AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211079245
Éditeur : L'Ecole des loisirs (03/06/2005)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 53 notes)
Résumé :
C'est un livre où l'on apprend que les murs, les toits et les fenêtres d'une maison peuvent s'en aller, par coquetterie ou par désespoir. Que les portes peuvent s'en aller, elles aussi, mais pour des raisons plus subtiles, surtout si elles sont nos amies. C'est également un livre où l'on apprend comment les parents peuvent rétrécir et comment les maisons se construisent. On y découvre qu'il y a toutes sortes de larmes. Qu'elles peuvent être lourdes, énormes, mouillé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
canel
13 mai 2017
Claude Ponti a ses admirateurs.
Si vous cherchez une idée de cadeau pour un enfant, les snobinards des 'vraies' Librairies de Littérature jeunesse avec des grands L, ceux qui froncent le nez devant Tchoupi, vous colleront sûrement un de ses albums dans les mains.
Je connais peu l'oeuvre de cet auteur, refroidie à jamais par ce 'Schmélele', offert à mon fils lorsqu'il avait un peu plus de cinq ans. Parents et enfant l'avions lu une et une seule fois, alors qu'à cet âge, les petits veulent qu'on leur relise indéfiniment les histoires qu'ils aiment. Etions-nous même allés au bout de cette lecture ? Pas sûr.
A vingt ans et des poussières, le jeune homme a gardé de cet album un souvenir cauchemardesque.
Hop, un emprunt à la bibli car notre exemplaire doit être bien caché, et on l'a relu.
Debriefing mère-fils après redécouverte :
- Alors, ton avis, maintenant ? C'est aussi terrible que dans ton souvenir ?
- C'est pas pour les enfants, c'est tout !
Bim ! J'espérais un bel argumentaire, mais il ne se foule pas, pas le temps, il révise, période de partiels... Il m'a quand même précisé que les béances entre les bandes du passage piéton, c'était bien vu, que les enfants se faisaient réellement ce type de trip.
Pour moi, 'Schmélele' est le genre d'ouvrage que les adultes peuvent trouver beau, poétique et que je déteste. Parce que je l'ai lu la première fois avec un regard d'enfant, ressentant le malaise que pouvaient générer ces dessins, ces couleurs, ces métaphores, cette histoire poisseuse, d'une tristesse infinie malgré la fin optimiste.
Cela m'évoque 'L'écume des jours' de Boris Vian et 'Alice au pays des merveilles' (la version originale de Lewis Carroll), que j'ai beaucoup aimés, mais parce que je les ai découverts en fin d'adolescence, pas à cinq ans.
De même que 'Le petit Prince' (Saint-Exupéry), présenté par mon institutrice de grande Section, m'avait fait flipper (un boa qui mange un éléphant, un enfant debout sur une planète...), cet album de Claude Ponti me met vraiment mal à l'aise...
Epargnons les jeunes enfants, laissons-les grandir à leur rythme et lire des 'conneries' ; des bouquins bourrins et/ou roses à paillettes valent parfois mieux qu'un truc 'intello' !
PS : la femme à barbe ascendant yéti s'insurge 'Pourquoi les monstres sont-ils poilus, en littérature jeunesse ?' 😒
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
gouelan
16 janvier 2016
Schmélele est pauvre, sa maison n'a ni murs ni toit, mais au moins, elle a une porte et ses parents sont heureux. Ils travaillent tellement dur, qu'ils finissent par devenir minuscules et disparaître…
La porte Bâbe décide, elle aussi, de quitter une maison qui ne ressemble plus à rien, emportant avec elle, le petit Schmélele.
C'est le début d'un long parcours. La tristesse et la peur gagnent Schmélele. « Il verse une grosse larme, une grosse larme énorme et très mouillée. »
Il a bien fait de verser cette grosse larme. Après cette larme, la plus grosse, viendra le bonheur. Après la pluie, le beau temps, c'est bien connu. Il est alors temps de sécher ses larmes, de se mettre à rire pour que « l'Empêcheur » d'être heureux ne lui barre pas la route, puis de semer ce petit bonheur retrouvé, d'en prendre soin, et il en sortira, à coup sûr, une belle vie, un foyer avec ses parents à nouveau heureux, dans une vraie maison , travaillant gaiment en peignant le ciel, un ciel bleu évidemment.
C'est une belle histoire, joliment illustrée. Les noms des personnages imaginaires sont drôles ; Eugénie des larmes et Eugénie du rire, la carpe Hédième… Une histoire naïve qui parle de larmes de tristesse et de larmes de joie, du bonheur fragile, dont il faut prendre soin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
simae
09 avril 2011
L'univers de Claude Ponti est un régal pour les enfants! Des personnages rigolos aux noms biscornus, des dessins louffoques et des histoires dignes des rêves de nos bambins!!
Lien : http://lebacalivres.blogspot..
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
gouelangouelan16 janvier 2016
Schmélele et ses parents habitent une maison tellement pauvre, que les murs, le toit et les fenêtres sont partis vivre ailleurs. Seule la porte est restée.
Commenter  J’apprécie          90
LilizLiliz12 février 2014
La carpe Hédième offre une écaille à Schmélele. Elle adore offrir ses écailles, parce qu'elles repoussent en trois minutes à midi et que ça fait un chatouillis frissounnillou sur la peau.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Claude Ponti (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Ponti
"L'axe même de la vie d'un enfant, c'est de conquérir sa propre vie" nous explique Claude Ponti, auteur et illustrateur jeunesse qui a réalisé son premier livre d'humour et de poésie pour celle qui a changé sa vie, sa fille, son "conte de fée".
autres livres classés : jeunesseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Ponti Foulbazar

Si je vous dis Claude Ponti, quel animal répondez-vous ?

Un chat
Un alligator
Un poussin
Un loup

11 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Claude PontiCréer un quiz sur ce livre