AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226451545
448 pages
Éditeur : Albin Michel (01/04/2020)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Mars 1938. Le physicien italien Ettore Majorana disparaît au large de la Sicile.
Avec lui, le projet secret sur lequel il travaillait depuis des années.

Automne 1955. On retrouve par miracle les notes du physicien disparu.
Elles inspirent au père Ernetti une idée folle : construire une machine à voir dans le temps. Un chronoviseur.

Sur ordre de Pie XII, le prêtre plonge deux mille ans en arrière. L’objectif est simple : pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  23 juin 2020
Une idée formidable, née d'un fait véridique!
Inquiets des mouvements de prêtres ouvriers qui leur paraissent menacer le dogme et la foi, désireux de donner un visage public et avéré au Christ et une publicité nouvelle au fondement de la parole évangélique: le supplice de la crucifixion suivi du miracle de la résurrection,  le pape Pie XII et son conseiller influent, un certain évêque Montini, (qui deviendra le secret, le puissant, l'intrigant Paul VI),  décident de faire construire,  sur le concept imaginé en 1938 par Ettore Maiorana, un "chronoviseur",  une machine à visionner le temps, reposant sur les principes de la mécanique quantique, qui substitue aux photons de la caméra les  neutrinos capables de traverser la matière et le temps.
Une machine à visionner le temps ...mais sans bande son!
Ils ont recours aux services d'un père bénédictin, le père Ernetti et de son jeune disciple, tous deux  férus de mathématique et de physique quantiques. À ce duo de clercs scientifiques, devenus inventeurs passionnés,  se joint bientôt une archéologue israélienne experte en araméen, seule capable de traduire les paroles que le jeune moine décrypte sur les lèvres mêmes des protagonistes de la crucifixion.
On suit avec amusement et intérêt  ce Voyage extra temporel aux sources de la foi. Les papes se succèdent, les prélats complotent,  Montini devenu cardinal attend son heure...
 La machine se construit, entre échecs et tâtonnements,   provoquant convoitises et intrigues.  Scandales aussi...car plus on la manipule, plus elle multiplie les points de vue, sélectionne des versions inattendues, dérangeantes, dangereuses...
Ne risquerait-elle pas de modifier le futur? de faire vaciller le dogme, pierre angulaire de la foi?
On ne joue pas impunément avec le "temps plié"...
Un polar documenté, intelligent, bien écrit,  où l'histoire, l'archéologie,  la théologie le disputent à  la politique et à  la mathématique. 
Avec talent, Roland Portiche déploie une  fresque subtile qui a pour cadre cet État dans l'état, ce Vatican plein de brigues et de pièges qui dans ses fameuses Caves enfouit bien  des mystères ....
Plus futé et moins sensationnel que le célébrissime  Da Vinci Code.
(Légèrement) moins invraisemblable aussi, puisque la machine de Maiorana, on le sait, a existé.
Les portraits  des papes successifs sont croqués avec humour et juste ce qu'il faut de distance critique...
On ne sent pas le temps passer, c'est le cas de le dire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          639
Christophe_bj
  10 juin 2020
Coup de cœur pour ce roman de 440 pages dévorées en deux jours ! ● En 1955, sous le pontificat de Pie XII, le père Pellegrino Ernetti, musicologue et physicien, est chargé de concevoir et de construire, selon les plans d’un savant disparu en 1938, une machine à voir le passé, ouvrant la possibilité de remonter aux temps évangéliques pour observer Jésus et ainsi conforter la religion catholique. Sur fond de guerre froide, cette machine va attirer les convoitises conjuguées des Américains, des Russes et des Israéliens. Et la machine pourrait s’avérer plus délicate à manier que le pape le pensait… ● Avec ce roman captivant, nous assistons à la naissance d’un auteur de page-turner ! Roland Portiche est connu comme réalisateur et documentariste de télévision, activité dans laquelle ses talents de vulgarisateur à la fois historique et scientifique ont déjà pu s’illustrer, il récidive ici, mais en outre dans ce roman éclatent ses immenses qualités de bâtisseur d’intrigue. Roland Portiche a eu le coup de génie de déterrer un des légendaires secrets du Vatican et de le transformer en un thriller passionnant. L’intensité de l’histoire ne se dément jamais et il n’y a aucun temps mort, on a à chaque instant envie de connaître la suite, aidés en cela par la brièveté des chapitres et l’entrelacement harmonieux des plusieurs fils de l’intrigue ; tout cela contribue largement à faire oublier les invraisemblances, le style un peu plat et le traitement décevant des paradoxes temporels. Une vraie réussite, on en redemande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
Hippocampelephantocamelos
  07 août 2020
J'ai croisé ce livre sur les pages internet, et j'ai tout de suite été attirée. Une couverture énigmatique, noire, avec le dessin du Vatican qui ressort en rouge, dessin qui me rappelle l'oeuvre de Léonard de Vinci. A la lecture de la quatrième de couverture, mon envie de lire ce roman se confirmait. La conjonction de la physique avec un ancrage dans la religion m'aspirait à sa lecture. La physique m'a toujours intéréssée, j'ai d'ailleurs suivi un master de philosophie des sciences fondamentales. Je commandai alors ce roman et l'attendais avec impatience…
Père Ernetti Pellegrino travaille aux côté du père Léonardo. Ce dernier lui révèle qu'il a réussi à capter quelques bribes sonores d'une conversation qu'il a eu il y a quelques décennies avec son père, dans ce même lieu. le physicien Majorana avait laissé quelques plans d'une fabuleuse machine qui permettrait de retourner regarder le passé. Vient alors une idée folle au Vatican: construire cette machine afin de retrouver Jésus dans le passé. Natacha, quant à elle, est une doctorante en archéologie. Par des chemins tortueux, elle va se retrouver mêlée à cette affaire, aidant alors à étudier le passé. Mais qu'est-ce que la vérité ? Est-elle toujours bonne à voir ?
Un roman que j'ai littéralement dévoré ! On s'attache au personnage de Père Ernetti, et on suit avec attention sa progression. Si la première partie du roman est succulente sur le plan de la physique et de notre rapport au temps, la second nous révèle que tout est toujours une question de point de vue, et que nos propres croyances – pourtant souvent bien fondées – ne sont pas forcément les croyances vraies. Une jolie manière de nous rappeler que le vrai n'est qu'un concept platonicien, et que c'est nous – humains – qui sommes peut-être prisonniers et sommes regardés à travers un chronoviseur…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
gruz
  27 juin 2020
Dans une lecture, il y a le fond et la forme. Parfois, le lecteur ressent une certaine dichotomie entre les deux. Ce fut mon cas concernant La machine Ernetti.
Même si je ne suis pas particulièrement attiré par les histoires « à la Da Vinci Code », ma curiosité a été fortement titillée par l'idée maîtresse de ce roman. Une machine à voir dans le temps, développée par le Vatican. Qui plus est, quand le résumé insiste sur le fait que cette histoire est basée sur une histoire vraie, durant la guerre froide.
Un mélange de sujets aussi divers que religion, politique, guerre de services secrets, le tout mâtiné de SF, était séduisant.
Chaque livre, chaque écriture est une affaire de choix. Certains de ces choix auront trouvé un réel intérêt en moi, d'autres ne correspondaient pas à mes attentes.
L'histoire promettait beaucoup. En termes de plongées dans les coulisses cachées du Saint-Siège et de la manière dont il est gouverné, mais aussi en termes d'imaginaire. Promesses bien tenues, de ce côté-là.
Roland Portiche a bourlingué depuis les années 70 en tant que réalisateur et auteur de documentaires et de magazines pour la télévision française. Pour beaucoup, en lien avec l'Histoire (avec un grand H).
Ce bagage lui a permis de construire un récit à la documentation soignée et approfondie, en phase avec la crédibilité voulue pour cette intrigue pourtant fantasque.
Le mélange de réalité et de fiction est bien mené, entre personnages historiques et fictionnels. Intéressant à découvrir, étonnant à suivre.
L'écrivain n'est pas toujours tendre avec les arcanes de la religion catholique. le livre en devient parfois une sorte de récit apocryphe assez attrayant.
Mais, le fond stimulant aura, pour ma part, été gâté par le parti pris de l'auteur quant à la forme. La mode actuelle est clairement aux thrillers rythmés, avec chapitres courts et alternance d'actions. J'en lis beaucoup pour constater que cette mode tourne un peu à la dérive.
Avec un tel sujet et un tel potentiel, j'aurais aimé davantage de développement. L'écrivain a fait le choix de chapitres et de phrases très courts (3 à 5 pages) qui, à mon sens, gaspillent la puissance du propos et de l'histoire.
A vouloir simplifier parfois à l'excès, à utiliser des raccourcis pour aller au plus vite, mon sentiment de lecture en a été perturbé (sans parler de cette manière abusive et irritante d'utiliser les points d'exclamation, comme s'il était indispensable de marquer les surprises du scénario).
Pour moi, cette intrigue aurait mérité plus d'espace, tout comme les personnages. On me rétorquera que dans ce cas le livre aurait fait 600 pages au lieu des 450, et alors ?
Le dernier tiers du roman est globalement prenant, mais j'ai trouvé que la fin manquait d'imagination, presque un comble avec une telle thématique.
Au final, je ressors très partagé par la lecture de la machine Ernetti. Roland Portiche est un puits de science, son idée était formidable, mais j'ai regretté sa volonté de simplifier son intrigue et son écriture.
Le lecteur avide de rythme, et de lectures sans temps morts, trouvera son compte à n'en pas douter. Pour ma part, j'attendais une autre manière de mener l'affaire, ce n'est qu'une question de perception personnelle.
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Aela
  29 juin 2020
Si vous aimez les thrillers un peu ésotériques, comme le da Vinci Code ou les livres de José Rodriguez dos Santos, vous allez adorer cette machine Ernetti.
L'intrigue est tirée d'un fait réel: un homme avait construit , en pleine guerre froide, une machine à voir dans le temps.
Dans ce thriller, le jeune prêtre Pellegrino Ernetti, va construire cette machine destinée à explorer le passé et nous transmettre des images des faits qui se sont déroulés.
Attention ici il s'agira seulement de "voir" les faits, aucune trace sonore ne sera possible.
À l'origine de cette incroyable démarche, une demande du Vatican, le pape Pie XII est intéressé par cette machine qui pourrait raviver la foi des fidèles...il sera relayé auprès de Pellegrino par l'archevêque Mantini, destiné à devenir un peu plus tard le pape Paul VI.
Cette machine, qu'on va appeler le "chronoviseur", selon les termes de Isaac Asimov, qui avait imaginé pareille trouvaille dans une de ses nouvelles, va susciter beaucoup de convoitises de la part des services secrets (KGB, CIA, Mossad).
Une jeune israëlienne va aider le père Ernetti dans ses "projections" dans le passé. Il s'agira de faire revivre des moments importants du temps des Evangiles.
Mais toutes les vérités sont-elles bonnes à voir et divulguer?
Très vite, nos jeunes apprentis sorciers vont se retrouver confrontés à des difficultés inattendues, du fait de certaines propriétés de la physique quantique.
En effet le principe de cette "diabolique" machine est de capter les neutrinos rémanents du passé...
Et les résultats obtenus sont parfois surprenants.
Ce livre se lit très vite, tant le suspense est maintenu jusqu'à la fin. Un bon moment de lecture!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170


critiques presse (2)
LaCroix   09 juillet 2020
Le réalisateur de documentaires Roland Portiche signe un thriller religieux qui emporte le lecteur à travers l?espace et le temps et le confronte à quelques vérités fondatrices du christianisme.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeFigaro   11 juin 2020
Roland Portiche fait fort. La Machine Ernetti est de la trempe du Da Vinci Code [...] Le roman est bâti comme une série télé, avec les ingrédients qui ont fait le succès de Dan Brown: chapitres courts, rebondissements en cascade, rythme échevelé, le tout saupoudré d’un mélange d’ésotérisme, de science et d’histoire.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
lyokolyoko   30 juin 2020
- La transformation de l'eau en vin ? Je ne vous le conseille pas, dit Natacha.
-Pourquoi ? C'était un miracle domestique, mais un miracle quand même.
-Vous seriez déçu. Les fouilles des archéologues ont permis de comprendre comment les anciens, à l'époque de Jésus, conservaient leur vin.
-Ah?
-Ils tenaient de la technique des Romains. Ils faisaient s'évaporer le vin et le transformaient en une sorte de sirop qui se gardait longtemps. il suffit d'y ajouter de l'eau pour ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
Rob7Rob7   21 juin 2020
Aussi incroyable que cela paraisse, ce roman est basé sur une histoire vraie. Elle s'est déroulée à Rome, au Vatican. Un homme, prêtre, aurait construit entre 1956 et 1965, en pleine guerre froide, une machine à voir dans le temps. Il s'appelait Pellegrino Ernetti. Avec son >, le pére Ernetti aurait rapporté routes sortes d'images du passé, récent ou très lointain. Depuis, cette machine aurait été démontée sur ordre du pape Paul VI, puis dissimulée dans l'obscurité discrète d'une cave du Vatican. Pour quelle raison ? On l'ignore. À partir de là commence une histoire livrée aux seules limites de mon imagination. ( page 0 )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AelaAela   29 juin 2020
- C'est ici, à quatorze kilomètres de Moscou, que les Soviétiques ont stoppé l'avance allemande, en octobre 1941. On attribue souvent cet exploit au général Joukov, le tombeur de Berlin.
- Et ce n'était pas lui?
- Non, le véritable héros était l'officier qui commandait la seizième armée, Constantin Rokossovski. Joukov était un proche de Staline, c'est lui qui a raflé tous les honneurs.
- Dites donc, ici, notre chronoviseur ferait des ravages!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
michfredmichfred   23 juin 2020
- Votre machine est comme la psychanalyse, Pellegrino. Elle va révéler ce qui est caché. Freud mettait les âmes à nu, mais il avait découvert que personne n’aime ça ! Les hommes réclament la vérité sur tout, mais quand ils sont devant, ils se détournent ou la censurent.
Commenter  J’apprécie          50
michfredmichfred   23 juin 2020
- Cette histoire est vraiment abracadabrante. Avec ses équations mystérieuses, son savant un peu fou, une machine, un écran, on se croirait dans un roman de Jules Verne ! Le père Ernetti resta un moment silencieux. – Non, mon père, pas Jules Verne. Le père Leonardo le fixa, surpris. – Pas Jules Verne, mais Herbert George Wells, l’auteur de La Machine à explorer le temps. Ils se regardèrent, interdits. Ils venaient de comprendre à quoi servait la machine de Majorana.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Roland Portiche (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roland Portiche
La Machine Ernetti - Roland Portiche
autres livres classés : vaticanVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..