AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702167381
Éditeur : Calmann-Lévy (08/01/2020)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Le crime s’invite dans un château du Bordelais.
Été 2017. Après un épisode de gel qui a dévasté ses vignes, Bernard Mazet se range à l’idée de sa femme d’ouvrir des chambres d’hôtes pour sauver la propriété familiale de Haut Méac. Le château affiche complet avec la venue d’un groupe de trentenaires pour une semaine. La fantasque Olivia, Vincent, le célibataire volage, Clara, si discrète, et leurs deux couples d’amis semblent heureux de se retrouver. Mais dans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
llamy89
  28 janvier 2020
Le décor : un domaine viticole "Haut Méac" en difficulté financière.
Les protagonistes : Un groupe d'amis peu commun, liés entre eux par le couple Pierre et Juliette. La famille Mazet, Bernard le viticulteur et sa femme Alexane, résolue à faire bouillir la marmite avec la chambre d'hôtes crée après l'année de grêle puis de gel. Les parents de Bernard Mazet, retirés dans le pavillon d'en bas pour laisser le champ libre à leur fils.
Une poignée d'amis venus profiter d'une semaine de repos dans un cadre idyllique. Jusqu'au matin où le boulanger du village voisin découvre le corps de l'une d'entre eux dans la chambre froide. 150 pages, pour découvrir ce meurtre, qui permettent de prendre la mesure des personnages, de laisser filtrer la psychologie de chacun, de laisser monter la tension.
L'auteure distille alors savamment les contours des personnalités de chacun des personnages pour mieux instiller le doute chez le lecteur.
Une ambiance à la Barnaby avec l'enquêteur Géraud Dambérailh aux méthodes un peu surannées. Où l'on découvre que ce lieu de villégiature n'est pas le fruit du hasard. Que les conflits d'intérêts ne sont jamais très loin. Mais qui a tué ? À qui profite le crime ?
Le polar psychologique prend forme et corps dans ce domaine viticole bordelais sous la plume subtile d'Agathe Portail.
L'auteure nous balade lentement dans cet univers clos, au milieu de ses personnages liés par leur passé d'étudiant pour les uns par des liens familiaux pour les autres. Pierre et Juliette très amoureux, Corentin et Léonie très torturés, Clara la discrète, Olivia, Vincent l'adulescent, les Mazet, leur peur de l'échec, leur attachement au patrimoine viticole familial.
L'auteure décrit avec finesse, dans un suspense bien présent, la noirceur des uns ; la naïveté de certains, la cruauté d'autres, la beauté des paysages. J'ai beaucoup aimé le couple d'enquêteurs Dambérailh-Amblevert qui pourrait constituer des personnages récurrents.
Je remercie les éditions Calmann-Levy pour cette belle découverte.
Une collection "Territoires" prometteuse à la lecture de ce premier roman captivant qui vous embarque jusqu'à l'épilogue totalement inattendu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Bazart
  10 janvier 2020
Pour inaugurer sa nouvelle collection Territoires Calmann Levy a invité une nouvelle venue, Agathe Portail, jeune auteure bordelaise de 32 ans- qui travaille dans la communication et dont le roman l'année du gel est paru le 8 janvier dernier.
On a reçu " l''année du gel " dans une sublime box et on a lu assez rapidement.
L'intrigue de ce polar régional se déroule dans une splendide propriété viticole familiale en pleine de la région bordelaise, le Haut Méac que le couple de propriétaire, Monsieur et Madame Mazet décide de louer en chambres d'hôtes histoire de mettre un peu de beurre dans les épinards, enfin plutôt dans les raisins..
Un groupe de quelques copains d'une trentaine d'années vont alors annexer les chambres de l'établissement. Tout se passe bien jusqu'u jour où un corps est découvert dans une des chambres du château. Qui est la victime et surtout que s'est-il passé ?
Agathe Portail nous donnera la clé du mystère qu'à la fin de ce whodunit bordelais d'une efficacité certaine. Pleinement maitrisé, la jeune romancière joue parfaitement avec les allers retours entre passé et présent et distille les indices comme il faut pour qu'on puisse reconstituer le puzzle du mystère de la propriété du Haut Méac.
« Alors que les ombres commençaient à s'allonger, Pierre et Vincent avaient battu le rappel des uns et des autres tout autour du château et dans les couloirs : l'apéritif se profilait. Alexane Mazet était sorti opportunément de son atelier, un pinceau à la main, et Vincent l'avait invitée à se joindre à eux. Juliette avait dévalé le lourd escalier et couru jusqu'à la cuisine où elle avait tiré sur un plateau de la pile posé sur le frigidaire ronflant »
On s'en doute, secrets dissimulés et rancoeurs inavoués ne tarderont pas à pointer le bout de son nez avec la découverte de ce cadavre.
La romancière privilégie largement la dimension psychologique sur l'action et met évidemment bien en avant le territoire de sa région (d'où le lien évident avec la thématique de sa collection) avec de belles descriptions de paysages oenologiques.
Agathe Portail n'évite certes pas certains stéréotypes et maladresses de style, mais on évite toutefois la grosse saga régionale autour d'une riche propriété comme les chaines de service public avaient tendance à nous abreuver il y a quelques années grâce au mécanisme implacable du thriller et au dénouement plutôt inattendu même pour les adeptes de polar.
Avec ce polar d'atmosphère baigné d'une certaine douceur on a une lecture plutôt idéale pour bien commencer l'année !!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Valmyvoyou_lit
  07 janvier 2020
Été 2017. le couple Mazet loue des chambres d'hôtes, afin de faire face aux difficultés financières qui menacent leur vigne. Un groupe de trentenaires investit le château. Ils sont amis depuis leurs études, se retrouvent tous les ans et sont très différents. La chaleur et les soirées arrosées font remonter des drames personnels.

Au bout de quelques jours, un corps est découvert dans la chambre froide. N'ayant que peu d'indices scientifiques, le major Dambérailh doit trouver le mobile pour découvrir qui se cache derrière ce crime. Pour cela, seules les auditions peuvent l'aider.

L'enquête repose essentiellement sur l'aspect psychologique : la façon de tuer, le passé de la victime, ses liens avec les autres, la vie des témoins. Nous avons les mêmes informations que le major, aussi, j'ai recherché activement qui avait une raison de tuer. J'ai soupçonné tout le monde, j'ai envisagé tous les mobiles, du moins… c'est ce que j'ai cru. J'ai, parfois, espéré me tromper, car l'attachement s'était créé envers certains suspects. En effet, ce polar doux donne une part importante à la personnalité des personnages. J'ai eu la sensation de les connaître, de les comprendre et je ne voulais pas qu'ils me déçoivent.

Des retours en arrière sont faits. Les policiers sont obligés de revenir sur certains témoignages, de creuser certaines informations et les rivalités se dévoilent au fur et à mesure. Personne ne semble avoir de raisons de tuer la victime et, en même temps, tout le monde en a une. La narration est si bien ficelée que j'ai nagé en pleine confusion. Malgré mes soupçons divers, je n'ai jamais eu de certitudes.

La suite sur mon blog

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Mooncatchereads
  17 janvier 2020
Vous reprendrez bien un peu de petits meurtres entre amis ?
Désuet. C'est le mot qui me vient le premier en tête, quand je pense à ce roman. Oui, c'est bien le terme que j'emploierai : du premier roman d'Agathe Portail se dégage un charme désuet.
Un charme désuet à la Agatha Christie. Dès les premières pages, j'ai ressenti cette ambiance à la fois cosy et mystérieuse. On sait que le danger est tapi, là, quelque part… mais on ne peut poser le doigt dessus. Entre les descriptions des lieux et les dialogues, on aurait presque l'impression de se retrouver dans la demeure d'un aristocrate britannique.
Mais non ! Bienvenue dans le Bordelais, au coeur d'un domaine viticole. La demeure est splendide, vestiges d'une vie luxuriante. Malheureusement, aujourd'hui, Bernard Mazet peine à joindre les deux bouts. Entièrement tributaire du temps, l'année passée, il a vu sa récolte de raisins partir en fumée après un épisode de gel. C'est ainsi qu'il accepte l'idée de sa femme : profiter de leur magnifique demeure pour ouvrir des chambres d'hôtes.
Et c'est donc ainsi que quelques amis trentenaires se retrouvent dans cette propriété familiale de Haut Méac. Et que le corps sans vie d'une des hôtes est retrouvée dans la chambre froide du château.
Porté par une écriture fluide et maitrisée, ce roman est mené d'une main de maitre. C'est un primo-roman, et pourtant, Agathe Portail maitrise tous les codes. Elle brouille les pistes, nous fait douter de chacun des personnages. Et, comme dans un bon polar à la Agatha Christie : le meurtrier n'est jamais celui que l'on croit !
Un premier roman très réussi, qui inaugure également la nouvelle collection des éditions Calmann-Lévy : la collection territoire. Et, on comprend facilement pourquoi Agathe Portail y a toute sa place… Pas besoin de partir loin, pour s'évader. le Bordelais est à portée de main !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
jadorelalecturecom
  17 janvier 2020
Je suis ravie que les éditions Calmann-Lévy m'aient proposé de participer à la découverte de leur nouvelle collection « Territoires ». 
Donc courant décembre, j'ai reçu une très jolie box au coeur de laquelle était niché le roman d'Agathe Portail. Un polar au coeur du Bordelais. Je m'en suis d'autant plus réjouie que je vis à quelques kilomètres à peine. 
Certains auraient pu être tentés de qualifier ce livre de polar régional. Pour moi, ce n'est pas le cas, sans que cela n'ait aucune connotation péjorative bien évidemment.
En fait, la jeune auteure installe son décor et ses personnages lentement. Je sais pour l'avoir déjà vu passer sur les réseaux sociaux que le roman est comparé à une partie de Cluedo. C'est exactement cela qu'il m'a suggéré aussi. Mon imaginaire est reparti vers le fameux colonel Moutarde. 
Ce roman a comme suspendu le temps car on plonge dans l'intrigue et on oublie le reste autour. Les protagonistes nous y aident bien aussi et c'est ce qui m'a plu. La manière de conduire l'enquête qu'a la gendarmerie locale suspend elle aussi le temps. On sent bien les connivences et le fait que l'on doit « préserver » certaines familles des ennuis. Bref il faut mettre des gants avant d'interroger ou en tout cas interroger prudemment certaines ou certains. On est dans un petit village où tout le monde se connaît, alors quand le meurtre surgit c'est l'Affaire dont tout le monde parle.
La bande de jeunes trentenaires porte des prénoms bien d'aujourd'hui mais le reste de la galerie construite par Agathe Portail a des prénoms d'un autre temps. « Géraud », ce gendarme qui semble tout droit sorti d'une autre époque, « Daphné », cette vieille dame loufoque et un peu foldingue si attendrissante mais également fort envahissante aussi... 
Mais pour autant, j'ai été un peu perdue au départ car justement la galerie des personnages est très riche, entre les locaux : le couple Mazet, le boulanger, les parents de Bernard Mazet et cette bande d'amis trentenaires venus passer a priori un belle semaine de vacances et de retrouvailles. 
Il faut donc un peu de temps pour assimiler la place et le rôle de chacune et chacun. En parallèle, l'auteure dresse habilement le cadre de son roman, ce château de Haut-Méac. Mais finalement, ce n'est pas tant la situation géographique que l'intrigue qu'elle tisse et dévoile petit à petit, lentement qui intéressent le lecteur. 
C'est bien construit et elle a su me faire douter à maintes reprises. Donc pour reprendre le parallèle, j'étais embarquée dans une partie de Cluedo... 
Et j'ai été bluffée par la résolution de l'intrigue car pour le coup je ne l'avais pas vue venir. Il y a bien un personnage dont je doutais car j'avais compris l'une des ficelles de l'histoire, mais je n'en dis pas plus au risque de spoiler. 
Donc en résumé, un bon moment de lecture.  A savourer pour ralentir et profiter d'une parenthèse hors du temps. 

Lien : https://www.jadorelalecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BazartBazart   29 décembre 2019
Alors que les ombres commencaient à s'allonger, Pierre et Vincent avaient battu le rappel des uns et des autres tout autour du château et dans les couloirs : l'apéritif se profilait. Alexane Mazet était sorti opportunément de son atelier, un pinceau à la main, et Vincent l'avait invitée à se joindre à eux. Juliette avait dévalé le lourd escalier etcouru jusqu'à la cuisine où elle avait tiré sur un plateau de la pile posé sur le frigidaire ronflant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LucilliusLucillius   05 février 2020
-Elle est si maigre. C'est difficile de croire qu'elle puisse porter un bébé, dit Elise, songeuse.
-Et lui, il est si mou, difficile de croire qu'il ait pu se la faire
Commenter  J’apprécie          30
audeLOUISETROSSATaudeLOUISETROSSAT   03 février 2020
Drôle d’intrusion dans l’intimité de ces gens que d’entrer dans leur cuisine pendant leur sommeil. Avant de démarrer ses livraisons à Haut Méac, Fabien s’était Imaginé un décor moins miteux.
Commenter  J’apprécie          10
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
272 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre
.. ..