AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266159658
Éditeur : Pocket (15/03/2007)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 206 notes)
Résumé :


Sonia et Alexandre Poussin ont entrepris de remonter l'Afrique à pied, du cap de Bonne-Espérance au lac de Tibériade.

Trois ans de marche le long de la vallée du Rift en Afrique de l'Est, pour refaire symboliquement le voyage du premier homme.

Dans ce volume qui retrace les sept mille kilomètres initiaux de leur périple, du Cap au Kilimandjaro, ils nous font partager un continent intime. Ils ont affronté le soleil impl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
NathalC
  24 septembre 2015
J'ai découvert les aventures d'Alexandre et Sonia Poussin par une nuit d'hiver 2006-2007 lorsque je donnais le biberon de nuit de ma fille sur une chaîne de la télé.
Puis je me suis procurer les livres d'Africa Trek, leur CD, leur magnifique livre photo.
C'est une magnifique aventure à découvrir.
J'ai, quelques années plus tard, eu l'occasion de les rencontrer lors d'une projection. Ils sont adorables, humbles, partagent avec joie leurs rencontres.
Depuis, j'ai lu les autres aventures d'Alexandre...
Et je suis leur nouvelle aventure sur Madatrek... ce qui nous promet dans quelques mois un nouveau bouquin tout aussi passionnant !
Commenter  J’apprécie          130
BECKY1975
  06 juin 2015
Voici un livre indispensable pour tous les voyageurs ainsi qu'aux amateurs de récits de voyages et essais.... Il fait partie de mes références et je me suis permises dans une partie de mon carnet de voyages de le présenter et d'en citer quelques extraits... Ce qui a permis à une de mes lectrices de le connaître et d'acheter les 2 tomes Africa Trek, à mon plus grand bonheur!!!!
Commenter  J’apprécie          100
Cyril34
  24 avril 2015
14 000 km à pied pour remonter le temps, mettre ses pas dans ceux des premiers hommes... Un projet délirant pour le commun des mortels. Pas pour ces deux baroudeurs invétérés que sont Sonia et Alexandre Poussin. Leur marche au long cours nous mène hors des sentiers battus, loin des clichés, loin des cartes postales, loin des préjugés, au plus près du peuple africain et de sa réalité. C'est un continent aux multiples facettes qui, au fil des kilomètres, se dévoile. Farouche, sauvage, insoumis, dangereux, miséreux, immature ; généreux, audacieux, ouvert, libre, fervent, vivant. Polychrome et polymorphe Afrique !
Commenter  J’apprécie          80
fee-tish
  12 juin 2009
Une aventure absolument palpitante que j'ai lu en deux fois: car selon moi, il ne faut pas lire un récit de voyage sans être totalement avide de cette lecture! J'ai donc patienté entre les deux tomes, mais cela ne m'a pas empêché d'en apprécier chaque phrase!
Sonia et Alexandre Poussin nous raconte leur périple de trois années en Afrique de la meilleure façon possible: avec amour, humilité, passion! Ils rencontrent ainsi plusieurs peuples tous différents mais unis dans l'hospitalité sans faille qui les habite!
En tant que lectrice, ce récit m'a permise de passer par plusieurs sentiments:
- l'envie de liberté de s'imaginer marcher seule dans ces grands paysages.
- l'émotion, les larmes aux yeux, lorsqu'Alexandre (le narrateur) nous confie l'amour qu'il éprouve de voir sa femme si belle, si forte; mais aussi à la fin de l'ouvrage quand ils apprennent qu'ils vont être parents!
- l'humour, notamment lorsque nos deux compagnons se retrouvent face à des lions que leur guide leur dit qu'il ne faut pas fuir mais leur foncer dessus!
- la colère, de voir des peuples souffrir à cause des politiques qui ne prennent pas les bonnes décisions.
J'ai beaucoup aimé ce récit de voyage. L'écriture est passionnée, les sentiments ne sont pas cachés, ils sont vrais, ils sont exprimés. Si bien que je me suis sentie proche des ces deux marcheurs. Proche car je les ai sentis vraiment accessibles.
C'est pourquoi j'ai vite fait de les visiter sur leur site Internet (http://www.africatrek.com/weblog/), où ce sentiment s'est confirmé! Ils nous permettent de les suivre dans leur vie, qui n'est pas toujours si éloignée de la nôtre!
Merci de ce moment d'évasion, j'ai été transporté, j'ai rêvé!
Lien : http://lecturefeetish.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
whitehead14
  28 octobre 2013
Si vous aimez l'Afrique, vous serez évidemment conquis. Si vous vous en moquez...découvrez sans attendre ce périple de 3 ans sur les traces des premiers pas de l'Humanité par un baroudeur qui en a déjà vu d'autres,et qui a entraîné son épouse dans sa folle aventure.
Bien sûr, on rêve devant toutes les splendeurs de ce continent, rendues dans un texte poétique, imagé et drôle, auquel Alexandre nous a habitués. Mais s'il n'y avait que cela... Mr Poussin nous livre surtout un état des lieux bien différent de ce que les reportages TV se complaisent à nous bombarder: certes, vivre en Afrique est bien plus difficile que sur notre cher Vieux Continent. Mais ce sont surtout des hommes et des femmes que nous découvrons, jamais tout à fait résignés, mais avec une telle humanité que nous aimerions nous retrouver à leurs côtés rien qu'une journée, afin de profiter de ces magnifiques leçons de vies, jamais moralisatrices.
C'est donc à un voyage intelligent, sachant quitter les sentiers (re)battus, que je vous invite à vous joindre si l'idée ne vous en n'est pas encore venue... Un gros coup de coeur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
piwijspiwijs   15 juin 2008
Page 36 : « Quand tu arrives au sommet, continue à monter ».

Page 40 : « Marcher, c'est attendre et cultiver sa patience ».

Page 91 : « Chacun de nos actes a des conséquences éternelles. Prendre à droite ou à gauche ? Frapper à cette porte ou à celle-ci ? Et savoir que le sort de notre voyage est en jeu. C'est aller au-devant de la vie. Collectionner les coïncidences. Jouer avec les anges. Nous marchons aussi pour cette excitation ».

Page 101 : « Nous rentrons au crépuscule, recrus de fatigue et songeant à l'importance de l'art dans la vie. L'art ou la signature d'un peuple, l'art ou le pied de nez infligé au temps ».

Page 127 : « Le Sesotho (langue du Lesotho) a cent dix mots concernant l'état du lait ! »

Page 135 : « Il y en a qui font que les choses arrivent, d'autres qui regardent les choses arriver, d'autres qui se demandent si les choses sont arrivées ».

Page 142 : « Le travail sépare ceux qui s'aiment ».

Page 168 : « Reproduire c'est mourir, évoluer c'est avancer ».

Page 179 : « Teilhard de Chardin : « On est toujours au centre du paysage qu'on traverse ! On croit le voir ? On ne fait qu'en déplacer le centre, et le paysage ne cesse de changer... » : la synthèse est impossible. L'humain échappe sans cesse aux tentatives normatives. Reste l'expérience... par définition subjective... »

Page 234 : « Plus nous allons de l'avant dans notre voyage, plus nous nous rendons compte qu'il faut marcher pour mériter les rencontres. Si on ne marche pas, il ne se passe rien. Comme s'il y avait un rapport direct entre le litre de sueur et la récompense à l'arrivée, une sorte de loi imminente, irrationnelle, secrète. Chacun de nos pas nous ouvre une porte fabuleuse, nous apporte un enseignement, une leçon peu pathétique. Notre n'a jamais été aussi riche que nous sommes de pauvres marcheurs. Marcher, c'est provoquer. C'est aller au-denvant des choses, moissonner en liberté le long d'un sillon romanesque, vivre dans un émerveillement perpétuellement r
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Cyril34Cyril34   24 avril 2015
Ces gens n’ont rien, mais ils n’ont pas perdu l’essentiel. Une sorte de plus petit dénominateur commun de bonté et d’humanité que nous avons aussi, mais enfoui parfois sous des couches d’orgueil, de puissance, de faux-semblants, d’égoïsme matérialiste et centripète. Mais une chose est sûre : la pauvreté décape et dénude. La bonne couche est à fleur de peau.
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   06 février 2019
C'est surréaliste! Surtout le fait de savoir que si nous mettons un pied hors de la Jeep, nous sommes morts. Les lions marchent maintenant dans les fourrés parallèlement à la piste, d'un pas égal, comme s'il n'y avait ni buissons ni épines, et le bush en signe d'allégeance s'ouvre à leur passage comme la foule d'un bal se tendrait à l'arrivée d'un empereur. Nous entrons dans la danse. Les spectres des arbres aux fruits d'étoile griffes le bleu de la nuit et défilent; les courtisans suivent en silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cyril34Cyril34   24 avril 2015
La pauvreté peut être noble et digne, tandis que la misère est toujours une indigence physique et morale.
Commenter  J’apprécie          20
Cyril34Cyril34   24 avril 2015
Ton savoir est ton trésor - Devise zimbabwéenne.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Alexandre Poussin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Poussin
Présentation (en anglais, sous-titré en... roumain ?) de leur voyage de 3 ans en Afrique
Dans la catégorie : Géographie de l'AfriqueVoir plus
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Géographie générale>Géographie de l'Afrique (179)
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
750 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..