AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les enquêtes de Victor Dauterive tome 5 sur 6
EAN : 9782824615653
448 pages
City Editions (09/10/2019)
4.41/5   44 notes
Résumé :
Été 1792. Alors que l’armée austro-prussienne menace Paris, le lieutenant Victor Dauterive se préoccupe surtout de la disparition de Joseph, son petit serviteur. Le garçon a été enlevé et a sans doute disparu dans l’enfer de Bicêtre, la prison des fous, des voleurs et des enfants…

Mais une autre mission l’éloigne de ses recherches lorsqu’un policier, qui s’intéressait à une affaire de corruption dans l’entourage de Danton, est retrouvé assassiné. Ce n... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
4,41

sur 44 notes
5
21 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

lyoko
  09 février 2020
Un roman historique comme je les aime.
Avec une vraie histoire autour de faits historiques très documentés. Un polar qui se tient et qui est palpitant , avec des personnages hauts en couleurs et surtout très humains, et au caractère fort. Il faut bien ça pendant la révolution !
Mais surtout le côté humain ou le héros n'est pas épargné, et le lecteur non plus au passage. Il y a des évènements qui se sont déroulés qui donnent froid dans le dos.
Je n'ai qu'un regret c'est que j'ai fais la connaissance de l'auteur que très récemment et du coup de son personnage principal Victor Dauterive. du coup, j'ai commencé la série par le tome 5 ( je remercie l'auteur pour cette découverte). Mais je crois, que pour apprécier pleinement cette série il m'aurait fallu commencer par le début. Je vais bien évidemment dans les mois a venir remercier à tout cela.
En plus d'être très documenté, Jean-Christophe Portes a une plume très agréable qui emmène littéralement le lecteur à une autre époque… ici celle des Jacobins.
Une grande découverte, a conseiller aux plus grands amateurs de romans historiques !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8914
Franckync
  05 décembre 2019
Titre : La trahison des jacobins
Auteur : Jean-Christophe Portes
Année : 2019
Editeur : City Editions
Résumé : Été 1792. Une moiteur constante étouffe les parisiens. Prêtes à fondre sur les révolutionnaires, les troupes austro-prussienne campent à quelques lieux de la capitale. La tension est partout : aux Tuileries où le roi complote pour sauver la monarchie mais aussi dans les rues, où les sans culottes font régner la terreur et où la moindre parole déplacée peut valoir de voir sa tête fichée au bout d'une pique. Dans cette période troublée le lieutenant Dauterive lui, n'a qu'un but : retrouver le jeune Joseph tombé aux mains d'un réseau pédophile opérant à Bicêtre, la prison des fous, des voleurs et des enfants.
Mon humble avis : La trahison des jacobins est le cinquième volume des aventures de Victor Dauterive, lieutenant de gendarmerie emporté dans le tumulte de la révolution française. Ceux qui suivent francksbooks assidument - oui, oui, il y en a, et j'en suis le premier étonné - savent que je suis particulièrement fan de cette série et cet opus ne me fera pas changer d'avis, bien au contraire. En effet, jamais épisode n'a été plus tendu, plus haletant, plus traversé d'un souffle, que cette trahison des jacobins. Dauterive a mûri, il s'est délesté de l'influence de Lafayette, est devenu plus dur, plus violent et rien ne l'arrête dans sa recherche du jeune Joseph. Une fois de plus, Portes nous régale par son érudition, par la finesse de ses descriptions et par sa façon brillante de décrire ce Paris révolutionnaire et bouillonnant. À l'image de son jeune héros, les personnages ont gagné en épaisseur, Olympe de Gouges passionara et icône féministe en avance sur son temps, Joseph le jeune orphelin torturé et l'immonde Dossonville, exécuteur des basses oeuvres de Danton. Tous se croisent dans un ballet savamment orchestré, où le rythme ne faiblit jamais, où les rebondissements sont incessants. Comment évoquer ce roman sans parler de la scène finale ? Sans parler de ce que l'on a surnommé la deuxième révolution ? Une scène décrivant la prise d'assaut des Tuileries par les révolutionnaires, une scène obscène de violence, de cruauté, où le sang se répand sur les pavés de Paris comme un fleuve tumultueux. Cet épisode, tiré d'une réalité historique, vaut à lui seul que l'on se penche sur cet excellent roman de Jean-Christophe Portes. J'avoue que l'évolution de Dauterive est également pour beaucoup dans cette chronique dithyrambique. Autrefois un peu falot, le jeune homme a pris du caractère, il est plus sombre plus déterminé, plus sensuel aussi, et c'est un plaisir de suivre son évolution tandis qu'en arrière fond la ville devient folle. Moins alambiqué que l'épisode précédent, plus tendu, plus noir, ce roman est une grande réussite, un plaisir de lecture et j'envie vraiment les lecteurs qui vont découvrir cette superbe série historique.
J'achète ? : Sans aucune, aucune hésitation. Comment ne pas être passionné par cette période de l'histoire française ? Comment ne pas succomber aux charmes d'Olympe de Gouges ? Comment ne pas frissonner devant la description hyper réaliste de ce que fut l'infâme Bicêtre ? Une grande réussite, encore une fois.
Lien : https://francksbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
polacrit
  17 janvier 2022
La Trahison des Jacobins a été publié par les éditions City en 2019. Les faits et l'ambiance politique qui règne dans Paris en cette époque troublée sont méthodiquement et clairement exposés. La plume de Jean-Christophe Portes est très agréable à lire, élégante et minutieuse, mais le style est plus abrupt, plus râpeux que dans les opus précédents, à l'aulne de la misère plus présente dans cette cinquième enquête: "On n'y voyait pas grand chose à cause des fenêtres fermées, pour éviter que l'air extérieur ne vienne corrompre celui de l'intérieur, dit l'Econome qui déambulait un pas devant lui, penché sur les litières immondes...Il disait d'autres choses; qu'il avait tant d'enfants, si fragiles, si démunis, tant de misère et de morts. Que c'était l'été et qu"on n'attendait point pour enterrer, il faisait trop chaud." (Page 17).
Construction: immédiate descente aux Enfers avec la visite de Dauterive dans la prison de Bicêtre, véritable antre du diable, à la recherche de Joseph, disparu à la fin de l'épisode précédent, illustrée par des descriptions imagées et terriblement évocatrices.
Thèmes: trafic d'enfants; réseaux de prostitution; scandale financier (fausse monnaie).
Sens de la mise en scène avec des descriptions précises, hautes en couleurs, révélant les tréfonds sordides de l'âme humaine: "Elle voulut crier mais ne réussit qu'à s'éloigner à pas hagards, le Hibou dans son sillage. Sur son chemin, elle vit d'autres fillettes ou des garçons (le plus âgé n'avait pas douze ans) satisfaire leurs clients de toutes les façons possibles, certaines offrant leurs croupes penchées en avant, comme dans les pires gravures licencieuses. D'affreux personnages de tous âges et de toutes conditions rôdaient autour, tous bien laids et bien répugnants, suant le vice...Souvent des filles perdues accompagnaient les enfants, se faisant passer pour leurs mères, de sorte que nul n'y trouvait à redire...Parfois les enfants sont prostitués par des maquerelles, dit Restif. Dans ce cas, le réceptacle de leurs ébats n'est pas le jardin mais le bordel." (Pages 168-169)...
..."Oui, certaines familles cédaient leurs propres fils ou filles aux marchands de sexe. Des femmes dix fois mères, qui abandonnaient le dernier rejeton non désiré - après tout c'était cela ou la famille crevait de faim, avec trop de bouches à nourrir. le trafic s'alimentait aussi de fillettes ou de garçons enlevés, volés Dieu savait où, Dieu savait par qui. A Bicêtre? Peut-être bien! Dans les faubourgs, dans les campagnes...D'autres gosses étaient directement retenus à la source pour ainsi dire: des épouses désirant cacher leur grossesse à leur mari, des filles de maison, des cuisinières, des paysannes enceintes. Une négociante leur offrait des arrhes; en échange elles accouchaient chez cette dernière et lui abandonnaient le bébé. Et quelques années plus tard, celui-ci venait alimenter l'odieux marché." (Page 173). =>Pratiques malheureusement toujours d'actualité.
A la fin de l'épisode précédent, L'Espion des Tuileries, Joseph est enlevé par Dossonville, afin de se venger de Dauterive, et emprisonné à Bicêtre. Déclaré mort, Victor rumine sa colère et son chagrin de n'avoir pas su protéger son petit valet. Afin de venger sa mort, il n'a plus qu'une seule idée en tête: tuer Dossonville. Mais Charpier a un autre plan pour lui: discréditer Danton afin de détruire Dossonville, son principal agent.
C'est alors que le policier Bachelu est retrouvé mort dans un établissement de Bains Publics, en apparence suicidé mais plus certainement assassiné, supposément par Dossonville, sur les activités illicites duquel il enquêtait. A moins qu'il ne s'agisse d'un règlement de compte par Mariette, un médecin altruiste, criblé de dettes, dépensant tout son argent dans le jeu, complice de Bachelu dans son trafic d'alcool?
Victor est chargé de l'enquête par Charpier, assisté par le policier Lacour: "Vous allez reprendre l'enquête contre Dossonville, et vous la mènerez à son terme avec monsieur Lacour. Vous aurez un mandat du Comité de surveillance de l'Assemblée. Je serai votre seul interlocuteur...N'oubliez pas que Dossonville travaille aussi pour le Comité de surveillance. Il s'occupe de la lutte contre les faux assignats..." (Pages 44-45).
Quant à Olympe, persuadée que Joseph n'est pas mort mais tombé entre les mains de trafiquants d'enfants, part à sa recherche, écumant les bas-fonds de la capitale, sans se douter des dangers auxquels elle s'expose.
Plus Victor avance dans son enquête, plus il a la conviction que la véritable raison du décès de Bachelu concerne un secret d'Etat bien plus important que le trafic de fausse monnaie. Tandis que la menace autrichienne se fait chaque jour plus présente, frappant aux portes de Paris, dans une ambiance de guerre civile: "Désormais, tout était clair: la Cour attendait l'arrivée des Autrichiens pour reprendre le pouvoir. Capet remonterait sur son trône millénaire comme si rien ne s'était passé, comme si les Droits de l'homme, comme si toutes les réformes ne comptaient pas. On fusillerait, on pendrait quelques centaines de meneurs, des députés ou des officiers, on raserait les clubs, on fermerait les journaux et l'Assemblée, et la vie d'autrefois reprendrait." (Pages 312-313) =>Comment Victor, dans de telles circonstances, parviendra-t-il à démêler les fils de cette intrigue complexe?
Quelle admirable leçon d'histoire couplée d'un passionnant roman d'aventures policières!! La Trahison des Jacobins présente tous les ingrédients du polar historique de haut vol. Car désormais, Jean-Christophe Portes figure parmi les meilleurs auteurs du genre. J'ai bien plus appris sur cette période complexe en lisant ses romans que pendant les cours dispensés au lycée. L'auteur excelle à démêler les fils embrouillés de l'Histoire et à présenter le plus clairement possible les dessous politiques de la Révolution, tout en concoctant une intrigue policière bien ficelée. Je regrette toutefois que la haute qualité de l'ouvrage soit gâtée par les trop nombreuses coquilles dues au manque de soin apporté à son élaboration.
Lien : https://legereimaginarepereg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Herve-Lionel
  26 octobre 2019
La Feuille Volante n° 1404– Octobre 2019.
LA TRAHISON DES JACOBINS - Jean-Christophe Portes - City Éditions.
Cet été 1792 est étouffant mais aussi et surtout bouleversant pour le lieutenant de gendarmerie Victor Dauterive qui apprend la disparition et peut-être la mort de Joseph, son petit serviteur orphelin qu'il espérait adopter et éduquer. Il n'a pu voir le corps et des rumeurs courent sur le trafic d'enfants qui serviraient à la prostitution. Il va donc s'employer à le retrouver. D'autre part, le député Charpier, un Jacobin, va le charger d'élucider la mort étrange d'un policier qui s'intéressait à un juge corrompu, Dossonville, proche de Danton et probablement actif dans le trafic des assignats en vue de détruire financièrement la Révolution. Victor qui le soupçonne d'être responsable de la mort de Joseph accepte donc d'autant plus facilement cette mission. Pour cela, il sait qu'il devra prendre ses distances et éventuellement trahir La Fayette à qui pourtant il doit tout. Mais cette époque est celle des trahisons, celle du roi qui a fui à Varennes et dont on demande la déchéance mais que l'Assemblée dominée par la Jacobins refuse, celle De La Fayette qu'on soupçonne d'attendre les troupes autrichiennes venues envahir Paris, celle des révolutionnaires eux-mêmes, celle de Danton, personnage populaire mais ambigu qui se dit du côté du peuple mais qu'on suspecte d'être aussi favorable à la Couronne, celles des partis politiques pour la conquête du pouvoir, le tout dans une atmosphère de guerre civile, d'un monde qui bascule et déchire les familles, où chacun complote et surveille son voisin, où la mort rôde à chaque coin de rue... Les investigations et les pérégrinations périlleuses de Victor permettront au lecteur d'arpenter les vieilles rues de Paris, mais aussi les bas-fonds, révélant que la Révolution n'a rien changé à la corruption de la société de l'Ancien Régime. Ces temps troublés ont favorisé l'émergence de tous les travers et des folles ambitions parfois meurtrières de l'espèce humaine, au point que les idées philosophiques qui avaient présidé à l'avènement de la Révolution ont été vite oubliées. Cette prise de conscience est d'autant plus douloureuses pour lui qui, enthousiaste et confiant face à ce changement de société, avait renié ses origines nobles. Il sait que L Histoire s'écrit sous ses yeux, que les luttes politiques réclament chaque jour davantage leur lot de morts, que la vie ne tient qu'à un fil dans la confusion et la cruauté des combats et dans la recherche de documents secrets et compromettants, que l'idéal qui l'avait habité se dissout petit à petit mais qu'il doit y resté fidèle malgré les atermoiements, les trahisons, les lâchetés, les bouleversements de situations.
J'aime lire les romans de Jean-Christophe Portes parce que, non seulement il replace son lecteur dans le contexte mouvementé de l'époque, place des personnages fictifs, souvent inspirés d'authentiques révolutionnaires, au sein de l'Histoire que cependant il respecte, les fait se rencontrer et parfois s'affronter, évoque notamment la belle Olympe de Gouges dont Victor est secrètement amoureux (il n'est pas indifférent à la beauté des femmes) et qui met sa fougue et son courage au service de son ami, brosse le portait de l'énigmatique et inquiétant Rétif de la Bretonne. A travers la figure d'Olympe de Gouges qui eut une vie faite de combats et de libertés, l'auteur rappelle son rôle dans la lutte des femmes pour la reconnaissance de leurs droits. Tout cela ne viendra que bien plus tard. Son roman est très documenté (il cite et commente ses sources en fin d'ouvrage), émaillé de descriptions poétiques, de détails sur le mode de vie, de recettes de cuisine et se fait le miroir de la nature humaine. Je remercie des Éditions City de m'avoir fait découvrir ce nouveau roman que le style de Jean-Christophe Portes et ses recherches historiques ont rendu, comme toujours, passionnant. Il s'inscrit dans la continuité de l'oeuvre de notre auteur.
La mort de Jean-François Parot a laissé un vide dans le domaine du roman policier historique. Sans vouloir faire la moindre comparaison entre ces deux auteurs, la période n'étant pas exactement la même, mais avec, depuis quelques années déjà, la création du lieutenant Dauterive et ses investigations menées au temps de la Révolution, Jean-Christophe Portes s'impose comme son successeur naturel et j'ai personnellement toujours plaisir à lire ses romans.
©Hervé Gautier.http:// hervegautier.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Bigmammy
  12 octobre 2019
Nous sommes le 10 juillet 1792. Victor Dauterive, 20 ans, courageux aristocrate converti aux idées nouvelles mais respectueux du Roi et de la Constitution, lieutenant de Gendarmerie, cherche partout son petit protégé, Joseph, enlevé par son ennemi, Dossonville, un proche de Danton. Joseph, mendiant illettré, boiteux, orphelin mais plein de malice, qui sert Victor en tant que valet d’écurie et porteur de messages. Sous ses yeux, on a brisé son bras et on l’a emmené Dieu sait où … Ce sera pire qu’en enfer. Victor se sent responsable de l’avoir entraîné dans ses combats politiques dangereux. Il se lance avec opiniâtreté à sa recherche, dans un Paris nauséabond et encombré, où une deuxième Révolution se prépare.
La quête de Joseph va monopoliser l’action du jeune héros, qui vient de s’affranchir de sa fidélité au Marquis de La Fayette. Son patron est à présent un député membre du Comité de surveillance de l’Assemblée nationale, commissaire de police, membre des Cordeliers et aussi des Jacobins, Antoine-Louis Charpier. Celui-ci charge Victor d’enquêter sur la mort suspecte d’un policier chargé d’investiguer sur une affaire de contrefaçon massive d’assignats.
Alors que la révolte enfle, en particulier à l’annonce du manifeste de Brunswick qui menace l’envahissement du territoire par les Autrichiens et les Emigrés, chacun se méfie de son voisin, même au sein de son propre parti, des trahisons, les complots se préparent, échouent, les corruptions s’étalent, les scandales immondes affleurent. C’est le chaos qui va aboutir à la journée sanglante du 10 août, à l’attaque des Tuileries, au massacre des gardes suisses et à l’arrestation de la famille royale.
Une fois tournée la première page de cette histoire qui suit la trame des événements authentiques et met en scène des personnages historiques (c’est tout le charme des polars du genre !), on ne peut littéralement plus la lâcher.
Les descriptions des combats de rues, de la violence du peuple, de l’ambiance des assemblées captivent immédiatement. Le héros à l’âme torturée, plein de scrupules et horrifié par les turpitudes qu’il découvre, sa bravoure le rendent attachant, lui et ses comparses.
Comme j’aurais aimé lire cette série – je suis accro comme à telle ou telle série policière américaine – lorsque j’étais plus jeune, qui m’aurait ainsi permis de mieux comprendre les ressorts de la Révolution française ! Hélas, et comme le déclare l’un des personnages : « Le peuple s’abuse de croire qu’il trouvera mieux en renversant tout. Ce sera pire. » Car après le 10 août 1792, viendra en effet la Terreur.
Une nouvelle fois, Jean-Christophe Portes nous ravit. Chaque nouvelle aventure de Victor Dauterive est encore plus enthousiasmante que la précédente.
Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Herve-LionelHerve-Lionel   24 octobre 2019
On se moque de moi, on me traite de folle. Nous les femmes, nous n'avons pas voix au chapitre alors que se joue de sort de l'humanité tout entière. On ne nous écoute pas, on nous piétine chaque jour. Nous n'avons pas le droit de parler, pas le droit de voter, pas le droit de combattre. Et regardez ce qui se passe autour de vous. Les femmes son maltraitées, les enfants sont maltraités, les pauvres et les nègres sont oppressés et battus; Vous n'avez pas le droit de nous abandonner, la liberté se mérite, elle se défend les armes à la main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
talou61talou61   24 février 2020
Moi et mes amis, nous sommes persuadés que les Girondins nous trahiront un jour ou l'autre. Brissot et Condorcet font de beaux discours avec de grands mots, mais ce qu'ils veulent surtout, c'est le pouvoir. Ils disent aimer le peuple, mais ils le redoutent.
Commenter  J’apprécie          30
talou61talou61   24 février 2020
Une cloche commençait à sonner, un tintement lourd et répété, comme le battement d'un cœur qui s'éveille. Le tocsin.
Commenter  J’apprécie          60
Herve-LionelHerve-Lionel   23 octobre 2019
C'est ce que j'ai toujours dit. Les plus gros voleurs sont toujours les plus haut placés.
Commenter  J’apprécie          50
Herve-LionelHerve-Lionel   25 octobre 2019
Le peuple s'abuse de croire qu'il trouvera mieux en renversant tout. Ce sera pire.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jean-Christophe Portes (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Portes
[EMISSION] LES COUPS DE COEUR DES LIBRAIRES 09–04-2021
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • le dernier hiver du Cid de Jérôme Garcin aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1077988-romans-le-dernier-hiver-du-cid.html • Les enfants du dernier salut de Brull-Ullmann Colette et Jean-Christophe Portes aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1078634-essais-d-actualites-les-enfants-du-dernier-salut.html • Je ne suis plus inquiet de Scali Delpeyrat aux éditions Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/1069145-jeunesse-je-ne-suis-plus-inquiet.html • Ça ne pouvait pas tourner autrement ! de Eliane Saliba Garillon aux éditions de L'Escampette https://www.lagriffenoire.com/1078907-article_recherche-ca-ne-pouvait-pas-tourner-autrement-.html • La Maison aux miroirs de Cristina Caboni et Marie Causse aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/1077795-romans-la-maison-aux-miroirs.html • Cueilleur d'essences: Aux sources des parfums du monde de Dominique Roques aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1075306-essais-d-actualites-cueilleur-d-essences---aux-sources-des-parfums-du-monde.html • Pourquoi rêver les rêves des autres ? : Lettres de mon ailleurs de Fernando Pessoa, Lorenzo Flabbi aux éditions L'orma https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1042689&id_rubrique=12 • le bonheur est au fond du couloir à gauche de J.M. Erre aux éditions Buchet-Chastel https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1068074&id_rubrique=12 • Je n'ai plus le temps d'attendre de Jean-Louis Fournier aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/1073402-romans-je-n-ai-plus-le-temps-d-attendre.html • Veuf de Jean-Louis Fournier de Jean-Louis Fournier aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/6889-poche-veuf.html • Où on va, papa ? de Jean-Louis Fournier aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=14902&id_rubrique=21 • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoard
+ Lire la suite
autres livres classés : bicêtreVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2500 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre