AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782916560137
192 pages
Éditeur : Autour du Livre (10/03/2009)
5/5   2 notes
Résumé :
Beatles ou Rolling Stones ? Clash ou Sex Pistols ? Blur ou Oasis ? Régulièrement, la pop anglaise, relayée par une presse complice, renvoie dos à dos deux de ses plus illustres représentants dans un combat plus ou moins factice fondé sur des arguments et valeurs artificiels : gendres idéaux contre vilains garnements, mélodie contre hargne, engagement contre nihilisme, sophistication contre authenticité... Pendant ce temps, autour du ring, des groupes moins contraint... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Blackrosesforme
  27 août 2016
« Des années de ténèbres thatchériennes ; le rêve langoureux d'un nouveau gouvernement travailliste ; l'étourdissante, inattendue et étrange euphorie lors de la victoire du Labour ; les tentatives acharnées de chasser le moindre doute sur Super-Tony pendant son premier mandat ; le sentiment progressif et déchirant que vous vous êtes fait avoir dans les grandes largeurs, que le futur est ajourné à une date ultérieure, le paradis perdu, que la révolution non seulement ne sera pas télévisée mais n'aura même lieu… et alors l'étape finale, le coup de grâce, quand vous réalisez que vous ne vous ennuierez sans doute même plus à aller voter ». Cette sentence désabusée, prononcée en 2004 par Jarvis Cocker, chanteur de Pulp, résume de façon magistrale le propos de cette étude, qui démontre, sans jamais ennuyer, l'interaction profonde entre musique et politique dans l'Angleterre des années 90.
La Brit Pop nait « officiellement » en 1994, quand le Melody Maker accole ce terme à l'album definitely maybe d'Oasis. Cette tendance est fortement inspirée par le courant initié par les Smiths dix ans plus tôt : une pop indie, véhiculée par une classe populaire qui décrit avec réalisme la vie de gens ordinaires dans des chansons courtes aux mélodies limpides. Elle est politique en ce qu'elle incarne, positivement, le renouveau d'une fierté nationale mise à mal par quinze ans de Thatcher-Majorisme et trois millions de chômeurs. Les classes populaires se réapproprient l'Union Jack, ces classes populaires que John Major rêve de voir disparaître, remplacées par des petits propriétaires, acheteurs des restes d'un Etat démantelé, via les privatisations des transports ou des telecoms. Dans ce contexte, en 1995, le single de Pulp « Common People », de l'album Different Class résonne comme un hymne national, représentatif de la Brit Pop, même si contrairement à Suede, Blur ou Oasis, Pulp n'est pas une formation récente et a déjà plus d'une décennie d'insuccès à son actif. Plus vieux, moins naïfs également, les Pulp sont moins prompts à se faire récupérer. Car Tony Blair, en embuscade, cherche à gagner l'adhésion des jeunes, et quoi de mieux que les musiciens pour engranger la sympathie ? le leader du New Labour adore la Brit Pop, et le fait savoir, au point qu'un nouveau concept, celui de cool Britannia sera inventé (par des publicitaires marchands de glace) pour désigner cette alliance entre la politique et la pop. Comme Paul Weller l'avait fait dans les 80's, Damon Albarn, Noel Gallagher, ou Neil Hannon apportent leur soutien à la gauche, cet espoir de balayer enfin les Conservateurs. le foot anglais et la musique s'exportent à nouveau, Blair surfe sur cette vague, dans le sens du courant. Et la vague le porte au pouvoir le 1er mai 1997, annonçant la perte des illusions, et la mort de la Brit Pop, tant les réformes tardent à venir et l'Angleterre à réaliser ses rêves de changement. Plus méfiant face aux politiciens, Jarvis Cocker dénonçait déjà dans « Common People » cette gauche caviar qui aimait s'encanailler avec les masses populaires, ces autochtones exotiques. Il réitère ses doutes avec « Cocaine Socialism », en 1998, rejoint alors par les déçus du Blairisme, à l'image de la couverture de mars du NME qui, sous un portrait de Blair titre : « ever felt like you've been cheated ? » reprenant les mots de Rotten lors du dernier concert des Pistols vingt ans auparavant.
La Brit Pop s'est inspirée de cet air du temps, où l'Angleterre semblait confiante en l'avenir, fière de sa jeunesse. Son inspiration s'est tarie, quand le nuage de fumée du blairisme a assombri les rêves. Une courte parenthèse enchantée.
Lien : https://blackrosesforme.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
abitbol84
  07 avril 2012
Court ouvrage (moins de 200 pages) qui confirme l'adage selon lequel la qualité n'est pas forcément liée à la quantité.
Jean-Marie Pottier est assurément un nouvel auteur à suivre dans la rockosphère française.
L'histoire du groupe Pulp (groupe anglais culte) nous est contée depuis ses débuts anachroniques en pleine période post-punk ("It", 1978) à son suicide commercial ("We Love Life", 2001). le leader, Jarvis Cocker, en plus d'être un chanteur doué, a la particularité d'être un compositeur extrêmement talentueux. Ses textes s'inscrivent dans la longue lignée des songwriters anglais (Ray Davies, Paul Weller, Morrissey), dépeignant la société avec satire.
L'auteur nous permet ici de saisir toutes les clés des textes de Cocker, en reliant l'histoire du groupe avec le contexte sociologique, économique, politique et médiatique de l'époque. Tout est raconté, des débuts à contre-courants (13 ans dans l'anonymat !) au succès commercial avec l'association du mouvement Britpop (et son coup médiatique avec Mickael Jackson, le fameux Cockergate), de la récupération politique du Labour Party (tous - sauf Cocker - seront dupes : Damon Albarn, Noel Gallagher, etc) à la gueule de bois post-"Different Class".
Un livre à conseiller à n'importe quel fan de Pulp, de musique ou de culture "So British".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
abitbol84abitbol84   07 avril 2012
"A l'époque, il y avait ce comportement qui commençait à émerger dans la classe moyenne, et qui consistait à glorifier ce qui était jusque là la culture des classes ouvrières, la culture populaire. C'était le cas par exemple de David Baddiel, qui commençait à s'intéresser au football. Vous vous dites : "Pourquoi ce crétin se met-il à s'intéresser au football ?"
Jarvis Cocker, Mojo interview, décembre 2006
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Jean-Marie Pottier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Pottier
Rencontre avec Danièle Renon de Courrier international, Jean-Marie Pottier de Slate.fr, Bamiyan Shiff de Fastforword (Huffiington Post), Olivier Postel-Vinay de Books, animée par Marc Mentré. Captation et montage Frisnel Enkary.
autres livres classés : britpopVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1192 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre