AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070345410
120 pages
Gallimard (17/05/2010)
3.73/5   35 notes
Résumé :

Jeune prince africain, Ibrahim Hannibal a été " offert " à Pierre le Grand par l'un de ses ambassadeurs. Jeune homme brillant et cultivé, Ibrahim a combattu dans l'armée française et séduit Paris avant de revenir en Russie et d'y devenir le favori du tsar.

De la prestigieuse et étonnante histoire de son bisaïeul, Pouchkine tire en 1827 un court roman qui, bien qu'inachevé, est considéré comme l'un des chefs-d'oeuvre de l'écrivain russe.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 35 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

krzysvanco
  17 septembre 2019
Étudiant la langue russe, j'ai acheté ce livre d'Alexandre Pouchkine en version bilingue. C'est une oeuvre inachevée, ce qui m'a évidemment laissé sur ma faim.
Pouchkine nous relate de manière romancée une partie de la vie de son arrière-grand-père, jeune prince africain, offert à Pierre le grand par l'un de ses ambassadeurs.
Le récit commence à Paris où Ibrahim Hannibal a été envoyé par le tsar, toujours curieux de ce qui se fait à l'étranger.
Nous voilà immergés dans la haute société française de l'époque (les dernières années du règne de Louis XIV ) où ce grand Africain ne passe pas inaperçu. Une société où règne l'insouciance, l'extravagance, le luxe et où la moralité se perdait. Ibrahim y est remarqué par la comtesse D. dont il devient l'amant. Ibrahim retourne néanmoins en Russie et oublie bien vite cet amour...
L'intérêt du livre tient dans la description de ces deux sociétés, la française et la russe,; dans cette dernière, Il nous fait voir l'antagonisme entre la Russie nouvelle vue par le tsar et la Russie attachée à ses traditions, et nous décrit bien le tempérament de Pierre le grand.
Dommage que Pouchkine ait abandonné ce récit...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
Aela
  14 septembre 2012
Ce court roman, écrit par Pouchkine en 1827, est considéré comme l'un des chefs-d'oeuvre de l'écrivain russe, bien qu'il ait été inachevé.
Il relate la vie de son aïeul africain Hannibal;
En effet un des aïeux de Pouchkine était fils d'un sultan africain.
Il avait été fait prisonnier et mis en vente à Tsargrad, et c'est l'ambassadeur de Russie qui l'avait acheté et en avait fait don au tsar.
Le tsar Pierre 1er en avait fait son protégé et lui avait même fait épouser une jeune femme russe de la meilleure noblesse...
Ce récit nous permet de découvrir la vie à la Cour russe au 19ème siècle, ainsi qu'en France puisque Hannibal va voyager pour le compte du tsar..
Il va même tomber amoureux d'une comtesse française mariée, et aura un enfant avec elle.
Il faudra cacher l'enfant au dernier moment et le remplacer par un enfant blanc, pour éviter le scandale.
Un très beau livre qui est une mine d'informations historiques.
On ne dispose d'aucune indication sur les raisons pour lesquelles Pouchkine a laissé son récit inachevé, non plus que sur la manière dont il avait envisagé de le continuer.
A lire pour la beauté de la langue.. (existe en version bilingue)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
OverTheMoonWithBooks
  08 mai 2019
Basé sur une histoire vraie (son histoire familiale), ce roman inachevé de Pouchkine raconte comment le tsar Pierre le Grand a marié Ibrahim, son «captif» noir éduqué, à une jeune fille de la noblesse russe que le souverain a lui-même choisi.
C'est un récit qui fait la part belle aux mondanités et médisances des nobles trop riches pour être bien attentionnés ou philanthropes.
Ce qui est dommage c'est que les thèmes sont vraiment effleurés et qu'on fait peu de place à Ibrahim au final, supplanté par tous ceux qui parlent DE lui.
Bien entendu, on n'échappe pas aux propos désabusés sur l'amour et l'inconstance des femmes - qui justifie qu'elles soient soumises à l'autorité masculine de leur père, évidemment.
Du grand classique pour cette époque, beaucoup de réchauffer et ce qui faisait vraiment l'originalité du récit passe bien trop au second plan pour être apprécié pleinement. La faute peut-être d'une trop grande proximité mal digérée entre l'écrivain et le sujet de son récit.
Si on peut dire que la littérature russe peut me faire vibrer, en revanche la prose d'Alexandr Pouchkine me laisse un peu plus sur ma faim. Mais les défis lecture pouvant être source de découverte il fallait tenter... Pas d'illumination pour cette fois-ci, tant pis!
Challenge Solidaire 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
PatriceG
  26 janvier 2022
Le Nègre de Pierre le Grand
Alexandre Pouchkine (1827)

C'est un récit qui ressemble à sa propre histoire côté mère. Côté père, la lignée Pouchkine remonte au 12ème siècle : au 18 e siècle, la famille possédait d'immenses territoires dans la région de Nijni Novgorod, à 400 kms à l'est de Moscou.
" Au nombre des jeunes gens envoyés par Pierre le Grand à l'étranger pour y acquérir les connaissances nécessaires à un Etat transformé, se trouvait son filleul , le nègre Ibrahim.
Il avait été élève de l'Ecole militaire de Paris, en était sorti capitaine d'artillerie, s'était distingué pendant la guerre d'Espagne, et, grièvement blessé, était revenu à Paris.."
Dans les rangs russes, l'histoire est pleine d'actes de bravoure de ce genre. Quand on prenait les armes, le sentiment patriote était absolu ..
".. Au milieu de ses vastes travaux, l'Empereur ne cessait de s'informer de son favori, et il recevait toujours des notes flatteuses surs ses projets et sa conduite. Pierre était très satisfait de lui et l'avait, à plusieurs reprises, rappelé en Russie. Mais Ibrahim ne se hâtait pas. Il trouvait divers prétextes, tantôt sa blessure, tantôt le désir de perfectionner ses connaissances, tantôt le manque d'argent, et Pierre agréait ses demandes, lui demandait de bien veiller sur sa santé, le remerciait de son zèle pour l'étude, et bien qu'excessivement économe dans ses propres dépenses , ne regrettait point ce qu'il retirait pour lui de sa cassette personnelle, ajoutant aux ducats des conseils paternels et des préceptes avertisseurs.
D'après le témoignage de tous les mémoires et souvenirs historiques, rien ne peut être comparé à la légèreté, à la folie, et aux luxes des français de l'époque .."
Très grand texte de Pouchkine, malheureusement inachevé, écrit en 1827, considéré comme le premier roman historique russe ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Sylvere
  23 avril 2021
Pouchkine est parti de la biographie de son arrière-grand-père et en a tiré ce petit livre, malheureusement inachevé.
Nous suivons Ibrahim, un jeune homme brillant envoyé par le tsar en Europe. Ce dernier, après une blessure au cours de la guerre contre l'Espagne s'installe quelques temps en France où il découvre la vie parisienne sous la régence du Duc d'Orléans. Il profite des plaisirs de la capitale, fréquente les salons et rencontre la Comtesse D. avec laquelle il va entretenir une liaison et même avoir un enfant.
Et puis brusquement, Ibrahim décide de rentrer à St-Pétersbourg où il retrouve immédiatement sa place auprès de Pierre le Grand. Il est honoré et la Cour le couvre d'attentions.
Malheureusement, on reste sur notre faim avec cette lecture, l'ouvrage s'arrêtant subitement à un moment important de l'histoire. Malgré tout le livre est intéressant, le style de Pouchkine est très agréable à lire et on découvre la vie de l'époque en France et en Russie. Dans cette dernière, nous naviguons dans un monde qui change, et qui oscille entre tradition et nouveauté. Les modes des autres cours européennes viennent chahuter les habitudes de la Cour et il faut s'adapter car le tsar le veut…
Un auteur que j'ai très envie de relire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   14 septembre 2012
"Réfléchissez bien à ce que vous faites, lui dit le duc. La Russie n'est pas votre patrie; je ne crois pas qu'il vous soit jamais donné de revoir votre brûlante terre natale; mais votre long séjour en France vous a rendu étranger au climat tout autant qu'au genre de vie de la demi-sauvage Russie.
Vous n'êtes pas né sujet de Pierre.
Апар Петра Великого
"Подумайте о том, что делаете, - сказал ему герцог, - Россия не есть ваше отечество; не думаю, чтоб вам когданибудь удалось опять увидеть знойную вашу родину; но ваше долговременное пребывание во Франции сделало вас равно чуждым климагу и образу жизни полудикой России. Вы не родились подданным Петра.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TobagoTobago   15 janvier 2013
" Pierre fut très content de ses réponses; ils se souvint de certains traits de l'enfance d'Ibrahim, et il en parlait avec tant de bonhomie et de gaieté que nul n'eût pu soupçonner, sous l'aimable et hospitalier maître de maison, le héro de Poltova, le puissant et redoutable rénovateur de la Russie. "

"Петр был очень доволен его ответами; он вспомнил некоторые черты Ибрагимова младенчества и рассказывал их с таким добродушием и веселостью, что никто в ласковом и гостеприимном хозяине не мог бы подозревать героя полтавского, могучего и грозного преобразователя России. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
camo77camo77   23 mai 2016
Ordinairement, le jeune nègre état considéré comme un extraordinaire, assailli de questions et de compliments; cette curiosité, même lorsqu'elle était dissimulée sous un masque de bienveillance, blessait son amour-propre. L'exquise attention des femmes - but presque unique de tous nos efforts -, non seulement ne lui causait aucune joie, mais emplissait son cœur de colère et d'amertume. Il sentait qu'il n'était pour elles qu'un animal rare, une créature bizarre, que le hasard avait transplanté dans un monde avec lequel elle n'avait rien de commun. Il allait jusqu'à envier les hommes qui passaient inaperçus, et considérait la médiocrité comme un bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AelaAela   14 septembre 2012
Je pars, Léonore chérie, je te quitte pour toujours. Je t'écris parce que je n'ai pas la force de m'expliquer autrement avec toi.
Mon bonheur ne pouvait pas durer. J'en jouissais contre le destin et la nature.
Tu devais cesser de m'aimer; le charme devait disparaître.
Я еду, милая Леонора, оставляю тебя навсегда. Пишу тебе, потому что не имею сил иначе с тобою объясниться.
Счастие не могло продолжиться. Я наслаждался им вопреки судбе и природе. Ты должна была меня разлюбить; очароване должно было исчезнуть.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
krzysvancokrzysvanco   01 septembre 2018
Adieu, Léonore, je m’arrache à cette lettre comme s’il s’agissait de tes bras ; adieu, sois heureuse et pense quelquefois au pauvre nègre, à ton fidèle Ibrahim.
Commenter  J’apprécie          200

Videos de Alexandre Pouchkine (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Pouchkine
Tel l'enfant animé d'un espoir enchanteur..., Alexandre Pouchkine
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Boire un chocolat chez Pouchkine

Je me suis mis en ménage avec ma logeuses, la Marousenka, une veuve encore jeune, "Quand je me grisais, elle me couchait et me faisait la soupe à l’oignon. Je n’avais qu’à faire un signe : Hé ! la commère !... La commère ne disait jamais non.", parole de ............?............

Moujik
Cosaque
Hussard
Grognard
Koulak

10 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre PouchkineCréer un quiz sur ce livre