AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2882503253
Éditeur : Noir sur blanc (16/01/2014)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Anna Langfus (1920-1966) a presque vingt ans quand l'armée allemande envahit la Pologne. Elle tente, avec son jeune mari également juif, d'échapper aux massacres. Elle subit le ghetto et les rafles, la faim, les trahisons, la prison, les tortures, l'errance dans les forêts. Elle participe à la résistance polonaise. La guerre anéantit tous les siens. A l'âge de 26 ans, elle part pour la France. Elle y écrit. Elle publie trois romans aux éditions Gallimard : Le Sel et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
tessgeffroy
  26 février 2014
Tout d'abord un grand merci a Babélio et aux éditions "Noir sur Blanc" pour cette biographie.
Cet ouvrage sur la vie d'Anna Langfus se lit plus comme un document historique, pour les 3/4 du livre, et quelle richesse.
Anna est une juive polonaise et après une jeunesse assez doré la guerre éclate. Nous suivons son parcours ( rafles, faims, trahisons, prison, tortures, résistance...). La guerre lui a tout pris, mari, famille, connaissances, elle n'est plus que souffrance. A 26 ans elle arrive en France où elle deviendra écrivain : trois romans, dont un qui lui apportera le Goncourt en 1962.
Je ne connaissais pas cette femme et suis très heureuse de l'avoir découverte. Elle est extraordinaire, courageuse et en même temps humble, mais si fragile.
L'écrivain nous traduit le sens caché de ses trois romans, et les passages où l'on dévoile les facettes de la personnalité d'Anna sont très touchant. C'est un document très dense où l'on apprend que pour les survivants de l'holocauste l'immense souffrance est de vivre.
Il a fallut 4 ans d'enquêtes à travers 5 pays pour réaliser cet essai biographique, que de travail !
Merci a l'auteur pour ce partage si riche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Noalemb
  14 mars 2014
En août 2009, j'ai eu la chance de participer à une passionnante Université d'été organisée par le Mémorial de la Shoah en Pologne. Elle était organisée par le brillant Jean-Yves Potel, auteur d'essais sur l'Europe centrale et ses cultures (comme l'excellent La fin de l'innocence, la Pologne face à son passé juif) et de volumes de poésie. Universitaire et ancien conseiller culturel à l'ambassade de France à Varsovie, Jean-Yves Potel connait particulièrement bien la Pologne et l'histoire de la Shoah dans ce pays.
A l'époque, il nous a fait découvrir Anna Langfus, que la plupart des participants ne connaissaient pas (je n'en avais personnellement jamais entendu parler). Il nous raconta qu'Anna Langfus, juive polonaise, a été confrontée à la Shoah en Pologne puis a émigré en France après la guerre. Elle obtint le prix Goncourt pour Les bagages de sable en 1962 puis décéda en 1966 après avoir écrit 3 romans et quelques pièces de théâtre, tous en français. Malheureusement, A. Langfus tomba rapidement dans l'oubli. Jean-Yves Potel nous a emmenés devant sa maison natale à Lublin et nous a encouragés à lire le brillant le Sel et le souffre. Il était selon lui inconcevable qu'une oeuvre d'une telle qualité ne soit plus lue et qu'Anna Langfus soit oubliée.
La maison natale d'Anna Langfus à Lublin, Pologne, août 2009, @ archives personnelles
Plaque dans la cour de la maison natale d'Anna Langfus (née Szternfinkiel) à Lublin, août 2009, @ archives personnelles
Jean-Yves Potel nous parla déjà du mystère qui entoure le Sel et le Souffre comme la vie de l'auteur. Déjà, il nous annonçait vouloir écrire la biographie d'Anna Langfus. de retour en France, j'ai immédiatement acheté le Sel et le Souffre (à l'époque, il n'était pas facile de le trouver, j'espère que cela a changé) puis les Bagages de sable.
Je ne saurais comment remercier Jean-Yves Potel de nous avoir fait découvrir le Sel et le Souffre. C'est un livre absolument exceptionnel, d'une très grande qualité, passionnant, émouvant, englobant une grande partie de la Shoah et très bien écrit. A l'époque, il surpassait pour moi tout ce que j'avais déjà lu sur la question. J'ai moins accroché avec les Bagages de sable (comme quoi, Goncourt ou pas...). Mais effectivement, il restait une part de mystère: le Sel et le Souffre était-il un témoignage, comme le disait parfois Anna Langfus dans les très rares interview qu'il reste d'elle? Quelle vie vécut vraiment Anna Langfus? Quelle femme et quelle écrivain était-elle?

C'est à toutes ces questions que répond Jean-Yves Potel dans son excellent dernier ouvrage Les disparitions d'Anna Langfus, sorti en janvier 2014. Avec beaucoup de délicatesse, il nous replonge dans la Pologne vécue par Anna (c'est une vraie exploration historique) et se lance ainsi dans une essai biographique de la vie d'Anna Langfus. Jamais J-Y Potel n'invente, lorsqu'il n'a pas trouvé de source sur tel épisode de la vie de l'écrivain, il le dit. Tout est parfaitement documenté. Il est d'autant plus sérieux qu'il annonce dès l'introduction se refuser à faire une analyse psychologique de l'auteure. Finalement, son essai comporte également des analyses littéraires pointues des ouvrages d'Anna Langfus. L'essai est excellemment documenté et d'une grande érudition. Quel travail effectué par Jean-Yves Potel!
J'ai dévoré ce passionnant essai en 4h de train. Que vous connaissiez ou non les ouvrages d'Anna Langfus, je vous conseille vivement la lecture de cet ouvrage. A coup sûr, il vous éclairera sur la vie de l'auteur et vous donnera envie de lire ou relire Anna Langfus. Pour qu'après l'oubli, cette grand écrivain ait une nouvelle voix dans nos lectures.
Lien : http://laculturecestcommelac..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TinkerbellsReadings
  03 mars 2014
Vous devez vous en douter car c'est ainsi que débute chacune de mes chroniques généralement, je dois remercier quelqu'un. Cette fois ci il s'agit du site Babelio. En effet j'ai reçu ce livre à l'occasion de la Masse Critique Babelio de la fin janvier. J'ai mis plus de temps que la moyenne à recevoir ce livre à la maison, ce qui fait que je ne fais la critique que maintenant. le temps de le lire, d'analyser un peu et surtout être sur de ce que je veux dire. Alors ce n'est pas un coup de coeur mais je dois dire que j'ai apprécié ce livre mais sans plus.
Résumons un peu. Anna Langfus (1920-1966) a presque vingt ans quand l'armée allemande envahit la Pologne. Elle tente, avec son jeune mari également juif, d'échapper aux massacres. Elle subit le ghetto et les rafles, la faim, les trahisons, la prison, les tortures, l'errance dans les forêts. Elle participe à la résistance polonaise. La guerre anéantit tous les siens. A l'âge de 26 ans, elle part pour la France. Elle y écrit. Elle publie trois romans aux éditions Gallimard : le Sel et le soufre (1960) évoque la guerre du point de vue d'une jeune femme ordinaire ; Les Bagages de sable (1962) et Saute Barbara (1965), racontent l'histoire de personnages « malades de la guerre » qui ne parviennent pas à reconstruire leur vie. Ce livre est une exploration à la fois historique et littéraire. L'auteur s'intéresse à la manière de transmettre l'expérience de la guerre et de la Shoah. Il montre comment Anna Langfus ne donne pas un témoignage au sens propre, plutôt une évocation intime de la Catastrophe, et surtout du désarroi des survivants juifs, elle qui fut la première et l'une des rares romancières françaises à transmettre la violence de cette épreuve par la fiction.
Alors alors juste pour vous dire je viens tout juste de le finir et j'en ressors avec un énorme mal de crâne. Ne vous méprenez pas, ce n'est pas que je ne l'ai pas aimé mais j'ai rencontré quelques soucis avec ce livre malheureusement. Je me faisais une joie de lire cette biographie sur Anna Langfus, ayant vécue dans un ghetto à Lublin, ayant subit des violences physiques et morales etc.
(suite sur le lien)
Lien : http://tinkerbells-reading.s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mamanmic
  17 mars 2014
Il s'agit d'un Essaie-biographique dans lequel nous découvrons une auteur Polonaise, Juive. Il retrace son parcours, la second guerre mondiale, en Pologne, avant de la suivre en France dans son parcours artistique de ses essaies dans le théâtre à l'écriture de ses romans.
Je dois avouer avoir eu du mal avec la première moitier de l'ouvrage, j'ai eu de mal a rentrés dans ma lecture, j'avais l'impression de lire un historique, me retrouvant ainsi dans mes années collègue / lycée. Si sur le fond, je comprenais le choix de l'auteur, vouloir nous faire vivre le vécu d'Anna Langfus en nous expliquant son environnement plus que sa vie, car au fond elle reste un mystère qu'elle à elle même mis en place. Une carapace qu'elle c'est fabriqué, qui l' surement aidé à vivre, à supporter de vivre alors qu'elle avait tout perdu, ce reconstruire sans se retrouver aller de l'avant sans pour autant oublier totalement. C'est le ressentit que j'ai de cette femme à la lecture de ses lignes, à la fermeture de cet ouvrage.
J'ignore si je lirais les ouvrages d'Anna Langfus, mais je suis heureuse d'avoir appris son existence, la curiosité prendra peu être le dessus un jour et je tenterais de découvrir sa plume.
Etant le premier ouvrage de Jean Yves Potel que je lis, je ne peu me faire d'avis exacte sur sa plume. J'imagine qu'il et journaliste ou historien avant d'être écrivain, c'est mon premier ouvrage de ce style alors je ne me sens pas le "droit" de juger se travail qui a du être fastidieux.

Je tien a remercie Babelio, et les Edition "Noir sur Blanc" de m'avoir permis de découvrir cette auteur.
Lien : http://mamanmic.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MamanmicMamanmic   21 février 2014
Qu'elle agisse au sein d'une communauté, d'une classe, d'un groupe, ou qu'elle infléchisse un destin individuel, qu'elle prenne la forme de l'horreur ou celle de la plus banale misère, le visage de la peur ou celui du dévouement, qu'elle révèle la lâcheté ou la corruption ou qu'elle cristallise les plus hautes vertus humaines, la guerre remet tout en question. La guerre proclame l'instabilité de notre monde et son désordre fondamental.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tessgeffroytessgeffroy   26 février 2014
Elles emploie des mots qu'il faut lire en pensant à sa mère, brûlée vive : " j'ai vécu dans ces images. Elles sont l’abîme où je fus précipitée. La seule idée d'aller les voir me remplissait d'appréhension. On n''aime pas laisser des mains, souvent malhabiles, s'approcher d'une blessure, où peut-être veut-on oublier qu'on a été blessé."
Commenter  J’apprécie          40
tessgeffroytessgeffroy   26 février 2014
Sans doute se trouvera t'-il des gens pour dire : on n'a pas le droit de faire du théâtre pour cela. Moi je pense que s'il est bon de rire, il est parfois utile de pleurer, et que s'il est dur de dire des vérités pénibles, elles n'en sont pas moins bonnes à rappeler. Et la discrétion avec laquelle Anna Langfus a traité son sujet, me semble digne de l'art dramatique. N'es-ce pas déjà beaucoup ?
Commenter  J’apprécie          30
tessgeffroytessgeffroy   26 février 2014
"celui qui reste silencieux devant un meurtre se fait complice de l'assassin. Qui ne dit mot consent. (...) Nous ne voulons pas être des Pilate". Par ces mots, l'écrivain catholique polonaise Zofia Kossak conclut, en août 1942, une longue "protestation" contre l'assassinat du ghetto de Varsovie.
Commenter  J’apprécie          40
tessgeffroytessgeffroy   26 février 2014
ses romans ne se réduisent pas à des témoignages historiques. Anna Langfus ne nous raconte pas "ses histoires". En présentant des situations, des atmosphères, des images elle s’adresse à notre sensibilité propre. Certes, elle trouve un certain apaisement en se délestant de ses obsessions, de ce qu'elle a appelé, en s'inspirant d'un vers d'André Breton, ses "bagages de sable", (...)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Yves Potel (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Yves Potel
J.-Y. Potel (Pologne) pour "Déplacements : le pluriel des histoires et des littératures
autres livres classés : holocausteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
428 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre