AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782742709922
208 pages
Éditeur : Actes Sud (15/01/1997)
3.92/5   190 notes
Résumé :
Comme chaque année en été, un chauffeur de bibliobus entreprend sa tournée des petits villages de la Côte Nord québécoise. Broyant du noir, il n'est pas loin de penser que ce sera la dernière. C'est compter sans la toute-puissance du destin, qui se manifestera à travers Marie. La Tournée d'automne est le récit, tout en nuances et en douceur, de la rencontre entre un homme et une femme et ne dit au fond qu'une chose : la vie, têtue et forte, aura toujours le dessus.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 190 notes

latina
  01 février 2017
Des chats, des livres, la nature immense et resplendissante...Quoi demander de mieux pour vivre ?
Eh bien le Chauffeur du bibliobus, lui, veut tourner le dos à tout ça car il se sent talonné par la vieillesse et son cortège de déchéances physiques. Il a d'ailleurs caché un long tuyau flexible dans un des coffres de son véhicule. Sa tournée d'automne à travers les villages perdus du Québec, il ne la fera pas. Mais c'est sans compter l'arrivée de Marie, une femme apparemment de son âge, française, « mère-poule » d'une troupe de jongleurs et musiciens itinérants. La vie, tout à coup, peut-elle se revêtir des couleurs d'automne et flamboyer encore une fois ?
Si ce livre avait été un film, cela aurait été une suite de plans larges sur ces paysages enchanteurs du Québec, entrecoupés par des gros-plans révélant les émotions et les non-dits bien plus que les mots. Car des mots, il n'y en a guère. de la musique, oui. Des explosions visuelles, oui. Mais à travers tout cela, le silence, ou alors des mots calfeutrés par le désir de discrétion.
Les gestes sont...banals ? Est-ce banal d'ouvrir la porte d'un petit bus et révéler la beauté cachée à l'intérieur, sous la forme de dizaines de livres mordorés ? Est-ce banal de tendre comme un cadeau une histoire pleine de trésors pour qui ouvrira le livre avec respect ? Est-ce banal de s'endormir tous les soirs dans son sac de couchage, la tête pleine des gens rencontrés, de déjeuner le matin de céréales ou de tartines rôties avant d'aller au-devant de lecteurs humbles ou avides? Est-ce banal de contempler le paysage, le coeur serré, tellement celui-ci fait partie de vous ?
Enfin, est-ce banal de s'approcher à pas feutrés, comme les chats, d'une femme inconnue mais avec laquelle on se sent déjà plein d'affinités ?
Routine, respect, accueil.
Oui, toutes les nuances de ce livre pourraient se décliner en un très beau film, intimiste et aux décors grandioses. C'est mon regret, c'est mon espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6411
jeunejane
  08 novembre 2017
Le chauffeur travaille au Québec pour le ministère de la Culture.
Il effectue une tournée qu'il pense bien être la dernière dans son bibliobus à travers les villages de la Côte Nord québécoise.
Le chauffeur est vieillissant, parfois mélancolique et en même temps serein, observateur des beaux paysages et à l'écoute des lecteurs qui viennent emprunter des livres . Tant pis s'ils ne les rendent pas, ils les auront au moins lus.
Il rencontre une troupe d'artistes itinérants venus de France avec Marie, une dame de son âge, responsable de la troupe.
Ils se plaisent en compagnie l'un de l'autre et parlent le même langage sur ce qu'ils voient, sur des passages de livres.
La troupe entreprend une tournée dans la même région que sa tournée. Il aura donc l'occasion de voir Marie à plusieurs reprises.
En revenant vers Québec, ils ont de moins en moins envie de se séparer et pourtant Marie reprend un avion vers la France dans quelques jours.
Une très belle écriture poétique, des paysages apaisants, une douce mélancolie, une sérénité devant la vie qui a déjà fait du chemin : tout cela constitue le charme du livre.
Un petit peu étonnant : le chauffeur n'est jamais appelé par son prénom comme si l'auteur avait voulu mettre en avant son personnage discret, à l'écoute.
J'apprécie un livre doux en alternance avec un livre plus dur ou plus captivant. Cela calme le jeu surtout avant le sommeil, mon heure préférée de lecture quand toute la maison dort.
Un très beau livre que j'ai eu envie de lire grâce aux appréciations de latina et sabine .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          543
sabine59
  22 janvier 2017
Un grand merci à Fanfanouche24 de m'avoir recommandé ce roman! Elle a bien fait; car j'avais aimé " Volkswagenblues" mais ce livre-ci est un véritable coup de coeur.
Une relation profonde qui s'instaure timidement entre deux êtres, un bibliobus, l'amour des livres, et surtout, surtout, le magnifique Québec, où je rêve d'aller, voilà des ingrédients pour me plaire...
Le "Chauffeur" s'apprête à reprendre la route , depuis la ville de Québec et ensuite tout au long de la côte Nord. Il va sillonner les petits villages avec son bibliobus.Cette fois, il a le coeur lourd, il broie du noir, et croit que ce sera sa dernière tournée d'été. Il vieillit solitaire, malgré les nombreux contacts du réseau de livres qu'il a créé. Et voilà qu'avant de partir, il rencontre la Fanfare, un groupe d'artistes français et Marie en particulier....
Ils vont l'accompagner dans son voyage et deux âmes-soeurs vont se trouver...

Ce livre se savoure en douceur, l'écriture sobre et pudique, poétique aussi l'est tout autant que les sentiments des personnages.L'économie de mots, dans les conversations du Chauffeur et de Marie, rend leurs pensées de façon intense et juste.
Et il y a la découverte émerveillée, à travers les yeux du Chauffeur, très attaché à sa région, des paysages enchanteurs du Québec!
A mon tour, je vous conseille vivement ce livre, entre mélancolie et espérance, tourments intérieurs et apaisement, joie et peur d'aimer.C'est un cocon de chaleur humaine et de délicatesse, au milieu des livres protecteurs. Alors, accompagnez avec enthousiasme le bibliobus, le long des routes du Québec, vous ne le regretterez pas! Et vous aurez envie de faire aussi une tournée d'automne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          459
Moan
  02 novembre 2012
"La tournée d'automne" est un livre très doux!
"Le Chauffeur" , chargé de faire la tournée d'été dans son Bibliobus, va aller offrir ses livres dans les petits villages du Charlevoix et jusqu'à Sept-Iles plus au nord. Il rencontre Marie venue de France avec un groupe de saltimbanques, faire quelques spectacles à Québec. le Chauffeur acceptera que ces artistes prennent dans un vieux bus d'écoliers, le même itinéraire que lui. Puis, il redescendra avec Marie en passant par la Gaspésie, jusqu'à Québec où son avion l'attend.
Ce que j'ai aimé dans ce livre, c'est sa douceur! le récit de cette tournée pour partager les livres, dans un paysage magnifique , en bonne compagnie, donne envie de faire ce voyage!!!
Commenter  J’apprécie          452
fanfanouche24
  28 octobre 2013
J'aurai pu me dispenser d'une einième critique sur ce très beau livre de Jacques Poulin, que j'ai découvert grâce justement aux commentaires lus par hasard sur ce texte, par plusieurs "babéliens"....
Mais avec un titre pareil, difficile de contourner en cette belle saison automnale, aux couleurs flamboyantes et nostalgiques, cette histoire pleine de tendresse.
Comme le dit joliment Moan, c'est un livre "très doux"... car il raconte une belle histoire qui rassemble la destinée sympathique d'un homme vieillissant qui va faire avec passion sa dernière tournée de Bibliobus, faire à cette occasion une très belle rencontre en la personne de Marie, qui s'occupe d'un groupe d'artistes qui parcourt le pays...Marie et notre "biblioman" vont sympathiser, devenir complices, s'attacher l'un à l'autre... le groupe d'artistes va louer un bus scolaire avec l'aide de notre ami... et le suivre, tout en donnant leurs spectacles au fil de la route, pour financer leur voyage.
Ce récit est plein de douceur, de poésie, les livres sont le moteur et le lien entre les êtres... avec de magnifiques descriptions de la nature.
Nous n'avons qu'une envie après la lecture de ces lignes: aller découvrir le Québec.... Lire de toute urgence "Paris est une fête" d'Hemingway que Jacques Poulin cite abondamment, sans parler de son admiration pour une écrivaine, Gabrielle Roy, dont j'ai fait la connaissance grâce à lui... et ensuite grâce à une camarade de Babelio, Pibook.
J'ai un amour tout particulier pour ces livres qui nous mènent à d'autres livres, comme une chaîne humaine ininterrompue. Pour tout cela et plus, ce livre est un moment très réconfortant et plein de chaleur, comme ces moments improvisés par notre "biblioman" avec son réseau de lecteurs qu'il retrouve au fil des étapes.
Il accueille dans son bibliobus avec une boisson chaude, un en-cas, des mots, une écoute bienveillante les uns ou les autres, en plus des "nourritures intellectuelles" qu'ils emporteront ensuite. Des bulles d'échanges et de liberté autour des livres...
Pour revenir à Hemingway, que Jacques Poulin affectionne tout particulièrement, il a mis une des ses citations en exergue de son roman
" Dieu soit remercié pour les livres. Tous les livres"
Seule infime remarque qui a provoqué une légère frustration en moi: l'auteur appelle notre protagoniste principal "Le chauffeur"....j'aurais préféré qu'il ait un prénom bien choisi !! tellement on s'attache à ce "passeur de livres, chaleureux, à l'écoute de la nature, de ses semblables et de ses autres amis permanents, les livres.
Notre "biblioman" retrouve l'un des responsables du réseau au fil de ses tournées, pilote d'un hydravion, qui fait à son tour le "passeur": " "C'est à moi de vous remercier: vous prolongez mon travail. Grâce à vous, mes livres se rendent dans des villages isolés et ils réchauffent le coeur des gens"...
Et cette fois, je termine ces impressions avec une remarque étonnée et heureuse, tout en ignorant si cela fait partie de la réalité ??? Est-ce important ? pas plus... mais l'idée est épatante. Ce bibliobus a une caverne d'Ali-Baba cachée: le "coffre aux manuscrits refusés"....
Et les lecteurs plus assidus, plus aventureux demandent à notre "biblioman" si ils peuvent lui emprunter un "manuscrit refusé"... Une deuxième vie pour des écrits qui n'ont pas trouvé "éditeur "...
Comme l'exprime avec les bons mots, l'amie de notre "biblioman" : "On se sent très bien, chez vous, dit Marie. C'est comme une petite maison. On est à l'abri, les livres nous protègent...en plus, on a une fenêtre qui donne sur le ciel" (p.126)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3312


critiques presse (1)
LaPresse   11 février 2013
Une histoire bercée par un climat de tristesse, avec en filigrane le territoire géographique et littéraire québécois et le lien amoureux qui se noue entre deux âmes à l'automne de leur existence.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   07 novembre 2017
Mais le bibliobus lui appartenait en propre.
C'était un ancien camion de laitier, qu'il avait transformé avec l'aide de son père.
...
Avant de se mettre au volant, il se pencha pour regarder si quelque chat ne s'était pas blotti sous le camion.
...il n'oubliait jamais de vérifier, car le bibliobus semblait avoir gardé de ses origines une petite odeur de lait que les chats étaient les seuls à détecter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
joedijoedi   23 décembre 2017
Autre problème à résoudre : les nouvelles parutions. Le ministère lui en avait fait parvenir une vingtaine. Elles étaient en haut, à l'appartement ; il en terminait la lecture. Où allait-il pouvoir les mettre ? ... Il répugnait à leur donner la place des vieux livres. Ceux-ci, même s'ils n'étaient empruntés qu'une fois par-ci par-là, étaient aussi importants à ses yeux que les livres récents. Et puis, il ne fallait pas oublier que, nouveaux ou anciens, les livres passaient de main en main, ce qui avait permis de créer des réseaux de lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
joedijoedi   26 décembre 2017
Il la fit basculer doucement sur le côté et posa ses lèvres dans le creux qu'elle avait entre le cou et la naissance de l'épaule. Elle fit entendre une sorte de ronronnement. Avec des gestes très lents, il l'embrassa et lui caressa le cou et la poitrine. Elle lui rendit chacune de ses caresses et, par petites étapes, en prenant bien soin l'un de l'autre, ils glissèrent sur la pente du plaisir avec la plus douce des voluptés et sous la protection de tous les romans d'amour qui les entouraient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
jeunejanejeunejane   08 novembre 2017
- Eh bien, je n'ai pas changé d'idée : la vieillesse ne m'intéresse toujours pas. Par contre, jamais je n'ai fait une aussi belle tournée et c'est sûrement à cause de vous. J'ai toujours hâte de vous voir. Quand vous n'êtes pas là, je pense à vous et je m'ennuie de vous ; il m'arrive même de vous parler.
- C'est la même chose pour moi, dit-elle.
Commenter  J’apprécie          220
MoanMoan   02 novembre 2012
Au milieu de l'après-midi, Marie et Mélodie allèrent aux provisions dans une épicerie de la réserve. Le propriétaire les servit sans dire un mot, mais lorsque vint le moment de payer, il secoua la tête et leur fit comprendre que le spectacle donné aux enfants suffirait largement à régler la note. Et, de sa propre initiative, il ajouta à la commande plusieurs boîtes de thé, de café et de tabac.
Commenter  J’apprécie          180

Video de Jacques Poulin (1) Voir plusAjouter une vidéo

Jacques Poulin : Chat sauvage
Olivier BARROT présente dans une rue de Montréal, le livre de Jacques POULIN "Chat sauvage".
autres livres classés : bibliobusVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
174 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre

.. ..