AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Killofer (Autre)
EAN : 9782211312387
96 pages
L'Ecole des loisirs (06/10/2021)
3.83/5   36 notes
Résumé :
Une grande agitation règne à Jaipur, dans les jardins du mahârâja Sheyhavan. Son fils, le prince Vivek, a choisi pour épouse Shakti, la fille du jardinier ! Un conte de fée commence alors pour la jeune fille, dans les ors et le faste du Palais des Vents. Mais la princesse Shakti se sent vite prisonnière de cette nouvelle vie faite d'obligations et d'interdits. Lorsqu'elle décide de s'enfuir, le redoutable mahârâja envoie des mercenaires à sa poursuite... Et c'est pa... >Voir plus
Que lire après Mille nuits, plus uneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 36 notes
5
4 avis
4
6 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis
Les contes des mille et une nuits auront marqué mes lectures en cette fin d'année. Après Badroulboudour, voici Mille nuits, plus une de Victor Pouchet. Une réécriture du conte de Shéhérazade, inspirée par l'enfermement de Latifa, princesse de Dubaï. Et qui rappelle combien les contes ne sont qu'une façon de souligner les pires travers de l'âme humaine.

Shakti, fille de jardinier, n'aurait pas dû être princesse. Mais, contraint par son père de trouver une épouse, Vivek décide que ce sera elle. Et personne d'autre. Si le fait d'être princesse met des étoiles dans les yeux des petites filles, c'est en réalité, bien plus compliqué. Isolée, elle ne peut même plus écrire sur les réseaux sociaux. Elle va tenter de fuir, mais c'est sans compter le maharadjah, le vizir et ses sbires. Isolée pour de bon, elle va écrire, pour de bon.

C'est un court roman jeunesse merveilleusement illustré par Killoffer, à la drôlerie indéniable. Les résumés des grandes histoires de la littérature ou de la pop-culture sont parfaits et j'aurais aimé en lire d'autres encore (Harry Potter en deux pages est génial). le personnage de l'éditrice, les différents moyens de s'échapper, les bourreaux toujours plus grands et méchants sont de parfaites trouvailles. J'ai aimé que ce texte soit court, à l'image des contes ou des fables et qu'il laisse pourtant la place à une double lecture. Il y a des références cachées (ou non) à chaque page. Totalement adapté à un lectorat jeunesse il plaira aussi au lecteur adulte.


Commenter  J’apprécie          131
: " Mille nuits, plus une" nous emmènera dans des songes princiers comme seuls les histoires d'adultes peuvent en coudre.
Dans des soies fines et colorées, au milieu d'un palais sculptés d'animaux, avec un jardin et des fontaines, des arbres fruitiers tout autour.
Nous serons en Orient.
Nous serons à mi-chemin du conte de fée car comme le veut la tradition du conte de fée, il doit y avoir mariage princier.
L'auteur Victor Pouchet inversera la tendance et ça sera un prince qui se verra la main forcée pour prendre femme à ses 16 ans, parce que c'est un évènement populaire attendu par le peuple.
Toute la description du décor passera alors aussitôt pour une belle cage dorée car à quoi bon tout posséder si l'on est pas libre de ses mouvements et de ses décisions?
Là dessus, le prince Vivek battra son père le mahârâja à son propre jeu d'orgueil: désignant la fille du jardinier puisqu'il lui faut prendre femme.
Ainsi en jouant un mauvais tour à son père, le prince n'a t-il pas à son tour condamner Shakti à ne pas choisir elle-même à son tour son promis?
Une belle ironie.
C'est une belle fierté pour le père de Shakti, elle fera rêver toutes les jeunes roturières de son âge, le conte de fée.
La référence au récit de Shéhérazade et ses "Mille et une nuits" ne sera pas anodin.
On ne pourra pas faire plus cruel comme destin de jeunes vierges.
Pour faire court, le roi Shahriar, prédemment trompé par l'infidélité de sa femme, se remariera.
Afin de s'assurer qu'il sera le seul, il les tuera l'une après l'autre après la nuit de noces. Shéhérazade acceptera de l'épouser et fera durer le moment funeste en lui racontant 1001 histoires...

Pas sûr que Vivek et Shakti aillent jusque là, les deux étant piégés par la situation.
Mais Shakti ne se débattra pas, elle n'imaginait pas d'autres destins que celui de la fille du jardinier dans son univers, princesse est, comme on pourrait dire, une vraie promotion.

Ce qui est intéressant pour le lecteur, et on aurait pu s'y attendre avec l'inconscience( ou l'acte désespéré du prince), sa promise s'esr faite un ennemie en la personne du Mahârâja. Elle n'est que la fille du jardinier.
Lui prouvera t-elle le contraire, osera t-elle lui démontrer avec efronterie qu'elle est plus que cela mais qu'être la fille de son père, c'est déja beaucoup?

L'affaire des "contes des Mille et une nuit" est transposée avec originalité, nous sommes dans un univers indien de cobte de fée moderne et c'est sur internet que Shakti, qui se sent délaissée par son mari et verrouillée par la tradition royale, va se livrer et raconter ses journées de princesse.
Avec succès.
On peut se demander comment la jeune Shakti, qui au quotidien doit continuellement se tenir, pouvait s'imaginer s'épancher librement sur le net?

Si la couverture ne le laissait pas supposer, le récit sera très féministe en définitive et surtout axé sur Shakti prise dans son piège de cristal, étouffée par les volontés de son beau-père, traquée par les gardes pour qu'elle ne s'éloigne jamais des directives, tandis que le prince brimé arrive à fuguer sous couvert d'achats pourcson haras.
On comprendra rapidement que malgré l'autorité lourde qui pèse sur les deux, c'est surtout Shakti qui souffrira de la situation, invitée à se tenir, à ne rien dire sans y être autorisée, à ne pas sortir seule et dans un vêtement ou une coiffure jugés inappropriés.
On aura compris l'allusion à demi mots à une culture répressive sur la liberté féminine bien connue. On ne s'y attendrait pas. Et pourtant, ceci ne reste t-il pas jusre dans la veine creusée par l'histoire de Shéhérazade?
Cela fera réfléchir sur les richesses, sur ses rêves, sur le sens de la liberté, même sur un plan plus large avec l'individualité et l'autonomie d'un individu, plus précieux que des palais.
Un court roman vraiment intéressant sur ses références et sur sa manière d'amener sa réflexion sur un sujet sérieux, culturel et social avec tact.
Commenter  J’apprécie          10
Personnellement, j'ai été déçue par cette pâle revisite des "Mille et une nuits". Je n'ai trouvé aucun intérêt à l'histoire et son écriture. le choix de la moderniser en la faisant se dérouler à notre époque n'apporte absolument rien, si ce n'est une impression extrêmement maladroite d'anachronismes. Alors que les toutes premières phrases installent un décor exotique séduisant, hors du temps, l'auteur inclut finalement des éléments disparates tels qu'un tracteur, un ordinateur ou encore un legging, des éléments qui paraissent complètement déplacés et rendent le récit banal. Au lieu d'ancrer l'histoire dans notre époque, ces éléments donnent seulement un effet bizarre, inadéquate. Outre ce choix auquel je n'ai pas adhéré, je n'ai aimé non plus l'écriture et le temps du récit, au présent. J'ai trouvé qu'il ne se prêtait pas à l'histoire et au genre du conte dont il s'inspire.
Commenter  J’apprécie          91
« Mille et une nuits plus une » est une réécriture de l'histoire de Shéhérazade dans une Jaipur du XXIe siècle. le maharadjah veut marier son fils Vivek mais celui-ci n'a que faire des princesses qui se succèdent pour devenir son épouse. Son choix se porte sur Shakti, la fille du jardinier. Elle qui a toujours été libre doit se plier aux règles de la cour et du protocole et découvre une vie de princesse qui ne fait pas du tout rêver ! Ses multiples tentatives de fuite échouent les unes après les autres, car les sbires du machiavélique vizir (le vizir est toujours machiavélique !) veillent de près sur ses faits et gestes. On va jusqu'à lui confisquer tout moyen de s'exprimer et de communiquer, que ce soit par les réseaux sociaux (je vous avais dit que c'était une princesse moderne) ou par le papier.
La trame qui va suivre nous est familière : le vizir envoie des bourreaux pour tuer Shakti et à chaque fois, elle leur raconte une histoire qui les tient éveillés et les dissuadent d'accomplir leur mission tant ils sont fascinés par les récits de la jeune fille. le lecteur prend plaisir à reconnaître les intrigues d'Harry Potter, du Seigneur des anneaux, ou de Star Wars. Ces récits sont tissés et entremêlés à l'histoire de la princesse enfermée et finissent par être portés à la connaissance d'une éditrice parisienne.
Ce livre, magnifiquement illustré, avec une couverture en relief est aussi un très bel objet. Pour l'apprécier, il faut, je pense être déjà un bon lecteur et 10-12 ans semble le bon âge pour apprécier les jeux d'intertextualité (et encore, la première phrase du conte est un clin d'oeil au « salammbô » de Flaubert). Merci à Babelio et à l'école des Loisirs pour cette découverte !
Commenter  J’apprécie          40
Je n'ai pas grand-chose à ajouter sur ce livre à part du fait qu'il est vraiment bien ! Dans l'histoire qu'écrit la princesse Shakti, on retrouve le principe du récit enchâssé qu'on peut voir dans les Mille et une nuits avec Sherazade ! Ce qui m'a fait rire c'est que les histoires inventées par Shakti sont des grands classiques du cinéma aujoird'hui ( Harry Potter, Star Wars, Peter Pan, Batman etc... ). Ce qui m'a surprise c'est que, bien sûr, les contes des Mille et une nuits sont comptés bien avant notre ère, mais justement, ce livre lui a lieu à notre époque c'est bien cela qui m'a marqué le plus ! Je conseille vivement !
Commenter  J’apprécie          21


critiques presse (1)
Liberation
04 novembre 2021
Mille nuits, plus une est magnifiquement illustré par des dessins de Killofer, sortes d’affiches sombres, mystérieuses et bollywoodiennes.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
C'est à Vaishali, faubourg de Jaipur, dans les jardins de Sheyhavan. Autour des bassins losangés, de grandes tables sont dressées. Des voiles de soie du Pendjab pourpre à franges d'or s'tendent depuis le mur des écuries jusqu'à la première terrasse du Palais des Vents.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Victor Pouchet (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Pouchet
Oncle Kid - O comme ouragan, K comme courage, de Victor Pouchet, illustré par Killoffer
Oncle Kid. O comme OURAGAN, K comme COURAGE ! Et bien plus que ca encore : sa niece Juliette et son neveu Ulysse decouvrent que leur oncle fantasque n'est autre que le plus grand agent secret d'Europe occidentale. C'en est fini des paisibles vacances dans le Poitou. Ensemble, ils doivent mener a bien une mission ultra-top secrete et affronter les redoutables moustachus de la Firme. Y parviendront-ils ? Pour le savoir, n'attendez plus : plongez dans leurs aventures.
https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/oncle-kid-o-ouragan-k-courage
+ Lire la suite
autres livres classés : mariage forcéVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus



Lecteurs (67) Voir plus



Quiz Voir plus

Le textile en s'amusant

Savez-vous quelle est la plus ancienne fibre textile dérivée du pétrole ? Indice : cette matière a rapidement pris sa place dans l'histoire du vêtement féminin.

le nylon
le feutre
le ramie

10 questions
146 lecteurs ont répondu
Thèmes : textile , Textiles et tissus , industrie , plantations de coton , culture générale , vêtements , habillement , détente , maillot de bain , laine , humour , Chanvre , confection , Fibres textiles , laine , grande-bretagne , histoire , indeCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..