AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070136858
152 pages
Éditeur : Gallimard (12/01/2012)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 38 notes)
Résumé :
« Quand il nous arrive de dire "C'était mieux avant", sommes-nous des passéistes en proie à la nostalgie d'une enfance lointaine, d'une jeunesse révolue, d'une époque antérieure à la nôtre où nous avons l'illusion qu'il faisait bon vivre ? À moins que cet avant ne soit un hors-temps échappant au temps des horloges et des calendriers.
Je me refuse à découper le temps.
Nous avons, j'ai tous les âges. »
J.-B. Pontalis.


... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
andras
  23 juillet 2018
Ce recueil de textes interroge notre rapport à notre passé : notre enfance, notre adolescence, bien sûr ... mais aussi (surtout ?) la présence en nous de l'infans, cet être d'avant le langage. le psychanalyste J.-B. Pontalis utilise pour cela différentes approches (l'énumération à la Pérec, l'abécédaire...) ou différents points de vue (le regard du peintre Odilon Redon ou celui de Caspar David Friedrich, une nouvelle De Balzac, des récits anonymisés d'analysants, sa propre expérience de psychanalyste...). Plus proche de la narration sensible de Proust que de l'analyse cartésienne de Freud ou des aphorismes lacaniens, cet ouvrage est une belle occasion de nous interroger à notre tour sur la place de notre passé dans notre vie quotidienne.
Commenter  J’apprécie          250
fbalestas
  19 novembre 2017
Il y a quelque chose de présomptueux à vouloir commenter l’ouvrage de l’un des grands psychanalystes et écrivains français récemment disparu, J. B. Pontalis.
Mi souvenirs et lectures personnelles et mi essai sur des questions comme celle du temps, de la mémoire, de l’origine et du langage, cet ouvrage polymorphe s’ouvre d’abord sur une phrase qu’on entend fréquemment dans les conversations : « c’était mieux avant ». Une phrase banale, commune, qu’on entend souvent en France, et que l’auteur fait suivre d’une litanie de souvenirs « mieux avant » à la mode d’un « je me souviens » de Perec. A partir de ces évocations personnelles, le psychanalyste et écrivain s’interroge : « est-ce de la nostalgie ? éprouve-t-on des regrets » ? Sans trancher le débat entre les partisans d’un présent qui apporte son lot de progrès et un passé qui paraît plus reluisant, l’auteur prolonge sa réflexion sur le temps, celui qu’on cherche et qu’on découpe en tranches, et sa lancinante question « c’était quand déjà ? le jour où… ».
Le pendant de ce « c’était mieux avant »., on le trouve page 123 : « De celui qui déclare d’un ton péremptoire : « Moi je pense que… », vous pouvez être certain 1. qu’il ne pense pas, 2. qu’il revendique un jugement qui lui serait propre alors qu’il exprime l’opinion l plus commune dont il se fait l’écho à son insu, 3. qu’il est si peu assuré de son existence qu’il met en avant Moi et, pour faire bonne mesure, l’accole à Je. Il n’y a pas plus vantard, plus inconsistant et plus conformiste que cet homme-là. »
Fin connaisseur des comportements humains, JB Pontalis revisite plusieurs concepts à l’aune de son expérience de psychanalyste.
Son deuxième chapitre s’intitule Oublieuse mémoire. « Mon lieu d’archive est ma mémoire » explique celui qui ne garde presque rien, hormis des photographies du passé :
« Ma mémoire serait-elle une plaque photographique où l’éphémère et l’intemporel ne font qu’un ? où l’absence n’est pas l’opposée de la présence ? ». JB Pontalis porte la réflexion sur la mémoire fragmentée et distendue. Peut-on par exemple, comme le cherche Michelet, croire à la « résurrection intégrale du passé » ? Peut-on s’approprier ce temps où nous n’étions pas nés ? Et comment différencier les souvenirs des traces du passé ?
Réminiscence, remémoration, répétition, traces, l’auteur mêle ses souvenirs personnels d’analyste et une réflexion éclairée sur des notions qui intéressent l’analyse comme la littérature. Et ce qu’il y a de bien avec lui c’est qu’il ouvre plus de questions qu’il ne tranche définitivement ces questions essentielles.
Citant Barthes ou Perec, il fait le point sur ce que l’on sait aujourd’hui de la mémoire, en citant aussi Borges et son étrange personnage Irenas Funes, qui possède une mémoire incapable d’oublier. « Il est absolument impossible de vivre sans oubli » dit Nietzsche.
Un chapitre complet est consacré à Freud et les mémoires, et pose la question suivante : « L’inconscient ne devrait-il pas s’appeler Mémoire ? ». Le psychanalyste explique que Freud se refusait d’édifier une théorie générale de la mémoire et s’interroge sur notre mécanisme de sélection.
Mais l’écrivain ne se cantonne pas à son domaine : il connaît aussi la peinture, avec Odilon Rodon qui voyait en l’art comme « une petite porte ouverte sur le mystère », avant d’évoquer cette très belle formule, à propos de Caspar David Friedrich : « mettre la logique du visible au service de l’invisible » .
Difficile de tout dire tant ce recueil foisonne de réflexions intelligentes et de questions pertinentes. Mentionnons pourtant un abécédaire très amusant qui compulse toute une série de citations sur ce que peut être cet « avant » : « Avant, pour tout un chacun, c’est son enfance ». Et de très nombreux écrivains se sont penchés sur cette période : de Racine à Philippe Forest, en passant par Jules Renard, Victor Hugo ou Jean-Paul Sartre : tout un inventaire de fragments sur le thème de l’enfance qui parlent surtout de celui qui a choisi ces extraits.
« Il y a une espèce d’alliance, de pacte secret entre les deux disciplines (psychanalyse et écriture), qui ont le même objet – éclairer les soubassements de l’âme humaine – et sont tissées du même matériau – la parole humaine », explique l’auteur de Avant dans un dernier entretien accordé au Point. « A l’image du lecteur qui chemine avec l’auteur, l’analysé et l’analyste avancent ensemble dans le noir, sur une terre inconnue. Une analyse qui ne vous fait pas un peu vaciller dans votre propre identité ne fonctionne pas. »
Une phrase dans laquelle on pourrait remplacer le terme « analyse » par « littérature » et qui en donnerait alors une très belle définition.

Lien : https://www.biblioblog.fr/po..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
justeuneligne
  18 février 2020
En forme de lettre de gratitude
Cher JB,
Ne m'en veuillez pas de cet en-tête familière, je ne sais trop comment vous nommer, Monsieur me semble un peu cérémonieux, sérieux et impersonnel mais surtout ne dit rien de cette affection que je vous porte depuis que je vous lis. Et puis, je ne sais pourquoi, JB me parait intemporel et lorsque je prononce à haute voix les initiales de votre prénom, je sens naître aussitôt un sourire sur mes lèvres.
Il me semble que je vous ai abordé par « l'amour des commencements ». Ce qui est étrange, c'est que je suis bien incapable de dire ce que racontent vos livres. Vos livres me sont comme une petite musique que j'aime à réentendre régulièrement. Ils me plongent dans un état de rêverie dans lequel je me ressource, je sens comme une parenté entre votre voix singulière et celle que je cherche au fond de moi.
Je viens de passer un moment de récréation et d'évasion en votre compagnie grâce à l'émission de France Inter « le grand entretien » que j'ai pu écouter en différé sur mon ordinateur et c'est ce qui m'a décidé à vous écrire.
Il y a été question de votre livre « Avant »
Et j'ai entendu quelque chose ! J'ai entendu le double sens d' « avant » Cet « avant » dont vous dites qu'il condense le passé et ce qui est devant. Je crois que ce que je cherche depuis longtemps, c'est précisément de faire un pont entre un passé qui me tire en arrière ou m'immobilise et un avant qui m'effraye. J'ai entendu grâce à vous l'espoir contenu dans l'adverbe avant, et la possibilité de changer mon regard sur un passé qui peut s'alléger sans se renier grâce à l'avant.
Je voulais donc vous dire merci de ces mots qui nourrissent, de ces mots qui s'incarnent et dénouent,merci pour vos livres qui m'accompagnent avec discrétion au delà du temps et de l'espace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
Seraphita
  13 août 2012
« « C'était mieux avant. » Combien de fois cela s'impose à moi comme une évidence, en toutes sortes de circonstances. » Ainsi débute J.-B. Pontalis, psychanalyste lacanien de renom, âgé de 88 ans, dans son oeuvre « Avant ».
« Avant » : objet hybride, bâti autour des mots, d'une écriture secrètement mue par le désir de faire parler l'infans en soi. Faut-il voir là un essai ? Roman ? Autofiction ? Autographie peut-être, comme l'avance l'auteur. En tout cas, « Avant » questionne le temps, d'abord sous l'angle de l'histoire singulière, en premier lieu, celle de l'auteur. le style est enchanteur, fleuri d'une poésie émouvante et servi par une érudition admirable, non seulement dans le domaine de la psychanalyse, mais aussi dans le champ de la littérature. Pontalis applique peut-être ici la règle de la libre association d'idées autour d'un thème central et nodal pour l'homme : la temporalité.
Mais « Avant » renvoie aussi à l'Histoire et Pontalis semble tenir là une clé de compréhension : « Si c'était l'Histoire qui nous apprenait à découper le temps, à nous imposer des avant et des après ? » (p. 138). Se refuser à découper le Temps : voilà le voeu que formule Pontalis pour chacun, car : « J'ai comme chacun de nous tous les âges si je cesse de découper le Temps. » (p. 21)
Pontalis fait vivre ici, par des mots - ce langage qui promeut, mais aussi aliène - l'éternité de l'instant.
« Comme souvent c'est un enfant qui pose la question toute simple – et pourtant elle suscite en moi un léger vertige : « Est-ce qu'aujourd'hui sera hier, demain ? » » (p. 140)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
marlene50
  03 décembre 2019
Il est vrai que bien souvent nous sommes amenés à dire " C'était mieux avant".
Ces 139 pages découpées en 16 petits chapitres sont très intéressantes et pourtant je ne suis pas du tout une adepte de ce genre de lecture philosophique.
Mais, là je trouve que c'est à la portée de tout le monde et que chacun peut y trouver matière à réflexion.
Des réponses ? Peut-être.
Beaucoup de questions ? Sûrement.
Commenter  J’apprécie          116


critiques presse (1)
Lexpress   09 février 2012
Dans ce petit livre plein d'humour et de sagesse, Pontalis parle du temps passé et évite les écueils de la nostalgie.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
andrasandras   24 juillet 2018
Le psychanalyste est à l'affût de traces. Non, pas à l'affût, il ne les guette pas comme le chasseur, d'abord parce que, s'il chasse, c'est dans le noir, et surtout parce que ces traces, il les découvre là où ni lui ni son patient ne les attendaient. Il ne fait guère confiance aux souvenirs racontés, évoqués, tant ceux-ci sont transformés, déformés comme l'est tout récit. Pour preuve, ils donnent lieu à des versions différentes comme autant de traductions. Freud va même jusqu'à écrire dans son texte sur les souvenirs-écrans qu'il n'existe pas à proprement parler de souvenirs d'enfance, mais seulement des souvenirs se rapportant à l'enfance. Cette affirmation nous blesse, tant nous les chérissons, nos souvenirs de ce temps-là; qu'ils soient heureux ou malheureux, qu'ils témoignent de nos exploits ou de nos hontes, nous croyons dur comme fer à leur vérité. Eh bien, non, ce sont des fictions. Fictions comme l'autobiographie, nos confessions, toujours plus ou moins complaisantes, comme nos journaux dits intimes qui n'ignorent pas l'autocensure. Fiction, ce que nous croyons être notre mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
SeraphitaSeraphita   13 août 2012
Nous n’aspirons pas à l’éternité, sinon à celle de l’instant. Nous ne souhaitons pas être immortels mais nous avons la capacité d’être atemporels pour peu que demeurent présents en nous tous les âges de la vie et que nous nous refusions – je renouvelle un vœu formulé tout au long de ce livre en doutant qu’il ait la moindre chance d’être exaucé – à découper le temps.
Comme souvent c’est un enfant qui pose la question toute simple – et pourtant elle suscite en moi un léger vertige : « Est-ce qu’aujourd’hui sera hier, demain ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
fbalestasfbalestas   04 juin 2020
Et maintenant, c’est maintenant. Et maintenant, c’est aujourd’hui, hier et demain. Nous autres, humains, nous ressentons et croyons que le temps passe, nous prétendons qu’il s’écoule et, plus nous vieillissons, qu’il s’écoule trop vite. Mais le Temps (avec une majuscule) ignore qu’il passe, il est immobile, il n’a pas d’âge.
J’ai comme chacun de nous tous les âges si je cesse de découper le Temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lanardlanard   04 avril 2017
De celui qui déclare d'un ton péremptoire: "Moi, je pense que...", vous pouvez être certain 1. qu'il ne pense pas, 2. qu'il revendique un jugement qui lui serait propre alors qu'il exprime l'opinion la plus commune dont il se fait l'écho à son insu, 3. qu'il est si peu assuré de son existence qu'il met en avant Moi et, pour faire bonne mesure, l'accole à Je.
Il n'y a pas plus vantard, plus inconsistant et plus conformiste que cet homme-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
marlene50marlene50   03 décembre 2019
Caspar David Friedrich (peintre)

Que regardent-ils, cet homme vêtu de noir, ce moine face à la mer ou cet homme et cette femme embarqués sur un voilier qui les emportera ailleurs, un ailleurs qu'ils ignorent mais auquel ils aspirent tout comme cette jeune femme face à une fenêtre ouverte ?
Ils nous tournent le dos et nous, spectateurs des tableaux sommes appelés à voir ce qu'ils regardent .
Non, ils ne regardent pas, ils contemplent, et ce par là même nous invitent à la contemplation :
"Ferme l'œil de ton corps pour d'abord voir ton tableau avec l'œil de l'esprit".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jean-Bertrand Pontalis (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Bertrand Pontalis
Vidéo de Jean-Bertrand Pontalis
autres livres classés : tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
344 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre