AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Vudemeslunettes


Vudemeslunettes
  25 mai 2015
EDIT - JUIN 2016

L’an dernier, je découvrais “Un merci de trop”, le roman de Carène paru en auto-édition chez Librinova. Plusieurs mois sont passés. J’ai continué d’échanger régulièrement avec Carène, nous sommes devenues Lectrices Charleston 2016, nous nous sommes rencontrées … pendant ce temps là, Juliette de “Un merci de trop” évoluait aussi. Forte de son succès chez Librinova, Juliette est arrivée chez Michel Lafon ! Quelques corrections, quelques modifications, quelques ajouts, beaucoup de travail de la part de Carène … Et c’est une nouvelle version d’”Un merci de trop” qui est donc parue hier !

Je n’ai pas l’habitude de relire des livres que j’ai déjà lu mais vous comprenez … ce n’est pas vraiment le même texte. Oui, l’histoire est la même, oui Juliette est toujours la même mais ce n’est pas le même livre ! Alors c’est avec un grand “Hiiiiiii” que j’ai ouvert l’enveloppe dans laquelle se cachait Juliette, un carton sur la tête. Et c’est avec envie et enthousiasme que j’ai redécouvert Juliette.

“Un merci de trop” en version auto-éditée (dont je vous parlais ici) m’avait beaucoup plu ! J’avais dévoré le roman, appréciant Juliette, adorant les rebondissements et le style de Carène. J’avais malgré tout noté le côté “amateur” (qui n’a RIEN de péjoratif) de Carène qui se ressentait. Un petit manque de confiance ? (quoique … la confiance il ne faut pas en manquer pour se lancer !). Bref, j’avais adoré “Un merci de trop” même s’il lui manquait un petit truc à l’époque.

Je me suis donc posée l’autre soir pour commencer à lire “Un merci de trop” version Michel Lafon. Dès les premières pages, j’ai redécouvert Juliette, j’ai retrouvé le style de Carène. Un style prenant et agréable qui ne permet pas de poser le bouquin, ne serait-ce que pour un câlin au chat !! Très vite, j’ai senti une différence. Je n’avais plus cette impression “de premier auteur”. J’ai senti et ressenti le travail d’éditeur qu’il y avait eu derrière. L’histoire est la même, Juliette est encore plus plaisante, certains passages ont été modifiés, d’autres ont été rajoutés. Après avoir lu la version auto-éditée, j’ai ressenti tout le travail de correction et d’amélioration du bouquin apporté par Carène et Michel Lafon. Quelques heures plus tard, ma lecture était (encore) terminée.

Un plaisir encore plus grand que la première fois. Un livre 100% chick-lit et bonne humeur, qui ne se perd pas, qui est grand et fort comme celle que Juliette aimerait être au début de l’histoire.

“Un merci de trop” est une comédie légère, agréable et sympathique bien écrite et avec un style prenant. Côté personnage, Juliette est une jeune femme attachante que l’on a envie d’aider. A grandir, à oser, à atteindre ses rêves … à être heureuse. Une comédie que j’ai pris plaisir à lire et que je vous conseille les yeux fermés !

---

MAI 2015 : http://vudemeslunettes.fr/2015/04/15/un-merci-de-trop-carene-ponte/

L'histoire est simple (dans le bon sens du terme), genre de chick lit française qui fait du bien, qui permet d'oublier un peu les soucis et de nous faire rêver dans un monde où « tout n'est pas forcément beau, mais où tout finira bien ».

Juliette elle me (nous ?) ressemble un peu en fait, et je pense que c'est l'une des forces de ce roman … En moins de 30 sec, j'ai compris cette nana, je me suis identifiée à elle et j'ai eu cette étrange impression de l'avoir toujours côtoyée. Comme si Juliette c'était un peu la nana cachée au fond de nous, celle qui obéit à ses parents, celle qui garde ses rêves enfouis pour ne pas faire de vague et celle qui reste dans le rang…

Alors forcément, quand tout bascule … tout bascule !

C'est d'ailleurs une autre chose que j'ai énormément apprécié dans ce roman : les rebondissements ! Après quelques pages j'ai eu peur que le roman soit « plat », qu'il nous entraine juste dans une quête, une « recherche de soi », sans gros soucis. Pourtant, les « problèmes » arrivent sans que l'on s'y attende, de façon très naturelle, comme ils arriveraient dans la vraie vie en fait.

La première fois, ça m'a un peu … perturbée ! Ben forcément, je ne m'y attendais pas … Pourtant, ça a rajouté un piment d'enfer à l'histoire. Une histoire donc qui s'est développée et enrichie au fur et à mesure de la lecture, une histoire qui fait plus sourire et rire que pleurer et qui renvoie un message positif.

D'ailleurs, tout ce qui se passe dans le roman pourrait se passer dans la vie « réelle ». Il n'y a pas une situation que j'ai trouvée « trop » ou « irréelle ». Bien entendu, on se dit que certaines coïncidences ne pourraient pas avoir lieu dans la réalité, pourtant, elles sont si bien amenées, de façon subtile et efficace qu'elles paraissent réalistes …

Finalement, j'aurais pu dévorer le livre, assise devant mon bureau, si je ne m'étais pas raisonnée. Parce qu'il se lit facilement, que le style est entrainant, que chaque rebondissement nous donne envie de connaître la suite … et la fin !!

Certains passages m'ont néanmoins paru hésitants mais je pense que c'est vraiment du au statut « amateur » de Carene et au fait que ce soit son premier roman. Ces petits passages ne m'ont pas gênés, même si je regrette qu'il n'y ait pas eu de repères « temporels », qui permettaient de situer certains événements par rapport à d'autres (en même temps, moi je suis une adepte des repères temporels)

« Un merci de trop » est un premier roman plus que satisfaisant, agréable et léger. On s'y retrouve grâce à une héroïne attachante, qui nous parle et qui est un peu « nous ». On y trouve de l'espoir et une envie de remettre nos rêves au premier plan. On s'y perd aussi … car oui … n'essayez pas de résister, une fois tombé dedans, vous ne penserez plus qu'à une chose : le terminer ! Et quand il sera fini, vous n'aurez plus qu'une envie : en avoir plus !

Lien : http://vudemeslunettes.fr/20..
Commenter  J’apprécie          70



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (5)voir plus