AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'élu (29)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Bobby_The_Rasta_Lama
  19 juin 2019
" On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes."
(proverbe juif)

Mais parfois les ailes poussent dans la douleur, comme on va le découvrir dans ce beau livre de Chaïm Potok.
Potok écarte le rideau sur un monde dont je suis presque complètement ignorante - celui de la communauté juive new-yorkaise des années 40. le monde qui sort, en apparence, de la même matrice, mais qui démontre bien que même le judaïsme n'est pas un monolithe.
Qui sont les "élus" ? Les orthodoxes coiffés de papillotes qui attendent toujours la venue de leur messie, ou les sionistes avec leur désir d'émancipation ? Ou sont-ce leurs enfants : leurs fils qui essayent de trouver leur propre chemin, tout en s'efforçant de respecter leurs familles et leurs traditions ? Et c'est un chemin épineux et plein de déceptions, même si au bout, les ailes vont se déployer...

Cette histoire d'amitié de deux garçons a quelque chose de presque shakespearien.
Danny est le fils brillant d'un tzaddik, un grand chef spirituel hassidique. Il grandit en silence, destiné, lui aussi, à devenir tzaddik. Son père ne lui adresse la parole uniquement lors des études du Talmud. Reuven vit à Brooklyn dans une famille bien plus modérée. Son père enseigne dans une yeshiva et rêve d'un futur Etat d'Israël. Chacun va montrer à l'autre comment fonctionne son monde, mais c'est surtout Danny qui va découvrir des pensées et des livres qui lui donneront envie d'étudier la psychologie, et le mèneront à la rébellion contre son père.
J'ai d'abord l'impression de lire un livre sur un conflit entre deux conceptions de judaïsme, puis sur le conflit des deux pères à travers leurs fils, mais finalement c'est surtout du conflit entre la raison et le coeur dont je vais me souvenir.
Je changeais sans cesse d'attitude envers les protagonistes, tous admirables et excellents dans leur raisonnement; je n'étais pas d'accord, je ne comprenais pas certaines choses, mais j'ai fini la lecture avec un sentiment que, malgré tout, j'ai peut-être saisi une part de leurs vérités.
L'histoire se passe au moment où la guerre se finit, et les camps de concentration de l'autre côté de l'Atlantique livrent leur témoignage d'horreur. Au moment où le nouvel Etat d'Israël voit le jour...

Le livre de Potok permet de comprendre comment certaines choses qui paraissent importantes ici et maintenant (comme un match de baseball) peuvent avec le temps devenir dérisoires. Que les choses qui nous sont naturelles ne sont pas forcément évidentes, et quelle tragédie peut devenir leur perte. C'est une histoire sur les incroyables efforts, volonté, dévouement, amour et amitié à toute épreuve. Mais aussi sur la sagesse humaine, et comme c'est dur, voire impossible, de ne pas juger les autres et essayer de les comprendre.
On voit les deux côtés de ce qu'est capable l'obstination: fonder des états, mais aussi détruire délibérément les rapports humains et les amitiés, faire preuve des grandes prouesses d'esprit, mais perdre irrémédiablement la santé, penser au salut du monde entier, et, en même temps, blesser ses proches.

............................................................

Quand les Juifs en Amérique ont appris ce qui se passait pendant l'holocauste en Europe, ils finissaient chaque discours par ces mots, à peu près : "Que le nom d'Hitler soit damné et oublié à jamais; que sa mémoire soit effacée de la surface de la terre..." Qu'en est-il aujourd'hui ? Et même, serait-il sage d'oublier ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6323
gouelan
  03 mai 2016
Danny est le fils du tzaddik, un rabbin hassidique réputé. Fermé au monde moderne mais ouvert aux souffrances du peuple juif. Son père l'élève dans le silence, ne lui parle que pour l'étude du Talmud. Danny est brillant, il a soif d'apprendre et les bibliothèques de New York lui ouvrent les bras. Mais toutes les lectures ne lui sont pas permises. Son destin est de prendre la place de son père.

Reuven appartient à une autre communauté de Juifs, plus modérée. L'étude du Talmud prend aussi beaucoup de place dans sa vie, mais ne l'enferme pas. D'autres chemins s'ouvrent à lui, s'il le désire. Son père est ouvert à la discussion, il l'écoute, répond à ses questions.

C'est ainsi que nous suivons les pas de ces deux adolescents, dans ce New York, durant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Leurs chemins se croisent lors d'un match de base-ball. Une amitié extraordinaire et inébranlable va naître entre ces deux garçons que tout semblait séparer. Une amitié parfois lourde à porter. Devenir le confident, l'élu, est une tâche ardue dans ces communautés sur lesquelles pèse le poids de la tradition, de l'interdit.

Ce roman m'a beaucoup appris sur ces communautés juives de New York, ébranlées par les évènements de la Seconde Guerre mondiale. L'une favorable à la reconstruction d'un foyer national juif en Palestine, l'autre voulant rester dans son sectarisme, attendant la venue du messie, préférant continuer à pleurer en silence et à supporter le poids de toutes les souffrances de son peuple, sur ses seules épaules.

Un roman bouleversant qui nous ouvre les portes sur un univers étonnant et mystérieux. Une histoire d'amitié, mais aussi de transmission, d'amour filial, de sentiments étouffés mais très puissants. Des adolescents en quête d'identité, faisant la part des choses entre ce qui leur est propre, ce qu'ils peuvent apprendre par eux-mêmes, et ce qui leur a été transmis. Des adultes qui tentent de s'adapter aux secousses du monde moderne qui ébranlent les traditions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
alainmartinez
  21 novembre 2015
Premier roman de Chaïm Potok (1929-2002), « L'Élu » est un magnifique roman sur l'amitié dans l'univers du monde Hassidique et des autres communautés juives de New-York.

Situé à New-York durant la fin de la Seconde Guerre mondiale, le roman de Potok raconte l'amitié qui naît après un incident sur le terrain de baseball entre deux adolescents juifs mais appartenant à deux communautés différentes, Reuven, fils d'un enseignant juif modéré et Danny héritier d'une dynastie de rabbin orthodoxe. Malgré les diversités, Danny et Reuven se lient d'une amitié intense et durable.
À travers ses deux personnages Chaïm Potok expose deux sortes de fidélités à la tradition, deux façons différentes de vivre et démontre que malgré le fossé l'amitié est possible même si les deux personnages ont des traditions et des modes de vie différant.
Le roman parle aussi de l'éducation et de la transmission. du conflit de génération, des attentes que les pères peuvent avoir sur leurs enfants, des jeunes qui ont du mal à forger leur propre avenir au sein de ces communautés.

Ce roman magnifique comme toute l'oeuvre Chaïm Potok offre au lecteur un goût du monde juif, le mysticisme de la religion, la spiritualité de sa philosophie, le charme de la Torah et du Yiddish. On ne pourra que regretter le peu de roman de Potok traduit en français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          305
Bruidelo
  13 novembre 2018
A travers l'amitié de deux adolescents et les relations qu'ils ont avec leur père, Chaïm Potok nous fait découvrir deux communautés juives new-yorkaises, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et c'est très intéressant, attachant, plein de finesse.

Il y a quand même quelque chose qui m'a mis un peu mal à l'aise: dans les débats entre sionistes et anti-sionistes juifs la présence des Arabes sur la terre où sera établi l'Etat hébreu est complètement occultée, ils en parlent comme si c'était une terre sans peuple, ou comme si l'existence des Palestiniens n'était pas une donnée à prendre en compte. Bon, au moins ça fait réfléchir et ça donne envie d'en lire plus sur le sujet.
Commenter  J’apprécie          269
krol-franca
  05 juillet 2011
Rares sont les romans qui laissent le coeur et l'esprit dans un tel état !

Ce roman nourrit le lecteur de culture, d'intelligence, de générosité. C'est une pure merveille.

Deux jeunes gens se rencontrent à l'occasion d'un match de base-ball (on lit ce passage comme s'il se vivait devant nos yeux), l'un est issu d'une famille juive hassidique, il est fils de tzaddik (plus qu'un rabbin, un chef spirituel) et l'autre, qui a perdu sa mère, vit avec son père dans la tradition juive mais il est plus ouvert à la modernité, plus tolérant et il sera un fervent adepte du sionisme. L'élu est le fils du tzaddik qui doit lui succéder un jour, mais voilà, ses lectures vont l'emmener sur un tout autre chemin…

J'ai pris un grand plaisir à assister à des batailles d'interprétations du Talmud, j'ai appris un tas de choses sur l'histoire des Juifs, sur leur religion, sur la création de l'Etat Juif, sur la différence entre les hassidiques et les sionistes… mais pas seulement… ce roman est aussi une réflexion intelligente et sensible sur le sens de la vie, sur l'amitié, sur l'amour paternel et filial, sur l'éducation.

Chaïm Potok a la qualité rare de savoir raconter des histoires, même si ces histoires sont très éloignées de notre quotidien. On entre dans un monde inconnu (la communauté juive de New-York pendant la seconde guerre mondiale jusqu'à la création de l'Etat d'Israël) avec une facilité déconcertante. Je n'avais aucune envie de quitter ce livre, c'est pourquoi j'ai pris le temps de le savourer, j'en ai même ralenti la lecture.

Et cerise sur le gâteau : des dernières pages du livre se dégage une telle émotion que j'en ai versé des larmes.
Lien : http://krol-franca.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Liver
  23 août 2013
Un de ces livres magiques que l'on garde au fond de soi. Pourtant, le "challenge" paraissait difficile: s'immiscer dans une communauté fermée et une culture étrangère à la plupart d'entre nous. C'est cela, le talent et Chaïm Potok en a beaucoup. C'est absolument remarquable: ambiance, relations humaines, sens de la vie, désir d'apprendre, tout est décrit avec le mot juste, la sensibilité à fleur de peau et un sens de l'humain inégalable. Vous avez compris que j'ai adoré et me suis lancée dans la découverte de l'oeuvre de cet auteur (maintenant disparu) que je place au grand Panthéon des écrivains.
Commenter  J’apprécie          180
gabylis
  17 décembre 2015
Superbe roman, qui m'a permis de découvrir ce grand auteur qu'est Chaïm Potok. Une histoire d'amitié, de relations père-fils, de vocation, de foi…
Danny et Reuven appartiennent à deux communautés juives radicalement opposées à Brooklyn. Leur amitié grandit malgré leurs différences, leurs visions divergentes, et l'opposition de leurs familles. Alors qu'en Europe la seconde guerre mondiale fait rage, ces deux adolescents recherchent chacun leur place dans la société et dans leurs mondes respectifs au prix de choix parfois douloureux.
Commenter  J’apprécie          92
Henri-l-oiseleur
  24 octobre 2015
Danny Saunders, fils et héritier du rabbin charismatique et chef de sa communauté émigrée en Amérique, est un jeune homme surdoué, un génie, qui étouffe dans le cadre de la stricte orthodoxie de sa culture de naissance et aspire à d'autres horizons, ce que la lecture (clandestine) de Freud lui fournira, grâce à l'amitié exceptionnelle qu'il noue avec un autre jeune homme de son âge, fils d'un intellectuel juif russe non moins orthodoxe que lui, mais plus en phase avec les idées modernes.

Rachel Ertel observe, à juste titre, que les lectures psychanalytiques de Danny Saunders, élevé dans la plus stricte orthodoxie hassidique, auraient dû le bouleverser bien plus profondément qu'elles ne font, en particulier dans le domaine sexuel. Ce qu'elle repère comme un défaut de vraisemblance dans ce roman m'apparaît au contraire comme une qualité : l'absence ou le refoulement de ce trouble-là accentuent en contrepartie l'ambiance d'innocence, d'enfance candide, de goût pour les idées qui l'imprègne, et charme le lecteur. Ce qui conviendrait à un romancier du trouble comme I. B. Singer, ne cadre pas du tout avec le projet esthétique de Potok.

D'autres charmes encore : ce roman raconte l'histoire d'une amitié par-delà les querelles confessionnelles, d'autant plus amères et violentes que les adversaires sont plus proches l'un de l'autre ; il met en scène deux sensibilités juives orthodoxes, celle des Hasidim de Pologne et de Russie, et celle, plus occidentalisée, des Juifs orthodoxes marqués par la contre-réforme du Rav Hirsch ; on se lance des anathèmes, en particulier lors de la proclamation de l'état d'Israël, qui fut un blasphème affreux pour les Hassidim ; mais ce qui ressort de ces luttes et de ces conflits, c'est l'amour persistant et le respect mutuel qui unissent les groupes si divers d'un même peuple : ahavat yisrael (אהבת ישראל), l'amour d'Israël, qui est le cadre de référence et la toile de fond de toutes les controverses de ce peuple du débat et de la controverse ; ce point est très finement observé et représenté par Potok ; enfin, dernière réussite du roman, il parvient à raconter une histoire palpitante et touchante où l'intellectualité, la recherche, l'étude, la vie des idées, jouent un rôle actif dans la vie même des protagonistes. Une telle harmonie n'est pas à la portée de n'importe quel romancier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mimipinson
  04 février 2011
Il est difficile, voir délicat de conseiller un livre ; surtout à quelqu'un que l'on ne connaît pas, ou pas bien. Et pour cela je remercie Madame Boukhobza de m'avoir parlé de ce livre et de m'en conseiller la lecture. Sans cela, je serais sans aucun doute passée à côté d'une petite pépite. D'autant plus que j'ai eu entre les mains une vieille édition, aux feuilles jaunies par le temps, et à l'odeur si caractéristique du vieux papier.

Nous sommes à New-York, et plus précisément dans Brooklyn, à la veille du débarquement allié en Europe de l'ouest. Tout commence dans la férocité d'un match de base-ball, magistralement raconté (au point de le rendre passionnant) au cours du quel s'affrontent deux équipes aux conceptions religieuses radicalement différentes.
De cet affrontement, va naître une amitié solide entre Reuven, d'éducation ouverte sur le monde, et Danny, d'éducation très repliée sur la communauté à laquelle sa famille appartient. Rien ne les unit, ni leur passé ni leur avenir plus ou moins tracé pour eux, et pourtant………
Cette amitié, permettra à chacun de trouver sa voie, permettra à chacun de s'émanciper de son milieu. Chacun, apprendra de l'autre, se nourrira de l'autre, fera un pas vers l'autre en dépit des oppositions parfois radicales de leurs pères respectifs.
Bien que le narrateur soit Reuven, sont point de vue n'en sera pas privilégié pour autant.

De père, il sera beaucoup question dans cette fabuleuse histoire. La transmission que chacun des pères fera à leur fils, est une chose ; ce qu'ils en retiendront, et ce qu'ils en feront sera autre. Chacun prends sa part, et fera sa propre expérience
La relation au père est très forte dans chacune des deux familles. Il est très peu question de la mère : Reuven a perdu la sienne très tôt, celle de Danny est très effacée. Cela m'a surprise, dans la mesure où la judéité est transmise par la mère.

Bien que très présente, la question religieuse n'est pas étouffante. A bien des égards, j'ai appris sur les pratiques, les conceptions de la judéité, les conséquences qu'ont eu sur cette dernière, la seconde guerre mondiale.

Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Courrielle
  14 novembre 2019
Encore un livre que j'ai adoré il y a au moins 6 ans et dont je n'avais pas fait le critique et pourtant c'est l'un des romans que je recommande souvent.
L'amitié de 2 jeunes garçons juifs issus pour l'un d'une famille très très religieuse et rigide et l'autre d'une famille qui croit en la religion mais,beaucoup plus libérale.
L'étude de la Torah est le quotidien de l'un, l'ouverture au monde et la discussion le quotidien de l'autre. Ils vont rester soudés.
À travers ce roman on comprend mieux le judaisme et des divergences sur la création de l'état d'Israel.
Ne pas avoir peur, ça se lit d'une traite. C'est passionnant.
Commenter  J’apprécie          50


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1365 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre
.. ..