit "Le pain"

VRAI
FAUX

5 questions
74 lecteurs ont répondu
Thème : Le parti pris des choses de Francis PongeCréer un quiz sur ce livre