AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
171 pages
Éditeur : Gerfaut (01/01/1983)

Note moyenne : 2/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
moravia
  10 janvier 2019
Je viens juste de terminer ce livre et j'entreprends la rédaction de quelques lignes d'avis car je sais que demain je n'en aurai plus le désir tant je suis accablé par sa médiocrité. Si j'ai cru un instant, au début, que ce roman avait des petits airs de Soldat Chveik pour l'humour des situations cela a été de courte durée.
Zéro pour le style, avec un vocabulaire très pauvre. Des invraisemblances à la pelle et l'auteur termine son roman en parant au plus pressé (un incendie dans sa maison pour le moins).
Je voulais savoir à quoi ressemblaient ces romans de guerre des éditions du Gerfaut avec un petit espoir même si je savais que c'était des romans "de gares".
Je suis venue, j'ai lu, j'en puis plus.
Commenter  J’apprécie          296

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
moraviamoravia   08 janvier 2019
- Ce que je veux dire, c'est que les Nazis veulent des choses nettes, tranchées. On est avec eux ou contre eux. Ils ne supportent pas la moindre critique.
- Qui songe à les critiquer ? demanda prudemment Schneider.
- Personne, se hâta de répondre Kneuter.
Après tout, ni l'un ni l'autre n'était sûr que son interlocuteur ne jouait pas une comédie pour obliger son vis à vis à dévoiler ses véritables opinions. Si elles étaient anti-nazis et si l'autre était un agent de la Gestapo...
C'était ainsi qu'en Allemagne, nul n'osait plus exprimer son véritable point de vue. Dans les régimes totalitaires, n'importe qui peut être un espion à la solde du gouvernement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
moraviamoravia   03 octobre 2018
Fritz Vögel fut mobilisé au moment où l'Allemagne déclara la guerre à la Pologne. Jusque là, il cultivait les terres de ses parents, fermiers aux environs de Düsseldorf, et ne s'était guère préoccupé de politique. Après tout, il n'était pas encore en âge de voter quand les Allemands avaient envoyé le parti nazi siéger au Reichstag et il ne se sentait nullement responsable du gouvernement qui dirigeait son pays.
Bien entendu, il avait fait partie de la Hitlerjugend, d'autant que son père était fermement partisan d'Hitler.
Ancien combattant de la Grande Guerre, Hermann Vögel n'avait pas admis la défaite du Kaiser, ni la République qu'on avait imposée à l'Allemagne en obligeant l'empereur à se retirer en Hollande. Il avait toujours considéré la République de Weimar comme une organisation de traîtres à la solde de l'ennemi.

(incipit).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : armée allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'histoire de l'OM

L'olympique de Marseille est le seul club de France à avoir remporté la finale de :

La ligue Europa
La coupe du monde des clubs
La ligue des champions
La Supercoupe d'Europe

6 questions
1 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre