AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Louis Martinez (Traducteur)
ISBN : 2070327922
Éditeur : Gallimard (25/05/1994)

Note moyenne : 4.44/5 (sur 32 notes)
Résumé :
" Adieu "

Je m’enhardis une dernière fois
a caresser en esprit ton image,
usant toute ma force à raviver un songe,
me complaisant, non sans chagrin ni craintes,
à évoquer ce qui fut notre amour.
Nos années fuient, nos années vont changeant
et changent tout, et nous changent nous-mêmes.
Pour moi qui te chantais hier encore,
Tu es voilée d’une ombre sépulcrale,
Pour toi l'ami d'hier n'est p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
TCHITAT92
  07 avril 2017
Deuxième lecture de ce magnifique recueil de poèmes du grand Pouchkine, et je reste béate d'admiration devant cet immense talent, cette sensibilité, cette connaissance de l'âme humaine, avec ses splendeurs et ses turpitudes, et... je lui redis encore une fois merci d'avoir su offrir au peuple russe sa propre langue maternelle, dont il n'avait pas encore vu la beauté et la richesse. Nul avant lui n'a su, ou voulu, écrire cet hymne au russe, cette langue dont on ne peut s'empêcher de tomber amoureux, lorsqu'on l'a croisée.
Le don poétique d'Alexandre Pouchkine a pu éclore et s'épanouir en toute liberté dans ce grand champ de mots qui lui étaient offerts, et depuis, ne s'est jamais fané.
Commenter  J’apprécie          150
Wozniaksandy
  14 décembre 2017
Il y a des livres que l'on ouvre par hasard, comme ceux qui provoquent de belles découvertes. C'est ce qui m'est arrivé avec « les poèmes » d'Alexandre Pouchkine.
J'ai adoré, la délicatesse de l'auteur, son humour aérien, poétique, mélancolique et gai à la fois. C'est une poésie ni lourde ni insolite.
Dans une forme qui pour la première fois unit la science du vers et les traditions de la langue populaire, Pouchkine incarnent toutes les faces de l'esprit et de la réalité nationales avec génie.

Grace à des vers faciles et bien tournés, sa pensée se produit toujours sous une forme si simple, qu'on ne croirait pas possible de l'exprimer autrement.
Comme ses maîtres, Aristote et Voltaire, Pouchkine est gai, gracieux, élégant et ironique.
Un livre pour tous les amateurs de la poésie Russe !
Lien ci-dessus à consulter !
Lien : http://artgitato.com/poesie-..
Commenter  J’apprécie          130
frandj
  21 décembre 2017
Pouchkine (1799-1837) est un poète connu en France, mais il est adulé en Russie. Sa mort en duel, alors qu'il n'avait pas encore 38 ans, a contribué à son immense célébrité. Mais dans sa courte vie, il a surtout montré ses très grands qualités dans tous les domaines littéraires, en particulier dans la poésie. Ce recueil est extrêmement agréable à lire, les textes sont généralement courts et fluides, sans enflure lyrique, et l'inspiration est variée. Une découverte pour moi... Je signale particulièrement, dans des genres différents: "Matin d'hiver", "Au poète", "Les démons" et "Me voici, Inésille..." par exemple.
Commenter  J’apprécie          51
laura_palmer
  10 avril 2016
Pouchkine, père de tous les écrivains russes, fondateur d'une langue renouvelée, musicale, sublime.
Sa poésie, marquée par le siècle des Lumières, reste élégante et raffinée.
Une lecture obligatoire pour les amateurs de littérature slave.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
patrick75patrick75   16 avril 2015
Que j'erre dans les rues bruyantes
ou visite une église pleine
ou m'égaie avec des fêtards,
je suis tout à mes rêveries.

Je pense au cours furieux des ans
et que tous, autant que nous sommes,
nous descendrons sous la voûte éternelle
et pour certains déjà l'heure a sonné.

Si je vois un chêne isolé,
je songe que ce patriarche
vivra quand je serai oubli,
comme il a vu mourir nos pères.

Caressant un petit enfant,
je lui adresse mes adieux.
Il convient de laisser ma place :
je pourrirai, tu fleuriras.

J'ai pris le pli de méditer
le moindre jour, la moindre année,
en m'efforçant de deviner
la date de la mort prochaine.

Où le destin me prendra-t-il :
au combat, en voyage, en mer ?
A moins que le vallon voisin
ne recueille ma cendre froide ?

S'il n'importe au corps insensible
en quel lieu sa chair se défait,
j'aimerais, moi, que le repos
m'attendit près d'un lieu aimé

où la vie, toujours jeune, rie
aux portes de ma sépulture,
où la nature indifférente
resplendisse éternellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
Philippe-rodolphePhilippe-rodolphe   10 août 2012
Je revois l’instant merveilleux
où devant moi tu apparus,
vision à peine ébauchée,
claire image de la beauté.



Accablé jusqu’au désespoir,
assourdi par le bruit du monde,
J’entendis longtemps ta voix tendre
Et rêvai de tes traits aimés.



Les ans passèrent. Les tempêtes
au vent jetèrent tous mes rêves
et j’en oubliai ta voix tendre
et les traits purs de ton visage.



Mes jours se traînaient silencieux
dans une sombre réclusion,
sans génie, sans inspiration,
sans vie, sans amour et sans larmes.



Quand sonna l’heure du réveil,
devant moi tu réapparus,
vision à peine ébauchée,
claire image de la beauté ,



et mon cœur s’est remis à battre,
ivre de voir ressusciter
le génie et l’inspiration,
la vie et l’amour et les larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
hishyriohishyrio   13 janvier 2008
Il était un chevalier pauvre

Silencieux et simple,

Son visage était sombre et pâle,

Son âme hardie et franche.



Il avait eu une vision,

Une vision merveilleuse,

Qui avait gravé dans son coeur

Une impression profonde.



Depuis lors, son âme était brûlante,

Il détourna ses yeux des femmes

Et jusqu'au tombeau

N'adressa plus un mot à aucune d'elles.



Il se mit au cou un chapelet

À la place d'une écharpe

Et ne leva devant personne

La visière d'acier de son casque.



Rempli d'un amour pur,

Fidèle à sa douce vision,

Il écrivit avec son sang

Ave Mater Dei sur son écu.



Et, dans les déserts de Palestine,

Tandis que, parmi les rochers,

Les chevaliers couraient au combat

En invoquant le nom de leur dame,



Il s'écria avec une exaltation farouche:

Lumen Caeli, Sancta Rosa !

Et, comme la foudre, son élan

Terrassa les musulmans.



Rentré dans son lointain donjon,

Il y vécut sévèrement reclus,

Toujours silencieux, toujours triste,

Et mourut comme un dément.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
seblacseblac   04 octobre 2016
Je revois l’instant merveilleux
où devant moi tu apparus,
vision à peine ébauchée,
claire image de la beauté.

Accablé jusqu’au désespoir,
assourdi par le bruit du monde,
J’entendis longtemps ta voix tendre
Et rêvai de tes traits aimés.

Les ans passèrent. Les tempêtes
au vent jetèrent tous mes rêves
et j’en oubliai ta voix tendre
et les traits purs de ton visage.

Mes jours se traînaient silencieux
dans une sombre réclusion,
sans génie, sans inspiration,
sans vie, sans amour et sans larmes.

Quand sonna l’heure du réveil,
devant moi tu réapparus,
vision à peine ébauchée,
claire image de la beauté ,

et mon cœur s’est remis à battre,
ivre de voir ressusciter
le génie et l’inspiration,
la vie et l’amour et les larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
patrick75patrick75   16 avril 2015
La file de nuages va se dissipant.
Astre du soir, étoile triste,
ton rayon peint d'argent les plaines endeuillées
et la baie endormie et les falaises noires.
J'aime ce faible éclat, dans la hauteur du ciel,
qui fait renaître en moi des pensées assoupies ;
je revois ta venue, astre familier,
au paisible pays où tout parle à mon cœur,
où de fiers peupliers se dressent dans la plaine,
où le myrte amoureux dort, et le noir cyprès,
où l'onde ensoleillée murmure, sensuelle,
où je traînais jadis ma paresse rêveuse,
des coteaux à la mer, le cœur lourd de secrets,
quand l'ombre de la nuit gagnait les maisons basses -
la jeune fille alors dans l'ombre te cherchait
pour redire ton nom – le sien – à ses compagnes.

1820
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Alexandre Pouchkine (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Pouchkine
Mon portrait, Alexandre Pouchkine Lu par Sabine Enregistrement : Audiocite.net
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Boire un chocolat chez Pouchkine

Je me suis mis en ménage avec ma logeuses, la Marousenka, une veuve encore jeune, "Quand je me grisais, elle me couchait et me faisait la soupe à l’oignon. Je n’avais qu’à faire un signe : Hé ! la commère !... La commère ne disait jamais non.", parole de ............?............

Moujik
Cosaque
Hussard
Grognard
Koulak

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre PouchkineCréer un quiz sur ce livre