AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070421570
Éditeur : Gallimard (23/01/2002)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Un livre qui fait plus confiance à la « pensée rêvante » qu'au discours maîtrisé. Il commence par un éloge des fenêtres ouvertes sur le lointain ou l'invisible et s'achève par celui de la clairière, cette ouverture fragile au creux de ce qui est longtemps resté opaque.

Des pensées, des moments, des rencontres sont évoqués sous la forme d'images venues du rêve, de mots venus du divan, d'un livre dont une phrase vous a saisi. De brèves hist... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
natta
  22 novembre 2015
Voici un petit livre agréable, accessible qui dresse une série de portraits sur un registre psychanalytique et s'ouvre sur un poème de Rainer Maria Rilke :
« Fenêtre, toi, ô mesure d'attente
tant de fois remplie,
quand une vie se verse et s'impatiente
vers une autre vie.
Toi qui sépares et qui attires,
changeante comme la mer,
glace, soudain, où notre figure se mire
mêlée à ce qu'on voit à travers ;
échantillon d'une liberté compromise
par la présence du sort :
prise par laquelle parmi nous s'égalise
le grand trop du dehors. »

Lien ou isolement social, dialectique du visible et de l'invisible, la fenêtre permet de gérer les rapports à autrui et au monde environnant à travers la symbolique des regards où s'instaure une sorte de complicité qui lie l'habitant à sa fenêtre familière. Elle préserve de l'intime, filtre la lumière et suggère une ouverture sur le monde, sur l'Air.
Pontalis évoque ici la fenêtre à travers des rencontres inédites dans le cadre de sa pratique d'analyste. Il l'aborde par « intuition, pensée rêvante » ; je dirai réceptivité~spontanéité. Il évite donc le jargon conceptuel en introduisant un langage fluctuant au gré des ses inspirations.
C'est une lecture qui apporte une bouffée d'air nouveau et qui invite le lecteur à élargir ses frontières, dans son rapport à l'Autre, au monde, à Soi.
« J'ai oublié que ces hommes, ces femmes me soignent à leur manière. Me soignent en ouvrant des brèches dans ma « normalité ». L'analyse est peut-être, avec l'amour, la seule expérience qui vous emporte « hors de soi ».
Rq :Le mot « fenêtre » vient du latin « fenestra » et se définit comme une ouverture. On a relié l'étymologie latine au mot grec « phanein » qui signifie « venir à la lumière », « apparaître ».
Feu-naître…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
lecassin
  07 août 2015
« Aujourd'hui mes écrits psychanalytiques sont tenus par certains pour plus littéraires que scientifiques » peut-on lire page 115, immédiatement suivi de «J'accepte cette critique » …
Pour avoir découvert J.B. Pontalis par son dernier opus posthume, « Marée basse marée haute » et apprécié la qualité littéraire de l'ouvrage, rien ne pouvait m'enchanter plus que cet « aveu » ; car il faut bien l'admettre, souvent, les écrits sur et autour de la psychanalyse m'endorment, pour être poli …
« Fenêtres », un petit recueil de textes façon lexique qui ne manque pas de style, lui non plus , bien que plus axé sur la pratique d'analyste de son auteur ; quelques critiques à peine voilées sur les collègues trop souvent « piedestalisés », quelques remises en question de sa propre pratique, conduisent parfois J.B. Pontalis à se demander qui est l'analysé, lui ou son patient, ou les deux…
Bon. Un peu déçu tout de même par rapport à « Marée basse marée haute », malgré quelques belles pages…Quelques fenêtres à ouvrir à usage thérapeutique, comme pour adopter « la prescription des médecins d'autrefois : vous devriez changer d'air, ça vous fera du bien ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
lecteur84
  17 décembre 2014
Fenêtres, un ouvrage qui s'ouvre sur l'auteur autant que sur ses patients. Par le regard et l'écoute qu'il porte sur eux, il dénoue aussi son propre mystère et nous invite, d'une certaine façon à en faire autant.
Il aborde son métier, la psychanalyse, non pas de façon hermétique, mais au contraire avec des mots simples. de là naissent des images qui empruntent au souvenir, à l'enfance, aux rêves, une autre façon d'arriver à soi. Quand on termine ce livre on songe aussi à capter cette " pensée du jour qui serait rêvante."
Commenter  J’apprécie          131
jfponge
  22 mars 2015
Dans ce vocabulaire écrit "au petit bonheur", Jean-Bertrand Pontalis se livre à un devoir de mémoire. Secrets sortis du passé, nostalgies, regrets, espoirs sont autant d'ouvertures (vers le passé, vers l'avenir) que l'auteur s'efforce d'analyser, à la lumière de ses souvenirs de praticien. Dans un langage simple, débarrassé du jargon et des tournures alambiquées des spécialistes, l'écrivain-psychanalyste avoue en toute modestie sa faiblesse face aux souffrances de ses patients, et éclaire d'un jour nouveau de nombreux concepts restés longtemps obscurs pour le commun des mortels. Loin des querelles de chapelle qui ont précipité le déclin de l'analyse freudienne, cette oeuvre d'une grande lucidité, facilement accessible au lecteur curieux et attentif, renoue les liens avec une tradition associant savoir et qualité de l'écriture. Un régal...
Commenter  J’apprécie          50
oiseaulire
  19 mars 2018
Très joli essai d'un praticien de la psychanalyse un peu poète et beaucoup philosophe. Jean-Bertrand Pontalis au soir de sa vie nous propose de courtes réflexions sur le rêve, l'abandon, l'enfance, le sommeil. C'est modeste, intelligent, profond. Ça caresse l'âme, ça libère la poitrine. On pense à une fenêtre ouverte sur un boulevard parisien (ou lyonnais, ou bordelais) bordé d'arbres en fin d'après-midi. C'est peut-être dimanche, le soleil entre, le temps semble suspendu. On se laisse aller, on est bien.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
nattanatta   22 novembre 2015
En latin le deceptor est le trompeur. En langue anglaise, to deceive : leurrer, tromper. Tromper l'attente de l'autre.
Faudrait-il pour ne pas être déçu ne rien attendre? Être né sans illusions pour être assuré de ne pas en perdre?
Être, à l'origine, déjà désenchanté?

(...)

Si nos mères n'étaient pas décevantes, nous ne recevrions jamais rien de ce que, par surprise, offre la vie.
Commenter  J’apprécie          90
lecassinlecassin   07 août 2015
Le rêve rend visible l’invisible, fait voir de tout prêt le lointain, l’oublié. Les grandes « lois » de l’inconscient ont été découvertes par l’analyse microscopique du rêve. Le rêve : ce télescope de nos nuits.
Commenter  J’apprécie          150
lecassinlecassin   06 août 2015
Le peuple n'existe comme peuple que lorsque toutes ses composantes ensemble ne se reconnaissent plus dans ceux à qui il a confié - comment faire autrement ? - le soin de le représenter; alors, il proteste, il manifeste;
Commenter  J’apprécie          140
lecassinlecassin   10 juillet 2015
D'où vient que nous élisions certains mots ? Qu'il y en ait à nos yeux d'aimables ou de détestables alors que d'autres ne nous disent rien, et qu'il en existe de si lourds qu'il nous paraisse urgent de nous en délivrer ?
Commenter  J’apprécie          120
nattanatta   22 novembre 2015
Sens ne s'oppose pas à non-sens. En se "cassant la tête", on finira bien par lui donner un sens à ce non-sens. Sens s'oppose à informe, à vide de sens.
J'en viens à écouter autrement celui qui ne tolère pas le vide de sens, pour qui tout ce qui lui arrive doit impérativement être chargé de sens.
Doté, chargé, pourvu de : il y aurait donc un temps antérieur, un temps vide de sens et, avant encore, un temps peut-être où le sens n'était pas perdu mais était là, perceptible.

Quel est ce vide si redouté, cet informe si menaçant?
A mon tour me voici pris dans la quête de sens. Et si elle aller se révéler interminable?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jean-Bertrand Pontalis (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Bertrand Pontalis
Vidéo de Jean-Bertrand Pontalis
autres livres classés : ouvertureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
404 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre