AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070252167
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Grand roman romanesque qui a déjà enchanté plus d'une génération, " La Pêche Miraculeuse " se situe au bord du Léman, dans la société genevoise bouleversée par les idées et les mouvements du siècle. On croit entendre encore, au début, un écho romantique " La Nouvelle Héloise ". Tout cela est effacé par la Grande Guerre, la ruine des vieilles familles, la naissance d'un monde nouveau.
Au centre de cette peinture, deux femmes se disputent l'amour d'un jeune mus... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ileana
  26 janvier 2017
Un roman de formation et une fresque sociale située à Genève au début du XXè siècle ; paru en 1937. Au centre du roman le jeune Paul de Villars, alter ego de l'auteur. Il est bien né et cultivé. Cette fresque gagne en épaisseur au dernier tiers, lors de la Grande Guerre – elle est bien sûr le séisme qui disloque les anciennes structures.
J'ai goûté pleinement l'univers social, mais je me suis ennuyée avec les détresses du coeur du héros. Des scènes de funérailles qui réunissaient la tribu étaient pour moi plus prégnantes que le moment de la déclaration amoureuse et du baiser.
Des thèmes secondaires : par exemple l'identité nationale et les racines – nous sommes en Suisse romande, au carrefour des grands courants de pensée français et allemands.
Et puis le sentiment de la nature : la rêverie face au Léman, une certaine douceur et un dépaysement alpestre.
L'ampleur de ce pavé et, par endroits, l'allure languissante m'ont fait avancer lentement. Je suis contente d'avoir tenu jusqu'au bout, moi qui n'aime pas les pavés.
D'une certaine manière, cette chronique est le pendant suisse de « Au Plaisir de Dieu ». Les deux oeuvres montrent un microcosme depuis longtemps disparu : à Genève, des patriciens habitant un hôtel particulier de la très discrète et cossue rue des Granges (la ville haute dominée par la cathédrale Saint-Pierre) ; dans la chronique de d'Ormesson, des aristocrates nés au château de Saint-Fargeau, alias Plessis-lez-Vaudreuil.
L'extrait que j'ai choisi est le portait de l'oncle du personnage principal :
« Victor Galland n'avait gardé de sa jeunesse que des souvenirs avouables. [ ] Son père ne lui avait jamais permis de débuter dans la banque chez ses correspondants de Paris : à l'étranger la banque était entre les mains des Juifs et des parvenus ; à Genève, elle appartient aux nobles et aux patriciens, comme jadis à Gênes et à Venise. Entré de bonne heure dans les Unions Chrétiennes, diacre De Saint-Pierre à vingt-sept ans, marié à trente, fondé de pouvoirs de la maison de banque Galland Frères, [ ] il croyait sincèrement en Dieu, au Bulletin politique du Journal de Genève, à la noblesse de sa famille qui valait en ancienneté, selon lui, toutes celles du Gotha. [ ] Pour lui, il n'y avait plus d'honnêteté en France depuis la première conversion des rentes et il avait pensé renvoyer sa croix de la Légion d'Honneur au moment de l'affaire Dreyfus. (A la réflexion, pourtant, il la conserva.) La Russie, l'Autriche, l'Italie étaient, à l'en croire, des pays pourris. L'Angleterre ne conservait son prestige qu'à cause de la famille royale [ ]. Comme beaucoup de vieilles gens, il disait qu'il « allait en Suisse » lorsqu'il s'aventurait hors du canton, ce qui ne lui arrivait guère. Et, bien qu'il fit profession d'admirer les moeurs et le sérieux des Suisses allemands, il ne voyait en eux que peuplades rustiques ou industriels parvenus, d'une civilisation encore naïve et rude. Seule la Prusse et sa cour protestante, où l'Impératrice (la Kirchen-Augusta, comme on l'appelait à Berlin) exigeait que ses fils allassent tous les dimanches à l'église, lui semblait incarner ce qui restait en ce monde de conscience morale et de solidité aristocratique. Genève elle-même, gouvernée par les radicaux, courait aux abîmes. Ses meilleures traditions se perdaient » p227
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
damidiscus
  12 août 2013
Un magnifique roman sur la fins des illusions et, toutefois, avec une certaine confiance en la vie.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
fragolettefragolette   23 janvier 2018
Je lui fais signe de jeter son arme et nous marchons alors l'un vers l'autre. On se regarde un moment et puis on se met à rire, mais à rire comme peut-être nous n'avions jamais ri de notre vie. (...)
Ma foi, je riais de cette chose monstrueuse et absurde qui s'appelle la guerre. Depuis des jours et des jours, je vivais dans la peur de tuer. Et voilà que c'était fait, j'avais doublé le cap, je savais que je ne pourrais pas tuer; j'acceptais d'être un lâche... Comprenez-vous ? Ah, ce que j'étais content ! Ensuite, nous jetâmes nos fusils dans un fourré et nous nous mîmes en route sans pouvoir nous expliquer. Mais nous savions que la guerre était finie pour nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
omarinoomarino   09 mai 2016
Divorcer? Non, elle ne divorcerait jamais. Elle n'avait ni l'allure hardie, ni les hauts talons pointus et agressifs des femmes qui divorcent. Une timide, une acceptante sous ses airs libres, voilà ce qu'elle était.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Guy de Pourtalès (1) Voir plusAjouter une vidéo

Jean Paulhan ; 8 et dernier
- Jean PAULHAN : Histoire de "Minna". La dualité des êtres. Son attitude devant l'inattendu. Anecdote sur Guy de POURTALES. L'aide apporté aux jeunes écrivains par la critique. L'amour de l'écrivain pour ses personnages. L'intérêt du premier mouvement en littérature. Remarques sur l'art d'écrire et la rhétorique, sur le bon style sur le surréalisme. Son intérêt pour les problèmes de...
autres livres classés : déclinVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1066 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre