AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782367405766
Éditeur : SCRINEO EDITIONS (7 mai 2015) (01/02/2018)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 64 notes)
Résumé :
Vous connaissez le conte de La Belle et la Bête ! Mais savez-vous qu’il s’agit là d’une histoire vraie ?

Catherine (la Belle) et Pierre (la Bête) vivent à la Cour de France, sous le règne de Catherine de Médicis.
L’une de leurs filles, Tognina, a hérité de son père un corps couvert de poils qui en fait, aux yeux de ses contemporains, au mieux une curiosité, au pire un monstre de foire exhibé dans toutes les Cours d’Europe.
Comment échapp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  29 janvier 2019
Une biographie romancée destinée à un jeune public, inspirée du peu que l'on sait de la vie de Tognina Gonsalvus.
Née à la fin du 16ème siècle avec le symptôme d'hypertrichose (excès de pilosité sur tout le corps), hérité de son père, elle vivra avec sa famille à la cour de Catherine de Médicis, qui l'exhibera (avec un frère et une soeur souffrant du même cas) comme un objet de "curiosité", pour ne pas dire un véritable singe de foire !
La famille de Tognina sera séparée à la mort de la reine, et la jeune-fille sera exilée en Italie où elle servira de modèle à une artiste renommée, Lavinia Fontana...
Ce roman raconte les chagrins et la solitude de Tognina (narratrice), ses premiers émois sentimentaux aussi, le tout relaté dans le contexte historique de l'époque (guerre des religions et troubles politiques).
Un récit agréable, bien que quelque peu prosaïque.
L'auteure précise en fin d'ouvrage ce qui, dans ce récit, relève du réel ou de la fiction.
(à partir de 10 ans)
Commenter  J’apprécie          5714
calypso
  22 février 2018
Ma vie de monstre est un roman jeunesse de qualité. Anne Pouget étant historienne, je n'en attendais pas moins. Elle nous invite à découvrir un personnage méconnu et dont l'existence historique est avérée : Tognina Consalvès. Lorsque débute le récit, Tognina est une jeune fille qui vit à la Cour de France, auprès de Catherine de Médicis, entourée de ses parents et de ses frères et soeurs. Dans la famille, Pierre, le père, et trois des sept enfants ont une particularité : une pilosité excessive dont personne n'est capable d'expliquer l'origine à l'époque. Actuellement appelée hypertrichose, cette maladie est une véritable malédiction pour Tognina qui, bien que recevant une instruction à la Cour, est fréquemment exhibée lors de la venue de visiteurs et moquée par tous les gens qu'elle côtoie quotidiennement. Elle sait que cette anormalité l'empêchera de vivre ses rêves et d'être aimée à sa juste valeur…
Premier bon point : ce roman qui, ne l'oublions pas, est destiné aux jeunes adolescents est d'une grande clarté. La vie de Tognina à la Cour est intéressante à découvrir et la mention des personnages historiques qui évoluent autour d'elle est passionnante. Il est question d'Hélène de Surgères (celle des « Sonnets pour Hélène » de Pierre de Ronsard), de Michel de Montaigne ou encore d'Ambroise Paré. Même si Anne Pouget prend des libertés par rapport à l'histoire de la véritable Tognina, il est tout à fait pertinent de faire référence à ces personnages historiques qui ont vécu à la même époque. Cela permet d'ancrer l'histoire dans un contexte bien précis.
Deuxième bon point : le personnage de Tognina est très attachant. C'est une petite fille différente mais très fine, ce qui complique justement sa vie. Bête, elle n'aurait pas souffert autant de son cruel destin. Elle aurait été un simple divertissement, à l'image de Brusquet, le fou du roi. Mais Tognina réfléchit et interroge sa différence, elle discute intelligemment avec les lettrés et les médecins qu'elle croise. Au fond, ce n'est pas simplement l'histoire d'une « enfant-chien » mais celle d'une jeune fille souffrant du regard des autres en raison de sa différence. En cela, le roman peut offrir une belle réflexion sur ce qu'est la tolérance.
En ce qui concerne l'allusion à La Belle et la Bête sur la première de couverture, il est évident qu'elle concerne les parents de Tognina. Son père, Pierre, a été trouvé sur l'île espagnole de Tenerife bien des années avant le début de l'histoire : considéré par les voyageurs qui l'ont capturé comme un animal de foire en raison de son excessive pilosité, il a été offert à Henri II lors de son couronnement. Le monarque, qui souhaitait voir s'il était possible d'éduquer un sauvage, a confié son instruction à des précepteurs. Pierre est devenu avocat et conseiller à la Cour. Il a été marié à une jeune femme de la Cour sans aucune particularité physique. Là se trouve, d'après de nombreux experts, une des sources d'inspiration du célèbre conte. Il manque, je trouve, à la fin du roman, quelques explications sur ce point. C'est mon seul regret.

Lien : http://aperto.libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
orbe
  28 janvier 2019
Un roman historique d'une grande richesse !
Tognina appartient à la cour et plus particulièrement à la reine Catherine de Médicis. Les poils qui recouvrent l'ensemble de son corps font d'elle une attraction prisée au même titre que les nains et les folles.
Elle n'aspire pourtant qu'à être aimée. Heureusement, son statut lui permet de s'instruire et de s'intéresser aux grands de son temps : Lenôtre, Ambrose Paré ou encore Montaigne.
La mort du roi va plonger sa destinée dans une grande incertitude. Que va-t-elle devenir ?
Un livre qui permet d'évoquer ces hommes et ces femmes qui ont été rabaissés au rang de décoration et humiliés par bêtise et ignorance.
Le cas de Tognina est d'autant plus douloureux qu'on lui offre par ailleurs une excellente éducation humaniste. Mais c'est comme pour mieux lui arracher ensuite.
Le récit reste ouvert et nous fait découvrir en contrepoint l'histoire mouvementée de France avec la guerre entre catholiques et protestants et l'espoir qui vient d'Italie avec la Renaissance.
Le portrait de Levina, une femme peintre reconnue à son époque est aussi intéressant.
A lire ! Un roman historique d'une grande richesse !
Tognina appartient à la cour et plus particulièrement à la reine Catherine de Médicis. Les poils qui recouvrent l'ensemble de son corps font d'elle une attraction prisée au même titre que les nains et les folles.
Elle n'aspire pourtant qu'à être aimée. Heureusement, son statut lui permet de s'instruire et de s'intéresser aux grands de son temps : Lenôtre, Ambrose Paré ou encore Montaigne.
La mort du roi va plonger sa destinée dans une grande incertitude. Que va-t-elle devenir ?
Un livre qui permet d'évoquer ces hommes et ces femmes qui ont été rabaissés au rang de décoration et humiliés par bêtise et ignorance.
Le cas de Tognina est d'autant plus douloureux qu'on lui offre par ailleurs une excellente éducation humaniste. Mais c'est comme pour mieux lui arracher ensuite.
Le récit reste ouvert et nous fait découvrir en contrepoint l'histoire mouvementée de France avec la guerre entre catholiques et protestants et l'espoir qui vient d'Italie avec la Renaissance.
Le portrait de Levina, une femme peintre reconnue à son époque est aussi intéressant.
A lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
4D_Quintin
  02 février 2019
L'auteur du livre "Ma vie de monstre" est Anne Pouget, son éditeur est "Scrineo éditions". Anne Pouget a écrit d'autres livres comme "Le Mystère des pierres", "La Porteuse de mots" ou encore "Par-delà l'horizon". le livre "Ma vie de monstre" a été publié le 7 mai 2015, en français, il comporte 180 pages. Ce livre appartient au genre du roman d'actions et de divertissement. Il est destiné à montrer l'histoire vraie qui a inspiré La Belle et la Bête. J'aime beaucoup ce livre car nous voyons énormément d'actions et aussi beaucoup de bons moments que Tognina passe avec Odon et j'aime beaucoup l'histoire. En le lisant, j'ai pensé à des images et à des sons du film La Belle et la Bête.
C'est l'histoire d'une jeune fille nommée Tognina habitant à la cour avec ses parents et ses frères et soeurs. Son papa avait une pilosité importante et la jeune fille avait hérité de ce problème. Tognina aimait Odon qui était protestant or Tognina était catholique. Elle craignait aussi de ne pas se faire aimer par Odon à cause de sa pilosité.
Le personnage principal du roman est Tognina qui aime Odon, un protestant, sonneur de cloche à l'église Saint-Germain-L'auxerrois. Tognina subira dans sa vie des insultes comme la moquerie sur sa pilosité de la part des trois folles de la reine mère. Tognina sera vendue et ne reverra plus sa famille.
Mon extrait préféré est :
"- Quand on aime, on voit avec le coeur! Et puis regarde-toi: tu as de jolis yeux pétillants, un petit nez coquet, une bouche délicate...
- Mais ces maudits poils! se désespéra Tognina.
Marina rit à un souvenir qui lui revenait en mémoire. Relâchant son étreinte, elle se déporta pour se retrouver face à sa cadette:
- Te souvins-tu de ce jour ou tu avais soustrait l'un de ses rasoirs au barbier de la Cour ?
A l'évocation de cet épisode, Tognina elle aussi se mit à rire".
J'aime beaucoup ce moment car j'aime ce dialogue entre soeurs de complicité.
Arthur
Ma vie de monstre est un livre écrit par Anne Pouget c'est la première œuvre de cette auteure que je lis.
Ma vie de monstre a été écrit en février 2018, d'après mes recherches je ne crois pas que ce soit une année particulière.
Ce texte a été écrit en français.Dans ce livre j'ai reconnu les caractéristiques d'un roman.
Quand je lisais ce roman je pensais à un château fort avec sa ville autour, je pensais aussi à des musiques d'actions dans un style un peu médiéval. En lisant ce livre j'ai eu le souvenir de mon voyage en Angleterre quand nous avons vu notamment le château de Warwick. En lisant ce texte j'ai aussi pensé au livre Le Retour de Martin Guerre de Nathalie Simon-Davis. La phrase qui m’a le plus marqué est : « Ne t'inquiète pas pour ton mal, il ne m'inspire aucun dégoût !» car ça voulait dire que la personne qui a dit ça ne faisait pas attention à la beauté extérieure mais à celle intérieure. Les personnages principaux sont Tognina (la fille chien) qui est catholique et qui a hérité du même mal mystérieux que son père , elle est exhibée dans toute l'Europe à cause de sa maladie , elle essaye de se battre pour que les gens voient sa beauté intérieure et non celle extérieure. Pedro Gonzalvès ou Pierre Consalvus son père, a donné sa maladie à sa fille, il est conseiller à la Cour de France, il a été éduqué par les précepteurs royaux (d'excellents professeurs). Sa femme Catherine Raffelin, fille d'un courtisan, regarde sa famille se faire exhiber sans pouvoir faire quoi que ce soit. Toute la famille est sous la protection de la reine-mère Catherine de Médicis. Odon est protestant, il est l'amour secret de Tognina mais ne se rend pas compte de l'amour qu'elle lui porte. Mais leur routine va être cassée à cause du Duc de Guise qui veut prendre prendre le pouvoir et envahit donc Paris avec ses troupes , tout cela se passe en 1588 pendant que les catholiques et protestants se livraient une guerre.
Ce texte parle d'une personne différente qui voudrait qu'on la laisse vivre normalement sans qu'elle soit pointée du doigt et traitée comme une bête de foire, et elle va essayer que cela se produise.
J'ai choisi cet extrait car je trouve que les paroles de Pierre sont vraies et rassurantes pour les inquiétudes de sa fille et j'ai trouvé ça émouvant.
Je pense que ce texte est destiné à tout le monde car l'histoire est facile à comprendre et est intéressante, je pense que l'auteure veut nous dire qu'il ne faut pas forcément s'arrêter à la beauté extérieure et aller voir ce que les gens sont à l'intérieur. Anne Pouget nous fait passer ce message en nous faisant se révolter pour les injustices que subit Tognina et sa famille. Ses intentions sont faciles à percevoir et on ne peut pas hésiter sur le sens de son texte car l'auteure utilise souvent des mots simples mais qui touchent. J'ai éprouvé de la joie quand Tognina a reçu des nouvelles de Odon qui avait disparu. J'ai eu beaucoup de tristesse quand la famille de Pierre Consalvus a été séparé au quatre coins du monde pour être exposé comme des animaux exotiques, je ne suis resté indifférent à aucun moments de ce livre car l'auteure ne nous laisse pas nous ennuyer, tout est intéressant. J'ai été d'accord avec la totalité du livre et j'ai compris tout le livre car dans les notes de l'auteure à la fin du livre, tout était expliqué.
« Ma vie de monstre » est un livre que j'ai beaucoup apprécié je pense que je pourrais le mettre dans mes coups de cœurs.Je le conseille donc vivement à tout le monde !
Tristan 4D
Lien : http://www.lirelire.net/2019..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cannibalecteurs
  16 novembre 2018
Par Danaé
Monstre : Oui ou non ?
Tognina a 13 ans en 1588. Treize ans qu'elle est un objet de curiosité exhibé au palais de Catherine de Médicis. En effet, Tognina, en héritant de son père un corps couvert de poils, est devenue l'attraction préférée de la reine...
Comment vivre des histoires d'amour quand on vous prend pour un monstre ? Pourra-t-elle être aimée un jour, malgré sa différence ?
Ce roman bouleversant critique le racisme. On traite Tognina comme quelque chose d'inhumain, d'animal,... et ce roman est une histoire vraie !
Je recommande vraiment ce livre très émouvant qui fait réfléchir à la façon dont on traite les autres, même si ils sont différents de nous.
Par Alissa
Tognina vit sous le règne de Catherine de Medicis. Son père et elle ont le corps couvert de poils. Elle est exhibée devant les membres de la Cour de France. Mais Tognina cherche par tous les moyens à enlever définitivement les poils de son corps pour plaire au garçon qu’elle aime, Odon, un sonneur de cloche. A la mort de la reine, une « guerre » éclate dans la ville donc Tognina est exilée en Italie. Pendant tout le livre, elle va essayer de retrouver Odon et sa famille.
J’ai adoré ce livre car il parle de ce que l’on ressent lorsque l’on est différent et de la différence en elle-même. Lisez le !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
calypsocalypso   22 février 2018
- Ce n’est pas ta faute si tu es née ainsi. Sache qu’à mes yeux, il n’y a aucune différence, que tu es aussi belle que ton père, tes frères ou tes sœurs, et que je suis fière de tous mes enfants de la même manière. Souviens-toi de ceci : l’amour se moque des apparences et supporte les mauvaises paroles. Et les sots qui ne s’arrêtent qu’à cela ne méritent pas qu’on s’y attarde.
Commenter  J’apprécie          260
rabannerabanne   27 janvier 2019
- Les gens ne voient que mon apparence... Si encore j'étais née princesse. Les reines n'ont pas besoin d'être belles, leur rang leur suffit.
Montaigne lui adressa un clin d'œil :
- Souviens-toi d'une chose, jeune-fille : sur le plus beau trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul !
Commenter  J’apprécie          213
rabannerabanne   27 janvier 2019
Madeline prit la main d'Arigo et ils esquissèrent quelques pas de danse au son de ce nouvel instrument qui semblait pleurer ses notes : le violon.
Commenter  J’apprécie          122
LineloLinelo   18 avril 2018
Les autres ne voient en moi qu'un animal curieux et les femmes de chambre m'appellent "le singe", "la guenon" ou encore "la sauvageonne". Pourtant je suis bien élevée et instruite, mais ça elles ne le savent pas parce qu'elles ne se sont pas donné la peine de me connaître ! (Des larmes lui montèrent aux yeux, elle eut peine à finir sa phrase) A l'intérieur de moi, mon coeur est comme un coffret rempli de rires et de larmes, d'amour et de je t'aime, mais personne n'en soulève jamais le couvercle. Je suis un peu comme une source d'eau fraîche, perdue au fond des bois, où nul ne vient s'abreuver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
4D_Quintin4D_Quintin   02 février 2019
Quand on aime, on voit avec le cœur! Et puis regarde-toi: tu as de jolis yeux pétillants, un petit nez coquet, une bouche délicate...
- Mais ces maudits poils! se désespéra Tognina.
Marina rit à un souvenir qui lui revenait en mémoire. Relâchant son étreinte, elle se déporta pour se retrouver face à sa cadette:
- Te souvins-tu de ce jour ou tu avais soustrait l'un de ses rasoirs au barbier de la Cour ?
A l'évocation de cet épisode, Tognina elle aussi se mit à rire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Anne Pouget (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Pouget
Anne Pouget parle de "Tribunal de guerre du IIIe Reich" Partie 1
autres livres classés : histoire vraieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ma vie de monstre

Combien d'enfants ont hérités de la génétique de leur père ?

4
3
2

5 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Ma vie de monstre de Anne PougetCréer un quiz sur ce livre