AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782842631222
125 pages
Le Dilettante (08/03/2006)
3.93/5   21 notes
Résumé :
Maurice Pons – sortilèges, vertiges et poisons – maison de méfiance depuis 1951, nous dit l’enseigne. Et les neuf sœurs, atrocement exquises, qui forment la ronde de ce recueil, rajouteront une étoile à la réputation de notre as en chausse-trappe, aiguillage sans issue et lucarne ouverte sur le grand Rien. Nul besoin, chez Pons, de convoquer l’horrifique brocante de l’effroi, tout s’y nourrit d’attente atroce – comme cette fenêtre, là-bas, qui ouvre sur le monde –, ... >Voir plus
Que lire après Délicieuses frayeursVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Court, petit, jolie couverture fleurie, un parfait entremets entre deux romans plus conséquents. En réalité, je n'en attendais pas tant! Ces jolies fleurs sur la couverture sont en réalité des plantes qui piègent les insectes dans sa fleur dans un but de reproduction et bien sûr, ce choix n'est pas fortuit.
Dans ces 9 nouvelles, Pons nous appâte par un début en général assez simple, sans vrai suspens mais suffisamment intriguant pour qu'on veuille lire la suite. Petit-à petit on se laisse happer par la beauté et la concision d'un style classique et on se retrouve, à la fin, piégé, victime d'une impression diffuse de cauchemar.

Toutes ces nouvelles, pour moi, ne se valent pas; j'ai trouvé les ficelles de " A l'Ombre d'un Bouleau" trop grosses, "Noël au Champagne" ennuyeux, malgré le dénouement final.
En revanche, les nouvelles suivantes, et en particulier "La Vallée", "Un voyage de Noces" et "le Violon" sont envoûtantes, ensorcelantes.

Ces nouvelles reflètent un monde absurde et énigmatique, où les mystères ne seront sans doute jamais résolus. Tout comme la plante de la couverture a pour objectif la reproduction, ces nouvelles poussent à la réflexion.

Je pense que Les Saisons, le grand succès de Pons, sera bientôt sur ma table de chevet!
Commenter  J’apprécie          110
5 nouvelles à chute. Il y en a de meilleures que d'autres, comme c'est souvent le cas dans un recueil.
le vocabulaire est accessible, des notes précisent les mots un peu plus raffinés. Toutefois, je ne suis pas toujours d'accord avec les définitions données: elles interprètent trop le mot dans son contexte et empêchent l'acquisition du mot de vocabulaire.
Je regrette que les niveaux de classe soient mentionnés au dos: on aurait pu imaginer ce type de lecture en 4è, mais quand c'est inscrit "3è, 2de..." c'est difficile car il y aura des récriminations. de même pour les 3ème, la mention des classes de lycée favorisera les remarques des élèves et des parents insinuant que les textes sont trop difficiles; à l'inverse, des lycées peuvent prendre ombrage de devoir se pencher sur un recueil conseillé pour des 3èmes.
Commenter  J’apprécie          20
Délicieuses Frayeurs, recueil de 9 nouvelles, surprenant, intrigant, subtil, dérapant.
Maurice Pons, auteur qui m'était inconnu, est tombé au hasard au creux de mes mains. Pour ma part, on ne sort pas déçu de ce petit recueil. La plume y est délicate. La fenêtre, première nouvelle du recueil, reste pour moi un grand instant de beauté, de compassion.
Marquant.

Commenter  J’apprécie          10
Un recueil de nouvelles, si justement paru sous le titre Délicieuses Frayeurs, qui ne perd pas de son éclat. On se laisse piéger par sa simplicité touchante, voire bouleversante. Un bon exemple du genre.
Commenter  J’apprécie          20
'ai emprunté par hasard ce livre à la bibliothèque de ma ville, sur la très belle couverture, le joli titre et sur le fait que j'aime bien les éditions le Dilettante : beaux livres en tant qu'objets et rarement déçu du contenu. Cette fois-ci encore, je ne suis pas déçu. Maurice Pons écrit des nouvelles dans une belle langue, des histoire parfois ordinaires, parfois imaginaires, virant parfois sur l'extra-ordinaire. Toutes ses nouvelles ont une chute, comme une histoire drôle, même si les siennes ne le sont pas toujours, drôles. C'est surprenant au début, car je venais de finir le recueil de Zoyâ Pirzâd dans lequel les nouvelles n'ont pas nécessairement de fin : elles sont une tranche de vie. Donc, là, les histoires de Maurice Pons ont un début, un développement et une fin. Celle-ci est un peu prévisible sur les premières nouvelles, ce qui ne gâche absolument pas le plaisir de la lecture ; elle l'est moins sur les dernières, ce qui rajoute évidemment à ce même plaisir.
Excellente lecture.
Lien : http://lyvres.over-blog.com/..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Thalien ne pouvait en croire ses yeux. Il avait quitté moins de deux heures auparavant une demeure princière et se retrouvait dans une sorte de chantier de démolition, silencieux, glacé, désert...
En tremblant, il s'avança dans la pénombre vers le long piano de concert, qui avait été repoussé dans un coin. Il était entièrement recouvert d'une vieille poussière grise, et de quelques gravats de plâtre qui avaient dû tomber du plafond fissuré.
Commenter  J’apprécie          60
La veille encore, ils avaient pendu un prisonnier. Pas fusillé : pendu. Ainsi dans cet îlot cerné par la mer, où le soleil faisait éclore la pierre, et la pierre des arbres aux grappes de fleurs, et les fleurs des abeilles, dans cet îlot de miel et de liège, où chaque village respirait la pêche et la barque et les filets et les algues primitives, où des villages portaient des noms frustes d'arbre ou de poisson, ainsi croyaient-ils apporter, au bout de leurs cordes, les raffinements séculaires de leur cérémonial.

A l'ombre d'un bouleau
Commenter  J’apprécie          20
Cette année-là, dans la vallée, l'hiver avait été plus rude que jamais. En une nuit, le village se trouva pétrifié par le gel: les deux fontaines changées en deux blocs de glace immobiles, et dans les maisons, même au poste de douane qui était bâti de pierre, toutes les conduites éclatées.

La Vallée
Commenter  J’apprécie          20
« Ce fut dans la vallée le signal de la révolte. (…) Les hommes brandissaient des fourches, les femmes des pancartes de couleurs, prêtes depuis longtemps : “Nous sommes trop malheureux !” “Du beau temps pour tout le monde !” »
Commenter  J’apprécie          20
C'est en cédant au plus petits caprices qu'on cause souvent les plus grandes joies.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Maurice Pons (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Pons
Les Mistons (1957) film réalisé par François Truffaut , bande-annonce
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (48) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3646 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}